Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

eric fabre

  • Le bois dans toutes ses formes au musée du Quercorb

    musée du quercorb,eric fabre,chris le farfadet,nicolas raynaudNicolas Raynaud à l'ouvrage sur son tour à perche.

    Le musée du Quercorb fête ses 30 années d’existence et propose samedi 30 avril et dimanche 1er mai, des animations autour du bois. Dans un premier temps, Chris le Farfadet, sculpteur sur bois à la tronçonneuse, va créer une œuvre dans le verger et exposer ses « créatures ». 

    Dimanche toute la journée, Nicolas Raynaud, tourneur sur bois proposera des démonstrations d’objets en bois tourné sur son tour à perche, comme le faisait Jean Sylvestre à Puivert dans les années 1970. Il fera partager son goût pour ces gestes séculaires, ces outils simples et puissants, ces formes vivantes issues de l’alliance de la nature et du travail des hommes, et cette ambiance riche en sons, en odeurs, en matières.

    A 16 h, les enfants pourront réaliser une épée ou une baguette magique sur un banc à planer, avec quelques outils faciles à manier et sans danger.

    Dimanche toujours, Eric Fabre, historien universitaire proposera à 10 h une lecture de paysage (départ depuis la halle de Puivert). En prenant un peu de hauteur entre le village et le château de Puivert, il décrira les éléments du paysage en les replaçant dans le temps. Hameaux, champs et forêts sont les espaces de vie et de travail des hommes qui ont façonné leur environnement au cours des siècles.

    A 14 h 30 au musée, Eric Fabre animera une conférence sur le thème des « Tourneurs, semaliers, peigneurs à buis ». Il s’agira d’histoires de travailleurs du bois en Quercorb, entre la fin du XVIIe et le début du XXe siècle ».

    Animations, atelier pour enfant, balade, conférence… il y en aura pour tous les goûts et tous les publics, et c’est gratuit.

  • Projet de formation à la recherche historique

    L’université populaire en Kercorb (UPEK) communique :

    upek,eric fabre« Éric Fabre (photo), maître de conférences des universités, habilité à diriger des recherches en histoire moderne et contemporaine, est déjà intervenu à deux reprises pour l’UPEK. L’été dernier, il a assisté à la conférence de Gaël Chenard à Rivel, suite à laquelle une discussion s'était engagée et plusieurs personnes faisaient le constat qu'elles aimeraient bien faire des recherches sur leur (s) village(s) mais qu'elles n'avaient aucun élément de méthode. Or il n'est pas du tout impossible de se former.

    Étant donné que l'UPEK se veut, par son nom même, une « Université », pourquoi ne pas envisager une action plus structurelle que les conférences ponctuelles afin que les personnes volontaires puissent s'approprier des bases de méthodologie pour travailler sur leur village ?

    Éric Fabre ne propose pas de donner une série de conférences, mais de guider des volontaires dans un travail collectif par le jeu de rencontres périodiques tout au long de l'année.

    Chaque village a son association patrimoniale qui tente, tant bien que mal, de protéger le patrimoine, en lien avec les municipalités concernées. Mais la plupart des membres n'ont pas de savoir-faire en terme d'étude : proposer un tel apprentissage pourrait donc intéresser largement au-delà des membres de l'UPEK. En cela, l'UPEK jouerait pleinement son rôle d’Université : apporter des savoirs (un peu), et des savoir-faire (surtout).

    upek,eric fabre

    Sur un versant de la vallée du Blau

    Par ailleurs, à côté de cette formation à la recherche historique, Éric Fabre propose d’encadrer un travail collectif de collecte de noms de lieux. Les changements sociaux que connaissent nos campagnes, et les modifications profondes des modalités d'usage de l'espace, font que la connaissance des noms des lieux disparaît. Non pas, bien sûr, des toponymes indiqués sur les cartes, mais des noms de champs, de parcelles, de quartiers, de bois, etc. C'est ce qu'on appelle la micro-toponymie, qu'il faudrait relever auprès des anciens car chaque paysan qui disparaît emporte avec lui toute une collection de noms de lieux.

