Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Carnet noir - Page 6

  • René Marchand n'est plus

    rené marchandMercredi 10 janvier était célébrée en l'église Notre-Dame, une bénédiction en hommage à René Marchand, décédé vendredi 5 janvier à l’âge de 93 ans. Natif de Montbel (Ariège) où il avait vu le jour le 28 avril 1930 dans une famille de métayers agricoles, René avait vécu une enfance heureuse malgré la guerre, sans privations. Il suivra une scolarité sérieuse, complétée par les activités agricoles et les offices religieux en qualité d'enfant de chœur.

    Adolescent puis jeune adulte, celui qui avait hérité le surnom de Papillon adorait les fêtes de village et leurs distractions, qu'il arrivait à concilier avec de rudes semaines de travail, René cumulant plus de 70 heures de travail entre ses activité dans une fromagerie et le travail à la ferme de Montbel. De Montbel à Chalabre il n'y a qu'un pas, qu'il franchira pour faire la connaissance d'une jeune Chalabroise résidant rue Terre-Blanche, avec Marius et Lolo ses parents. Simone Roncalli accepte la main de René et tous deux se marient à Notre-Dame en septembre 1955. Le jeune couple connaîtra le bonheur d'élever trois petites filles, Dominique, Béatrice et Laurence.

    Dans le même temps, René qui souhaite sortir du rude monde paysan, choisit de s'engager dans la gendarmerie, il sera imité un peu plus tard par son jeune frère Roger. Au gré des affectations, René exercera tour à tour à Chaumont (Haute-Marne), Agde (Hérault), Saint-Hippolyte-du-Fort (Gard), Firminy (Loire), Peyriac-Minervois et enfin Carcassonne.

    A l'heure de la retraite, sa passion pour la terre ne l'ayant jamais quitté, il aura à cœur de travailler son jardin potager, source de toutes ses fiertés. Autres hobbies partagés avec son beau-père et complice, Mario Roncalli, la pêche à la ligne en mer comme en rivière, et la cueillette des champignons dans les forêts du Kercorb. Les voyages tenaient également une place importante dans les activités de René et Simone, globe-trotters qui goûteront les plaisirs sans cesse renouvelés du dépaysement, avec une préférence pour la Thaïlande. Mais la perte douloureuse de Dominique en janvier 2017 et l'âge aidant, viendront briser les envies d'ailleurs.

    Au terme de la cérémonie, René Marchand a été accompagné vers sa dernière demeure, où il repose auprès des siens. En ces tristes circonstances, très sincères condoléances à Simone son épouse, à ses filles Béatrice et Laurence, à ses petits et arrières petits-enfants, à la famille.

  • Carnet noir

    Marchand René † Janvier 2024.jpg

    Un dernier hommage sera rendu mercredi 10 janvier à Monsieur René Marchand, décédé vendredi 5 janvier à l’âge de 93 ans. La cérémonie sera célébrée à 10 h 30 en l'église Notre-Dame de Chalabre, suivie de l'inhumation au cimetière de Saint-Pierre.

    Très sincères condoléances à Simone son épouse, à ses filles Béatrice et Laurence, à toute la famille.

  • Josette Gimenez nous a quittés

    josette gimenez

    La doyenne des Chalabrois n'est plus

    Le vendredi 5 janvier, l'église Notre-Dame accueillait une cérémonie dédiée à la mémoire de Madame Josette Gimenez, née Caux, décédée le 1er janvier à l’âge de 102 ans. Native de Bélesta (Ariège) où elle avait vu le jour le 13 août 1921, elle quittera enfant la terre des « Cabos » pour s'établir en pays du Chalabrais, aux côtés de ses parents Victor Michel et Albanie, et de Paulette sa petite soeur. Elle accomplira sa scolarité sur les bancs de l'école du quai du Chalabreil, avant d'entrer dans la vie active, puis de retrouver le cadre scolaire en 1953, en qualité cette fois d'aide maternelle. Elle vivra ainsi la transition entre les vieux bâtiments de la communale, et un tout nouveau groupe scolaire, opérationnel en 1956. Elle y exercera cette fonction jusqu'à son départ en retraite, après avoir partagé son quotidien avec celui de plusieurs générations de petits écoliers.

    josette gimenez

    Josette à l'école en 1927

    Au premier rang, 2e à partir de la droite 

    Dans le même temps, Josette Caux avait fondé un foyer aux côtés de Louis Gimenez, dont le parcours professionnel fut étroitement lié à celui de la manufacture de chaussures Canat. Une vie familiale passée dans le quartier du Barry-Neuf, où ils connaîtront le bonheur de voir grandir Simone leur fille.

    En 2020 et à quelques semaines de son 99e anniversaire, Josette Gimenez avait pris congé de la cité chalabroise, afin de se rapprocher des siens, en pays narbonnais. Au mois de mars de cette même année, elle avait déjà quitté la maison familiale de la rue du Capitaine Danjou, laissant derrière elle 71 années de souvenirs, pour vivre la singulière expérience du confinement au sein de l’Ehpad des Hauts-de-Bon-Accueil.

    Une mémoire intacte et une remarquable lucidité, avaient aidé la doyenne des Chalabrois à accepter l’éloignement de son cher Kercorb, et d’un lieu qu’elle affectionnait particulièrement, 4 rue des Bains-douches. Lectrice assidue et fidèle adhérente de la bibliothèque municipale, Josette Gimenez avait eu l’heureuse surprise de recevoir avant son départ, la visite de Noëlle Danjou, responsable de la bibliothèque, et de Jean-Jacques Aulombard, maire de Chalabre.

    Au terme de la bénédiction, Josette Gimenez a été accompagnée vers sa dernière demeure, où elle repose aux côtés de Louis, décédé en octobre 2004. En ces douloureuses circonstances, très sincères condoléances à Simone et Jacques, sa fille et son gendre, à Sandrine et Stéphane ses petits-enfants, à ses deux arrière-petites filles, Pauline et Justine, à toutes les personnes que ce deuil affecte.

  • Mimi Dombris n'est plus

    mimi dombrisMardi 2 janvier, un dernier hommage était rendu à Madame Marie-Jeanne Dombris, née Gabanou, décédée à l'Ehpad des Hauts-de-Bon-Accueil à l'âge de 89 ans. Née le 20 novembre 1934 à Chalabre, Mimi Gabanou avait effectué sa scolarité à l'école communale, avant d'intégrer le secrétariat de la coopérative de stockage de blé du Chalabrais, créée dans l'immédiat après-guerre. Elle mettra ensuite ses compétences au service de la manufacture de chaussures Canat, exercice auquel elle mettra un terme au milieu des années 1970, lorsque l'activité au pied de la colline du Calvaire prendra fin.

    Dans le même temps elle fonde un foyer avec Lucien Dombris, et à l'heure de la retraite, tous deux dédieront beaucoup de leur temps libre à l'activité de jardinage. Avec une belle constance, pour un potager des plus prolifiques, enserré entre la maison familiale rue du Pont-de-l'Hers et un petit canal.

    Et quand il arrivait à Marie-Jeanne de poser le « palou », c'était pour venir en aide à son prochain, en délicatesse avec un dossier de retraite ou une déclaration d'impôts.

    Après la bénédiction célébrée en l’église Notre-Dame, Mimi a été inhumée dans le caveau familial du cimetière de Saint-Pierre. En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à Lucien son mari, à ses neveux et nièces, à toutes les personnes que ce deuil afflige.