Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Carnet noir

    rené authier

    La cérémonie des obsèques religieuses à la mémoire de Monsieur René Authié, décédé samedi 6 novembre à l’âge de 82 ans, sera célébrée le mardi 9 novembre à 15 heures en l’église Saint-Pierre. L’office sera suivi de l’inhumation au cimetière de Chalabre. Très sincères condoléances à la famille.

  • Affiches dominicales

    Les sports collectifs seront en lice ce dimanche 7 novembre, avec deux rencontres à l’extérieur. Les footballeurs de Madame la présidente Marie-Eve Dumons se rendront en pays minervois, pour une rencontre face au leader de D1, l’Olympique du Haut-Minervois, invaincu en cinq rencontres. Après le revers enregistré dimanche dernier à domicile face à l’Entente Sainte-Eulalie-Villesèquelande (0-1), et avec une infirmerie aux limites de la saturation, le FCC devra sortir le grand jeu s’il veut conserver sa place dans le top cinq du général. La rencontre arbitrée par Hassan Abdelmoumen aura lieu au complexe sportif Vitalis Cros, à Villeneuve-Minervois.

    fc chalabre football,usckbp rugby

    Dos à la colline de Roquefère, les Cadets du FCC en bleu et blanc

    Photo collection Jean-Claude Naudy

    De gauche à droite, debout : Henri Silva, Claude Calonne, Alain Cayrol, Thierry Crovetti, Jean-Marc Almecija, Alain André, Patrice Rodriguez. Accroupis : Raymond Dumay, Claude Mot, François Lorca, Guy Sanchez.

    Le ballon ovale sera également de sortie, avec le retour d’une affiche décommandée à l’automne 2020 (25 octobre), en raison de la situation sanitaire. Cette fois, l’USCKBP sera sur la pelouse du stade Jean-Biart à Espéraza, pour y affronter le RC Coes, dans le cadre de la 6e journée de championnat 2e série de Ligue Occitanie. Ce derby mettant aux prises le quinze des Trois Clochers classé 4e (2 victoires, 3 défaites) aux Chapeliers d’Espéraza-Couiza bloqués à la 10e place avec 1 victoire et 4 défaites, s’annonce capital pour les deux formations. Vaincus lors des deux dernières rencontres, l’USCKBP à Murviel (17-6) et le RC Coes à Labruguière (26-13), les deux clubs entreront sur la pelouse dans la ferme intention d’inverser les tendances. Le coup d’envoi sera sifflé cet après-midi à 15 heures.

    fc chalabre football,usckbp rugby

    Jour de rugby à Espéraza, le CAE accueille Lourdes

    Roger Raynaud s'entretient avec son partenaire de l'AS Carcassonne XIII, François Labazuy

    Mains dans les poches, le jeune Jean-Pierre Huillet ne perd rien de la discussion

    Sur la gauche masqué, Gabriel Gallardo, et de dos, Roger Bérail, correspondant de l'Indépendant à Chalabre

    Photo Collection Simone Raynaud

  • C’était hier : Christophe Roncalli est revenu à la maison

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mercredi 7 novembre 2001.

    christophe roncalli,bernard margarit,david bouad,claudine césarChristophe, Bernard, Claudine et David ont conclu avec un clin d’oeil au grand Georges (Photos archives, octobre 2001).

    Il a posé la guitare au pied de ce bon vieux rideau rouge, Christophe Roncalli est revenu samedi au-devant de son public en compagnie d’un phénoménal trio de musiciens. A l’image du voyageur qui pose avec bonheur le sac au terme d’un long périple, Christophe était enfin de retour chez lui en pays chalabrais, pour présenter la primeur de sa toute dernière production. Auteur compositeur interprète de talent, Christophe a offert, en ce dernier samedi d’octobre dédié à un autre passionné du mot, un récital de chansons ciselé à l’encre nostalgique.

    Aux côtés de Claudine César à l’accordéon, Bernard Margarit à la guitare et David Bouad à la basse acoustique, micro en mai et tout de blanc vêtu, le petit garçon de Chalabre a très vite embarqué un auditoire complice, sur les chemins d’un passé à peine lointain. Images furtives et émouvantes de « Jean et Jeanne », de « P’tit Père », géométrie imparable des « Bars parallèles », Christophe Roncalli a remonté samedi les cours chalabrois, au fil des souvenirs.

