Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Un bilan positif pour le peloton des cyclistes

    2019 AG Cyclos Décembre.JPGLe programme de la saison 2020 est calé.

    Le Cyclo Vtt Club du Chalabrais était en roue libre samedi 14 décembre, levant volontairement le pied afin d’effectuer le traditionnel tour d’horizon de la saison écoulée. A l’image de ses membres tous très actifs, le club affiche une forme et une sérénité de bon augure pour 2020. L’accueil et les mots de bienvenue étaient assurés par le président Jean Quério, avant que le rapport d’activités et le bilan financier ne soient présentés par Christian Courdil et Monique Rault, respectivement secrétaire et trésorière des CCC. Un budget à l’équilibre va permettre d’envisager de nouveaux séjours club, au printemps, à l’été et à l’automne. Après s’être mesurés aux dénivelés des cols auvergnats au départ de Tence et Langeac, puis à la brise catalane et marine du côté de San Feliu de Guixols, les CCC pourraient opter en 2020, pour un séjour dans le parc des Cévennes. Avec pied à terre à Meyrueis, au pied du Causse Noir.

    Après discussion et adoption des différents thèmes à l’ordre du jour, l’ensemble dirigeant s’est vu renouveler confiance et sympathie par l’ensemble du peloton. La soirée s’est prolongée autour d’une bonne table, dans l’attente de la saison nouvelle. A vos manivelles et bon vent à toutes et tous.

  • Chroniques villageoises

    Les fidèles lecteurs du journal La Dépêche du Midi, se souviennent certainement des petites chroniques rédigées par Raoul Lambert, sous le titre L'Autan des cancans. Entre autres, petites annonces, définitions fantaisistes, chroniques parodiant les rubriques « locales » de la presse quotidienne. Mort à Ramonville-Saint-Agne en 1994, Raoul Lambert fut guitariste de jazz, journaliste radio à l'ORTF, avant de rentrer à La Dépêche du Midi où il était chargé de mettre une touche d'humour dans l'actualité.

    raoul lambert

  • C’était hier : Une fin d’année timide pour les donneurs de sang

    Sous ce titre, l’article qui suit avait été publié dans l’Indépendant, édition du vendredi 31 décembre 2004.

    établissement français du sangJanine et Victor ont pris congé des donneurs du Kercorb (Photo archives décembre 2004).

    C’était la collecte du bout de l’an, l’établissement français du sang Pyrénées-Méditerranée faisait escale en Kercorb le lundi 27 décembre, dans les locaux de la mairie, cours Sully. L’excellent accueil réservé par l’équipe médicale présente, a permis aux donneurs d’accomplir un geste généreux en toute sérénité, la seule petite fausse note résultant de la faible participation. Choix de la date ou bien manque d’information, contre une moyenne de vingt-cinq dons effectués habituellement, seuls dix bénévoles auront pu cette fois se soumettre au test de la petite aiguille.

    Une expérience relevant de la routine pour la majorité des donneurs présents, qui ont eu le privilège d’être bichonnés par l’ami Victor, lequel effectuait sa dernière visite en Kercorb, avant de faire valoir des droits à une retraite annoncée pour la fin de l’année. L’occasion d’évoquer les quelques bons moments partagés dans cette atmosphère feutrée, où l’humour trouvait toujours une petite place entre deux poches. Egalement atteinte par le devoir de retraite et au titre d’infirmière, Janine officiait également pour la dernière fois dans la cité chalabroise, avec une ultime recherche de veine programmée pour fin 2004. Il était l’heure de reprendre la route du col de Saint-Benoît, et d’adresser de chaleureuses félicitations à Janine et Victor, dont le professionnalisme, la gentillesse et l’humour auront été appréciés à chacune des haltes réalisées en Kercorb. Bienvenue à leurs successeurs, avant un prochain rendez-vous pour un geste simple et essentiel que chacun d’entre nous devrait se résoudre à accomplir un jour ou l’autre.

  • Joyeux Noël !!!

    354338292.jpg

  • Eissalabra enchante Notre-Dame

    chorale eissalabraL’ensemble vocal du Kercorb a divinement célébré Noël.

    Après le concert de gospel et de musique soul offert le 18 août dernier dans le cadre du festival Chalabre en Sérénades, l’église Notre-Dame de la Consolation ouvrait à nouveau ses portes à des artistes, solistes de l’ensemble vocal Eissalabra.

    chorale eissalabra

    Jeudi 19 décembre, et sous la direction du chef de chœur Jean Brunet (photo ci-dessus), des chants célébrant la Nativité sont montés vers les voûtes de l’église du cœur de ville, au fil d’un répertoire privilégiant les grands classiques de Noël. La performance de choristes animés par le désir de porter un message de paix, de joie et de fraternité, a enchanté un auditoire conquis dès le premier chant. Tour à tour dirigée par Jean Brunet, Maryse Le Roy et Edouard Garcia, la chorale Eissalabra a élargi son registre en interprétant également Léonard Cohen, Jacques Brel et Jean-Baptiste Rameau. Sans oublier les très occitans Nadal tindaïre, et La cambo me fai mau.

