Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

louis calvet

  • De l’avenir des chaudières avec Louis Calvet

    louis calvet,chaud froid performanceLe métier n’a jamais quitté l’artisan de la place du Pont-Rouge.

    Louis Calvet, ancien élu et artisan chauffagiste à la retraite, souhaite faire part de ses réflexions à propos d’un thème bien présent dans l’actualité des énergies nouvelles.

    « Le magazine Chaud Froid Performance (n° 829, février 2019), rend compte d’une conférence de presse donnée le 24 janvier dernier par les ministres  François de Rugy et Julien de Normandie. Le gouvernement souhaite remplacer 600.000 chaudières en deux ans. La belle aubaine pour les constructeurs, et les travailleurs chargés de l'ouvrage  dans ces entreprises ». Et Louis Calvet de souligner que seront surtout concernés, les utilisateurs dont les moyens financiers permettront de suivre ces évolutions, en fonction de coûts très élevés, et malgré les aides qui pourront être allouées.

    Professionnel retraité, Louis Calvet connaît parfaitement le sujet, lui qui à l’automne 1979, avait mis au point une cheminée anti-gaspi, pour reprendre les termes d’une époque aspirant (déjà) aux économies d’énergie. Il se permet ainsi de rappeler que « même avec des chaudières anciennes, quelque fois bien meilleures que ce qui est souvent proposé, il est tout à fait possible d’obtenir de très bons résultats de rendement et de pollution maîtrisée ».

    Le néophyte pourra rester dubitatif devant ces affirmations, mais Louis Calvet explique alors comment procéder : « avec l'intervention d'un bon professionnel, et par un simple aménagement du corps de chauffe, lequel piègera les calories, soit en chicanant les fumées pour les refroidir, puis un bon réglage du brûleur, à la limite du point de rosé, et un gicleur bien adapté pour éliminer toute forme de suie ».

    Toute forme de chauffage induisant un besoin de calories, Louis Calvet conclut en invitant chacun à faire ses comptes, à partir du tableau ci-après : 1 kilo de bois sec (4.000 calories), 1 kg d’anthracite (8.000 calories), 1 kg de charbon de bois (6.500 calories), 1 kg de mazout (10.500 calories), 1  kilowatt (840 calories), 1 kg propane (24.000 calories).

    Louis Calvet est joignable au 04 68 69 20 36, pour toute information complémentaire.

  • Le lac de Chalabre sera-t-il réhabilité ?

    lac de chalabre,louis calvet

    Les élus du conseil municipal prenaient tout dernièrement connaissance d’un rapport établi par Patrice Gastineau, l’objectif étant de mettre en place un projet de réhabilitation du plan d’eau de la « Piche ».

    La première mise en eau de ce lac, intervenue à la fin des années 1970, avait été la conséquence indirecte des événements qui avaient secoué Chalabre en 1975, lorsque l’ensemble des employés de l’usine Hutchinson-Mapa avait été licencié. A la question posée par le sénateur Raymond Courrière, lors de la séance du 1er juin 1976, concernant une demande de subvention d’équilibre présentée par la commune de Chalabre, dont le budget 1976 risquait de se trouver en déséquilibre (privation de patente), Pierre-Christian Taittinger, secrétaire d’état, avait politiquement et correctement répondu par la négative. Mais une subvention spéciale de l’Etat, serait ensuite attribuée, pour la réalisation d’un plan d’eau avec lotissement attenant, et une zone artisanale (Cazal).

    Comme devait le rappeler Louis Calvet, alors adjoint de René Boyer, maire de la commune, « Nous avons obtenu cela grâce à des actions répétées, menées en collaboration  avec les syndicats, pour défendre l’emploi de 350 ouvriers. Cette subvention était un geste d’apaisement des pouvoirs publics, dans une situation très tendue ».

    lac de chalabre,louis calvet

    Ce plan d’eau d’agrément, réalisé sous la tutelle des autorités départementales, se révélera attractif, y compris pour la baignade. Par la suite pourtant, le manque d’entretien, aboutira au lamentable état d’insalubrité dans lequel il se trouve actuellement.

