Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Lendemain de Brexit

    brexit

    Le 23 juin 2016, lors d'un référendum organisé par l'ancien premier ministre David Cameron, 51,9 % des Britanniques choisissaient de quitter l'Union européenne. Repoussé à plusieurs reprises, le Brexit sera effectif à compter d’aujourd’hui 31 janvier 2020. Il est ainsi permis d’imaginer que les ressortissants anglais ayant élu domicile sur le territoire européen, et plus précisément en région Occitanie, vivront une journée très particulière, demain samedi 1er février. Avec peut-être le désagréable sentiment de se réveiller en pays étranger.

    A l’initiative de l’association Liens et initiatives en Terre Privilégiée (Lic.TP), une rencontre est proposée ce même samedi 1er février à 11 heures au café de la Paix, qui devrait permettre à la communauté francophone de renouveler soutien et témoignages de bienvenue à son homologue anglophone. Il sera l'occasion également de dépoussiérer un peu la première signature de l'Entente Cordiale, intervenue en 1833, déjà.

  • Voilà un quart de siècle, Il était une fois Chalabre voyait le jour

    il était une fois chalabreLa galette et les résolutions ont conclu cette rencontre de début d'année.

    Samedi 25 janvier, les membres de l’association Il était une fois Chalabre participaient à l’assemblée générale, à l’invitation du président Michel Brembilla. Ce dernier présentait les voeux du bureau avant de revenir sur les temps forts d’une année marquée par la parution du Tome XIV (268 recueils placés à ce jour), et le déplacement de la stèle de Fluris. Un transfert de la place du Lac vers la Halle, souhaité par l’association et gracieusement réalisé par l’entreprise Escande, que chacun tient à remercier. La participation au Salon du livre et au festival des Sérénades en août, a permis d'augmenter la visibilité de l'association, et les ventes de ses livres. Malgré l’absence du trésorier retenu, les bilans étaient approuvés, et le bureau démissionnaire se voyait reconduit dans son intégralité, à l’exception de sa secrétaire Marie-Annick Saddier, fidèle partenaire désireuse de souffler un peu, aux côtés de ses amis.

    En cette année qui verra une équipe soudée, souffler les vingt-cinq bougies de son anniversaire, la volonté d'éditer un nouveau tome a été réaffirmée, parution programmée en novembre prochain. S’il est permis de révéler que le sommaire du Tome XV est arrêté, une certaine discrétion anime l’équipe, qui concède toutefois qu’un bel épisode concernant Madame de Chalabre figurera en bonne place.

    Le concours photo organisé en partenariat avec la bibliothèque municipale, sera mis cette année en demi sommeil, et une conférence sur la vie et l’œuvre de l'artiste peintre chalabroise Camille Amat, sera proposée en août lors des Sérénades. Elle sera animée par André Faucheux, neveu de Camille. Enfin, la stèle commémorant la mort de Fluris (Jacques Fleury, contrôleur au grenier à sel assassiné le 13 décembre 1697), portera une plaque proposant un récit de ce personnage de légende. Un livret plus complet sera également édité, en collaboration avec Patrick Lasseube, auteur d'un remarquable travail sur le sujet.

    Pour 2020, « Il était une fois Chalabre » sera emmenée par l’équipe suivante : présidente d’honneur, la ville de Chalabre, président actif Michel Brembilla, vice-président Christian Morales, trésorier Daniel Lopez, adjoint Yves Bachère, secrétaire Jacques Mamet, adjointe Viviane Papaïs, relations publiques et auteur Josette Taffet Brzesc, responsable des recherches historiques Jean-Pierre Boulbès, Roland Combes, Francis Garcia, membres actifs, Mmes Odile Bachère, Marie-Claude Fortier, Marie-Annick Saddier, MM. Jean-Claude Fortier, Jean Lorca.

    il était une fois chalabre

    Décembre 1995, sortie du Tome I

  • Saison médiocre pour les pêcheurs

    Pêche. En assemblée générale, les responsables ont pointé la dégradation des différents cours d'eau.
    aappma du quercorbLa passion des fines gaules du Chalabrais est mise à mal.

