Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Communiqué du conseiller général

    brigade territoriale de proximité de chalabreJean-Jacques  Aulombard aux côtés de Michel Canilhac, Christian Fauré et Alexandra Richer.

    Jean-Jacques  Aulombard conseiller général du canton de Chalabre communique : « La gendarmerie de Chalabre sera à compter du 1er septembre 2011, transformée en brigade autonome. Sa mise en place entraînera le renforcement des effectifs de Chalabre par un gendarme adjoint volontaire en provenance du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Limoux.

    L’adjudant Michel Canilhac commandera cette brigade, assisté par les maréchaux chefs des logis Christian Fauré, Pierre-Marie Moutte, les gendarmes Alexandra Richer, Typhanie Geminel, et un gendarme adjoint, Laurent Delayen. Une telle organisation, cohérente avec les bassins de délinquance, permettra d’optimiser la gestion des missions, permanences et astreintes, et d’être au plus près de la population du canton de Chalabre ».

  • Paella, feu d'artifice et orage se sont invités au programme de la traditionnelle fête du lac

    fête du lac usckbpLes cuisinières n'ont pas manqué de patience pour assurer le régal des papilles.

    Habituellement mise en place par les quinzistes de la vallée de l’Hers, la fête du 15 août au lac, programmée le 13, s’est finalement déroulée le 14. Cette année encore, comme d’habitude diront certains, les sautes d’humeur de la météo auront contraint l’équipe organisatrice habituée à jongler avec tables et chaises, à composer cette fois avec le calendrier. Si le concours de pétanque parvenait à aller à son terme, moyennant quelques derniers points gagnés sous les prémices de l’orage, l’intermède gastronomique fixé pour 20h sera purement et simplement différé au jour d’après. Fort heureusement, le compte à rebours devant lancer la « paella » était stoppé à quelques secondes de la mise à feu.

    Pour « Tonton Kéké », le D.J attendu le lendemain sous des cieux peut-être plus cléments, la prestation était finie avant de commencer. Et la nuit tombant avant l’heure sur le Kercorb, la place du lac allait se vider en un éclair, seule une poignée d’irréductibles décidait d’excuser les précipitations, résolue à respecter le programme à la lettre. Un programme certes tronqué mais qui n’allait pas faire l’impasse sur le feu d’artifice, tiré vers 22h 30 depuis les berges d’un plan d’eau ayant comme par enchantement refait le plein d’invités.

     Le jour d’après sera à peine moins maussade et la sagesse invitait à un repli stratégique vers l’ancienne halle aux blés. Un à un les fourneaux étaient rallumés, et redonnaient vie aux trésors de la mer, encore étourdis après la longue nuit offerte par le gîte de la Galante. La confection de la « paella » allait enfin pouvoir aller à son terme, pour le plus grand bonheur d’un parterre d’amateurs toujours prêts à se mettre à l’heure espagnole. A l’heure de vérité, une noria ininterrompue d’assiettes confirmera le succès du challenge gastronomique relevé grâce à un « tour de main » bel et bien hérité de Maria Gracia et de son Andalousie natale.

    fête du lac usckbp

     Au final, fête de l’Assomption réussie et contrat rempli pour l’Entente de la Vallée de l’Hers, qui aura réussi à mobiliser le Kercorb malgré un temps banalement automnal. Les rugbymen ont à présent rendez-vous sur le terrain pour un début de saison imminent, dans le cadre du championnat 2e série de Midi-Pyrénées.  

  • « Trophée François Lopez » : Une IIIe édition réussie

    photo.jpgViviane et Daniel Lopez ont récompensé vainqueurs et finalistes.

