Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bouclier raymond fort

  • Le RC Limoux-Razès XV enlève le Bouclier Raymond Fort

    Les champions du Languedoc ont soufflé le Bouclier Raymond-Fort détenu par les "Cissous" de Montpellier.

    bouclier raymond fort,fêtes du cazal 2013Le RC Limoux-Razès XV a inscrit son nom au palmarès.

    En ce samedi 20 juillet, les vieux briscards rassemblés sous la bannière des Badalucs, et managés par José Sanchez leur président, proposaient un rendez-vous amical aux amateurs de rugby du Comté de la Haute-Vallée. Parfaitement calée dans le riche programme des fêtes du Cazal, cette étincelle sportive venue ranimer la flamme en temps de trêve estivale, a vu la remise en jeu du Bouclier Raymond-Fort. Un trophée détenu par les "Cissous" de Montpellier, mais que les vétérans héraultais n'auront pu défendre, à leur grand regret.

    Tandis que le clocher de Saint-Pierre renvoyait l'écho de crampons impatients, Thierry Cnocquart vice-président des Badalucs souhaitait la bienvenue à une belle chambrée de quinzistes. Puis il remettait un superbe bouquet de fleurs à Alice Fort, fidèle marraine de l'événement, et épouse de l'emblématique président de l'USC XV, décédé le 12 avril 1997.

    bouclier raymond fort,fêtes du cazal 2013La balle ovale était donc à l'honneur, sur le stade Roger-Raynaud cette fois, où six formations étaient invitées à se jauger par le biais d'une compétition de jeu au flag. En l'absence de Christian de Bourges, arbitre multi cartes, ces joutes étaient supervisées par Romain Sicre, directeur de jeu également assermenté. Bien que très nombreux à prétendre soulever le bouclier, un seul groupe, aux couleurs limouxines, parviendra à ses fins. Face aux Badalucs, plutôt fringants pour leur âge, et aux Touste's Boys, volontaires mais enclins à disperser leurs efforts, ce sont les représentants du RC Limoux-Razès XV qui enlèvent l'édition 2013.

    bouclier raymond fort,fêtes du cazal 2013Les Blanquetiers, emmenés par Benjamin Jammet, Mathias Verganzonès et Cédric Crochard, recevront les compliments d'Alice, les félicitations des doyens Henri, Jean-Denis et Noël, avant de soulever le Bouclier Raymond-Fort. Il était l'heure de rejoindre les "Festejaïres del Cazal", sur une grand-place où les Limouxins ont pu caler un nouveau trophée, aux côtés de leur Bouclier de Champion du Languedoc de Promotion honneur 2012-2013.

    Un album-photos "Bouclier Raymond Fort 2013 " a été mis en ligne.

  • Le Bouclier Raymond-Fort revient en Kercorb

    Trophée R.Fort Juillet 2012 030.jpgLe «Badaluc» Sven Watmore n’échappera pas au «Cissou Boy» Stéphane Dumon.

    Le ballon ovale a renoué avec ses meilleurs rebonds, samedi au stade Lolo Mazon, à l’occasion de la VIIIe édition du Bouclier Raymond-Fort, dédiée à la mémoire du président de l’USC XV, décennie 1970. Un rendez-vous que les anciens du club, unis derrière leur président José Sanchez et le fanion des «Badalucs», honorent en retrouvant la pelouse de leurs vingt ans. Après avoir appelé à ses côtés Alice Fort, marraine de l’événement accompagnée de sa grande famille, Thierry Cnocquart co-président de ce comité de patriarches évoquait le souvenir de Raymond, en y associant une pensée très forte pour André Cabrera, Daniel Delpech et Raymond Dumay, amis récemment disparus.

    bouclier raymond fort,badalucs,cissou boys montpellier,fêtes du cazal 2012Un bouquet de fleurs pour Alice.

    Il souhaitait ensuite la bienvenue aux «Cissou Boys», alter ego des Badalucs, venus de Montpellier afin de remettre en jeu un trophée conquis en juillet 2011. La rencontre suivie par une belle chambrée de supporters, au sein de laquelle filtraient des notes aurillacoises et normandes, verra une fière équipe héraultaise défendre son titre. Sous l’autorité impartiale du duo arbitral composé de Romain Sicre et Sébastien Not, assistés à la touche par Alan Baby et Pierre Rossi, le Bouclier reviendra finalement au team des «bleu et blanc». Et donc une revanche, construite dans le premier quart temps, face à un quinze à la moyenne d’âge très respectable, combatif mais surpris par l’entrée en matière de Badalucs qui ouvriront le score avec un essai de Benjamin Jammet. Les partenaires de Bernard Coste se remettront très vite dans le sens de la marche, mais les «Cissou Boys» partis de trop loin, viendront échouer à une encablure d’un match nul mérité.

    bouclier raymond fort,badalucs,cissou boys montpellier,fêtes du cazal 2012Philippe Saboye, président des "Cissou Boys", remet un ballon dédicacé à Francis Amouroux et aux Badalucs.

