Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Rugby : L’Entente se déplace à Roques-sur-Garonne

    USCKBP 8 octobre 2017 001.JPG

    Aujourd'hui dimanche 22 octobre, l’US Chalabre-Kercorb-Bastide-Peyrat effectuera le premier déplacement de la saison en se rendant à Roques-sur-Garonne, pour le compte de la troisième journée du championnat de 4e série (1ère journée club des 3 Clochers exempt). Le coup d‘envoi sera donné à 15 h au stade municipal Albert Nauroy, avenue des Sports à Roques. Frédéric Lavialle, du club de Blagnac, arbitrera cette rencontre.

    Face à un quinze de la Haute-Garonne crédité d’un match et d’une défaite, l’Entente essaiera de confirmer l’éclatant début de saison réalisé le 8 octobre dernier face au RC Vallées d’Ax (77-0 ou 83-0, selon les sources). Les Ariégeois étant exempts de compétition cet après-midi, l’autre rencontre mettra aux prises le Toulouse-Athlétic-Club, leader avec deux victoires, au Club Omnisport Rieucrosain.

  • Travaux en cours sur le court

    tc du chalabrais

    Engagé depuis plusieurs jours maintenant, le chantier lancé aux abords du club-house du Tennis-Club du Chalabrais va bientôt entrer dans sa phase finale. La surface du court supérieur a été entièrement corrigée, et rallongée. Elle recevra très bientôt les travaux de peinture, à la conclusion d’une nécessaire période de séchage. Après la rénovation en mai 2007 du court qui porte depuis juin 2013 le nom du regretté Raymond Dumay, le TCC disposera de deux courts en parfait état.

    tc du chalabrais

    Photo archives, Mai 2007, Inauguration du court inférieur. De gauche à droite, debout : Gérald Mourareau, Francis Gracia, Roland Fourcassa, Christian Guilhamat. Devant : Sirima Martinez, Hugo Carbonnel.

  • C'était hier : Trois siècles de charivari

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mercredi 22 octobre 1997.

    flurisLe comité du Tricentenaire s‘est penché sur la vie de Fluris (Photo archives, octobre 1997).

    « Le Sr Jacques Fleury de Montpellier, contrôleur au grenier à sel de Chalabre est mort le treizième et a été enseveli le quinzième décembre 1697 dans le cimetière de cette paroisse avec les prières et les cérémonies prescrites ». Cet acte de décès extrait des archives communales de Chalabre représente l’unique certitude historique permettant d’identifier le personnage « Fluris ». Tout le reste demeure : qui l’a tué ? Pourquoi ? Trois cent ans ont passé et nul n’a réussi à ce jour à éclaircir les circonstances de cette disparition.

    flurisComme le démontre Patrick Lasseube à travers ses recherches menées en 1987 sur le Charivari traditionnel de Chalabre, la vérité se trouve enfouie dans la mémoire collective chalabroise. Mais de contradictions en hypothèses originales, la légende n’a jamais cessé de croître, si bien que Fluris aujourd’hui identifié n’est toujours pas démystifié. Huit semaines nous séparent à présent de la Sainte-Luce, date à laquelle les Chalabrois vont réveiller la mémoire de leur héros légendaire, mort il y aura exactement 300 ans, le samedi 13 décembre prochain (Ci-contre, l'œuvre de Camille Amat († Avril 2010), créée pour l'événement).

    Réuni jeudi dernier à la mairie, cours Sully, un comité impromptu s’est penché sur le passé mouvementé de ce cher Fluris, afin d’évoquer ce que sera la célébration du charivari millésime 1997. Abandonnée depuis des lustres, l’idée d’une marche symbolique et pacifique a longuement été évoquée, qui emmènera « l’étrange et tonitruant cortège », jusqu’au pied des murailles grises du château des Mauléon. D’ores et déjà, dans l’intimité des caves et des greniers, petits et grands s’affairent car il faudra être prêt, à l’heure où le premier coup de fusil va déchirer la nuit du Kercorb, la nuit du Tricentenaire : « Vei fans les ans que tueron Fluris ! ».                 

    Lien permanent Catégories : C'était hier
  • Sonnac-sur-l’Hers : Roger Icre n’est plus

    roger icreL’église Saint-Jean-Baptiste a accueilli une nombreuse assistance venue rendre un dernier hommage à Roger Icre, enlevé à l'affection des siens à l'âge de 85 ans. Originaire de Chalabre où il était né le 22 octobre 1931, il y effectuera sa scolarité jusqu’au certificat d’études. Il entrera dans la vie active à l’âge de 14 ans, au sein de l’usine Garrouste, jusqu’à l’appel sous les drapeaux. Il quitte alors le secrétariat de la chapellerie et effectue sa période militaire à Oran (Algérie).

