Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

carnaval chalabre

  • C’était hier : Vingt ans de Carnaval

    L’article mis en ligne aujourd’hui avait paru dans l’Indépendant, édition du lundi 18 mars 1996.

    Mars 96 Trio R R A.JPGRoger Raynaud, René Berland, André Conte, un trio de magistrats qui fit rarement preuve de clémence (Photos archives, mars 1996).

    La cour intérieure des Cèdres résonnait samedi en fin d’après-midi aux accords des musiciens de l’O.P.V.C qui bouclaient un tour de ville en musique à l’attention des Chalabrois, invités à venir découvrir une exposition entièrement consacrée à Badaluc, prince du Carnaval. Montée à l’initiative de Jean Martinez, trompettiste du groupe, cette expo retrace les grandeurs et les servitudes de sa Majesté Badaluc au cours de ses vingt dernières années de règne en Kercorb.

    Vingt fois accueilli avec faste et honneur, ce monarque très courtisé, n’a pourtant jamais réussi à résider plus de deux jours à Chalabre. Tantôt roi du pétrole, jardinier ou bien cosmonaute, prenant les traits du diable ou les défroques du capitaine Crochet, Badaluc n’est jamais parvenu à s’attirer la sympathie des magistrats chargés de veiller à son avenir. Pourtant une évidence s’impose, Badaluc est bon prince, et n’a pas la rancune tenace, puisqu’il a accepté de revenir cette année encore dans nos murs. Nul ne sait si le tribunal fera cette fois une exception, la lune de mars incitera peut-être les magistrats à plus de clémence.

    carnaval chalabre

    Jean Martinez présente le projet aux nombreux visiteurs venus découvrir une exposition riche en souvenirs 

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    Ce fut l'occasion de réunir les créateurs des portraits de Badaluc, prédécesseurs de l'ami Thierry Roncalli

    De gauche à droite debout, Jean Plauzolles, Frédéric Paillard, Nicolae Fleissig. Accroupis, Richard Conte, Robert Saddier.

  • « Badaluc es-tu là ? Si oui, un coup, sinon deux coups »

    Mardi-Gras s'éloigne, et il apparaît que le rendez-vous annuel avec le prince de l’éphémère, sera cette année encore mis sous cloche. Dans l'attente d'une hypothétique missive annonçant l'arrivée de Badaluc le 52e (espérée déjà en 2020), retour en trois images, vers les carnavals d'un temps passé. Immortalisés sous l'objectif de Maurice Mazon, vers le milieu des années 1950.

    carnaval chalabre,maurice mazon

    A l'angle des Cours d'Aguesseau et Colbert, Georges Marty, béret vissé sur la tête et volant à droite, assure le transfert  du « pailhassut »,  attendu du côté de l'hôtel de ville

    carnaval chalabre,maurice mazon

    Blocage aux abords du bureau de tabac de Claire Castres. Une drôle d'escouade est à la peine pour manœuvrer la pompe à bras du centre de secours. Sous le regard perplexe de Jean Cabanier, appariteur... et chef de corps

    carnaval chalabre,maurice mazon

    A hauteur du bassin, les Chalabrois sont une nouvelle fois au rendez-vous

    De profil, Raymonde Garros, au second plan, Henriette Déramond, Paulette et Georges Sié 

  • Ceux qui connaissent la musique les reconnaîtront

    Sa majesté Badaluc le 52e n'a pu, pour les raisons que l'on sait, franchir les portes fermées de la ville. Comme ce fut le cas au plus fort de l'année 1631, lorsque la peste avait interdit l'entrée de tout étranger dans la bastide. Comment ne pas avoir aujourd'hui une pensée à l'égard de nos musiciens, que l'on imagine effondrés au pied de leurs pupitres. Et qui voient s'évanouir une année entière consacrée à réviser leurs gammes, en l'honneur du prince de l'éphémère. Cette situation sans précédent offre l'occasion d'effectuer un petit flash-back en musique, sans partition, juste à la feuille.

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

     

     

     

     

     

     

     

     

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    Cazal

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

    carnaval chalabre

  • Carnaval : Le droit de réponse de Mestre Refresco Barral de l'Esturgat

    Après les attaques récemment perpétrées dans nos colonnes à l’encontre de son client Badaluc LII, Mestre Pipo Refresco Barral de l'Esturgat, a exigé un droit de réponse. La déontologie nous contraignant à nous plier à cette injonction, voici la missive émanant de celui qui, après la révocation de Mestre Bourrouncut de la Pataniero d’Amount (photo ci-dessous), est désormais l’unique avocat inscrit au barreau du Tataoubas (les statistiques des procès gagnés sont disponibles sur le site Internet de l'étude).

    carnaval chalabre

    (Archive Carnaval 2012)

    « Bien chers tous, citoyens bien-aimés,

    En ces temps perturbés, vous comprendrez aisément que je n'avais pas prévu de rédiger le traditionnel discours de bienvenue pour sa majesté Badaluc LII, ni de préparer l'inévitable plaidoirie à son endroit. Mais, l'horrible pamphlet de Mestre Dolentizo, publié le 5 avril par la presse locale, m'oblige à sortir de ma réserve.