    Au chapitre des suggestions formulées par l’ancien adjoint au maire, la vidange totale du lac, qui permettrait d’établir un constat précis des aménagements à réaliser. L’élimination du barrage béton, ajouté bien plus tard en travers du ruisseau, lequel a provoqué un amoncellement par accumulation de gravats, entraînant la disparition du bassin naturel sous la cascade rocheuse, la partie la plus agréable du site. Le remplacement du système actuel (trop plein béton), par une écluse, qui permettra de faciliter le nettoyage et l’entretien.

    L’heure est désormais à la recherche de solutions réalistes, dans l’espoir que cet ouvrage puisse fêter dignement, ses quarante années d’existence.

    lac de chalabre,louis calvet

  • Eoliennes de Montjardin

    Louis Calvet, représentant du Front de gauche sur le canton de Chalabre communique :

    " Citoyens de Chalabre et du canton, connaissez-vous réellement les détails du projet qui pourrait voir le jour aux alentours de la ferme du Roudié ? Nous, citoyens qui aimons notre pays, nous sommes farouchement opposés à ce projet insensé, pour la question très simple, qu'il consisterait à détruire l'harmonie de notre région. Et pour un résultat qui ne serait profitable qu'aux producteurs installateurs du "monstre", et aux petits vendeurs de parcelles (petit profit).

    Quant au rendement invoqué, sachez qu'il est nul ! A propos de ressources énergétiques, nous avons publié en son temps, un mémorandum concernant les ressources hydrauliques dont nous disposons (avec trois cours d'eau qui traversent le territoire). Ne serait-t-il pas alors plus sage d'employer énergie et investissements financiers, à la remise en service des infrastructures existantes et depuis trop longtemps abandonnées ? Dans l'espoir de pouvoir exploiter à nouveau une ressource aussi avantageuse que ne pourrait être le vent, avec la défiguration de nos paysages en moins.

    Une enquête publique relative à la demande d'autorisation présentée par Raz Energie pour l'exploitation de neuf éoliennes, vient d'être ouverte (date de clôture, mardi 29 juillet). N'hésitez pas à donner votre avis en mairie de Chalabre, du lundi au jeudi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h 30, et vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 16 h 30 ".

  • Tribune libre

    Louis Calvet a souhaité communiquer une réflexion, relative à deux thèmes qu'il évoque ci-dessous. 

    Journée du Souvenir et devoir de Mémoire.

    louis calvet,journée du souvenir,conseil communautaire" Le dimanche 27 avril, nous nous sommes retrouvés au pied du monument aux Morts édifié à la mémoire des enfants de Chalabre, victimes de la guerre. Pour un dépôt de gerbe, en cette journée du Souvenir, et de recueillement, à la mémoire de toutes celles et de tous ceux morts en déportation, dans les camps des barbares nazis. Il y eut une allocution du maire-adjoint, et du président de la Fnaca, également représentée la gendarmerie nationale en la personne du chef de brigade.

    Ce que nous pouvons déplorer hélas, c'est l'absence de l'éducation nationale et donc des enfants des écoles, auxquels il faut bien rappeler que si nous sommes libres aujourd'hui, nous le devons en grande partie à ceux qui ont sacrifié leur vie. Ce n'est que par l'instruction objective, que les peuples pourront, peut-être un jour, triompher de l'ignorance, voire de la guerre. Il faut souhaiter qu'à l'avenir, nos remarques soient enfin prises en considération".

    Conseil communautaire.

    " En cette période restrictive dans laquelle nous sommes entrés, les vieux travailleurs et bâtisseurs d'hier, voient leur pension retraite, pour laquelle ils ont tant oeuvré, être outrageusement diminuée. Est-il possible (comme l'indique un article de La Dépêche du 2 mai dernier), que les conseillers communautaires prévoient de s'allouer 845.000 € d'indemnités, soit 27.000 € de plus qu'en 2013, soit plus de 3,20 % sur un an ? "

  • A propos du lac

    lac de chalabre,louis calvetLouis Calvet, ancien élu chalabrois, s'émeut de l'état dans lequel se trouve le lac de la route de Limoux. Mise en ligne ci-après, la proposition illustrée qu'il vient de faire parvenir par courrier aux élus chalabrois.

    lac de chalabre,louis calvet" Vous trouverez ci-dessous, un schéma simplifié de remise aux normes du plan d'eau de la Piche, dont l'abandon d'entretien constitue un problème de santé publique. A noter qu'un simple aménagement avec un coin animation "guinguette", pourrait permettre à notre jeunesse, d'avoir un lieu d'attraction, de détente estival. Sans oublier une nécessaire vidange annuelle à l'entrée de l'hiver, afin que les gelées puissent détruire toute repousse au fond du bassin. Le coût de l'opération restera très modeste, avec la participation des services concernés (DDE, DDA, conseil national d'hygiène) ".

