Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Carnet noir - Page 8

  • Marie-Noëlle Marty n'est plus

    marie-noëlle marty née penandoVendredi 20 octobre dernier, une cérémonie civile a permis de rendre un dernier hommage à Marie-Noëlle Nieves Marty, née Penando. Décédée des suites d'une très longue maladie à l'âge de 70 ans, le mercredi 18 octobre à l'Ehpad des Hauts de Bon-Accueil à Chalabre.

    Marie-Noëlle était née le 16 janvier 1953 à Sidi Bel Abbes (Algérie), où ses parents François et Joséphine résidaient. Son père y exerçait le métier de forgeron, avant que la famille ne vienne s'installer à la métairie des Bouzigues sur la commune de Saint-Benoît. François dépose son tablier de forgeron pour s'investir avec Joséphine dans le métier d'agriculteur. Marie-Noëlle est alors âgée de 3 ans, tous trois rejoindront bientôt la ferme du Col de l'Espinasse (La Bezole), François assure la fonction de régisseur de la propriété.

    Marie-Noëlle a fréquenté l'école primaire de Saint-Benoît, avant de vivre son adolescence aux côtés de ses parents. Au décès de Joséphine en 1979, elle secondera son père aux travaux de la ferme, avant d'intégrer les effectifs de l'usine de chaussures Canat, le 28 avril 1980. Elle y cessera son activité en 1985, après un départ volontaire. Elle occupera bien plus tard et trois années durant, un emploi à mi-temps au sein du personnel de la crèche-halte-garderie, alors installée dans les locaux du centre des Cèdres.

    marie-noëlle marty née penandoLe 26 février 1983, Marie-Noëlle épouse Jean-Claude Marty, le jeune couple rejoint Madame Joséphine Marty, résidant rue du Capitaine Danjou, où Marie-Noëlle épaule sa belle-mère. Après le décès de cette dernière, Jean-Claude et Marie-Noëlle viendront s'installer rue des Boulangers, y résidant pendant ces sept dernières années. Des ennuis de santé se déclarent au printemps 2020, puis, au terme de sept mois passés à la clinique Christina, elle entre à l'Ehpad des Hauts de Bon-Accueil, le 7 avril 2022. Bénéficiant des soins d'un personnel très attentionné, elle quitte les siens en cet automne 2023. Adepte du tricot et du crochet, animée par le plaisir de créer, elle laisse le souvenir d'une personne discrète et bienveillante.

    Marie-Noëlle a été accompagnée vers sa dernière demeure, au cimetière de Chalabre, où elle repose désormais auprès de Joséphine. En ces douloureuses circonstances, très sincères condoléances à Jean-Claude son mari, à ses soeurs, Geneviève et Marie-Christine, à ses neveux et nièces, Laurent, Vanessa, Sabrina et Mickaël, à toutes les personnes que ce deuil affecte.

  • Condoléances

    Bougies.jpgLes Chalabrois s‘associent à la peine de Didier et Marielle Limouzy, affectés par la disparition de Madame Jeanine Limouzy, leur mère et belle-mère, décédée à l'âge de 85 ans. Un ultime hommage lui sera rendu aujourd'hui jeudi 26 octobre à 14 heures, en l'église de Lézignan-Corbières.

    Très sincères condoléances à Didier, Marielle, Julien, et à toutes les personnes que cette disparition afflige.

  • Huguette Ramier n'est plus

    huguette ramier

    Jeudi 19 octobre en l'église Notre-Dame, un dernier hommage était rendu à Madame Huguette Ramier, née Coste, décédée à l'âge de 97 ans. Née Ie 9 juin 1926 à Ia maternité de Port-Royal à Paris, Huguette Ramier sera confiée à l'âge de trois mois à ses grands-parents matemels, M. et Mme Laffont, boulangers rue du Capitaine Danjou, auxquels succèderont Baptiste et Mélanie Huillet. Elle passe une enfance merveilleuse auprès de ses grands-parents et fréquente l'école libre où elle suit l'enseignement dispensé par Melle Jau son institutrice.