    En effet, sans aucune provocation de la part de mon client, le procureur (à vie) du tribunal de Tataoubas s'est permis d'attenter à la réputation de notre hôte et s'est rendu coupable, à mes yeux, d'une agression sans précédent. Mestre Dolentizo accuse notre prochain invité d'avoir peur, mais c'est en fait le contraire qui se passe !

    A l'image du « Mustela Putorius », autrement appelé furet ou « putois », qui active sa glande lorsqu'il se sent menacé, le procureur attaque avant de savoir. Comme le putois, notre procureur est solitaire, discret et furtif. Le jour, il se confine dans des cavités ou dans des terriers. Craintif, il projette sa prose nauséabonde par des diffusions très précises à plusieurs mètres. L'odeur est si forte qu'elle peut être portée par un média jusqu'à plusieurs kilomètres. Je vous le dit tout net : Dolentizo est un putois qui cherche à marquer son territoire !

    Chalabrois, Chalabroises, vous l'avez compris. Si Badaluc LII ne se présentera pas au rendez-vous des 11 et 12 avril prochains, c'est uniquement parce qu'il respecte rigoureusement les consignes gouvernementales de confinement. Il est exemplaire dans son comportement lors de cette crise sanitaire et, comme moi, Dolentizo devrait applaudir à sa fenêtre !

    carnaval chalabre

    Les enfants ont été les premiers stupéfaits à l'annonce de la nouvelle 

    Je vous assure que Badaluc regrette d'avoir dû annuler son séjour, vous le comprenez. D'autant plus que, s'agissant d'un illustre savant de Marseille, disposant d'un réseau d'influence très important, sa majesté aurait pu apporter énormément de bienfaits à notre Quercorb. Voici un avant-goût.

    carnaval chalabreD'abord, le développement d'un médicament miracle contre le coronavirus est en expérimentation dans son laboratoire. Élaboré à partir d'un mélange de Suze et de Schweppes tonic (les proportions sont conservées secrètes), l'antidote promet des résultats effarants notamment grâce à l’interaction provoquée entre l'extrait de gentiane de la Suze et les molécules de quinine contenues dans le soda. Une expérimentation pratiquée sur une colonie de pangolins malades montre que ces animaux optent systématiquement pour la Suze tonic plutôt que l'eau qui leur est proposée dans l'autre gamelle. C'est encourageant.

    carnaval chalabreEnsuite, afin de compenser l'absence de maison de santé sur notre territoire, Badaluc prévoyait de faire appareiller le porte-hélicoptère « Lo troneire » à la digue du lac. Transformé en hôpital flottant, le bâtiment pourrait accueillir jusqu'à 130 malades. Pour cela, il faudrait simplement relever un peu le niveau de l'étang pour garantir un tirant d'eau suffisant au pied de la digue. Simple et efficace.

    Enfin, la relance industrielle était promise pour notre village. En effet, le dossier de création de la société anonyme « P.Q. SA » (Papiers du Quercorb) ayant été déposé auprès du Tribunal de Commerce de Méric, Badaluc aurait pu envisager sans retard l'édification d'une usine de fabrication de papier toilette sur le terrain du stade (lequel ne sert plus à rien, puisqu'il n'y a plus de matches). Un renouveau industriel qui provoquerait, selon les simulations faites par le ministre de l'économie, à qui l'on peut faire une confiance aveugle, un rebond important du PIB de la commune.

    Voilà tout ce que Badaluc aurait pu faire pour Chalabre, et Mestre Dolentizo se permet tout de même des critiques ! Je vous laisse juges de son comportement qui justifie, selon moi, une sanction exemplaire de la part du président du tribunal (qui reste étonnamment muet dans ce débat d'ailleurs !).

    Enfin, par pudeur, je ne souhaite pas revenir sur l'attaque personnelle dont j'ai été victime à la fin de la lettre du procureur. Je lui souhaite de rester en parfaite santé et, pour cela, qu'il reste con fini à son domicile jusqu'à la fin de la pandémie ».

    carnaval chalabre

    Rien ne va plus pour le chauffeur de sa majesté

  • 1 jour, 4 images

    C'était en l'An 1976 de notre ère, le deuxième choc pétrolier affectait le monde entier, mais Chalabre, toujours en quête d'idées (à défaut d'avoir du brut), faisait mieux que résister. Alors que les émirs de la planète se voyaient courtisés par les grands de ce monde, nos édiles d'alors avaient réussi la prouesse de s'attacher rien moins que les services d'un magnat de l'or noir. Il faut dire que la cité chalabroise était forte d’une certaine expérience, pour avoir quelques années auparavant, entretenu des liens privilégiés avec la CFP, alias la compagnie française des pétroles (Photos collection Geneviève Vidal).

    carnaval chalabre

    Accueilli en mairie, Badaluc VIII s'élance sur les cours

    (le moine au 1er plan, a délaissé depuis ses ouailles pour ses poules)

    carnaval chalabre

    8 février 1976, le jour où l'émir réquisitionna l'ami Jojo. Et depuis...

    carnaval chalabre

    L'Avenir du Kercorb conduit Badaluc VIII à la découverte de la cité

    (1ère ligne de tambours, Guy Bernard, Yvonne Lara, Jacques Mamet, Jean-Claude Bazzo)

    carnaval chalabre

    Halte devant le café de la Paix, car la soif gagne les carnavaliers

    (au deuxième plan, René Berland, Serge Bazzo, André Estève. Avec l'entorche, Michel Carbou)