Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Instantanés en noir et blanc

    Promenades vers le Pays-de-Sault, en compagnie de Maurice Mazon.

    Mazon Tunnel Lescale.jpg

    A l'entrée du tunnel de Lescale, Maurice Mazon, François Mèche, Jean-Baptiste et Armand Gabanou accordent une pause à leurs motocyclettes

    Rousillous à Picaussel Mazon.jpg

    Voitures à l'ombre et rousillous au rendez-vous, en forêt de Picaussel

  • C’était hier : Jour de fête à Montjardin

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du vendredi 23 juin 2000.

    montjardin fêteLes Montjardinois savent recevoir (Photo archives, juin 2000).

    Fidèles à leurs bonnes habitudes, les Montjardinois ont mis les petits plats dans les grands, ce samedi 17 juin, à l’occasion de la fête annuelle au village. Aux alentours de 19 h et alors que les rayons de soleil frappaient encore à bout portant, plus de deux cent convives attirés par un doux fumet ont pris place autour d’une table dressée à l’attention exclusive de fins gastronomes.

    montjardin fêteSi l’on ajoute aux talents culinaires de l’ami Vincent Alegre (Photo juin 1997), la maîtrise du service assuré par l’équipe du président Francis Routelous, on obtient les ingrédients d’un beau moment de convivialité. Il n’en fallait pas plus aux joyeux drilles venus des quatre coins du Kercorb pour faire monter l’ambiance jusque très tard dans la nuit. Ce qui fut fait avec la complicité de Philip Man, DJ préféré du comité montjardinois, expert en platines et sono. Au bout du compte, un cocktail détonant de rap, tango, hard rock, reggae et autres valses ont bel et bien mis le feu au pied du col du Bac.

    Au petit jour seulement, les « guincheurs » passaient sportivement le relais aux Chantecler locaux. Félicitations à tous et grand coup de chapeau au comité des fêtes de Montjardin. Le rendez-vous est pris pour juin 2001.

  • Carnet noir : Au revoir Kev

    kevin penny,the aude shantymenKevin Penny et Kate sa partenaire de scène, sur les planches du théâtre Georges Méliès (photos archives, janvier 2017).

    La triste nouvelle est parvenue depuis Dartmoor (Grande-Bretagne), où Kevin Penny a été brutalement enlevé à l’affection des siens à l’âge de 58 ans. Originaire de Plymouth (Devon), il s’était installé voilà plusieurs années à Neylis, commune de Lieurac (Ariège), aux côtés de son épouse Pat. Accompagnateur de groupes cyclistes venus découvrir les routes d’Occitanie, Kevin était également membre et vice-président du groupe vocal « The Aude Shantymen », plus connu sur scène sous le nom de Janner. Animé par un grand sens de l’humour, il pouvait également se produire entre deux chants, dans une version personnelle et hilarante de « Tu ne peux pas être un pirate ».

    Son goût prononcé pour la dérision l’avait incité à rejoindre la troupe de théâtre chalabroise de Kaptain Newbury, au sein de laquelle il jouera plusieurs rôles de composition. Il sera la mère de Jack dans la pièce « Jack et le haricot magique », classique revu et corrigé par Pete Newbury, Ludmila, une sœur de « Cendrillon », ou encore Humpty Dumpty dans « Alice au pays des Merveilles », sa dernière prestation sur la scène du théâtre Georges Méliès de Chalabre, en janvier 2017 (photo). De retour pour quelques mois dans son pays d’origine, Kevin Penny devait très bientôt retrouver le Pays d‘Olmes qui l’avait accueilli.

    En ces tristes circonstances, sincères condoléances à Pat son épouse, à toutes les personnes touchées par cette disparition.

    kevin penny,the aude shantymen

  • Josette Gimenez a dit au revoir à son village

    josette gimenez,ehpad hauts-de-bon-accueil hauts-de-bon-accueilUn beau témoignage d’affection et de reconnaissance pour la doyenne des Chalabrois (photos Clément Pradel).  

    A quelques semaines de son 99e anniversaire, le 13 août prochain, Josette Gimenez a pris congé de la cité chalabroise, afin de se rapprocher des siens, en pays narbonnais. En mars dernier déjà, elle avait quitté la maison familiale de la rue du Capitaine Danjou, laissant derrière elle 71 années de souvenirs, pour vivre la singulière expérience du confinement au sein de l’Ehpad des Hauts-de-Bon-Accueil. Quatre mois plus tard, Josette Gimenez a donc été invitée à un nouveau départ, pour la Septimanie cette fois, où elle devrait très rapidement prendre ses marques.