    La traditionnelle fête de quartier du lac réunissait dernièrement une nombreuse assistance invitée à profiter un peu de la fraîcheur offerte par les eaux du paisible Chalabreil. Les premiers à entrer en lice seront les pétanqueurs, réunis autour de Jacques Cunillera, le pro du graphique. Le lancer du cochonnet intervenait à 14h précises, pour vingt-cinq doublettes dispersées sur une digue balayée par un vent chaud et écrasant. En l’absence de Jean-Luc Lapasset et Olivier Géraud, tenants du titre, cette troisième édition du « Trophée François Lopez », en mémoire d’un rugbyman et cycliste émérite disparu le 3 mai 2007, s’annonçait très ouverte. Au terme d’un après midi conclu sous l’orage, la finale sera enlevée par le team familial « Fabrice Calvène », venu de Sonnac-sur-l’Hers. Ce dernier venant à bout non sans peine du duo Pichéric-Manenti, vainqueur du repêchage en 2010. Le troisième duo appelé sur le podium étant composé de Yvan Carbonneau et Michel Pradel. Aux côtés de Serge Nègre co-président de l’USCKBP, Viviane et Daniel Lopez remettaient les prix aux brillants vainqueurs et à leurs dauphins. Le trophée du plus jeune joueur revenant à Manenti Junior. L’heure était venue d’apprécier avec modération un apéritif réparateur, à l’abri d’une pluie bien décidée à prendre part à la fête, sans la gâcher.  

  • Cinq bougies pour la fresque de l'office de tourisme

    guy sahuc,agnès canuto,oti du quercorbLe mur mitoyen n'a pas résisté au temps. Aujourd'hui, la salle d'exposition remplace avantageusement les étais (photo archives, mai 2003).

    En mai 2003, le cours Henri d’Aguesseau était le théâtre d’un accident spectaculaire sur le site de construction de la future maison intercommunale du tourisme. Le dernier mur de pierre de l’immeuble acheté aux descendants de Mlle Alzieu par la communauté des communes du Chalabrais (CCC), s’effondrait comme un château de cartes sur le hourdis mis en place aux fins de couler le rez-de-chaussée (photo ci-dessus). Un incident heureusement sans conséquence pour les ouvriers présents sur le chantier, mais qui allait contraindre la CCC à stopper immédiatement les travaux de réhabilitation. De plus, l’imminence des fêtes de l’Ascension imposait une sécurisation du site, dans l’attente d’une solution.

    guy sahuc,agnès canuto,oti du quercorb

    Au final, l’ouverture de cette structure, initialement prévue en juillet 2003, aura lieu avec une petite année de retard. Puis, en mai 2006, une extension qui accueille aujourd’hui les expositions d’artistes venus de tous horizons, était inaugurée par Lucien Clergue, Gaston Bauzou et Jean-Pierre Salvat, président et vice-présidents de la CCC, et Roger Rosich, conseiller général (photo ci-dessus).

    Aussitôt après, la maison était confiée à l’imagination de Guy Sahuc et Agnès Canuto, alors installés en pays chalabrais. Initiative grâce à laquelle une des façades de la bâtisse restaurée allait se parer d’une superbe fresque animée par un troubadour descendu du Puy Verd, élégant émissaire certainement dépêché par la Dame Blanche. Un tableau vivant sur lequel un poète du temps passé, nomade errant sur les notes de musique, propose une myriade d’activités, réalisables en Pays de Quercorb.  

    guy sahuc,agnès canuto,oti du quercorbCe symbole de la communication prenait vie aux portes de la bastide chalabroise, grâce aux talents d’Agnès Canuto et Guy Sahuc (photo ci-dessus, juin 2006), diplômés de l’école supérieure des beaux-arts et des arts appliqués de Toulouse, peintres décorateurs pour le cinéma et le spectacle vivant, depuis plus de vingt ans. Un brillant parcours professionnel qui leur a permis de travailler notamment aux décors de films dont les réalisateurs ont pour nom  Peter Hyams (d’Artagnan), Bertrand Tavernier, Marc Jolivet, Claude Chabrol, Diane Kurys. Plus près de nous, il est également permis d'admirer une autre de leurs nombreuses créations, réalisée dans la grand-salle du Ciné Resto Richard à Puivert.