    Schéma Lac Louis Nov. 2013.JPG

  • Civisme et bases d'imposition

    louis calvetLouis Calvet, citoyen et ancien élu chalabrois, se demandant si un brin de civisme ne pourrait pas être envisagé en cette période estivale, a souhaité exprimer son sentiment sur le thème :

    "Les personnes actuellement en vacances et qui s'arrêtent dans notre petite bourgade, chargée d'un passé historique non exploité à ce jour - mais là n'est pas le sujet – constatent l'état de saleté et de délabrement des toilettes publiques du cours d'Aguesseau, dont les murs sont "constellés" de graffitis ou d'inscriptions obscènes. Une situation très irritante pour le contribuable, et à la question posée à un membre du personnel : "Pourquoi ne pas donner un petit coup de pinceau ? Une demi-journée suffirait à rafraîchir le tout", vient la réponse suivante : " Demain, ils vont recommencer ".

    Dès lors, à quoi bon faucher l'herbe, puisqu'elle va repousser (ce dont le lit du Chalabreil a tant besoin). Faisons confiance à nos jeunes, nous l'avons tous été, et ils comprendront bien que les dégradations sont réparées avec l'argent des impôts des contribuables, donc de leurs parents.

    A ce propos, il faut noter que malgré la bonne gestion de l'équipe municipale, qui réalise pour la troisième année consécutive, une baisse du taux communal (qui reste encore très élevé), les bases des taux d'imposition elles, ne cessent de grimper, et sont nettement supérieures à celles de nos voisins. Il ne faudra pas alors s'étonner de la désertification massive de nos communes, avec une telle politique. Il est difficilement concevable de maintenir les effectifs des personnels dans les communes et autres services d'intérêt public. Une baisse générale des taxes doit être envisagée, avec la réduction des dépenses inutiles, ce qui inévitablement doit conduire à la constitution d'une association de contrôle et de surveillance".

  • Energie éolienne ou énergie hydraulique, le débat est ouvert

    Noria Soucaille.JPGJadis, cette noria alimentait la tuilerie de Pierre Arnou, le tuilier potier de la Soucaille (sur la photo, archives Mars 2004, Emile Marty).

    Le 23 janvier dernier se tenait une réunion d’information relative à l’énergie éolienne, motivée par les projets visant à l’installation de parcs éoliens sur les terres du Chalabrais et de son canton (voir édition de l’Indépendant du dimanche 29 janvier, article mis en ligne sur le blog le 30 janvier).

    Louis Calvet, ancien élu et artisan chauffagiste à la retraite souhaite revenir sur un élément du débat qui, selon lui, n’a été que trop vaguement évoqué, les économies d’énergie : « Il faut se rappeler du premier choc pétrolier, des actions engagées dans le cadre des économies d’énergie par les professionnels en chauffage et climatisation, avec la participation d’experts en génie climatique qui se traduisirent par des économies non négligeables de TEP (tonnes équivalent pétrole). Concernant notre Kercorb, et lorsque l’on parle économies d’énergie, il faut rappeler que le pays chalabrais dispose d’importantes ressources hydrauliques. Il existait sur ce secteur, sept usines (textile, chapellerie, filature, minoterie, usine électrique,…), qui ne fonctionnaient pas autrement qu’avec la force motrice de l’eau des turbines. De multiples courroies faisaient fonctionner les machines et produisaient l’électricité à la demande »

    Bien que laissées à l’abandon, selon Louis Calvet « les structures existent encore. Il suffirait de remettre ces installations en état pour produire de l’énergie non polluante, d’un coût de revient estimable, issue d’un filon bien local. Ce chantier nécessite bien entendu une volonté politique, et je tiens à préciser que le coût de la remise en forme de ces installations, d’utilité publique, ne serait point supérieur à l’implantation de ces gigantesques moulins à vent. Même en période d’étiage, le rendement resterait toujours avantageux ». Une voie à creuser.