    En 1936 elle retrouve ses parents à Paris, jusqu'à la déclaration de guerre en 1939. Son père Gaston Coste est mobilisé, Huguette et sa mère reviennent à Chalabre où sa maman prend la gérance de La Ruche du Midi, magasin d'alimentation. A l'âge de 14 ans, certificat d'études en poche, Huguette rentre à l'usine Canat, à la fabrication, puis à I'emballage. En 1943 et à l'initiative de son directeur Antoine Canat, Huguette rejoint Carcassonne pour y suivre des études de secrétariat. Elle y acquiert une bonne formation et obtient tous ses diplômes au bout de deux ans.

    La guerre terminée, Huguette Coste occupera le poste de secrétaire, assuré jusqu'alors par une personne réfugiée de la région Nord, activité qu'elle conservera jusqu'en 1955. En six mois d'intervalle (1951-1952), Huguette aura la douleur de perdre ses grands-parents qu'elle aimait beaucoup. Après le décès de Antoine Canat en 1953, Huguette remonte à Paris pour occuper le bureau de l'entreprise qui avait alors une antenne commerciale sous la direction de Jacques Lalande. Désormais installée à la capitale, Huguette fait la connaissance de Jacques Ramier en 1955, homme droit et dévoué, et leur amour est immédiat. Jacques qui travaille en Afrique dans une entreprise de travaux publics se trouve en vacances à Paris. Après quatre mois de congés, Jacques doit repartir vers l'Afrique et tous deux décident de se marier. Huguette retrouve un emploi de secrétaire au sein de la société qui occupe son mari, ils mettront ensemble un terme à leur carrière en 1972. En juillet 1957 le jeune foyer s'agrandira avec la naissance de Jean-Luc, et à l'heure de la retraite, la famille vient s'installer à Chalabre.

    Jacques s'adonne aux travaux du jardin et au bricolage, Huguette retrouve ses cousines et donne beaucoup de son temps et de son talent de couturière à la paroisse. En 1990, Jacques décède brutalement, et en 2009, c'est le décès de son fils Jean-Luc qui laisse Huguette dans la peine ainsi que ses deux petites filles Prisca et Julie.

    En 2017, Huguette Ramier avait intégré I'Ehpad des Hauts de Bon-Accueil où elle s'est s'éteinte le 14 octobre dernier. Au terme de la bénédiction, Huguette Ramier a été accompagnée vers sa dernière demeure, où elle repose aux côtés de Jacques et Jean-Luc. En ces douloureuses circonstances, très sincères condoléances à Prisca et Julie ses petites-filles, à Méline et Noa ses arrière petits-enfants, à toutes les personnes que ce deuil affecte.

  • Adieu, Huguette

    huguette ramier,josette taffet-brzesc

    Photo Maurice Mazon

    Après la disparition de Huguette Ramier, née Coste, son amie Josette Taffet Brzesc évoque ces moments d'hier, partagés au coeur du Chalabre de leur jeunesse.

    « Dans le souvenir de notre compagnonnage des années 50, toi secrétaire de direction auprès de M. Antoine Canat, moi dans le vacarme du bureau de la compta., sous la houlette bienveillante de M. Roger Dalmau où crépitaient les machines à écrire de Jeanine et Mimi, l'Olivetti de Lili et le ronflement de ma LogaBax, avec Ginette en position stratégique dans son minuscule « aquarium » du hall d'entrée qui distribuait, avec le courrier, les potins et les humeurs du jour. Certes, beaucoup d'application et de travail, mais aussi beaucoup de bonne humeur et d'amitié. Le souvenir aussi de ce jour où nous avons fêté - à sept ou huit filles - ta pendaison de crémaillère au deuxième étage de ta maison du Cours Sully, un instant qui compta pour toi si avide d'indépendance... Et bien d'autres moments, en d'autres temps plus proches... Aujourd'hui le cercle est bouclé... Aujourd'hui tu rejoins Jacques et Jean-Luc. Pour toi, la plus parfaite des ellipses ».

    huguette ramier,josette taffet-brzesc