Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

puivert - Page 4

  • Un feu d'artifice en l'honneur de la Dame Blanche

    Comme chaque année, les berges du lac de Puivert seront investies par les amateurs de spectacles pyrotechniques, à l'occasion du traditionnel feu d'artifice tiré en musique, ce mercredi 20 juillet à partir de 22h. Auparavant, chacun aura eu la possibilité de se restaurer sur les nombreux stands du marché nocturne hebdomadaire, riches en produits locaux. Gaston Bauzou maire de Puivert et l'équipe du comité des fêtes réservent le meilleur accueil à tous.  

  • C'était au temps des conscrits

    Ancien tambour des armées impériales de Napoléon, un Puivertain conduisait les conscrits à Chalabre.

    L’article qui suit avait paru dans une édition du journal le Midi Libre, dans le courant des années 1960. Archivé grâce aux bons soins d’André Galaup, journaliste retraité, bien connu notamment en pays limouxin, une anecdote ressort aujourd'hui du chapeau.

    Tambour Napoléon.JPGLe diplôme de la médaille de Sainte-Hélène.

    Le hasard fait bien les choses. Ainsi, M. Pierre Sabatier, ancien charron à Puivert eut l’idée dernièrement de jeter un coup d’œil dans un vieux carton, genre haut de forme et qui s’ouvre en dessus par un couvercle. Et à l’intérieur de ce coffre, il découvrit le livret militaire et un diplôme d’un lointain aïeul qui était tambour dans les armées impériales du grand Napoléon.

    Actuellement chez sa fille, à Alaigne, M. Sabatier a bien voulu nous montrer ces documents qui ont pris maintenant une valeur à la fois familiale et historique. Le livret militaire, en parchemin, porte les indications : "Fargues Jean-François, tambour, n.matricule : 8327", les années de campagne et l’armement : "un fusil, un sabre et une caisse". Le tambour faisait donc partie de l’armement. Sur le diplôme portant attribution de la médaille de Sainte-Hélène, on lit : « Napoléon 1er, à ses compagnons de gloire, sa dernière pensée. Sainte-Hélène 5 mai 1821. Le grand chancelier de l’Ordre impérial de la Légion d’honneur certifie que M. Fargues J., 67e de ligne à Puivert, ayant servi durant la période de 1792 à 1815 a reçu la médaille de Sainte-Hélène. Inscrit à la grande chancellerie n.202.767 ». Quant à la médaille, la famille la conserve précieusement.   

    A la lumière de ces documents, on apprend qu’un citoyen de Puivert, Fargues Jean-François, s’en alla en guerre en 1792. Il fit toutes les campagnes de l’épopée napoléonienne. M. Sabatier va refouiller dans les archives de famille pour retrouver les écrits sur les campagnes et la carrière militaire de ce valeureux ancêtre. La belle-mère de M. Sabatier a connu ce vieux soldat. Elle avait huit ans et elle l’entendait raconter tant et tant de choses sur les grognards. Revenu à la vie civile, Fargues Jean-François avait conservé le culte du grand Napoléon. Il jouissait, à Puivert, de la plus grande considération. Et chaque année, il se faisait un devoir avec son tambour, de conduire à pied, les conscrits de Puivert à Chalabre. Et ran ! plan ! ran ! plan ! Ils faisaient le tour de ville au chef-lieu de canton. Puis, après quelques canons de vin, la cohorte repartait toujours à pied et au son du tambour, à Puivert où la journée ou plus exactement la soirée, se terminait à l’auberge. C’est qu’à cette époque n’était pas tambour qui voulait. A plus forte raison un tambour de Napoléon.

  • Du Kercorb jusqu’au Lancashire, en 70 jours

    Vic's Big Walk.JPGLes premiers pas pour Vic Heaney, attendu à Blackpool le 23 juillet.

    Ce samedi 15 mai, le château de la Dame Blanche veillait sur son  « puy de verdure » encore endormi, lorsque Vic Heaney a effectué les premiers pas d'une longue marche qui doit l'emmener de Puivert jusqu'à Blackpool, au nord-ouest de l'Angleterre. Le projet trottait depuis bientôt deux ans dans la tête du retraité rangé du monde informatique, fêter son 70e anniversaire au terme de 70 jours d'un périple bouclé sur le pas de porte de la maison natale. A raison de 30 kilomètres quotidiens, Vic Heaney  touchera au but le vendredi 23 juillet prochain, après plus de 2000 kms à travers routes et sentiers de randonnée. Il sera l'heure de souffler les bougies, à la conclusion d'un défi entrepris avec l'assistance de son épouse Gay, présente au départ et à l'arrivée de chacune des étapes.

    Cette façon très originale de célébrer le chemin parcouru depuis sa naissance doit également permettre à Vic Heaney de récolter des fonds en faveur de la lutte contre le cancer du pancréas, une forme mal connue de la maladie qui avait entraîné il y a quelques années, le décès de Gaile, sa première épouse également native de Blackpool. Vic Heaney espère pouvoir atteindre la somme de 8000 € en faveur d'une cause que chacun peut soutenir en consultant le site http://www.justgiving.com/Vic-Heaney/

    Vic's supporters.JPGEncouragé par de nombreux messages de soutien et par la présence d'amis venus l'accompagner sur les premiers hectomètres (photo ci-dessus), notre  globe-trotter a entrepris une diagonale en direction de Ouistreham (Calvados), terme de la 44e étape de son périple sur le sol français. Il débarquera ensuite à Portsmouth pour rallier les bords de la Mersey, avant d'apercevoir la Blackpool Tower, dont la ressemblance avec une tour dressée face au Trocadéro est troublante.

     Ce matin, Vic Heaney fait route vers le village tarnais de Penne. Et il ne marche pas seul puisqu'un badge néo-zélandais et un petit koala australien en peluche fixés au revers de son chapeau font route eux aussi vers le Lancashire, symboles de la forte adhésion suscitée par ce projet. Vic Heaney tient au quotidien un journal de bord que l'on peut consulter sur http://vicsbigwalk.blogspot.com, et les messages de soutien peuvent être envoyés à l'adresse vicngay@gmail.com Meilleurs voeux de réussite «and  Good luck Vic, see you in august ». 

    Gay's kiss.JPGVic a reçu les encouragements de Gay, quelques minutes avant le départ.