Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

usine canat

  • Conflit des Canat : la basilique Saint-Nazaire toujours occupée

    Jeudi 5 juin 1975, la lutte continue et s'étend hors des limites du Kercorb.  Dans la basilique de la Cité de Carcassonne occupée, ouvrières et ouvriers de l'usine Canat se succèdent et alertent l'opinion dans l'espoir de sauver leur outil de travail. Comme le souligne l'article publié dans l'Indépendant, des télégrammes de soutien affluent de toute part, paraphés par des syndicalistes, des ouvriers, des étudiants,... Signatures parmi lesquelles figure celle d'un étudiant, « petit cousin de l'ancien Pape Jean XXIII », pour reprendre les termes du journaliste rendant compte des événements.

    usine canat,basilique

    Un petit cousin que chacun aura le loisir de retrouver en compagnie de ses amis du groupe les White Beans, aujourd'hui vendredi 6 août 2021, à l'occasion du concert gratuit organisé par le service culturel de la mairie de Limoux, et qui aura lieu sur l'allée des Marronniers à partir de 19 h 30, puis à 21 heures.

    1975 jeudi 5 juin 001.jpg

    1975 jeudi 5 juin 002.jpg

    1975 jeudi 5 juin 003.jpg

    usine canat,basilique

    usine canat,basilique

    usine canat,basilique

    usine canat,basilique

    usine canat,basilique

  • Mémoires d’ouvriers… mémoire brouillée

    Le vendredi 11 juin dernier, Christian Garcia était présent en Kercorb afin de présenter son film documentaire long métrage évoquant la Chalabre industrielle, au temps de la manufacture Canat. Un travail de mémoire disponible sur support DVD, mis en vente à la maison de la presse de la rue Capitaine Danjou, et une belle occasion de revenir plusieurs décennies en arrière, au temps d’un Kercorb alors prospère.

    Cette incursion dans le passé propose des témoignages recueillis auprès d’anciens ouvriers et employés, nostalgiques d’une époque certes difficile, mais si riche en souvenirs. De belles et précieuses archives sonores, émanant d’acteurs ayant vécu ces décades, archives illustrées avec une succession de photos et d’images filmées. Si un grand nombre d’entre elles, glanées à la volée sur Internet, n’ont que très peu de lien avec la mémoire chalabroise, d’autres, et c’est plus fâcheux, loin de restituer la réalité, la falsifient.

    usine canat,christian garcia

    2006, rue d'Empaute à Limoux

    Ainsi Chalabre, et on pourra le regretter bien sûr, n’a jamais connu de ligne de montage de véhicules électriques, même si une information s’en était fait l’écho en 2017, mais c'était un samedi... 1er avril (voir liens ci-dessous)

    http://chalabre24hactus.blogspirit.com/archive/2017/04/01/une-ligne-de-montage-automobile-sur-les-friches-de-t2l-et-ca.html

    http://chalabre24hactus.blogspirit.com/archive/2017/04/02/une-ligne-mal-montee-et-le-poisson-ne-mord-pas.html                 

    usine canat,christian garcia

    Vendredi 13 novembre 1987, incendie de T2L Chimie, usine de résines synthétiques 

    Un peu plus loin dans le reportage, une voix off explique comment « le 13 novembre 1977, l’explosion d’une partie de l’usine précipitera la fin inéluctable d’une aventure humaine et industrielle ». Cette information est illustrée par des photographies manifestement prises un 13 novembre, mais de l'année 1987, soit dix ans plus tard. Car ces images rendent compte de l’incendie qui venait de détruire non pas l'usine Canat, mais l’usine T2L Chimie. Comme évoqué dans l’article paru le lundi 13 novembre 2017 (voir lien ci-dessous)

    http://chalabre24hactus.blogspirit.com/archive/2017/11/13/c-etait-un-vendredi-13.html

    Cette profusion d’images, par ailleurs diffusées sans concertation ni consentement aucun, conduit son auteur à commettre une regrettable caricature de la réalité. L’initiative visant à œuvrer pour la mémoire est honorable, mais pour accomplir un travail digne de ce nom, un minimum de rigueur aurait été le bienvenu, qui aurait permis d’éviter de telles incohérences.

    Par anticipation, pourquoi ne pas avoir une pensée à l'endroit de celles et ceux qui auront le loisir de visionner ce film dans dix, vingt ans ou plus, et qui pourront soutenir sans sourciller que jadis, des voitures électriques étaient assemblées sur une ligne de montage à Chalabre. Le temps aura passé, les temps auront encore changé, la mémoire pourra alors se recharger comme un simple portable.

  • Du vin de messe pour les Canat

    Le 29 mai 1975 à 16 heures, les employés de l’usine de chaussures Canat en grève, engageaient l’occupation de la basilique Saint-Nazaire et Saint-Celse à la Cité de Carcassonne. Une première équipe de douze personnes se prépare à passer une nuit pacifique sous la nef, avec l’approbation de l’abbé Bonhoure, curé de la basilique : « L’église appartient à tout le monde. L’évêque est au courant de la situation. Ce serait une occupation politique, nous nous y opposerions. Mais les mobiles de ces gens sont nobles ».    

    Au fil des jours, la solidarité se met en marche, l’écrivain et poète Gaston Bonheur vient à la rencontre des ouvriers, tandis que le chanteur Claude Marti crée et chante une chanson sur Chalabre. Des collectes venues de tous horizons permettent aux ouvriers de défendre leur outil de travail dans la dignité, et le monde vigneron vient lui aussi soutenir leur action.

    Comme le rapporte le journal La Dépêche du Midi dans son édition du lundi 2 juin 1975.

    1975 lundi 2 juin Canat 001.jpg

    1975 lundi 2 juin Canat 002.jpg

    1975 lundi 2 juin Canat 003.jpg

    Photo la Dépêche René Roques

    Au premier plan Juliette Danjou, Yvette Abat, derrière les « cubis », José Garcia, Luís Salas, Gustave Folchet, Thérèse Martin,...

  • Quand les Etablissements Canat sortaient de terre

    Au cours de l’année 1946, les bâtiments de la manufacture de chaussures Canat, faisant face au monument aux Morts, étaient inaugurés. Cette structure nouvelle permettaient de recentrer une activité jusqu’alors répartie entre les ateliers de la rue du Pont-de-l’Hers, et les usines Auriol et Salva.

    Les photos prises sous l’objectif de Maurice Mazon, permettent de retrouver quelques vues d’un chantier qui allait sensiblement changer la perspective et le quotidien des Chalabrois, au pied de la colline du Calvaire. L’historique détaillé de la Société Canat est à découvrir ou redécouvrir sous la plume du regretté Robert Roncalli, au fil des pages d’un Tome VI que l’association « Il était une fois Chalabre » avait publié en mars 2002 (photos Maurice Mazon).

    001.jpg

    002.jpg

    003.jpg

    Joseph Salinas et Laurent Tudo, en bas à droite

    004.jpg

    Parmi les ouvriers bâtisseurs, Rufino Cabrero, René Salinas, Gaston Rouzaud, Thomas Trujillo, René Berland,...

    006.jpg

    007.jpg

    008.jpg

    009.jpg

    Une publicité portant la griffe de Jacques Lalande