Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cérémonies - Page 6

  • L’hommage aux combattants du Maquis de Meilhan

    docteur joseph raynaud,maquis de meilhan

    Une délégation chalabroise était présente à cette journée du souvenir

    Une cérémonie à la mémoire du Docteur Joseph Raynaud et des partisans du Maquis de Meilhan (Gers), était célébrée dimanche 7 juillet, à l’endroit même où 67 maquisards engageaient il y a 75 ans jour pour jour, un dernier combat face à la barbarie nazie.

    Aux côtés des autorités civiles, militaires et de la population locale, une délégation chalabroise représentait la ville de naissance du créateur et chef d’un maquis, dont le nom résonne avec force et intensité dans l'histoire de la Résistance gersoise, face à l'occupant nazi.

    Si le village de Meilhan, situé entre Masseube et Simorre, a donné son nom au maquis, c'est dans les bois de Lasseube, sur la commune de Villefranche-d'Astarac, que la tragédie de Meilhan s'est déroulée le matin du 7 juillet 1944. Encerclés par les hommes du 116e bataillon de grenadiers allemands, partis la veille de Lannemezan, 66 maquisards, dont beaucoup recevaient le baptême du feu, seront tués sur place, certains blessés étant achevés ou carrément défigurés, comme en témoignent les photos prises par la Croix-Rouge. Quatre otages, pris au hasard, seront exécutés dans des fermes voisines. 17 maquisards réussiront à s'enfuir par le sud mais trois autres, fait prisonniers, seront amenés à Lannemezan où ils seront fusillés.

    Comme chaque premier dimanche du mois de juillet, hommage a été rendu à la mémoire de ces hommes, salués par Catherine Séguin préfète du Gers : « Les maquisards de Meilhan sont des symboles de l’engagement au service de la France et des valeurs de la République. C’est bien parce qu’ils ont honoré la République de toutes leurs dernières forces qu’aujourd’hui, elle les honore. Puisse leur grandeur d’âme et leur courage continuer à nous inspirer et à nous unir contre les déchirements et les errances ».

    docteur joseph raynaud,maquis de meilhan

  • Célébration du 14 juillet 1789

    A l'occasion de la célébration de la fête nationale, Jean-Jacques Aulombard, maire, et son conseil municipal, invitent les Chalabroises, les Chalabrois et leurs invités, à se retrouver devant la mairie, le dimanche 14 juillet à 11 h. Le cortège constitué cours Sully, se rendra au monument aux Morts pour un dépôt de gerbe, avec un accompagnement musical assuré par la formation Batucada. Cette manifestation sera clôturée par un apéritif sur le parvis de la mairie, avec toute la population.

    Lors du Bicentenaire de la Révolution, célébré le 14 juillet 1989, petits et grands va-nu-pieds avaient investi les berges du lac de Chalabre, participant avec joie à une fête rehaussée par la prestation des musiciens de l’OPVC. Quelques semaines plus tard, les élus autour de Jacques Montagné planteraient un arbre de la Liberté (photos archives 1989).

    Bicentenaire Juillet 1989.jpg

    Noëlle Danjou (à droite), aux petits soins pour ses apprentis va-nu-pieds. 

    Au 2e plan, l'OPVC attend que le la lui soit donné

    Brouette 14 juillet 1989 001.jpg

    Une course à la brouette avait été organisée pour l'occasion

    Les outsiders Jeannot Martinez et Milou Jalabert négocient la courbe du Café Tournois

    Denis 14 juillet 1989.JPG

    Après avoir bataillé ferme, la batterie-fanfare de l'OPVC alignait dans ses rangs, un grosse-caissiste de renom

    Bicentenaire Juillet 1989 001.JPG

    Plantation de l'arbre de la Liberté

    Jean-Luc Bénet apporte la dernière touche à l'événement, sous les yeux de Jacques Montagné maire, et des adjoints Hubert Carcy et José Trujillo.

  • Centre de secours : Claude et Eric ont tourné la page !

    caserne georges-gramont,caserne jean-cabanierClaude Rolland et Eric Gramont, bien entourés en cette journée particulière.

    En ce jeudi de l’Ascension, les sapeurs-pompiers du Kercorb et leur amicale célébraient le départ en retraite de Claude Rolland et Eric Gramont, caporaux-chefs engagés au service de la communauté depuis août 1987 pour Claude, avril 1996 pour Eric. Un bail exercé en majeure partie au centre de secours Georges-Gramont de Sainte-Colombe-sur-l’Hers.