    Vendredi 17 janvier, la salle du conseil accueillait les membres de l’AAPPMA du Quercorb pour l’assemblée générale annuelle. Après les mots de bienvenue du président Daniel Lopez, un rapide tour de table a permis de dresser le bilan de la saison 2019. Une saison jugée médiocre, avec peu de prises sur l’ensemble des parcours, et réalisées principalement après les empoissonnements précédant l’ouverture et ceux d’avril. Quelques beaux sujets, rescapés des années précédentes, ont tout de même garni l’épuisette d’une poignée de pêcheurs. Pour le reste, très peu de poissons de moyenne ou petite taille, et au final un constat évident : «  Malgré les apports annuels importants de truites fario, le nombre de prises diminue de façon dramatique ». Causes avancées, le changement des modes de pêche (no-kill), la qualité des eaux et une oxygénation insuffisante pour le maintien des salmonidés, avec une pluviométrie qui diminue.

    Cours d'eau dégradés.     Après une étude des contextes piscicoles réalisée dernièrement sur l’ensemble des cours d’eau audois, il apparaît que l’Ambronne est dégradé et le Blau est très perturbé. L’Hers quant à lui, relevant de la fédération de l’Ariège (étude non réalisée), pourrait être classé peu perturbé. Ainsi s’impose une évidence pour les pêcheurs du Quercorb, l’état fonctionnel des cours d’eau ne permet plus de les classer en 1ère catégorie. Une tendance confirmée par la présence de cyprinidés, perches ou brochets, qui rend illusoire l’espoir de retrouver une population de truites fario.

    Face à un tel bilan, l’AAPPMA du Quercorb envisage de modifier son mode de gestion, afin de continuer à satisfaire ses adhérents, préserver la maigre ressource de fario, et rester en accord avec les préconisations du plan de gestion piscicole. Après l’énoncé du bilan financier et la reconduction du bureau, les perspectives pour 2020 étaient abordées, ainsi que les dates de réempoissonnements (en février pour le Blau, une semaine avant ouverture pour l'Hers et le Riveillou).

  • Rivel : Glissement de terrain à La Calmette

    rivel,la calmetteUn pan entier de la colline a cédé.

    Jeudi 23 janvier, au lendemain d’une journée d’intempéries, le hameau de La Calmette s’est réveillé sous l’orage, les premiers roulements sourds du tonnerre résonnant dans la vallée du Riveillou peu avant 7 heures. Un autre grondement, moins classique, se faisait alors entendre, venu du Planal, la colline qui surplombe les maisons du hameau. Avec les premières lueurs du jour, les habitants de La Calmette ne pouvaient que constater l‘ampleur des dégâts, conséquence d’un glissement de terrain intervenu à quelques mètres des habitations.

    rivel,la calmette

    Un imposant mouvement de terrain qui entraînera de fortes coulées de boue atteignant une première maison. Après l’intervention des sapeurs-pompiers de la caserne Jean-Cabanier de Chalabre, des travaux étaient aussitôt engagés par des engins de terrassement, afin de dévier le cours d'un ruisseau et libérer la maison de sa gangue de boue.

      
    Comme il est permis de l’imaginer, l’inquiétude est grande et une éventuelle récidive n’est pas exclue, tant le sol semble fragilisé par les précipitations qui ont affecté le secteur ces derniers jours. Craintes fondées, qui s’accompagnent d’un questionnement légitime quant au cheminement du ruisseau incriminé. Les anciens se souvenant que le traçage des eaux souterraines au moyen de fluorescéine avait été suggéré, une proposition qui était alors restée lettre morte.

    rivel,la calmette

    La coulée de boue est entrée dans la maison de Monique Foussarigues

    (Photo Christophe Gabriel)

    rivel,la calmette

    rivel,la calmette

    rivel,la calmette

  • La vidange du lac arrive à son terme

    crue lac chalabrePlus de 24 heures de service pour les pompes en action sur la digue endommagée.

