Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire

  • Archéologie et Catharisme avec l’Université Populaire en Kercorb

    Dans le cadre de ses ateliers d’été, l’UPEK propose un atelier avec Thomas Charpentier sur le thème « Balade archéologique en forêt, murets et cabanes en pierre sèche ». Rendez-vous le samedi 25 Juillet à partir de 9 h 45 à Rivel, devant la salle des Fêtes (départ 10 h).

    Archéologue, guide-conférencier, médiateur du patrimoine et ingénieur culturel, Thomas Charpentier s’est spécialisé dans la période médiévale et le sud de la France, et intervient avec la dénomination Terra Historica.

    Les participants devront s’équiper de leur pique-nique et de vêtements de rando-exploration, ils devront être en bonne forme physique. Le circuit durera jusqu’à 13 heures, et empruntera trois zones intéressantes à explorer, qui sont les suivantes : au-dessus de Sainte Cécile, avec murettes, baraques ou cabanons, stockage de pierres rangées sur les crêtes, murs de soutènement, grandes parcelles pastorales. La Coume, dans la forêt, des orris, ruines entourées de ronces. Enfin La Tour, où une carte postale ancienne sera présentée.

    upek,thomas charpentier,annie lacombe

    Thomas Charpentier guidera tout au long de ce parcours et proposera un regard archéologique sur ces différents vestiges. Il sera ainsi possible d’échanger points de vue et hypothèses sur les anciens habitats et structures agricoles, et les quelques informations historiques concernant ces sites.

    Ce même samedi 25 juillet, l’Université Populaire en Kercorb propose une deuxième rencontre sous la halle de Chalabre, à 17 heures, pour une conférence d’Annie Lacombe, sur « L’histoire du catharisme ». Annie Lacombe est historienne, passionnée de catharisme. Elle a été la dernière présidente du CEC, le Centre d’Etudes Cathares-René Nelli à Carcassonne, qui n’existe plus depuis 2011. Elle est membre de l’AEC, association d’études des catharismes-René Nelli. Elle propose une conférence « tous publics », complète et structurée, de vulgarisation de qualité.

    upek,thomas charpentier,annie lacombe

    Sortie de la population de Carcassonne après le premier siège de 1209

    Pour mémoire, le catharisme est avant tout une autre religion chrétienne qui a été éradiquée par l’église catholique romaine, associée au roi de France. « C’est une page importante et dramatique de notre histoire locale, du XIe au XIVe siècle, qui est malheureusement trop longtemps restée sous silence ». La lutte contre le catharisme s’est traduite par vingt ans de croisade et cent ans d’inquisition, jusqu’à la mise en œuvre de « la raison d’état », avec le rattachement des terres du comté de Toulouse au royaume de France, et l’unification de l’église officielle. Un moment de culture et d’histoire à partager.

    En raison des consignes de distanciation, la réservation est demandée. Du gel sera disponible sur place, apportez votre masque. Ces deux rendez-vous sont gratuits pour les adhérents, la participation est libre pour les non adhérents. Les réservations se font au 06 16 32 24 44 (Gisèle) ou upek11@laposte.net

  • Le 157e anniversaire du combat de Camerone

    camerone,marco antonio menes couttolenc

    Chalabre 13 avril 2013

    camerone,marco antonio menes couttolenc« Arrivant le 1er mai sur le lieu de la lutte, le colonel Jeanningros (photo) y trouva un seul des hommes de la 3e compagnie du 1er régiment étranger encore vivant ; c’était le légionnaire Laï, tambour de la compagnie. Il était percé de sept coups de lance et de deux balles. Laissé pour mort sur le terrain, dépouillé de ses vêtements, il avait manqué être enterré vivant. Ce fut lui qui, le premier, fit le récit du combat de Camerone » (Le livre d’or de la Légion Etrangère).

    camerone,marco antonio menes couttolencParmi les cadavres qui purent être identifiés par le colonel Jeanningros au lendemain du 30 mai 1863, se trouvait celui du Capitaine Danjou. Il fit prendre la main articulée en bois, devenue depuis l’un des symboles de la bataille de l'hacienda Santa Isabel de Camaròn de Tejeda. Un combat pour l'Histoire, au cours duquel les soixante-trois hommes du Capitaine Jean Danjou tiendront pendant dix heures, face à deux mille partisans mexicains, emmenés par le colonel de Paula-Milàn (photo).

