Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • C’était hier : Cronicas d’en Josep : Un pont c’est tout !

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du 26 septembre 1993. Il s’agissait alors de la première chronique d’En Josep, rédigée sous la plume de José Navarro. L’occasion de revenir sur le thème lié à la construction du pont de l’Hers, des évolutions successives au fil du temps et de l’eau. L'occasion aussi de dater la photo ci-dessous, certainement prise au début des années 1930, pour répondre au commentaire de Cine.

    pont de l'hers

    Un pont c’est tout !

    Ma grand-mère, qui comme toutes les grand-mères, était une philosophe méconnue, me disait toujours que seule nécessité fait loi. C’est en voyant réaménager cette année le pont de l’Hers, que m’est revenue en mémoire cette docte pensée. Il faut dire que je venais, pour des raisons diverses qui n’ont rien à voir avec cette chronique, de déchiffrer dans nos archives communales une affaire de réparation du dit pont qui nous prouve que, si les techniques ont évolué, les hommes eux sont bien restés les mêmes.

    Le premier épisode de l’affaire se situe aux approches de la Noël 1722, l’automne a été rude avec ses hautes eaux, habituelles pour ces périodes, en nos régions. Le pont de l’Hers est en un tel état que les gens qui veulent aller vers Sainte Colombe ou Labastide de Belmont (Montbel), hésitent à l’emprunter préférant passer à gué. Les consuls de Chalabre s’en émeuvent. Il faut préciser qu’en Terre Privilégiée, c’est le conseil de la communauté qui décide de tout sur la commune et que maintes fois des problèmes se poseront et recours sera fait à Montpellier et devant le roi lui- même, lorsque le seigneur de Chalabre voudra interférer dans les affaires communales.

    Nous sommes donc le 7 décembre 1722, les consuls sont réunis, et l’un d’eux signale : « Il est de nécessité extrême de faire construire le pont qui est sur la rivière Lers de ceste ville qui est depuis long temps fort délabré et pour cest effect ils requièrent de ladite assemblée de leur accorder pouvoir d’achater vingt un arbres de sapin au prix le plus juste qu’ils trouveront… »

    Relevons tout de suite que, comme de tous temps, lorsqu’il s’agit d’engagement financier on commence par parler de « prix le plus juste ». Toutefois, nos consuls avaient une bonne raison pour économiser sur ce chapitre. La Terre Privilégiée était, en effet, dispensée d’impôts au roi comme au diocèse si l’on excepte la capitation décidée par Louis XIV. Il fallait bien y financer les travaux d’intérêt public. Pour cela avait été instituée la « subvention de la Terre Privilégiée » qui correspondait à la levée d’un impôt mis seulement sur le vin et la viande de boucherie (il n’y avait pas encore de voitures ni d’essence !). On comprend dès lors qu’avant de reconstruire le pont de l’Hers, on ait hésité et que puisqu’on doit absolument le faire, on cherche le juste prix.

    D’ailleurs notre consul ne vient pas devant le conseil de la communauté, avec les mains vides. Pas besoin d’architecte ni de cabinet d’études, voici comment sera construit le pont : « … Construction qu’ils sont d’avis de faire faire avec sept poutres dudit bois de sapin appelées majouries tout joignant à chaque cours qui feront la largeur nécessaire dudit pont desquels arbres il y aura vingt un majouries qui suffiront pour faire trois cours de susdit pont, ce qui reviendra à beaucoup meilleur marché que de le faire construire avec des poutres de chesne, lequel pont pourra de ceste manière se paver ensuite »

    D’où il s’ensuit que le chêne a toujours été beaucoup plus cher que le sapin. Il faut dire aussi que le chêne aurait peut-être duré un peu plus longtemps mais nos consuls savent prendre leurs précautions et précisent donc : « Faire couper (les sapins) au plustot afin qu’ils soient coupés à bonne lune et bon vent par lequel fairont un plus long usage.» Où l’on retrouve ma grand-mère qui ne cultivait son jardin qu’à travers les phases lunaires et qui refusait tout bois coupé par vent marin mais on savait prendre le temps en ces époques-là.

    Voilà donc notre réparation qui semble engagée sous les meilleurs auspices. Et pourtant comme on l’a déjà dit, entre l’intention et l’action, c’est comme entre la coupe et les lèvres, il y a un long chemin. L’hiver 1722-1723 se passe. Le pont de l’Hers ? On n’en parle plus, il est vrai que l’hiver chez nous n’amène pas de grandes eaux et que ce qui reste du pont a pu traverser sans encombres, la mauvaise saison. Mais arrive le printemps, avril et mai sont toujours chargés en pluies et giboulées d’importance et le 30 mai, notre consul vient se plaindre vertement au conseil de la communauté car il a été obligé, vu l’état du pont, de parer au plus pressé et de faire l’achat d’une « poutre de sapin » pour éviter son effondrement. Il vient donc réclamer les 26 livres qu’il a dû engager. Et le débat recommence avec toujours la même pierre d’achoppement : le financement, puisque le 13 juin on en est encore à proposer la vente des peaux de chevreaux pour acheter les majouries… Ah l’argent ! Juin 1993 (270 ans plus tard), le pont de l’Hers, pimpant neuf, est parfaitement fonctionnel.