    A son retour, il entre à la manufacture de chaussures Canat où il fera toute sa carrière, dans l’atelier de vulcanisation en qualité de contremaître. En marge de ses activités professionnelles et aux côtés de ses collègues de travail, il participera au projet d’installation d’un relais de télévision sur la colline du Calvaire, initié en juillet 1958 et finalisé au tout début de l’année 1961.    

    roger icre

    Sa passion pour le rugby, l’amènera à s’impliquer dans la vie du club de l’USC XV, il y occupera le poste de secrétaire pendant vingt ans. Rendez-vous sportifs qui favoriseront la rencontre avec Lucette Boussioux, dont le frère porte les couleurs chalabroises. Roger et Lucette fondent un foyer le 5 août 1961, union comblée par la naissance de Nathalie puis de Maxime. Chalabrois jusqu’à l’heure de la retraite et résidant rue du Presbytère (Maison Lafitte), ils viendront s’installer à Sonnac-sur-l’Hers, berceau familial de Lucette. Désireux de s’investir dans la vie de la commune, il effectuera un mandat de conseiller municipal de 1989 à 1996 (Photo ci-dessous).

    roger icre

    Au terme de la bénédiction, Roger Icre a été inhumé dans le caveau familial. En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à Lucette son épouse, à Nathalie et Maxime ses enfants, à ses petits enfants, à toutes les personnes que ce deuil afflige.

  • Le FCC tenu en échec à Fanjeaux

    Football : L'équipe première décroche au classement.

    fc chalabre football,es fanjeauxAmélia entraîne les jeunes pousses du FCC. De gauche à droite. Debout : Amélia Conte, Kimie Padet, Aubin Jammet, Paco Gutierrez. Accroupis : Paolo Tur y Tur, Erwan Conte, Nathan Tur y Tur.

    Dimanche 15 octobre, la quatrième journée de championnat de l’Aude emmenait les deux formations seniors jusqu’à Fanjeaux où elles étaient opposées à leurs homologues de l’Etoile Sportive Fanjuvéenne. Les réservistes du FCC II engagés en championnat D4 ont signé un premier succès après deux défaites concédées face à Montréal (2-1) et Salles-sur-l’Hers (2-3). Sous l’arbitrage d’Otmane El Ghourraf, le onze de Romain Peille trouvera par quatre fois le chemin des filets. Théo Rosich ouvrira la marque d’un superbe coup-franc, avant que Sylvain Bouillat ne double la mise. Après le repos et sur coup-franc, Alexandre Pereira corsera l’addition, avant un dernier but signé Yamine Mostefaï, à la réception d’un centre. 

    A 15 h, Régis Ferrié sifflait le coup d’envoi d’une rencontre opposant le FCC I, leader du championnat D2 (ex aequo avec le Limoux-Pieusse FC), et l’ES Fanjuvéenne, créditée de deux défaites et un nul. Au final, les deux formations ont partagé les points, score final 1 à 1. Après l’ouverture de la marque par Sylvain Dumons (0-1), le FCC concèdera un penalty dans le dernier quart d’heure de jeu (1-1). Malgré de nombreuses occasions, le FCC échoue à signer un quatrième succès et décroche au classement, après le succès des Limouxins face à Bram (3-1). A noter la présence de M. Yves Boutié, observateur principal pour le District de l’Aude. Samedi 14 octobre, les débutants du FCC accompagnés par Amélia, étaient à Belvèze-du-Razès où ils ont participé à un nouveau plateau d’initiation au ballon rond (Photo ci-dessus)

  • Objet trouvé

    Col de Festes Clef 18 octobre 2017.jpg

    Cette clé attend son ou sa propriétaire, juste au sommet du col de Festes.

  • Joël Larrue nous a quittés

    joël larrueLundi 2 octobre, l’église Saint-Pierre accueillait une assistance venue rendre un dernier hommage à Joël Larrue, décédé lundi 25 septembre en son domicile de Chalabre-Plaisance, à l’âge de 75 ans. Né à Alger le 8 mai 1942, Joël Larrue avait passé toute son enfance en Algérie et au Maroc, déménageant au gré des affectations de son père militaire. Après des études secondaires à Paris, puis l’instauration de l’indépendance en Algérie (1962), il rejoint la Lorraine où sa famille s’installe. Enseignant au lycée technique de Forbach, il fait la connaissance de Bernadette, qu’il épousera en juillet 1968. Voyageur dans l’âme, il émigre au Canada et découvre la ville anglophone de Toronto où Bernadette le rejoint. Tous deux poursuivent en marge de leur travail des études universitaires en anglais, et élèvent leurs deux enfants, Stéphanie et Jacques.

    L’enseignant change de cap et devient traducteur, dans l’administration publique d’abord, avant de rejoindre le secteur privé, où il dirigera plusieurs cabinets de traduction. A l’heure de la retraite en 2011, Joël et son épouse reviennent en France, prêts à vivre une nouvelle aventure en pays chalabrais. D’un esprit extrêmement curieux, aimant partager ses connaissances, il était aussi grand collectionneur (montres anciennes) et passionné d’histoire. Titulaire d'un brevet de pilote privé, il aimait s’évader près des nuages avec sa famille. Escrimeur, cavalier émérite, chasseur d’orignal à ses heures, cueilleur averti de champignons, bricoleur, Joël Larrue animait récemment encore un atelier de reliure. Fin gourmet, il régalait ses invités avec des curiosités culinaires de son élaboration, et c’est en taillant sa vigne que la vie l’a abandonné.

    En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à Bernadette son épouse, à ses enfants Stéphanie et Jacques, à ses petits-enfants, à ses frères et sœurs, à toutes les personnes que ce deuil afflige.