Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

aspak

  • C'était hier : Charivari de "Fluris" : Les "arrosegaïres" ont rendez-vous

    L'article mis en ligne aujourd'hui, avait été publié le vendredi 10 décembre 2004 dans les colonnes de l'Indépendant.

    fluris,aspakUne halte est prévue au pied de la stèle de la place Fluris, inaugurée en 1997 lors du tricentenaire (Photo archives, 13 décembre 1997).

    Lundi 13 décembre sera célébré le 307e anniversaire de la mort du Sieur Jacques Fleury, victime d'un mauvais coup dans l'obscurité de la nuit du 13 au 14 décembre 1697. Braconnier, prêtre, paysan ou collecteur d'impôt, l'identité de "Fluris" enterré dans le cimetière de Saint-Pierre reste une énigme. Ce qui renforce dans l'imaginaire des Chalabrois, le souvenir de celui qui fut le contemporain d'une France sur laquelle régnait Louis XIV. L'Aspak (Association de sauvegarde du patrimoine artistique en Kercorb), désireuse de s'associer à l'hommage qui sera rendu à "Fluris", invite tous les accros de "Chirbilhi" (Merci Josep), à se retrouver place Espérance Folchet en ce jour anniversaire, jour de Sainte-Luce. Bidons, vieilles casseroles, chacun est invité à fureter de la cave au grenier, tout doit y passer pour que le pavé chalabrois étincelle de mille feux.

    Rendez-vous de 17 h à 17 h 30 sous la halle, où un atelier de confection des traîneaux sera à la disposition des "arrosegaïres" en herbe et des autres. Le cortège s'élancera vers 18 h pour un pacifique charivari, pour faire du bruit, beaucoup de bruit, seulement du bruit. Pour que cette fête séculaire soit plus bruyante et plus vivante que jamais. La dislocation du cortège interviendra aux alentours de 19 h 30, selon une tradition dans la tradition. Et comme dit l'ami Robert : "Asclaïres, s'abstenir".

  • C'était hier : Jean-Christian Michel et ses notes de lumière

    L'article mis en ligne ci-dessous avait été publié dans l'Indépendant, édition du dimanche 17 août 2003.

    J-Ch Michel Août 2003 001.jpgJean-Christian Michel et Monique Thus, invités de l'ASPAK sous la nef de Saint-Pierre (photos archives, août 2003).

    L'affiche proposée par l'association de sauvegarde du patrimoine artistique en Kercorb (ASPAK), chère à Malou Saddier sa présidente, aura été une invitation au voyage vers une autre dimension, grâce au spectacle de sonorités et de lumières offert par le clarinettiste et compositeur Jean-Christian Michel.

    La planète rouge brillait d'un éclat nouveau dans la nuit chalabroise tandis que l'église Saint-Pierre, à l'image d'un vaisseau intergalactique, pivotait sur ses bases, embarquant un auditoire envoûté vers des destinations cosmiques. Aux commandes, Jean-Christian Michel accompagné aux claviers par Monique Thus sa collaboratrice de toujours.

    jean-christian michel,aspak

    Dans son costume de pionnier de l'espace et sur des harmonies inspirées de la musique sacrée de Jean-Sébastien Bach, Jean-Christian Michel a ouvert les portes de son univers méditatif, délivrant tel l'archange annonciateur, son message céleste. Visiblement passionné par les mystères de l'univers, alchimiste de la musique et compositeur hors du temps, Jean-Christian Michel a réussi à faire partager deux heures durant, une ferveur qui a suscité émotion et réflexion. Musique sacrée originale et inclassable qui a exercé dans l'obscurité de la nef de Saint-Pierre, une véritable fascination sur un public debout applaudissant à tout rompre. Comme pour prolonger un voyage "Au coeur des étoiles" et chercher sans vouloir la trouver, une solution à "l'équation de l'infini".

    jean-christian michel,aspak

  • Le renouveau de l’orgue de Saint-Pierre

    Sous ce titre, l’article qui suit avait paru dans l'Indépendant avec l’arrivée de l’été 1997. Voilà quinze ans, l’association des « Amis de l’orgue » et l’ASPAK (association pour la sauvegarde du patrimoine artistique en Kercorb), avaient proposé un concert sous la nef de l’église Saint-Pierre. L’occasion de célébrer les quinze ans de la fête de la musique, grâce à un événement qui consacrait également l’inauguration de l’orgue rénové de l’église Saint-Pierre. Au programme, des compositions de César Franck, Antonio Vivaldi, Joseph Haydn, Gabriel Fauré, Anton Dvorak, Giacomo Puccini, Jules Massenet, Wolfgang Amadeus Mozart. « Malou » Saddier, présidente de l’ASPAK, avait assuré la rédaction du compte-rendu mis en ligne ci-après.

    amis de l’orgue,aspak,renouveau lyrique du roussillon,christian canatLes chœurs du « Renouveau lyrique du Roussillon » ont fait vibrer l’auditoire (photos archives Juin 1997).

    Le concert de musique sacrée donné en l’église Saint-Pierre de Chalabre a été apprécié à sa juste valeur par un public nombreux. L’occasion de cette rencontre artistique venait de la rénovation de l’orgue, avec l’idée précise d’une restauration future. En ouverture, l’abbé Robert Berland interpréta une œuvre de Jean-Sébastien Bach. Puis le concert donné par les solistes et chœurs du « Renouveau lyrique du Roussillon » commença sous la direction musicale de Mme Claude Barrère qui est à la fois leur professeur et leur accompagnatrice. D’une main parcourant les touches du piano avec une dextérité légère, de l’autre accompagnant les performances des interprètes, Mme Barrère apparaît comme un parfait chef d’orchestre : elle créé un lien étroit entre les artistes et l’auditoire. Les œuvres choisies parmi des compositions de haut niveau montraient d’emblée la valeur recherchée. Qui citer parmi les interprètes hommes ou femmes ? Qu’elles soient soprano ou mezzo, qu’ils soient ténor ou baryton, l’on ne peut nommer personne en particulier tellement les 17 interprètes étaient aussi remarquables. Comment oublier ces œuvres et les voix de ténor qui ont bouleversé l’auditoire.

    amis de l’orgue,aspak,renouveau lyrique du roussillon,christian canatLe public a répondu présent à cette manifestation de qualité.

    Le « Souvenez-vous » interprété par la mezzo et les chœurs, a laissé le public dans une émotion perceptible. L’ovation qui a suivi ce concert a démontré qu’une telle perfection pouvait toucher tous les présents et les Chalabrois espèrent retrouver un jour ces mêmes interprètes dans une autre de leur prestation, l’opérette.

    amis de l’orgue,aspak,renouveau lyrique du roussillon,christian canatLa soirée se termina par l’écoute à l’orgue, d’une composition de Christian Canat (photo ci-contre), laquelle sembla vraiment trop courte. Tout un chacun était ravi d’entendre à nouveau et après tant d’années, le son de cet instrument offert à Saint-Pierre par Antoine Canat. Ses harmonies rappelèrent à beaucoup, des souvenirs de leur jeunesse. L’équipe des « Amis de l’orgue » souhaite maintenant que se manifestent de jeunes artistes qui pour leur plaisir et pour le notre, viendront travailler sur cet instrument quand ils le désireront.