    « Ce qui s’est passé ce jour-là a dépassé le temps et s’est transformé en légende. Le respect mutuel que se sont témoigné les adversaires lors de cette bataille, s’est paradoxalement transformé en un symbole de l’amitié franco-mexicaine » (Marco Antonio Menes Couttolenc, ancien maire de Camaròn et artisan du jumelage avec Chalabre).

    camerone,marco antonio menes couttolenc

    Signature des actes de jumelage entre Camaròn de Tejeda et Chalabre, le 20 septembre 2004

    De gauche à droite, Colonel Michel Auzias, Christian Guilhamat maire de Chalabre, Marco Antonio Menes Couttolenc maire de Camaròn de Tejeda, Roger Campariol sous-préfet de Limoux

    camerone,marco antonio menes couttolenc

  • Montjardin : Un chemin de mémoire pour perpétuer le souvenir

    auguste cathalaSerge Fournié et le bureau réélu, donnent rendez-vous le 24 mai prochain.

    Vendredi 24 janvier à Montjardin, les membres de l’association « Dans les pas d’Auguste Cathala », créée en février 2018, se retrouvaient aux côtés de Francis Routelous, maire de la commune. Après les mots de bienvenue prononcés par Serge Fournié, initiateur du projet, et Sylvette Calmet Cathala, présidente, le bilan d’activité et le rapport financier ont été présentés, puis approuvés par l’assemblée. En présence de Serge Bacot et Nadine Canellas, membres du bureau départemental de l’ANACR, les projets pour 2020 ont été évoqués, par l’intermédiaire d’un calendrier validé autour de la cérémonie commémorative du dimanche 24 mai prochain. Auparavant, le samedi 16 mai, une équipe de volontaires se déplacera jusqu’à la ferme du Roudié, afin de procéder au nécessaire entretien du chemin d’accès et des abords.

    auguste cathala

    Comme en 2019 et après la cérémonie, un repas sera partagé sur la place du village, suivi d’une visite vers le lieu où Auguste Cathala fut supplicié par les éléments de la colonne allemande du capitaine Nordstern, guidée par la milice chalabroise.

    Après avoir envisagé la mise en place d’une exposition de photos et d’articles de presse, le bureau a été reconduit à l’unanimité : présidente Sylvette Calmet Cathala, vice-président et secrétaire Serge Fournié, trésorière Régine Garcia, Jean-José Garcia adjoint. Chacun travaillant à la réalisation d’un chemin de la mémoire, qui emmènera jusqu’aux ruines du Roudié, depuis Montjardin et la ferme familiale des Vinsous.

    auguste cathala

    Cérémonie à la mémoire d'Auguste Cathala

    (photo archives mai 2005)

    En souvenir de deux porte-drapeaux aujourd'hui disparus, Marcel Deshayes et Gaston Delpech

    auguste cathala

    1946 Cérémonie devant la stèle des FTPF

    (Photos Maurice Mazon)

    auguste cathala

  • « Coup d’état en Kercorb »

    Histoire. Comédiens et musicien pour une lecture du roman de Guy Vassal.

    guy vassal,coup d’état en kercorb
    Auteur et acteurs ont offert un retour très apprécié vers le Chalabre d’hier
    (Photos Yves Saddier).