     

    guy sahuc,agnès canuto,oti du quercorbTravelling arrière, la maison de Mlle Alzieu avant travaux, en avril 2003.

  • Du Blau au Chalabreil

    Football : Premier tour gagnant pour le FCC.

    fc chalabre footballLes footballeurs du président Raymond Dumay ont parfaitement réussi leur retour à la compétition en enlevant la rencontre qui les opposait dimanche 21 août, à leurs homologues de l’US Conques (3-0). Malgré le score, ce match comptant pour le premier tour de la Coupe de France aura vu deux formations capables de faire la différence à tout moment. La pause interviendra sur un score vierge, grâce notamment à l’excellent retour au poste de gardien d’Alexandre Cassagnaud, auteur de belles parades face aux attaquants du coach Fabien Pérez. Les visiteurs pensionnaires de promotion honneur laisseront ainsi passer leurs chances, avant que Gaël Planas d’une belle frappe du gauche, Rachid Zennoui et Romain Cantos ne scellent une qualification méritée pour le FCC. Le duo d’entraîneurs composé de Fabrice Canal et Olivier Cazas va poursuivre le travail de préparation, avant le deuxième tour programmé le 4 septembre à Labastide d’Anjou, face à Naurouze-Labastide, autre club de PH (photo archives, Novembre 1994 à Preixan. Où quand le football se pratiquait déjà en famille chez les "Bleus" du FCC).

    Sonnac-sur-l’Hers en fête.

    Avant que les Vergers de la Galante ne rentrent la récolte 2011, le village de Sonnac-sur-l’Hers sera en fête. Samedi 27 août à 14h 30, concours de pétanque en doublettes, 100 € plus mises. A 22h 30, bal disco avec DJ La Furgue. Dimanche 28 août, vide-grenier de 8h à 17h sur la place de la mairie et les alentours, sans réservation. Contact auprès de l’organisation au 04 68 69 28 31 ou 04 68 69 34 59. A 11h, messe en musique en l’église Saint Jean-Baptiste. A 12h, apéritif avec la banda « les Entre-nous ». De 16h 30 à 20h 30, thé dansant avec l’orchestre Bailamor.

    fc chalabre footballLes chineurs sont attendus nombreux sur la place de Sonnac-sur-l'Hers.

    Fête de la bière.

    fc chalabre footballLe comité des fêtes de Chalabre et son président Jean-Jacques Berteloot, organisent la première fête de la bière, vendredi 2 septembre à partir de 19 heures, sur la place Charles Amouroux. Au menu, choucroute royale suivie de sa forêt noire. Prix du repas 12 € (une surprise est prévue), inscriptions souhaitées avant le 31 août au 06 38 43 26 33 ou 04 68 69 20 39 (amener les couverts). L’ambiance sera assurée par l’orchestre Epsylon.

  • Les jeunes sportifs du C.E.G

    Année scolaire 1965-1966, l'équipe mixte de cross-country du C.E.G, futur collège Antoine-Pons, se retrouve sur l'allée Pierre Fabre. Au second plan, la cheminée de l'usine Canat semble vaciller sur sa base. Chaussures "Palladium" aux pieds, le must pour l'époque, les collégiens s'apprêtent à effectuer une nouvelle séance d'entraînement. Séance supervisée par leurs professeurs, Maryse Leroy, Marc Jean-Pierre et Jean Tarbouriech. Comme l'atteste le diplôme ci-dessous, ces collégiens seront champions de l'Aude par équipe, en février 1966.

    collège antoine-pons,ceg

    De gauche à droite. Accroupies : Marie-Hélène Parrenin, Inès Rodriguez, Eliane Saurat, Catherine Martinez. Debout : Alain Saurel, Hervé Nègre, Francis Roméro, René Delpech, Daniel Delpech, Claude Laffont, Serge Nègre, Christian Moralès.  

    collège antoine-pons,ceg

    Les handballeurs de la section sportive du collège Antoine-Pons profitent de quelques jours de vacances, avant la grande rentrée prévue le lundi 5 septembre prochain. Quant à leurs prédécesseurs, qui posent ci-dessous devant les filets du gymnase, ils sont les représentants des classes 1954 et 1955. collège antoine-pons,ceg 

    De gauche à droite. Debout : Hervé Nègre, Francis Rivals (†), Michel Tomasella, Claude Laffont, Jean Melliès, Arnaud Gomiéro. Accroupis : René Delpech, Philippe Danjou, Daniel Tournois, Jean-Claude Granger, Gilbert Huillet.

