Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

denis mamet

  • C'est la tournée de Denis

    Qu'il pleuve ou qu'il neige, jour de l'An ou matin de Noël, il livre aux abonnés presse, les nouvelles fraîches du jour.

    Denis Mamet Mars 2014.jpgDenis Mamet, le messager de la première heure.

    Cela fait dix ans que ça dure, depuis que Denis Mamet a pris le relais de son frère André, porteur de journaux à domicile, pendant ... dix ans. Un service effectué avec assiduité et ponctualité, deux qualités saluées par les fidèles abonnés de la presse au quotidien.

    Dès potron-minet     A l'heure où les cours et les rues dorment encore dans la douce lumière des réverbères, Denis Mamet arpente méthodiquement les trottoirs chalabrois, une énorme sacoche pleine d'informations en bandoulière. Voilà comment, aux alentours de 6 h 30 chaque matin, Denis fait sa tournée avec la régularité d'un métronome, à ce point ponctuel que les fidèles lecteurs sont devenus dépendants de ce messager noctambule.

    Les hasards du calendrier ne perturbent en rien les bonnes habitudes de Denis Mamet, les matins de Noël ou du jour de l'An sont pour lui des matins comme les autres. Et s'il s'agit de braver les intempéries, Denis en redemande, il peut pleuvoir sur les trottoirs, Denis s'en fiche et c'est tant mieux.

    Les personnes intéressées par le service de portage à domicile peuvent prendre contact auprès de José Sanchez à la maison de la presse, au 04 68 69 24 16.

  • C'était hier : Denis part en tournée

    L'article mis en ligne aujourd'hui, avait été publié dans l'Indépendant, édition du jeudi 22 janvier 2004. En guise de clin d'oeil à l'ami Denis, pour son sérieux et sa régularité de métronome.

    andré mamet,denis mametDenis Mamet, nouveau messager de la première heure (photo archives, Janvier 2004).

    Après dix ans de bons et loyaux services, André Mamet a souhaité mettre un terme à ses activités de porteur de journaux à domicile. Un service qu'il a effectué avec assiduité et ponctualité, deux qualités saluées par les fidèles abonnés chalabrois de la presse au quotidien.

    Il faut dire que pendant ses dix années de tournées, notre messager noctambule aura réussi à fidéliser ses lecteurs guettant dans la nuit le bruit du vélomoteur porteur de nouvelles. Le 1er janvier dernier, André Mamet passait le témoin à son frère Denis, auquel il a confié la sacoche, mais aussi et surtout les consignes nécessaires, afin que les bonnes habitudes perdurent.

    Fort de quelques remplacements effectués au pied levé, Denis Mamet a pris le relais sans problème, prêt à arpenter les rues chalabroises par tous les temps, et quels que soient les hasards du calendrier.

    Un grand merci à André (photo ci-dessous, archives Février 1996), et bienvenue à Denis, auprès de qui les personnes intéressées par le portage des journaux à domicile, peuvent prendre contact, ainsi qu'à la maison de la presse du Cours Henri d'Aguesseau.

    andré mamet,denis mamet

  • Une journée sur les quais

    Cet article avait été publié dans l’édition de l’Indépendant du vendredi 6 août 1999. Depuis, le quai de transfert s’est déplacé de quelques hectomètres, muni d’un règlement en bonne et due forme. Lequel ne laisse aucune chance à l’étourdi bricoleur qui n’a pas actualisé les bons horaires d’ouverture. « Jadis »,  une remorque chargée jusqu’aux ridelles se voyait invariablement délestée de son fardeau dès l’arrivée à quai. Certains jours d’aujourd’hui, il n’est pas rare de voir cette même remorque effectuer d’étranges navettes, entraînée par un pilote manifestement chagrin. Les temps changent, mais ce petit retour en arrière offre surtout l’occasion d’adresser à l’ami Denis, devenu aujourd’hui le messager de la première heure, tous nos souhaits de prompt rétablissement.

    denis mamet,dominique sancho,quai de transfertDenis et Dominique se relaient au service de la communauté (photo archives août 1999).  

     

    Ils s’appellent Denis, Dominique, Jacques, Alain ou Pedro et ont un signe distinctif qui ne saute pas forcément aux yeux, ces jeunes gens travaillent chacun à leur tour pour la préservation de notre patrimoine naturel. Ils sont ou ont été les agents d’entretien chargés de la surveillance du quai de transfert route de Mirepoix, aménagé et mis en service en 1991. Ce centre de collecte et d’élimination des déchets qui jouxte l’ancienne gare de Chalabre a ainsi permis de supprimer l’ensemble des décharges sauvages sur les communes de Rivel, Ste Colombe sur l’Hers, Puivert et Sonnac.

    Comme ses compagnons ont pu le faire auparavant, Denis Mamet assure à son tour une permanence des plus assidue du lundi au samedi, afin de faciliter les opérations de tri sélectif que nos concitoyens sont invités à réaliser, et ce dans le but de faciliter le recyclage de nos déchets. De temps à autre, Denis reçoit un coup de main très apprécié de la part de son copain Dominique, un ancien dans la maison. Qu’il nous soit permis d’adresser un clin d’œil amical à ces deux compères, qui s’emploient avec ardeur et dévouement tout au long d’une journée sur les quais.

  • L’ami Denis à l’épreuve des éléments

    Denis.JPGDenis Mamet est le messager du petit matin, par tous les temps.

    A l'heure où les cours et les rues dorment encore dans la douce lumière des réverbères, Denis Mamet arpente méthodiquement les trottoirs chalabrois, avec en bandoulière, une énorme sacoche chargée d'informations. Voilà comment, aux alentours de 6h 30 chaque matin, Denis fait sa tournée avec la régularité d'un métronome, à ce point ponctuel que les fidèles lecteurs sont devenus dépendants de ce messager noctambule.

    Les hasards du calendrier ne perturbent en rien les bonnes habitudes de l'ami Denis, les matins de Noël ou du jour de l'An sont pour lui des matins comme les autres. Tout au plus s'accorde-t-il une belle grasse matinée, chaque année au 1er mai. Et quand il s'agit de braver les intempéries, Denis reste serein, il peut pleuvoir sur les trottoirs, Denis s'en fiche.

    Confidence pour confidence, Denis commence tout de même à trouver ce début d'année 2010, un peu trop blanc à son goût. Mis à pied une première fois les 9 et 10 janvier dernier, il vient de reprendre son bâton de pèlerin afin d'affronter petit pas petit pied, un nouvel épisode neigeux, agrémenté cette fois d'un peu de blizzard. Depuis St Antoine en passant par le Cazal et jusqu'à la Cigalière, l'information une fois encore est arrivée dans les boîtes aux lettres, un privilège apprécié à sa juste valeur par les fidèles lecteurs qui adressent un grand merci à Denis.