    L’expédition du Mexique, qui allait coûter la vie au Chalabrois Jean Danjou le 30 avril 1863 lors de la bataille de Camerone, n’avait pas encore été décidée par celui que Victor Hugo surnommerait bientôt Napoléon le Petit. Et pourtant, le nom de Chalabre devait déjà circuler dans l’entourage de Napoléon III, peu après son coup de force perpétré contre la République le 2 décembre 1851. Si aucun fait notable ne s’était alors manifesté dans les provinces de France, des troubles sérieux éclatèrent à Chalabre, où des citoyens mais aussi et surtout des citoyennes, s’érigèrent en pouvoir insurrectionnel.

    guy vassal,coup d’état en kercorb

    Marie-Laure Derois, Guy Vassal et Roger Avalos

    Histoire locale et occitane     C’était le 5 décembre 1851, et ce fait d’histoire peu connu, resurgi sous la plume de Guy Vassal, auteur de Coup d’état en Kercorb. Un roman qu’il présentait sous les lambris de la maison commune, le jeudi 5 décembre dernier, jour anniversaire, accompagné par les comédiens Marie-Laure Derois et Roger Avalos, et le chanteur occitan Claude Marti.

    Historien, écrivain, dramaturge, auteur de théâtre, de films et feuilleton télévisés, Guy Vassal a écrit et monté son premier texte en 1963, « Le temps des troubadours », évocation du Catharisme qui l’avait alors propulsé à la télévision dans l’équipe de Stellio Lorenzi. Le grand intérêt qu’il porte à l’Histoire occitane et à l’Histoire de Chalabre en particulier, l’avait amené à rencontrer René Boyer, ancien maire de Chalabre, à de nombreuses reprises.

    guy vassal,coup d’état en kercorb

    Sous la plaque portant le nom des maires de la Prima Kercorbis Civitas, un auditoire attentif a apprécié cette rencontre avec son passé : « Quelle belle histoire que ce coup d’état de Chalabre ! Guy Vassal est un narrateur passionné et passionnant. Nous n’avons pas assisté seulement à la présentation d’un ouvrage, mais à un véritable spectacle ».

    Comme à son habitude, Guy Vassal habitué à l’écriture de script a évoqué son livre de façon attrayante. Pour cela, des passages choisis ont été lus par des comédiens confirmés, Marie-Laure Derois et Roger Avalos, en alternance avec de nombreuses chansons interprétées par Claude Marti et sa guitare. Guy Vassal s’est ensuite prêté au jeu des questions réponses.

    Avec un mot de conclusion recueilli au terme de la rencontre : « Il faut espérer que Guy Vassal reste un passionné de l’Histoire chalabroise, et puisse collaborer avec les instances locales, pour que vive Chalabre ! ». « Coup d’état en Kercorb » est disponible sur demande, au secrétariat de la mairie.

    guy vassal,coup d’état en kercorb

    1851, 1975, les accords de Claude Marti...

    ... dans le souvenir des luttes ouvrières d'hier... et d'aujourd'hui 

    guy vassal,coup d’état en kercorb

  • Quand Napoléon III fâchait les Chalabrois

    Guy Vassal.jpgGuy Vassal présentera son roman à 17 h à la maison commune.

    Le 10 décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte était élu Président de la République : «  La France s’endormit confiante et, trois ans après, réveillée au bruit des crosses et du pas des chevaux, elle se trouva garrottée et bâillonnée. Elle avait cru trouver un sauveur, c’était un aventurier qui l’avait séduite » (J.F Jeanjean, Le coup d'État du 18 décembre 1851 dans le département de l'Aude, Bulletin de la société d’Histoire Tome XXI, année 1924).

    guy vassal,coup d’état en kercorbPar ces mots, le Carcassonnais Jean-François Jeanjean (Correspondant du ministère de l'Instruction publique, 1877-1956) évoque le coup de force qui mit le pouvoir dans les mains d’un Bonaparte, le 2 décembre 1851. Il poursuit en émettant une réserve concernant le constat fait par Eugène Ténot dans son livre « le Coup d’Etat en province » : « Le département de l’Aude éprouva sur quelques points une très vive agitation, mais qui ne se manifesta par aucun fait notable ». Ce dernier oublie en effet de préciser que des troubles sérieux éclatèrent sur un seul point du département, et ce fut à Chalabre.

    A la faveur de cet épisode peu connu, Guy Vassal, auteur, metteur en scène et comédien, a écrit un roman intitulé « Coup d’état en Kercorb », publié aux éditions Trobador et qu’il viendra présenter dans la salle des mariages à la mairie Cours Sully, le jeudi 5 décembre à 17 h. Guy Vassal sera accompagné de Claude Marti et de comédiens qui liront des extraits de ce roman historique.

