Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hôtel de france

  • C'était hier : Rock around the Kercorb

    L’article qui suit avait été publié dans l’édition de l’Indépendant du lundi 14 janvier 2002. Quelques jours auparavant, Paul Séris quittait les siens à l’âge de 74 ans, une nouvelle monnaie faisait son apparition au distributeur automatique du Cours Henri d’Aguesseau, le club de rugby de l’U.S. Kercorb déclarait forfait général, un petit Théo naissait au foyer de Raymond Rivals et Corinne Delpech, le « Cercle Occitan del Quercorb » éditait son tout premier almanach, et l’association « Il était une fois Chalabre » annonçait la publication prochaine d’un Tome VI très attendu.

    hôtel de france,cactusLes Cactus en connaissent long sur la musique (Photo archives, 1er janvier 2002).

    Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils aiment le rythme, en trois mots, les Cactus composent une joyeuse équipe animée par une commune passion, la musique. Inséparables, voire unis comme les doigts d’une main glissant sur le manche de la guitare, nos virtuoses aiment surfer sur les tempos les plus fous, avec une préférence prononcée pour le rock and pop.

    C’était lundi et il était un peu plus de minuit, après avoir religieusement laissé douze coups s’égrener à l’horloge Notre-Dame, les Cactus ont mis le feu à l’Hôtel de France où les premières secondes du Nouvel An ont été célébrées avec faste, rythme et cotillons.

    hôtel de france,cactus

    L’an 2002 ouvrait à peine les yeux, lorsque nos artistes recevaient le prompt renfort vocal d’un sujet de sa gracieuse majesté, tout simplement royal dans son interprétation de « Martha my dear » et Rocky Racoon », en duo avec l'ami Bernard (photo ci-dessus). Un clin d’œil aux Beatles qui offrait un bon point à l’entente cordiale, pour le plus grand plaisir de Christine, Bernard, Christophe, David, Jean-Marie, Olivier, René et Vincent, auxquels nous présentons nos meilleurs vœux de réussite pour 2002.

  • C'était hier : Les châtaignes sont de retour

    L’article mis en ligne, avait été publié dans l’Indépendant, édition du mardi 13 novembre 2001.

    hôtel de france,café des sports,café de la paixDidier va faire une nouvelle flambée dans la cheminée du France (photo archives, octobre 2001).

    Avis aux amateurs, le Kercorb va se parer des couleurs du vin primeur. En effet, ce ne sont pas moins de trois invitations amicales qui sont adressées aux Chalabroises et aux Chalabrois désireux de fêter l’arrivée de vins primeurs dont la promotion n’est plus à faire. Ce sera d’abord, le jeudi 15 novembre à partir de 18 h, Marielle et Didier vous attendent pour une fête pétillante à l’hôtel de France. Châtaignes et paella seront offertes et mariées au Gaillac nouveau.

    Le lendemain vendredi 16 novembre au soir, Thom et Marie au café des Sports, Titi et Choupette au café de la Paix, réserveront leur meilleur accueil aux amateurs, novices ou initiés, désireux de perpétuer la tradition un verre à pied à la main. En cette troisième semaine de novembre, « castanhas et vin novelh » seront incontestablement les deux atouts maîtres sur les zincs chalabrois, soyez de la fête !

    hôtel de france,café des sports,café de la paix

    Le Gaillac primeur est arrivé !

  • C’était hier : Le grand chantier de l’hôtel de France est terminé

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du vendredi 7 juillet 2000. Il rendait compte d’un événement qui s’était déroulé le mardi 4 juillet Cours Docteur Joseph-Raynaud, sur les marches de l’hôtel de France.

    hôtel de france,didier et marielle limouzyL’inauguration a eu lieu en présence de nombreuses personnalités (Photo archives, juillet 2000. De gauche à droite, Marcel Martinez, Jean-Paul Dupré, Marcel Rainaud, Isabelle Chésa, Laurence Lefèvre, Roger Rosich, Jacques Montagné).

    La seule évocation de l’hôtel de France réveille dans la mémoire des Chalabrois, les souvenirs d’un lieu public au passé prestigieux. Situé sur le Cours National, cet hôtel appartenait à la famille Tournier-Courrent qui entreprit les premiers travaux en 1787. Acheté à Guillaume Bouichou, un important devis daté du 16 janvier 1787 mentionne rue du Barry-Neuf, les travaux exécutés par le maçon Durou de Chalabre, pour Michel Tournier (1741-1822). Ces travaux ont été terminés en 1788, pour le prix de 750 livres.

    L’auberge appartiendra ensuite à son fils, Jean-Baptiste Tournier, puis à son épouse Justine devenue veuve, puis à leur fille Rosa Tournier épouse de Jean-Charles Courrent, directeur d’école. De leurs deux fils, l’aîné Joseph-Paul deviendra docteur en médecine, Joseph chef-cuisinier reprendra la direction de l’hôtel.

    hôtel de france,didier et marielle limouzy

    Au mois de mai 1908, l’hôtel sera complètement détruit après un incendie causé par la foudre tombée sur les écuries remplies de foin. Parfaitement assuré depuis 1857 auprès de la compagnie française du Phénix (!), l’hôtel de France sera reconstruit de façon plus moderne et confortable dans la forme qu’il présentait encore au tout début de l’année.

    hôtel de france,didier et marielle limouzy

    Après Joseph Courrent, ce sont MM. Barthélémy Guilhem, Théron, et Raymond Fort, qui par leur génie culinaire, assureront la renommée de l’établissement. Jusqu’au milieu des années 1990, lorsque le « France » éteindra ses fourneaux, au grand désespoir des gastronomes. En ce début d’été 2000, les portes de l’hôtel de France se sont à nouveau ouvertes au public, lequel a pu découvrir un établissement entièrement réhabilité, au terme de six mois de travaux engagés par la Communauté de communes, propriétaires des lieux depuis 1999.

    Inauguré en présence de Laurence Lefèvre, sous-préfète de Limoux, Isabelle Chésa vice-présidente du conseil régional, Marcel Rainaud président du conseil général, Jean-Paul Dupré député de l’Aude, Marcel Martinez pour le Comité départemental du Tourisme, Jacques Montagné maire de Chalabre, et les élus du canton de Chalabre, l’hôtel de France rassemble toutes les qualités nécessaires au développement de l’accueil touristique. En terme d’hébergement, quinze chambres seront à la disposition des visiteurs, tandis que la restauration sera assurée par Didier Limouzy (photo ci-dessous), brillant chef de cuisine officiant précédemment à la Casa Sansa, l’un des plus prestigieux établissement de la capitale du Roussillon.

    hôtel de france,didier et marielle limouzy

    Arrivés de fraîche date en pays de Kercorb, Didier et Marielle Limouzy ne « débarquent » pas en terres inconnues, puisque Marielle est la petite fille d’Isaure Gabanou, figure emblématique de Chalabre et de la rue d’Emplumet. En leur souhaitant la bienvenue et toute la réussite qu’ils méritent, Jacques Montagné a tenu à souligner combien ce projet de rénovation lui tenait à cœur, projet qui s’inscrit dans une politique de développement des territoires ruraux.

    Le cœur de l’hôtel de France s’est enfin remis à battre, une bien belle nouvelle pour toutes celles et tous ceux qui sont assurés de rencontrer un accueil chaleureux auprès de Marielle et Didier Limouzy, auxquels nous présentons nos voeux de bienvenue en Kercorb.