Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Le Tour de France est passé à la vitesse de l'éclair

    A l’heure où caravane et coureurs s’apprêtent à quitter l’Aude pour l’Ariège, un petit retour vers le mois de juillet 2008 permet de revivre un peu de l’atmosphère qui fait vibrer les amateurs de vélo. L’article qui suit avait été publié dans l’Indépendant, édition du lundi 21 juillet 2008.

    tour de france 2008Devant un peloton lancé à ses trousses, Thomas Voeckler passe en tête au pont du Blau (photos archives, Juillet 2008).

    Le ciel était chargé en ce jeudi 17 juillet, quand la caravane du Tour de France s’est mise à déverser une pluie de cadeaux sur la foule de spectateurs massés avenue de Verdun et tout le long du Cours Docteur Joseph-Raynaud. Un sympathique instant de liesse partagé, tandis que les quelques clameurs réussissant à franchir le massif du Plantaurel laissaient entendre un départ mouvementé, là-bas sur l’esplanade de Lavelanet.

    Retour dans la course, et trois minutes seulement après le départ, Radio Tour annonçait une échappé de huit hommes. Escapade de très courte durée puisque la jonction se faisait aux portes de Chalabre (20e km), Thomas Voeckler réussissant à franchir le premier le vieux pont du Blau. Avec le renfort de nombreux touristes venus partager la magie d’un événement, malgré vents et marées, les Chalabrois ont alors multiplié les encouragements envers les « forçats de la route », en partance pour Narbonne à une vitesse impressionnante. Mais l’angle droit de la rue du Capitaine-Danjou sera fatal à Baden Cooke, qui chutera devant l’enseigne du docteur André Malacan. Remis en selle à hauteur de l’hôtel de France, sur lequel plane le souvenir de Robert Chapatte, l’Australien de la Barloworld devra hélas abandonner dans la montée sur Puivert.

    Dernier acte d’une journée particulière et d’un spectacle toujours aussi apprécié, même si les raisons de frissonner se font rares. Le ballet des hélicoptères disparaissait peu à peu du ciel chalabrois, emportant avec lui le spectacle vers les Corbières et le Narbonnais.

    tour de france 2008

    tour de france 2008

    tour de france 2008

    tour de france 2008

    tour de france 2008

    tour de france 2008

    Malgré les sourires, Gérard Holtz est reparti sans la recette de la mounjetado du Cazal

    tour de france 2008

    Un break apprécié à l'hôtel de France pour le journaliste de France 2

  • Un vendredi soir au Cazal

    Les artères chalabroises d'ordinaire paisibles, ont connu en ce vendredi 20 juillet, une effervescence chargée en gaz d'échappement et autre avertisseur sonore. Certes Bison futé voyait rouge dans le sens des départs, mais l'itinéraire bis préconisé sur les grandes ondes, aura au final entraîné un chaos sans précédent sur les boulevards d'une capitale du Kercorb aux limites de l'asphyxie, comme peuvent en témoigner les quelques images qui suivent. Le seuil tolérable de pollution atmosphérique ayant été effleuré, faut-il être inquiet pour les pilotes engagés dans la course internationale à la brouette, XXIIe du nom ?

    fêtes du cazal 2018

    fêtes du cazal 2018

    fêtes du cazal 2018

    fêtes du cazal 2018

    fêtes du cazal 2018

    fêtes du cazal 2018

    fêtes du cazal 2018

    fêtes du cazal 2018

    fêtes du cazal 2018

    fêtes du cazal 2018

    Est-il utile en effet de rappeler que le compte à rebours a commencé sur les hauteurs du Cazal, où se déroulera aujourd'hui dimanche 22 juillet à partir de 17 h 30, une nouvelle manche du Wheelbarrow Trophy ? Comme chaque année, cette épreuve doit réunir sur l’anneau surchauffé du « Tataoubas », la crème de la discipline, assistée d’une ahurissante armada de mécanos. Depuis plusieurs jours déjà, les soufflets de forge s’époumonent sans relâche ici et là, afin de permettre aux petits bolides de respecter le cahier des charges et surtout de tenir la distance. Dans les stands l’heure est aux ultimes réglages et l’annonce de précipitations orageuses sur le Cazal fait planer le doute quant au choix des gommes. Toutefois la comparaison avec la Formule I s’arrête là, puisque la brouette n’est mue que par une seule roue, ce qui rend son pilotage nettement plus délicat. Une visite se recommande à partir de 17 h 30 au Cazal.

  • Musique en Kercorb et Concert impromptu

    musique en kercorb,concert impromptu

    Le quatrième rendez-vous de la saison de Musique en Kercorb, aura pour cadre la chapelle Sainte-Cécile de Rivel, dimanche 22 juillet à 17 h. L’occasion pour le Concert impromptu, quintette à vent, de fêter le centenaire de Claude Debussy. « N'écoutez les conseils de personne, sinon le bruit du vent qui passe et nous raconte l'histoire du monde », nous dit Debussy.

    Fondé en 1991, le Concert impromptu est l’un des grands ensembles de musique de chambre français présents sur les scènes nationales et internationales, avec Yves Charpentier (flûte), Violaine Dufès (hautbois et danse), Jean-Christophe Murer (clarinette), Michelle Perry (cor) et Pierre Fatus (basson).

    Au programme, Claude Debussy (Petite suite, Syrinx, Nuages et fêtes), Jean-Philippe Rameau (extraits des Indes Galantes), Maurice Ravel (Le tombeau de Couperin). Entrée 12 €, adhérents 8 €, gratuit pour les moins de 15 ans. Renseignements au 06 20 71 20 94.

  • Puivert : Hommage à Henri Gougaud

    musée du quercorb,henri gougaud,Jean-Philippe Saulet,Laeticia Very Une matinée de contes avec Philippe Saulet et Laetitia Very.

    Dimanche 22 juillet à 17 h au musée du Quercorb, rencontre avec Philippe Saulet et Laetitia Very, pour un hommage à Henri Gougaud, à travers contes et légendes du monde entier.

    Depuis bientôt cinquante ans, Henri Gougaud publie des recueils de contes et de légendes du monde entier. C’est un véritable trésor de mystères, de drôleries et de sagesse. Ces récits sont issus de l’enfance de l’humanité. Ils peuvent être profonds, spirituels, étonnants, cocasses, étourdissants, parfois effrayants, toujours joueurs, simples et amusants.

    Depuis vingt ans, Jean-Philippe Saulet et Laeticia Very les fréquentent assidûment. Ils les lisent, les écoutent et les racontent, avec toujours le même bonheur et le même émerveillement. Les partager est un véritable jeu, très sérieux, c’est-à-dire enfantin !

    Humour et émerveillement dans ces histoires les plus belles du monde, touchantes et profondes !

    Le spectacle, d’environ une heure rassemble plusieurs contes, racontés tour à tour par Jean Philippe Saulet et Laetitia Very. Mais chut, l’histoire va commencer. Laissons-leur la parole…. Rendez-vous gratuit, plus d’infos sur www.museequercorb.com