    Éric Fabre animerait avec plaisir un tel groupe, bénévolement bien sûr mais avec remboursement de ses frais de déplacement. L’idée serait de proposer une séance par mois de septembre à mai, soit 8 à 9 séances. Les participants s’engageraient sur l’année scolaire à raison de 50 € par personne, ce qui permettrait de dédommager l’animateur ».

    upek,eric fabre

    Dans le bois de Falgas

  • La métairie perdue du Clergue

    D'après l'étude réalisée par Eric Fabre (Les métairies en Languedoc, Editions Privat), Le Clergue fut d'abord un véritable hameau, dont il ne reste que bien peu de chose aujourd'hui. Selon certains écrits, la métairie recèle à quelques centaines de mètres de ses vestiges, une croix mémorielle, peut-être disparue avec les années.

    Métairie du Clergue 001.JPG

    Métairie du Clergue 002.JPG

    Métairie du Clergue 003.JPG

    Métairie du Clergue 004.JPG

    Métairie du Clergue 006.JPG

  • Métairies et nano-sciences au programme de l’Université Populaire en Kercorb

    upek,eric fabre,simon tricard

    Photo archives Juillet 2011

    Samedi 22 août, l’UPEK propose une promenade commentée sur le sentier des métairies, au départ de la mairie de Peyrefitte-du-Razès (9 h 30). Elle se fera en compagnie d’Eric Fabre, maître de conférences des universités, habilité à diriger des recherches en histoire moderne et contemporaine. Concepteur de cette promenade thématique, Éric Fabre emmènera de métairie en ruine en métairie en ruine, en décrivant l’abandon des habitats isolés aux XIXe et XXe siècles. Il expliquera quand, pourquoi et comment des maisons tombent en ruine alors que les champs et pâturages deviennent des boisements.

    Il dédicacera son livre « Les métairies en Languedoc, désertion et création des paysages (XVIIIe-XXe siècles) ». Le livre est actuellement épuisé mais l’auteur apportera les quelques exemplaires qui lui restent (25 €). Le retour est prévu vers 15 heures, au terme d’un itinéraire de 10km et 300 m de dénivelé. Les chaussures de marche sont impératives, et le bâton conseillé. Prendre le casse-croûte pour midi et de l’eau (il n’y en a pas sur l’itinéraire).

    Ce rendez-vous est gratuit pour les adhérents, la participation est libre pour les non adhérents. Sur réservation auprès de Gisèle 06 16 32 24 44 ou upek11@laposte.net

    upek,eric fabre,simon tricard

    Les nano-sciences et leur impact sur notre quotidien seront au programme, dimanche 23 août sous la halle de Chalabre, avec une conférence sur les nanotechnologies, initialement prévue le 17 mai dernier. Elle sera animée par Simon Tricard, chargé de recherche au CNRS. Après un doctorat en chimie à l’Université Paris-Saclay en 2009, il a effectué des travaux de recherche à l’Université d’Harvard aux Etats-Unis. Il travaille actuellement au LPCNO à Toulouse (Laboratoire de Physique et Chimie des Nano-Objets), où il s’intéresse aux propriétés chimiques et physiques d’objets nanométriques. Un aspect de sa recherche vise à créer des synergies où ces objets interagissent les uns avec les autres.

    Que représente un nanomètre ? Pourquoi la matière peut-elle avoir des propriétés différentes à des tailles si petites ? De quels outils dispose-t-on pour observer et contrôler cette matière à de très petites échelles ? Que sont les nanosciences, les nanotechnologies ? Le but de cette conférence est d’aborder quelques concepts clés liés aux nanosciences, afin de mieux comprendre certains enjeux, illustrés par des exemples issus de notre quotidien. Des sujets de recherche actuelle aux perspectives prometteuses seront aussi présentés.

    Pour ces deux animations, merci de vous inscrire à l'avance, soit par courriel à upek11@laposte.net, soit par téléphone à Gisèle au 06 16 32 24 44. Ils et elles le regrettent, mais les animateurs de l’UPEK, « ne sommes plus en mesure d’offrir le moment de convivialité et vous demandons de respecter les gestes-barrière, merci de votre compréhension ».