    Il revenait à Yves Bérenguer doyen des vainqueurs, de brandir le «Bouclier Raymond-Fort», tandis que Francis Amouroux vétéran parmi les vétérans, recevait un superbe ballon dédicacé, de la part de Philippe Saboy, président des «Cissou Boys» et riche de lointaines origines cazaliennes. A ce palmarès 2012 venaient s’ajouter les accessits décernés par le «Club de la Ressègue», superviseurs discrets, corrosifs, mais clairvoyants. Et au terme d’une sobre analyse du match, rendue par le technicien Bernard Cnocquart, les trophées annexes revenaient à Christophe Bach, Gérald Mourareau et Francis Gracia. Egalement remerciées, avec mention, Christine, Maïté, Martine et Muriel, un pool féminin garant de la bonne marche de la buvette. Mais déjà, les premières notes de la fête en l’honneur de Sainte Marie-Madeleine, descendaient les pentes des «Tataoubas». Les festivités allaient pouvoir continuer, dans un déploiement d’accords offerts par l’OPVC, la fanfare pérignanaise des Tarabrass et les percussions de Tonton Kéké.

    Cazal 2012 R. Fort 156.jpgLes sociétaires du «Club de la Ressègue» n’ont rien perdu de leur vitalité.

    Un album Bouclier Raymond Fort 2012 a été mis en ligne.

  • Fêtes du Cazal, en bref et en résumé

    Festejaïres.jpgVendredi autour de 18 h, une troupe hétéroclite mais musicienne, s'apprête à descendre vers les cours chalabrois. 

    fêtes du cazal,pilpa,bouclier raymond fortLe volet sportif de la fête commencera avec le Critérium cycliste, animé par le club des "Vé' libres".

    Trophée R.Fort Polo.jpgLe "Bouclier Raymond Fort" est enlevé de haute lutte par les Badalucs, face aux Cissou Boys de Montpellier.

    Trophée R.Fort Buvette.jpgLe bureau féminin des Badalucs a assuré le service durant chaque intermède.

    Pays d'Olmes.jpgLe Pays d'Olmes est venu retrouver ses amis sur la place du Cazal.

    Pilpa.jpgLa fête, mais aussi la solidarité, à l'égard des "Pilpa", dont l'unité de fabrication est menacée de fermeture. Une pétition était proposée aux invités des Festejaïres.

    fêtes du cazal,pilpa,bouclier raymond fortLes danseurs amateurs sont venus offrir une chorégraphie dans l'amphithéâtre du Cazal (Photo Francis Amouroux)

    fêtes du cazal,pilpa,bouclier raymond fortLa XVI° course internationale à la brouette a donné lieu à de belles initiatives.

    fêtes du cazal,pilpa,bouclier raymond fortLa course des As fut mouvementée, ... comme d'habitude.

    Plus d'info sur le site http://feteaucazal.over-blog.com/, ravitaillé en temps réel par Philippe Cnocquart.

  • Le « Bouclier Raymond-Fort » est parti à Montpellier

    Bouclier RF 2011.jpgVIIe édition réussie pour José, Titou, Serge et Alice, fidèles au rendez-vous du souvenir.

    En présence d’un beau soleil revenu, émotion et beau jeu étaient réunis tout dernièrement entre les pagelles du stade Lolo Mazon, à l’occasion du traditionnel match de rugby organisé pour l’attribution du « Bouclier Raymond Fort ». De l’émotion, quand les Badalucs et leurs invités se sont inclinés à la mémoire du défunt président, en présence d’Alice et de ses filles. De l’émotion encore, lorsque le souvenir des anciens récemment décédés, Maurice Hygounet et Roger Raynaud a été évoqué. De l’émotion toujours, durant la minute de recueillement observée par les joueurs et les nombreux spectateurs, à la mémoire de Jean-Claude Sicre, disparu le 4 juillet dernier.

    JCS.jpg

    Le beau jeu était aussi au rendez-vous lorsque les deux sélections se sont affrontées sur une pelouse parfaite, avec un résultat final mettant dos-à-dos ou presque, les Badalucs et l’équipe du Président. En l’absence cumulée d’Arnaud Molini et de Joël Laffite, réquisitionnés par l’ami Richard pour la « mounjetado » du soir, les Badalucs ont joué cartes sur table en envoyant les gros devant. Composée d’un éventail des « Cissous Boys» de Montpellier, des campeurs de St Jory et de Chalabrois sélectionnés entre le guichet et la buvette, l’équipe du Président a rapidement pris ses marques en privilégiant les longues chevauchées de trois-quarts. Pour le plus grand plaisir des aficionados rassemblés à distance raisonnable de la guinguette tenue par Christine et Sophie.