  • Sainte-Colombe-sur-l’Hers : Les Cathares en Occitanie

    L’association « Sainte Colombe d'Hier et d'Aujourd'hui » organise samedi 17 août à 17 heures au foyer rural, une conférence intitulée « Les Cathares en Occitanie », animée par Charles Peytavie (photo), historien médiéviste, spécialiste du catharisme et de la Croisade albigeoise :

    charles peytavie,sainte colombe d'hier et d'aujourd'hui« Derrière le mot « cathares » se cachent plusieurs réalités et autant d’imaginaire. Depuis leur redécouverte au XIXe siècle, l’histoire de ces dissidents chrétiens du Moyen-âge européen fut évoquée de mille façons. De nos jours, il n’en a jamais été autant question, au point que plusieurs territoires et pays en revendiquent la mémoire. L’histoire de ces hommes et femmes désignés comme « hérétiques » interpelle, elle dérange aussi, au point que certains historiens vont aujourd’hui jusqu’à remettre en question l’existence de leurs églises dans l’Occitanie médiévale.

    Cette conférence propose de relire le destin de ces dissidents religieux, de découvrir ce qui les sépare de l’Eglise romaine médiévale et comment, d’abord à travers l’organisation de la Croisade contre les Albigeois - la première guerre sainte organisée au cœur de l’Occident chrétien entre 1209 et 1229 - puis à travers le tribunal de l’Inquisition dès 1233, a été mise en place face à eux, une des plus rudes répression de notre histoire.

    Et puisque nous sommes à Sainte-Colombe-sur-l’Hers, nous porterons une attention toute particulière aux pages de cette histoire qui se sont déroulées aux confins du Chercorb et du pays d’Olmes, deux régions fortement marquées par la présence des Bons hommes ».

    Participation 5 €, apéritif offert aux participants.

    charles peytavie,sainte colombe d'hier et d'aujourd'hui

    Photo Patrick Lasseube

  • Dans les pas d’Auguste Cathala

    auguste cathalaLa ferme du Roudié a été libérée de ses liens végétaux.

    Le 23 mai 1944, une opération menée par les troupes allemandes du capitaine Nordstern, chef de la 5e compagnie du 2e bataillon Landesachützenregiment der Luftwaffe Lisieux, scellait le destin d’Auguste Cathala. Peu de jours avant le débarquement des troupes alliées en Normandie, et sur dénonciation de la milice locale, la soldatesque nazie mise en échec, s’était acharnée sur un jeune Montjardinois âgé de 19 ans, dont le corps atrocement mutilé avait été retrouvé dans la ferme du Roudié incendiée. En prenant le chemin le plus long depuis la ferme des Vinsous, l'aîné des dix enfants de la famille Cathala, payait de sa vie le salut des partisans du Maquis Faïta.

    Avec la cérémonie célébrée annuellement au pied de la stèle de l’association nationale des FTPF (Francs-tireurs et partisans français), l’association ayant pour dénomination « Dans les pas d’Auguste Cathala », créée le 21 février dernier, travaille à la réalisation d’un chemin de mémoire. Un chemin que les jeunes générations pourront bientôt emprunter, afin que le sacrifice d’un fils de Montjardin reste bien présent dans les consciences.

    Le dimanche 2 juin prochain, la mémoire d’Auguste Cathala sera honorée à partir de 11 h au pied de la stèle du souvenir à Montjardin. Cet hommage sera suivi pour les personnes qui le souhaitent, d’une visite jusqu’à la ferme abandonnée du Roudié, et de la diffusion d’un témoignage sonore évoquant cette tragédie.

    Une initiative qui a amené les membres de l’association à se rendre tout dernièrement sur le terrain, accompagnés par Francis Routelous, maire de la commune. Avec l’autorisation de M. Olivier François, gérant pour le Groupement forestier de la ferme du Roudié, le chemin d’accès et les abords ont été libérés.

    auguste cathala

    auguste cathala

    auguste cathala

    auguste cathala

    auguste cathala