    Au final, un superbe concert, salué par des applaudissements enthousiastes. Par la voie d’Edouard Garcia, Eissalabra souhaitait d’excellentes fêtes de fin d’année à toutes et tous, des vœux auxquels l’abbé Raymond Cazaban s’est associé, évoquant le mystère de Noël, pour conclure cette belle rencontre (photos ci-dessous).

    chorale eissalabra

    chorale eissalabra

  • Puivert : L’agence postale et la bibliothèque sont désormais associées

    agence postale communale puivertMarie-Pierre Ferrier, Florence Roger et Christophe Borie, dans un cadre accueillant et lumineux.

    Depuis les premiers jours de décembre, les usagers du pays puivertain devant faire appel aux services postaux, sont accueillis dans un cadre entièrement rénové, grâce à un partenariat établi entre la commune et la Poste. Sur proposition de cette dernière, et au terme de travaux engagés mi septembre (terminés le 7 décembre), l’ancien bureau de poste a bénéficié d’une complète rénovation. De plus, cette coopération signée par le conseil municipal autour de Claude Deloustal, maire de Puivert, et la Poste, a permis d’optimiser un espace qui accueille désormais la bibliothèque municipale.

    agence postale communale puivert

    La nouvelle agence postale communale (APC), dont le montant des travaux s’élève à 45.000 € (hors mobilier neuf et 25.000 € pris en charge par la Poste), propose un superbe cadre dans lequel évoluent Marie-Pierre Ferrier, gérante de l’agence, et Florence Roger, responsable animation des partenariats à la Poste de l’Aude. Marie-Pierre Ferrier est également chargée de l’accueil à la bibliothèque municipale, gérée par Christophe Borie.

    agence postale communale puivertCette belle réalisation permet de plus aux lecteurs assidus de la bibliothèque, de bénéficier d’une amplitude horaire nouvelle, soit quinze heures par semaine, contre deux précédemment. L’agence et la bibliothèque sont ouvertes du lundi au samedi de 9 h et 11 h 30, 1 Place de la Poste (04 68 20 97 09). 

  • L’ombre de Fluris a flotté sur le charivari

    flurisUn à un, les « arrossegaïres » s’élancent depuis la maison commune.

    Au rendez-vous du 13 décembre, manqué en 2017 et 2018, petits et grands étaient venus faire étinceler le pavé dans la nuit noire d’un vendredi dédié à la tradition. Trois siècles, quatre lustres et deux années après la mort brutale de Jacques Fleury, les « arrossegaïres » (tireurs de traîneaux) étaient là, criant à tue-tête de vibrants « Vei fan les ans que tueron Fluris ! ».

    Les plus petits, et peut-être les plus perplexes, se demandant qui était donc ce Fluris, dont le nom était scandé à chaque angle de rue. Certes, les plus anciens le présentaient comme un contrôleur à la chambre à sel de Montpellier, qui se serait trouvé nez à nez avec la faucheuse, en une froide nuit de Ste Luce. Un employé modèle Monsieur Fleury, mais qu’allait-il faire rue Porte d’Aval, en ce 13 décembre 1697 ?

    Qu’importe car au final, les rues de la bastide vont renvoyer l’écho d’un joyeux et tonitruant cortège, avant qu’une vision spectrale venue depuis la rue Saint-Antoine, n’apparaisse dans un halo irisé par la pluie. Fluris, maître du mystère, venait se mêler au flot des « arrossegaïres », honorant le carton d’invitation reçu pour l’inauguration d’une stèle à sa mémoire. Ce mystérieux revenant, enveloppé dans un suaire tricentenaire et assisté par Michel Brembilla, président de l’association Il était une fois Chalabre, a dévoilé une stèle destinée à pérenniser le charivari de Fluris. Autour de ce granit gravé et dressé par Jérôme Escande, assisté de Cédric Courdil et Bernard Sariège (services techniques municipaux), un dernier « Vei fan les ans que tueron Fluris ! » a résonné. Puis la vieille halle aux blés, et les rues de la bastide, ont été rendues à leur tranquillité, tandis que des bambins flapis troquaient un traîneau pour une soupe chaude. Il faut imaginer Fluris heureux.

    fluris

    Un mystérieux revenant a dévoilé la stèle

    fluris

    fluris

    fluris

    fluris

    fluris

    fluris

    fluris

    fluris

    fluris

    fluris

    fluris

    fluris

    fluris