  • Montagne a retrouvé ses coussins

    Moon Novembre 2016.jpg

    Tout est bien qui fini bien pour Montagne, retrouvée en fin de soirée, un peu avant que la pleine lune ne se soumette à une éclipse pénombrale, et avant que la comète 45P/Honda Mrkos Pajdusakova ne frôle notre planète Terre, après avoir d'abord frôlé Vénus. Montagne a donc été retrouvée saine et sauve du côté de Montjardin, pour le plus grand soulagement de son maître, en convalescence au centre Christina, et auquel elle était venue rendre visite.

  • Qu’est devenue Montagne ?

    Montagne chien.jpg

    Cette chienne de race « patou » a disparu aujourd’hui vendredi 10 février, dans un périmètre incluant le quartier Salinas, la clinique Christina et le lotissement du Lac. L’animal est très affectueux et répond au nom de Montagne. Montagne a la queue coupée, elle est presque sourde et craintive. Son tatouage est celui-ci : 2CXB711. Toute personne susceptible d’apporter des informations serait bien aimable de contacter le 06 14 83 56 34.

  • Rugby : L'Entente tombe à Sainte-Croix

    rc cruxéen,usckbp rugbyLe buteur Eliot Floch et les « bleus » ont échoué pour deux petits points (Photos Patrick Pierron).

    Dimanche 5 février, le quinze de l’Entente se rendait dans le Volvestre, afin d’y affronter le RC Cruxéen, match comptant pour le championnat de 4e série Midi-Pyrénées. Face aux Ariégeois de Ste Croix-Volvestre, 3e au général avec deux matches de mieux, l’USCKBP s’est inclinée sur la marque de 11 à 9 (mi-temps 3-9).

    Lorsque Silfrid Verdaguer libère les trente joueurs, la pelouse est marquée par les fortes chutes de pluie et l’autan soufflant en bourrasques ne favorise pas le beau jeu. Mais le quinze des « Trois clochers » adossé au vent prend le score par son buteur Eliot Floch, auteur de trois pénalités. Un avantage conservé jusqu’à la pause, les locaux ayant inscrit une pénalité dans l’intervalle (3-9). Le deuxième temps verra le RC Cruxéen plus dominateur inscrire le seul essai de la rencontre, non transformé (8-9). Le RCC passera devant en signant une des nombreuses pénalités accordées par le directeur de jeu (11-9). Avec cette deuxième défaite de la saison, l’USCKBP décroche et pointe désormais en 4e position (40 pts), avant la venue le dimanche 19 février au stade Jean Coste du Peyrat-sur-l'Hers, de l’US Mas d’Azil, leader de la poule, crédité de 53 points.

    rc cruxéen,usckbp rugby

    Une charge de Mickaël Cathala.

    rc cruxéen,usckbp rugby

    Alex Dumay

    rc cruxéen,usckbp rugby

    Brice Garcia

    rc cruxéen,usckbp rugby

    M. Silfrid Verdaguer

    rc cruxéen,usckbp rugby

    Pierre Rossi

    rc cruxéen,usckbp rugby

    Anthony Rodrigues et Benjamin Jammet, pour combler le retard.

    rc cruxéen,usckbp rugby

    rc cruxéen,usckbp rugby

  • La colère des maires du Kercorb

    Etat-civil. Les habitants devront aller jusqu'à Quillan ou Axat pour renouveler leur carte d'identité. Les élus du Kercorb protestent.  

    Maires du Kercorb 2 février 2017.JPGLes élus de la circonscription demandent au préfet de reconsidérer sa décision.

    La Préfecture de l’Aude vient de communiquer la liste des onze villes audoises habilitées à délivrer les cartes d’identité. Sur le territoire de la communauté des Pyrénées audoises, les deux villes retenues sont Quillan et Axat, des communes « situées à seulement douze kilomètres de Quillan » font remarquer les élus de l'ancien canton de Chalabre. Ces derniers contestent fermement cette décision qu'ils considèrent « très curieuse et qui ne prend absolument pas en compte la réalité géographique de ce territoire de 64 communes, qui est un des plus étendus de France. Par ailleurs les habitants du nord du Kercorb doivent franchir le col du Portel pour se rendre à Quillan ou Axat : une difficulté supplémentaire en hiver ».

    Ces élus du Kercorb déclarent : « Comment accepter un tel choix incohérent, qui exclut une grande partie de la population rurale ? Faut-il rappeler que Chalabre, ancien chef-lieu du canton du Kercorb compte 1110 habitants, alors qu’Axat compte 600 habitants. Faut-il rappeler que 4000 citoyens vivent sur le Kercorb ? La population (souvent âgée) du Kercorb, devra donc se déplacer à l’autre extrémité de la communauté de communes des Pyrénées audoises !!! »

    Dans leur communiqué, ils s'adressent au préfet en ces termes : « Monsieur le Préfet, les femmes et les hommes de ce territoire ont aujourd’hui le sentiment d’une grande injustice. Ils méritent tout autant que chacun, un égal accès au service public, et au nom de ce principe d’égalité, les maires des quinze communes du Kercorb vous demandent de bien vouloir reconsidérer votre décision afin d’habiliter l’ancien chef-lieu du Kercorb à la délivrance des cartes d’identités, et de s’équiper du dispositif de recueil ». 

  • Loto « Ensemble pour le Calvaire »

    ensemble pour le calvaire

    Photo archives, 20 Janvier 2014

    Dimanche 12 février à 15 h au théâtre Georges Méliès, l’association pour la sauvegarde de la chapelle du Calvaire propose une matinée récréative. Seize parties et une consolante (3 cartons pleins et une surprise), lots en bons d’achat, 10 € la planche de 3 cartons (6 cartons 15€). Participation possible par ordinateur au 06 70 02 04 89.