    Depuis la journée du mercredi 22 janvier, qui avait vu la rivière Chalabreil connaître une cote d’alerte rarement atteinte, le plan d’eau chalabrois n’a cessé de faire l’objet de toutes les attentions. Et plus précisément la digue, endommagée de manière significative, d’après un constat en date du 24 janvier formulé par les experts de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL), et de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM).

    Dès lors, une surveillance renforcée de la retenue était fortement préconisée, une des premières actions consistant à abaisser le niveau de la retenue au maximum, afin de réduire la sollicitation hydraulique sur les zones fragilisées de l’ouvrage. Dimanche 26 janvier, un élément de reconnaissance et d’évaluation (ERE), constitué de deux sapeurs-sauveteurs des Formations Militaires de la Sécurité Civile de l'UIISC n°7 ainsi qu’un personnel de l’ESOL Sud, était présent sur site afin de définir les moyens nécessaires à la vidange et à la stabilisation de niveau d’eau. A la tombée du jour, le lotissement du lac voyait arriver plusieurs éléments des Formations Militaires de la Sécurité Civile (ForMiSC) de l’Unité d’Instruction et d’intervention de la sécurité civile (UIISC) n°7 de Brignoles renforcés avec des pompes spécifiques de grand débit de l’établissement de soutien opérationnel et logistique (ESOL) de Marseille-La-Valentine, ainsi que des éléments du SDIS 84 (Vaucluse). L’ensemble faisant partie des moyens nationaux de la Sécurité Civile, pilotés par le Centre Opérationnel de Gestion Interministérielle des Crises (COGIC) au Ministère de l’Intérieur.

    crue lac chalabre

    Photo Christophe Gabriel

    crue lac chalabre

    Photo Christophe Gabriel

    A l’heure qu’il est (lundi 27 janvier 22 h 30), les huit pompes en action (350 m3/heure) et les personnels mobilisés, ont engagé une deuxième nuit de service. L’objectif fixé par les autorités en charge des opérations est en passe d’être atteint. Le moment sera alors venu pour les engins de travaux publics, d’intervenir afin de permettre à la vanne de vidange de l’ouvrage d’être à nouveau opérationnelle.

    Par ailleurs, ce lundi 27 janvier en fin de journée, la préfecture de l’Aude validait l’autorisation pour les riverains ayant fait l’objet d’une évacuation préventive dans la soirée de samedi (55), de réintégrer leurs habitations.

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    Une deuxième nuit sur le terrain pour les équipes de la Sécurité Civile

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    crue lac chalabre

    Quand les perspectives d'avenir posent question

  • Une belle prise pour Christophe Simon

    christophe simon

    La journée programmée le lundi 13 janvier dernier, aura permis à Christophe Simon, passionné de pêche d’une part, et beau-père de l’ami Claude Cnocquart d’autre part, de livrer un combat gagnant face à un pensionnaire de la retenue artificielle alimentée par les eaux de l’Hers-vif.

    Le lac de Montbel aura ainsi vu remonter à la surface, un brochet aux mensurations respectables, retiré de son milieu naturel après une lutte de longue haleine. Au final, c’est un carnassier de 1 mètre de long pour un poids de 10 kg, qui aura mis à rude épreuve une ligne montée pour supporter les assauts des « requins d’eau douce ».

    Accompagné de Claude, lui aussi disciple de Saint Pierre patron des pêcheurs, Christophe a procédé à la récupération des filets de chair fraîche, avant de lancer une invitation pour une dégustation entre gourmets.

  • Ils sont arrivés

    Brignolles 002.JPG

    Brignolles 001.JPG