    Tous deux ont raccroché la tenue de cuir en présence de leurs collègues réunis autour des lieutenants Antoine Azzi et Jean-Marie Lafitte, du colonel Alain Gouze, directeur départemental adjoint, de Thierry Couteau maire de sainte-Colombe-sur-l’Hers, des représentants de l’Amicale des sapeurs-pompiers de l’Aude, et de Marie-Dominique Ancin-Léza pour l’UDSP de l’Aude.

    caserne georges-gramont,caserne jean-cabanier

    Lors de son intervention, le lieutenant Antoine Azzi (photo ci-dessus) a témoigné toute sa reconnaissance, au nom de l’ensemble des pensionnaires des centres du Kercorb et du Plantaurel, réunis depuis la fusion intervenue en 2011, pour une meilleure efficacité. Reconnaissance et félicitations étaient témoignées à Claude et Eric, qui auront toujours réussi à concilier obligations professionnelles et contraintes du volontariat. Avec une mention à l’adresse de leurs épouses, chacune gratifiée d’un magnifique bouquet de fleurs. A la conclusion de cette cérémonie, les deux retraités étaient élevés au grade de sergent, avant que l’assistance ne soit invitée à partager un repas fraternel.

    caserne georges-gramont,caserne jean-cabanier

    caserne georges-gramont,caserne jean-cabanier

    Le sergent Claude Rolland, épinglé par Marie-Dominique Ancin-Léza

    caserne georges-gramont,caserne jean-cabanier

  • Remise de képis blancs au château de Mauléon

    4e régiment étranger,képis blancsLe lieutenant-colonel de Roffignac passe la 2e section en revue.

    Mardi 21 mai, la demeure des comtes de Bruyères-Chalabre servait de cadre à une cérémonie de remise de képis blancs, événement traditionnel qui vient clôturer la formation des jeunes recrues engagées au sein de la Légion Etrangère. Les militaires arrivés la veille en Kercorb au terme de la traditionnelle « marche des képis blancs », clôturaient leur premier mois d’instruction passé à la ferme de Raissac, coupés de tout contact avec le milieu extérieur.

    4e régiment étranger,képis blancs

    Le lieutenant-colonel Alexis de Roffignac, chef de corps du 4e Régiment Etranger de Castelnaudary, a passé la 2e section de la 3e Cie en revue, avant que le commandant de compagnie ne donne l’ordre de coiffer le képi blanc. En tenue traditionnelle, épaulettes vertes et rouges et ceinture de flanelle bleue, les 44 légionnaires ont récité avec force et conviction, le code d’honneur du Légionnaire.

    4e régiment étranger,képis blancs

    La cérémonie à laquelle participaient également Jean-Jacques Aulombard maire de Chalabre, Laurentino de Jésus Salgueiro président du Souvenir Français, Jean-Paul Bustos président de l’Amicale des Anciens légionnaires de l’Aude et les porte-drapeaux, s’est poursuivie dans le centre de la bastide. Après une halte devant la maison natale du Capitaine Danjou, les légionnaires ont été accueillis dans la maison commune, pour un cordial intermède partagé avec élus et citoyens.

    Les militaires ont ensuite pris la route vers le Lauragais et le Quartier Jean Danjou, où ils doivent poursuivre pendant trois mois leur formation militaire. Avant de rejoindre Aubagne où leur sera communiquée l’affectation vers leur régiment de combat.

    4e régiment étranger,képis blancs

    4e régiment étranger,képis blancs

    4e régiment étranger,képis blancs

    4e régiment étranger,képis blancs

    4e régiment étranger,képis blancs

    4e régiment étranger,képis blancs

    4e régiment étranger,képis blancs

    4e régiment étranger,képis blancs

    4e régiment étranger,képis blancs

    4e régiment étranger,képis blancs

    4e régiment étranger,képis blancs

    4e régiment étranger,képis blancs

  • A la mémoire des internés du camp de Rivel

    ardiep,arac,moulin de l'évêque à rivelUne cérémonie pour perpétuer le souvenir des « Indésirables » (Photo archives mai 2018).

    Le rendez-vous annuel organisé à l’initiative de Serge Pagès pour l’Arac (association républicaine des anciens combattants) et Andrée Zdrojower pour l’Ardiep (association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques) aura lieu samedi 25 mai, sur le site de l’ancien camp de Rivel.

    Cette cérémonie du souvenir se déroulera à partir de 10 h 45 au lieu-dit la scierie de la Prade (Moulin de l’Evêque). Jean-Pierre Salvat, maire de Rivel, accueillera les représentants des associations d’anciens combattants, leurs porte-drapeaux et les élus. Après les dépôts de gerbes et interventions au pied de la stèle bâtie en 1996 par les Limouxins Michel Salinas et Gaston Delpech, l’assemblée se rendra au monument aux Morts de Rivel.

    (Photo : Michel Tali, dont le père fut interné dans le camp, dépose une gerbe au pied de la stèle).