    Onze textes qui font l’objet d’un CD enregistré en studio et que chacun peut retrouver en prenant contact au 06 76 81 40 80 ou 06 13 06 92 28. Ils n’étaient peut-être pas en Kercorb par hasard, en ces tout derniers jours d’octobre, Christophe et ses brillants partenaires ont pris congé de leurs invités en adressant un hommage à Georges Brassens.

    christophe roncalli,bernard margarit,david bouad,claudine césar

    christophe roncalli,bernard margarit,david bouad,claudine césar

  • Au revoir Fabrice

    fabrice canalLa crainte avait laissé la place à l’espoir, l’espoir de retrouver Fabrice tel qu’en lui-même, heureux de vivre parmi les siens et ses nombreuses amitiés. Mais le combat a été une fois de trop inégal, et la terrible nouvelle à laquelle nul ne voulait se résigner est tombée en ce dernier vendredi d’octobre 2021. A l’âge de 44 ans, Fabrice Canal était enlevé à l’affection de ses proches, le mal avait eu raison d’une volonté usée par les épreuves.

    Né le 6 janvier 1977 à Toulouse, Fabrice Canal était issu d’une famille chalabroise et avait grandi au pays, passant par les bancs de l’école Louis-Pergaud, le collège Antoine-Pons, puis le lycée professionnel François-Andréossy de Castelnaudary. Son entrée dans la vie active lui avait permis de mettre ses compétences au service de la communauté, avant sa titularisation en juin 2004, au sein de l’équipe des employés communaux de la ville. A présent responsable des services techniques de la municipalité, Fabrice savait se rendre disponible et ses contributions étaient très appréciées de chacun.

    Très impliqué aussi dans le domaine sportif, il était devenu au fil des saisons, un élément incontournable dans le milieu du ballon rond. Présent aux côtés des formations seniors du FCC qu’il avait intégrées dès l’âge de 16 ans, il excellait également avec ses jeunes pousses de l’école de football, emmenant notamment les Moins de 15 ans vers un titre de champion de l’Aude en juin 1998. Bénévole infatigable, joueur polyvalent et fair-play, ayant fait les beaux jours du « Feuceuceu » durant près de trois décennies, Fabrice était un adversaire tout aussi redouté que respecté. La présence de nombreux représentants du football audois venus lui rendre un dernier hommage en ce lundi 1er novembre de deuil, en a été le touchant témoignage.

    fabrice canalLe sport mais encore, les amis et la fête, autant de moments heureux que Fabrice partageait avec Christelle. Ainsi était née une tendre complicité, officialisée le 28 juillet 2012 sous la nef de Saint-Pierre, en compagnie de leurs deux beaux petits garçons Ilan et Ethan. 

    Avec les messages d’amitié et d’affection témoignés lors de la bénédiction, chacun s’est associé au chagrin d’une famille cruellement éprouvée, avant d’adresser un émouvant au revoir à Fabrice.

    En ces circonstances douloureuses, nos pensées vont vers Christelle son épouse, Ilan et Ethan ses jeunes fils, Francis et Martine ses parents, son frère Mathieu. En les assurant de toute notre sympathie, nous leur adressons nos plus sincères condoléances, ainsi qu’à toutes les personnes que cette disparition afflige.

    fabrice canal

    Mars 1996 FCC I

    fabrice canal

    Octobre 1998 Moins de 15 ans

    fabrice canal

    20 mai 2018 FCC I vs FC Alzonne I

  • Les plaies grandes ou vertes

    Avec la tenue du sommet COP26 qui s’est ouvert le lundi 1er novembre dernier à Glasgow, jugé vital pour faire face à la menace du réchauffement climatique, JIEL évoque ces menaces qui pèsent sur l’avenir de l’humanité.

    Les plaies grandes ou vertes

    Décapitées, écorchées vives, les victimes 
    D’un génocide universel immonde ;
    Tant de troncs mutilés, de douleurs ultimes,
    Les charniers sont partout dans le monde.

    Entassés sans égard malgré leur grand âge,
    Certains à l’agonie, saignent encore la résine.
    Impassible, le bourreau poursuit son ouvrage
    De destruction intensive et jamais ne se résigne.

    A martyriser sans relâche les forêts séculaires,
    Dans sa folie de vils desseins mercantiles,
    L’humain détruit les poumons planétaires,
    La terre suffoque, infectée par ce virus hostile.

    Dans la jungle dépouillée de ses secrets profonds,
    La vie sauvage s’éteint... Seule compte l’industrie !
    Celle que nourrit le soja prolifique sur ces fonds,
    En gavant l’animal impotent torturé en batterie.

    En jetant au sol un arbre, nous érigeons une potence ;
    La nature endolorie vacille sur ses fondements,
    L’homme dans sa turpitude prononce la sentence
    Il est grand temps de réagir pour casser le jugement.

    JIEL