  • Un Monument-aux-Vivantes au pied du St Barth

    St Barth Août 2011 019.jpgJean et Daniel en sont convaincus, le Saint-Barthélémy et le Soularac gardent encore une part de mystère.

    Les randonneurs du Kercorb reprenaient dernièrement leur bâton de pèlerin, direction Montferrier, le Ramier, et l’ancienne mine du Fangas, désaffectée depuis 1968 à la suite de la rupture du téléphérique, et de fréquents éboulements de terrain. Sac au dos et béret vissé sur la tête, la cordée encouragée par un beau temps promis, se proposait de rallier le pic Saint-Barthélémy, via les lacs. Il suffisait de doubler le refuge du club « Cimes » (club initiation montagne, escalade et ski), pour atteindre le Trou du Vent et l’ancienne carrière de « la Porteille », pointée à 1650 m d’altitude.

    monument-aux-vivantes,st barthélémy,pmvArrivé à hauteur de la vieille machine à vapeur, vestige d’une exploitation de talc datant de 1896 (photo ci-dessus), l’attention de Daniel, premier de cordée, sera attirée par un étrange alignement de pierres. Le trio revenait sur ses pas, un peu contraint, pour découvrir un épigraphe gravé sur dix-neuf pierres, posées à même le sol et surmontées d’une pierre vulvaire. Après lecture le doute n’était plus permis, les Chalabrois étaient en présence d’un « Monument-aux-Vivantes » (photo ci-dessous). A demi surprise, car ayant chanté quinze jours auparavant au pied du « Monument aux Bons Vivants » du Cazal, l’équipée reprenait son chemin. Arrivant d’abord à l’étang des Truites, puis à l’étang du Diable, enfin à l’étang Tort, ne restait plus qu’à franchir le Pas-de-l’Ours (2200 m) pour s’engager sur les derniers mètres qui allaient faire 2349 au sommet de ce cher St Barth.

    monument-aux-vivantes,st barthélémy,pmv

    L’occasion de constater une bonne fois pour toutes, que le pic du Soularac est plus haut que le pic du Saint-Barthélémy, grâce à sa pique centrale, soit 2370 mètres contre 2349. Les sacs enfin posés, face au plateau de Beille et aux Pyrénées, il était l’heure de passer à table. Sachant que l’on ne prend jamais suffisamment de vin en montagne, nos randonneurs allaient bientôt se retrouver à court de pain. Ce qui allait précipiter la descente vers la vallée du Pays d’Olmes, en silence, car les pensées de chacun étaient monopolisées par le monument évoqué précédemment.

    monument-aux-vivantes,st barthélémy,pmvL'étang du Diable, et Chalabre, dans le prolongement du déversoir.

    Renseignements pris dès le retour en Kercorb, il apparaissait que cette structure est l’oeuvre du collectif ariégeois PMV, signataire d’une lettre envoyée aux élus des 332 communes ariégeoises, sollicités afin d’accueillir sur leur sol, un monument dédié à « l’autre moitié de l’humanité ». Visiblement confronté à une fin de non-recevoir, le collectif a érigé en juillet dernier et sur une friche industrielle ayant produit par le passé 100 000 tonnes de talc, son « Monument-aux-Vivantes ». Aux dernières nouvelles, un autre de ces monuments vient d’être enfoui, "au milieu de nulle part" : « l’enfouissement comme puissance de germination ».