Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

santiago martinez

  • C'était hier : Un vautour fauve se pose dans le quartier du Moulin

    L'article mis en ligne avait été publié dans l'Indépendant, édition du samedi 25 juillet 2009.

    vautour fauve,santiago martinezLes pieds dans l’Hers, Santiago Martinez est parvenu à calmer et à maîtriser le grand rapace (Photos archives, Juillet 2009).

    Le calme qui règne en juillet sur les cours était perturbé tout récemment par l’irruption d’un vautour fauve, contraint à un atterrissage forcé entre les platanes du cours Colbert. Tel l’albatros de Baudelaire, que des ailes de géant empêchent de marcher, le voyageur ailé aura toutes les peines du monde à repartir, ce qu’il réussira pourtant, avant de s’échouer quelques centaines de mètres plus loin, dans le vieux quartier du Moulin. Aussitôt alerté, le centre de secours Jean Cabanier dépêchait sur place Santiago Martinez, chargé de récupérer le volatile.

    vautour fauve,santiago martinez

    Malgré un état de faiblesse apparent, le rapace parvenait à se frayer en petites foulées un chemin vers les jardins potager de la Bâtisse, avant de plonger dans l’Hers où une insolite confrontation tournera à l’avantage de « Santi ». A la demande du Codis, l’animal non bagué était alors acheminé vers la caserne des pompiers de Lézignan-Corbières. C’est là que Santiago Martinez prenait congé d’une prise encombrante, qu’il remettait à un responsable de la Ligue de Protection des Oiseaux basée Ecluse de Mandirac à Narbonne.    

    vautour fauve,santiago martinezAprès informations collectées auprès des responsables audois de la LPO, l’animal qui semblait saigner du bec lors de sa capture venait en fait de participer à une curée et était donc rassasié. Autre explication avancée par la LPO, ce genre de rapace incapable de battre longtemps des ailes aura ensuite été surpris par un orage, puis incapable d’évoluer normalement en raison d’un plumage abondamment mouillé. Voilà qui expliquerait son arrivée sur les boulevards chalabrois, plutôt habitués à héberger rouges-gorges et autres moineaux.

    Perturbé par le stress de la capture, le grand oiseau dont la présence est fréquente dans les montagnes audoises a pu tranquillement reprendre ses esprits, puis son envol, afin de retrouver ses congénères et son milieu. L’occasion de saluer la polyvalence de nos sapeurs-pompiers et de remercier Santiago Martinez pour son esprit d’initiative, tant il est vrai qu’un tête-à-tête avec un vautour fauve est loin d’être ordinaire.

  • Santiago Martinez n’est plus

    santiago martinezLa cérémonie civile célébrée dernièrement, a permis de rendre un ultime hommage à Santiago Martinez, domicilié cours Colbert et décédé à l’âge de 82 ans. Originaire de Cùllar de Baza (Andalousie), où il était né le 18 juillet 1934, Santiago Martinez n’a que douze ans lorsqu’il quitte l’école pour travailler dans les champs de la province de Grenade. Après la « Mili » (service militaire), il rejoint Barcelone et la vieille ville où il est employé dans la maçonnerie. Il revient au pays après son mariage en 1960 avec María del Carmen, avant de passer tout seul la frontière en 1970, année au cours de laquelle il découvre Chalabre et les forêts du Kercorb, où il exerce le métier de bûcheron. Mais sa famille lui manque et il fait de nombreux allers-retours pour revoir son épouse et leurs quatre enfants. En 1972, la petite famille est enfin réunie au quartier du Moulin, hélas un accident sur le chantier en 1973 entraîne une cessation d'activité de la société forestière qui l’emploie. La tentation de rentrer définitivement au pays est forte, mais le secteur textile en Pays d’Olmes est florissant et Santiago retrouve du travail, au sein de l'usine Bergère à Lavelanet. Un nouveau métier qui lui permet d’intégrer en 1979, les effectifs de la filature chalabroise Garros-Carbonnel dans laquelle il fera valoir ses droits à la retraite.

    Vendredi 9 septembre, un dernier adieu lui a été adressé sous les cèdres de Saint-Pierre, avant son inhumation dans le caveau familial où il repose désormais, aux côtés de son épouse María del Carmen, décédée en décembre 1992. En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à ses enfants, Gabriel, Santiago, Isidro, José, Marie-Noëlle, à ses petits-enfants, à toutes les personnes que ce deuil afflige.

  • Carnet noir

    La cérémonie des obsèques de Monsieur Santiago Martinez, décédé à l'âge de 82 ans, sera célébrée vendredi 9 septembre à 10 h 30 au cimetière de Chalabre.

  • Tennis : Un titre départemental pour Sirima et Maeva

    Maeva et Sirima.jpgMaeva Izart (TC Limoux) et Sirima Martinez (TC Chalabrais), deux brillantes championnes.

    Le samedi 31 mars dernier se disputaient à Narbonne, les finales des championnats départementaux de tennis. Dans la catégorie 12 ans, Sirima Martinez (15/3) a ajouté de haute lutte, une nouvelle ligne à son riche palmarès. Elle décroche un nouveau titre en deux sets très disputés (7/6 et 7/5), face à Laurie Fougère (Malepère), classée 15/4. Dans la catégorie 10 ans, Maeva Izart, licenciée au TC Limoux et nantie de solides attaches chalabroises, enlève le titre face à Agathe Mouchon (TC Briolet) en deux sets, 5/1, 5/1. Félicitations à ces deux championnes, à leurs entraîneurs, et bonne chance pour le championnat régional qui se déroulera les 4, 5 et 6 mai sur les courts du Tennis-club de Sète.

    Dans le même temps, l'équipe messieurs emmenée par le capitaine Santiago Martinez, jouait son maintien en 2e division sur les courts du lac chalabrois, face à Villemoustaussou I. L'équipe était composée de Bruno Carbonnel (15/5), Joris Fourcassa (15/5), Santiago Martinez (30) et Hugues Ferrié (30/3). Le team chalabrois s’est imposé sur le score de 5 à 1, victoire de Bruno, Santi, Joris en simple, et de Santi et Bruno en double. Contrat rempli et maintien assuré.

    Le dimanche 1er avril et sur ces mêmes courts, le TCC Dames drivé par Sophie Pianzola, recevait également le TC Villemoustaussou I, première place de la poule en championnat 1ère division en jeu. L'équipe était composée de Sirima Martinez (15/3), Frédérique Falcou (30), Laurence Bérenguer (30) et Sophie Pianzola (30/1). Malgré les succès enregistrés en simple par Sophie et Laurence, le TCC défait lors des doubles décisifs termine en deuxième position, mais se qualifie pour les 1/4 de finales, prévus le 22 avril.