Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

frédéric boussioux

  • Aux Vergers de la Galante, les pommiers sont fleuris

    vergers de la galante,frédéric boussiouxJane, Alice et Lisa Boussioux ont goûté au spectacle de la fleuraison.

    En décembre et au terme de trois mois et demi d’activité intense consacrés à la cueillette des pommes, la plaine de Sonnac-sur-l’Hers avait été rendue à sa tranquillité. Selon un calendrier établi au gré d’une météo au planning instable, les affaires ont repris au cœur des Vergers de la Galante. Ainsi le mois de janvier a vu les sécateurs entrer en action, afin de procéder à la taille des fruitiers répartis sur les 28 ha que compte le domaine dirigé par Frédéric Boussioux.

    Un temps endormie, la sève a discrètement pris le relais et à la faveur d’un hiver tempéré, la fleuraison est là et bien là, renforcée par l’efficacité de colonies d’abeilles fidèles au rendez-vous et sachant faire le métier. En témoigne l’éclosion de fleurs aussi blanches que le blanc des filets qui ont ensuite été tendus, afin de protéger les petites pommes en devenir.

    vergers de la galante,frédéric boussioux

    Après l’étape de l’éclaircissage, prévue en juin, échelles, « picking bags », plateformes mobiles et petits trains investiront les rangées de pommiers, le mois d’août touchera alors à son terme. Il sera l’heure pour les cueilleurs d’engager une saison peut-être singulière, avec la probable mise en place d’une procédure visant au respect des gestes barrière. Mesures de sécurité aménagées dès le début du confinement, qui ont amené les Vergers de la Galante à faire le choix d’une fermeture du magasin de vente directe. Un lieu d’accueil apprécié par les amateurs de pommes, lesquels bénéficient toutefois du service de distribution 24 h sur 24.

    Comme le souligne Frédéric Boussioux, « la consommation a nettement progressé en avril, dans un contexte d’exception qui n’aura pas pénalisé l’écoulement de la récolte 2019 ». Avec des ventes en hausse et l’embauche de douze employés déjà sur site, la récolte du millésime 2020 s’annonce sous les meilleurs auspices, les aléas météorologiques étant invités à passer leur chemin. Après une année 2018 d’exception suivie d’une année 2019 moins prolifique, Chantecler, Canada, Délice d’or et leurs consoeurs sont attendues pour cet été.

    vergers de la galante,frédéric boussioux

  • Les filets sont roulés dans les Vergers de la Galante

    Agriculture. Les Vergers de la Galante libérés.

    frédéric boussioux,les vergers de la galanteL’équipe de Frédéric Boussioux est en passe de boucler la boucle.

    C’est un signe qui ne trompe pas le promeneur, arrivé au détour du château de Falgas, et dont la vue est soudain privée de cette mer blanche qui ondulait il y a peu sur la plaine de l’Hers. C’est que les pommiers des Vergers de la Galante à Sonnac-sur-l’Hers, libérés de cette vaste capeline qui les protège des grêlons sournois, s’apprêtent à prendre congé d’une armada de cueilleurs, présents dans leurs rangs depuis les derniers jours du mois d’août.

    Pêches et poires auront été les premiers fruits à abandonner la plantation, après avoir été délicatement déposés au fond d’un pallbox, solide remplaçant de la lointaine cagette. Est bien sûr venu le temps des pommes, et afin d’assurer la récolte, plus de vingt cueilleurs associés auront finalisé un processus toujours recommencé au plus fort de l’hiver, sur les 23 ha que compte le domaine dirigé par Frédéric Boussioux.

    Une récolte en baisse     Après une année 2017 marquée par des épisodes répétés de gel, puis une année 2018 d’exception qui avait permis d’atteindre une production de 1010 tonnes de fruits, 2019 aura été moins prolifique. Selon une estimation, la récolte approchera 60% de ce qui pouvait être espéré, avec une meilleure qualité gustative certes, mais avec des défauts d’épiderme et du petit calibre. Au final, ce sont près de 350 tonnes qui auront pris le chemin de la coopérative à Agen (contre 600 en 2018), l’autre partie de la production étant réservée pour la vente directe à Sonnac-sur-l’Hers, où les Vergers de la Galante proposent un service de distribution 24 h sur 24, en complément d’un lieu d’accueil ouvert aux amateurs de pommes.

    Les premiers jours de décembre devraient voir échelles et « picking bags » définitivement remisés, après que Pink Lady et Délice d’or aient cessé de faire de la résistance. Que réservera la saison 2020, pour l’heure, Palomena prasina (punaises des bois), escargots ou coccinelles, vont pouvoir goûter à une tranquillité retrouvée, et reprendre une vie sociale normale. 

  • Il y a eu de la pomme aux Vergers de la Galante

    vergers de la galante,frédéric boussiouxFrédéric Boussioux et son équipe de cueilleurs ont bouclé une saison prolifique.

    Avec l’année qui se termine, la plaine de Sonnac-sur-l’Hers a retrouvé la tranquillité, et la noria de trains emmenant les pallbox chargés de fruits, a laissé la place au cliquetis des ciseaux pour la taille. Commencée le 17 août avec la poire Williams, la cueillette 2018 dans les 23 ha des Vergers de la Galante, a pris fin à quelques jours de Noël. Le vendredi 14 décembre et avec les dernières pommes Délisdor, « picking bags » et échelles étaient définitivement remisés, au terme de quatre mois de campagne sous les pommiers.

    vergers de la galante,frédéric boussiouxCe fruit qui semble mûrir au rythme tranquille des saisons, et qui par le passé a connu quelques soucis en raison d’un marché de plus en plus exigeant, se décline aujourd’hui en 18 variétés différentes. L’occasion de rappeler qu’à la fin des années 1970 (le verger a été créée en 1964 par René Boussioux (†), photo ci-dessus), la pomme Golden était l’unique variété mûrissant aux abords de la rivière Hers. A présent, son fils Frédéric continue à faire prospérer l'activité fruitière d'une plantation qui aura donné cette année, 1010 tonnes de fruits, acheminées pour les trois-quarts, vers une coopérative à Montauban. Une production doublée par rapport au résultat de 2017, qui permet d’effacer le souvenir d’une année marquée par les épisodes répétés de gel.

    Une excellente ambiance et des conditions de cueillette idéales auront accompagné vers leur destin, Gala, Crimson crips, Pixie, Honey crunch, Ladina, Canada, Golden, Jonagold, Candine, Pinova, Chantelou, Fuji et Dalinette. Sans oublier Chantecler, Pink lady, Blue reine et Délisdor, gamme cultivée en méthode bio. Autant de noms évocateurs, auxquels viendront bientôt se joindre Red chief, Granny, Elstar, Opal, et une perspective qui permet au pomiculteur Frédéric Boussioux d’envisager dans trois ans, une augmentation de 30 % de la production, avec pas moins de trente cueilleurs en action du 15 août au 1er décembre.

    vergers de la galante,frédéric boussioux

    Une partie de la production est réservée pour la vente directe à Sonnac-sur-l’Hers, où les Vergers de la Galante ont opté pour une innovation technique avec la mise en place d’un service de distribution 24 heures sur 24, lequel vient en complément d’un lieu d’accueil ouvert aux amateurs de pommes. Désormais aussi célèbre que celle du physicien anglais Isaac Newton, la pomme de Sonnac-sur-l’Hers a décidé de vivre avec son temps.