    Jury de la Ressègue.jpg

    Plusieurs essais de belle facture seront proposés aux officiels du club de la « Ressègue » (photo ci-dessus), hélas autant donner de la confiture à des cochons, trop occupés à pointer ballons tombés ou passes dans les chaussettes. Côté Badalucs, Olivier Carbonneau mettra ses adversaires dans les fraises et ira aplatir un essai, au terme d’une double accélération et d’un pas de l’oie. Souvent sollicité, Jeff Toustou remontera lui aussi de précieux ballons. En face, les postures chaloupées de « Tchicho » Canal perturberont souvent la défense inversée du duo Babou-Sanchez. De même que le jeu développé par les « Cissous » (photo ci-dessous), aura rappelé les meilleures années en bleu et blanc de José Sanchez, président des Badalucs. Le tout arbitré par Christian Laffont et Romain Sicre, préposés au sifflet et à la hauteur.

    Cissous.jpg

    La remise des récompenses permettra à Serge Murillo, ambassadeur des années 1970, de remettre un bouquet de fleurs à Alice, et le Bouclier Raymond Fort aux visiteurs héraultais (photo ci-dessous). Prélude à une soirée festive et gastronomique qui commencera avec un apéritif offert par l’ami Francis. Le tout dans un déploiement de partitions fournies par l’OPVC, la fanfare Tarabrass et les percussions de Tonton Kéké.

    Bouclier RF bis.jpg

    Cet article s'inspire d'un texte écrit par Philippe Cnocquart.

    Un album-photos Bouclier Raymond-Fort 2011 a été mis en ligne.

  • Bouclier Raymond Fort : Une superbe fête, à la puissance deux

    Jubilé Francis.jpgChacun a gardé le rugby au coeur.

    Le stade intercommunal a réuni une belle et joyeuse chambrée en ce samedi 24 juillet, date de la VIe édition du Bouclier Raymond Fort. Ce rendez-vous dédié à la mémoire du regretté président de l'USC XV des années 1970, portait cette fois un cachet confidentiel, comme si chacun des participants avait été invité à garder un secret. En réalité, l'intermède sportif inséré dans le programme des fêtes du Cazal aura aussi permis d'offrir une belle surprise à Francis Amouroux, sportif émérite crédité d'un demi-siècle de complicité avec le ballon ovale.

    Grand instigateur de ce jubilé, Thierry Cnocquart avait mis en place un protocole réglé au millimètre afin que l'ami Touste puisse voguer de surprise en surprise. L'émotion allait de fait monter crescendo au fil de l'événement, en présence de Roger Raynaud, doyen du club. Après avoir salué Alice Fort marraine de la manifestation entourée de ses filles, Titou appelait le sociétaire des clubs du Pays d'Olmes et du Chalabrais. Ainsi commençait un bel après-midi d'hommages unissant souvenir et amitié, auquel Maryse était intimement associée.

    Touste Blog.JPGUne belle surprise attendait Francis Amouroux.

    Le stade Lolo Mazon aura ainsi offert la superbe image d'une fusion inter générations, Bernard, Puce ou Henri partageant le cuir avec Alan, Pierre et Thomas, rugbymen en herbe conscients de vivre un épisode d'exception. Quant à la rencontre sportive, arbitrée de main de maître par Christian Laffont, elle sera disputée en présence de nombreux supporters venus réaffirmer leur soutien aux anciens, aujourd'hui fédérés sous la prestigieuse bannière des « Badalucs ». Cinquante années de rugby étaient donc réunies sur la pelouse chalabroise, pour un résultat sportif final qui a permis aux amoureux du quinze de soulever comme un seul homme le Bouclier Raymond Fort. Selon la tradition, il revenait au Club de la  « Ressègue » de décerner les accessits. Dans la catégorie « Crochet dévastateur » la palme était attribuée à Serge Murillo, tandis que la « Passoire d'or » allait autour du cou de Romain Sicre. Enfin un prix spécial était attribué à Alan Baby, jeune pousse de l'école de rugby qui règle ses pas dans ceux de Tonton Benoît. Les co-présidents remerciaient Christine, Muriel et Sophie, trio composant le pool performant de la buvette, et la fête en l'honneur de Ste Marie-Madeleine allait pouvoir continuer là-haut sur la grand-place du Cazal.