Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Jours d’ouverture à la Poste

    la poste chalabre

    Ancien bureau de poste, sur le Cours Sully

    Le bureau de Poste de Chalabre communique :

    « A compter du lundi 7 septembre, votre bureau de Poste avenue Auguste-Cathala, sera ouvert au public tous les jours, selon les horaires suivants : lundi et vendredi de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h, mardi et mercredi de 9 h à 12 h, jeudi de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 16 h 30. La Poste vous remercie de votre compréhension, et vous prie de l’excuser pour la gêne occasionnée ».

  • Le plurilinguisme au programme de l’Upek

    upek,christian lagarde

    La confusion des langues

    (Gustave Doré 1832-1883)

    La prochaine conférence proposée par l’UPEK (Université populaire en Kercorb), aura lieu le vendredi 11 septembre à 20 h 30 sous la halle, place Espérance-Folchet. Initialement prévu place Charles-Amouroux, ce rendez-vous sera animé par Christian Lagarde sur le thème des enjeux du plurilinguisme.

    Professeur émérite de linguistique hispanique de l’Université de Perpignan-Via Domitia, ses recherches portent sur les thèmes de sociolinguistique en domaine hispanique, catalan et occitan. Christian Lagarde a publié quelque 130 articles et chapitres, il est président d’honneur de la Société des Hispanistes Français (SHF) et de l’association française des Catalanistes (AFC).

    « Par idéologie, et surtout en France, on a voulu nous faire croire qu’à chaque pays ne correspond qu’une seule et même langue. Rien n’est plus faux : il y a au monde quelques 7 000 langues pour quelques 200 États. La plupart des individus, par nécessité ou attachement, sont bi ou plurilingues. Au-delà de la compétence, des usages, ce qui est en jeu, c’est un état d’esprit : comprendre l’autre, c’est mieux accepter l’autre. Il faut d’autre part constater que les langues sont en concurrence : il en disparaît plus qu’il ne s’en crée. Les langues étant associées aux cultures, c’est là un enjeu aussi important que la préservation de la biodiversité ».

    L’entrée est gratuite pour les adhérents, participation libre pour les non adhérents. Si la météo n'est pas clémente, il est recommandé de bien se couvrir. Les gestes barrières seront respectés, chaises à un mètre de distance et gel disponible. Pour contacter l'équipe du CA d’Upek, le courriel : upek11@laposte.net ou le blog : http://upek.over-blog.com

  • Une Fête des roses solidaire à Camon

    La cité voisine de Camon célèbrera la 18e édition de la Fête des Roses le dimanche 13 septembre prochain. A l'initiative de l’association « Ostal Per Totis », ce rendez-vous initialement prévu le 17 mai dernier propose un marché aux fleurs et un marché artisanal et gourmand. Dans le même temps, la 3e édition du Festival de musique se déroulera à partir du samedi 12. A 20 h 30 dans l’église, l’Orchestre de Chambre du Festival interprètera les Quatre Saisons de Vivaldi ainsi que les Quatre Saisons de Piazzola. Dimanche, le cloître de l’abbaye accueillera une cérémonie du cacao, des chansons populaires et une initiation à la danse (place Philippe-de-Lévis). En cette année particulière, l’association « Ostal Per Totis » souhaite reverser les bénéfices de la fête à des établissements de santé investis durant le confinement, en faveur des personnes malades.

    2020 Camon roses.jpg

    Une balade accompagnée à la rencontre des orchidées et des cabanes en pierre sèche, ainsi que des déambulations musicales dans les rues de Camon, sont au programme.

    camon

    Vue de l'ancienne abbatiale

    Photo Louis Monnier

  • L'obélisque de Sainte-Colombe

    Elle rappelle l'obélisque de la Place de la Concorde à Paris, l'œuvre créée par le sculpteur Nicolae Fleissig, se dresse depuis quelques jours dans le parc de Sainte-Colombe-sur-l'Hers.

    Pour la petite histoire, il faut se souvenir que Nicolae Fleissig eut la gentillesse d'apporter un secours spontané aux carnavaliers chalabrois et à sa Majesté Badaluc. C'était en avril 1993, et le prince du Carnaval, XXVe du nom, était parti en fumée durant la seule nuit qu'il devait passer en Kercorb. Très vite, l'enquête avait permis d'établir qu'il ne s'agissait pas d'un suicide. Mais au petit matin et en un temps record, notre artiste était parvenu à faire renaître Badaluc XXV de ses cendres, en réalisant une tête sculptée figurant un représentant de la maréchaussée, dans le respect du thème 1993 (photo en bas de page).     

    nicolae fleissig

    nicolae fleissig

    Photo Jean Plauzolles

    Archives, Avril 1993