    Il faut croire qu’une mémoire intacte et une remarquable lucidité, auront aidé la doyenne des Chalabrois à accepter l’éloignement de son Kercorb natal, mais aussi d’un lieu qu’elle affectionnait particulièrement, 4 rue des Boulangers. Lectrice assidue et fidèle adhérente de la bibliothèque municipale, Josette Gimenez a eu l’heureuse surprise de recevoir avant son départ, la visite de Jean-Jacques Aulombard, maire, et de Noëlle Danjou, responsable de la bibliothèque. Une rencontre quasi à huis clos, contexte sanitaire oblige, au cours de laquelle Josette s’est vue offrir la collection complète des tomes publiés par l’association Il était une fois Chalabre. Lectures à découvrir ou à faire découvrir dans son nouveau lieu de villégiature, relatant l’histoire d’un Chalabre d’antan qu’elle aura contribué à écrire et à faire connaître. Au revoir Josette et grand merci.

    josette gimenez,ehpad hauts-de-bon-accueil hauts-de-bon-accueil

    josette gimenez,ehpad hauts-de-bon-accueil hauts-de-bon-accueil

     Josette Gimenez aux côtés de Victor Michel Caux (son père) et de Lolo Mazon.

    (Photo Maurice Mazon)

  • C’était hier : Les Foulées aux 6 heures de Pomas

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du jeudi 23 juin 2005.

    6 heures de pomas,foulées du kercorbL’équipe du Commerce et les Foulées du Kercorb ont été solidaires dans l’effort (Photos archives juin 2005).

    Il s’en est fallu de très peu samedi pour que les Foulées du Kercorb passent à côté d’une fête célébrée du côté de Pomas par l’équipe de Pierre Artozoul, à l’occasion du XVe anniversaire des 6 Heures, fameuse course pédestre en relais. En effet, contrairement aux tout aussi fameux mousquetaires, les quatre relayeurs chalabrois n’étaient que trois à moins de deux heures d’un départ fixé à 13 h. La course contre la montre commençait donc plus tôt que prévu pour les protégés du vice-président Jean-Paul Cnocquart qui recevaient le concours inopiné d’un quatrième acolyte débarqué à Pomas au terme d’une traversée express de la grande bleue méditerranéenne. A l’heure dite, Jean-Pierre était là, et le temps de remplir le bulletin d’inscription, l’ami Billy donnait le top départ. Les chiffres parlaient d’entrée de jeu, avec 40 équipes se pressant sur la ligne, record de participation battu, pour une épreuve dont les bénéfices sont entièrement reversés au profit de l’AFDAIM.

    Au fil des tours et sur un circuit de 5,6 km, le peloton des concurrents s’étirait dans la campagne pomasienne, chacun partant en quête du meilleur chrono et d’un peu d’ombre. Tandis que Guillaume inscrit en solo s’engageait pour une chevauchée au long cours, le quatuor des fondeurs chalabrois obtenait l’autorisation de conjuguer ses efforts avec ceux de l’équipe du Commerce, un quatuor mixte et limouxin composé de Rose, Virginie, Bruno et Philippe. A quatre c’est bien, à huit c’est encore mieux, ce que Laurent, Claude, Jean-Pierre et Christian vont vérifier en enchaînant les montées vers le château et l’église de Pomas, avec un peu de facilité d’abord, avec beaucoup d’abnégation ensuite.

    A 19 h, les jeux étaient faits, les Groles-Trotteurs du Minervois décrochaient la timbale par équipe, mais en additionnant 44,8 km sur le macadam pomasien, le néo Chalabrois Guillaume Pons décrochait la première place de la course en individuel, sous les yeux d’un petit Valentin. Le marathon festif se poursuivait sur un tempo distillé par les Blanquetaïres et devant une paella que nos fondeurs partageaient avec Corinne, Camille, Dominique et leurs amis. Final de la XVe édition d’une course du coeur orchestrée par l’équipe du duo Artozoul-Serrus, tandis que le soleil déclarait enfin forfait.

    6 heures de pomas,foulées du kercorb

    Guillaume Pons, avec son fils Valentin, vainqueur des 6 Heures en individuel