Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cyclo club du chalabrais

  • Roger Théron n’est plus

    R T.jpgLe regretté Roger Théron, alors à la présidence du club cyclotouriste du Chalabrais.

    Mercredi 9 juin, Roger Théron est parti, entouré de l'affection de tous les siens, après avoir lutté longtemps et avec courage contre le mal. A la nouvelle de la disparition de Roger Théron, décédé à son domicile de la rue Porte d'Aval à l'âge de 86 ans, la cité du Kercorb s'est retrouvée vendredi afin de lui adresser un dernier adieu, et témoigner son estime à une famille unie dans la peine. Natif de Chalabre où il avait vu le jour le 16 septembre 1923, Roger Théron aura consacré son existence toute entière au travail de la terre, une terre nourricière à laquelle il était resté attaché, jusqu'à ce que les forces viennent à lui manquer. Ses qualités reconnues de maraîcher lui auront permis d'entretenir une relation constante et privilégiée avec des générations de jardiniers en herbe, qui bénéficiaient de son expérience et de ses prédispositions.

    Malgré les exigences liées à ses activités professionnelles, Roger Théron s'accordait quelques loisirs, il avait ainsi présidé cinq années durant aux destinées du club cyclotouriste local. Qu'ils aient bravé le froid ou la chaleur, comme sur le plateau de Beille ou dans le col de Jau, les cyclos du Chalabrais délivraient toujours une mention spéciale aux menus soignés et concoctés par Lucette et Roger. Le souvenir d'un plat de cèpes dégusté au pied du col de la Core symbolise à la perfection ce que fut l'intendance sous la présidence de Roger Théron, qui transmettait le témoin le 4 février 1995. Un sacré bail au service des adeptes de la petite reine, durant lequel s'était effacée sans qu'il n'y paraisse, la barrière entre générations.

    Après un dernier hommage rendu à sa mémoire, Roger Théron a été inhumé dans le caveau familial où il repose à présent. En ces douloureuses circonstances, très sincères condoléances à Lucette son épouse, à Danielle, Robert et Claude ses enfants, à François son frère, à ses petits-enfants et arrière petits-enfants, à toutes les personnes que ce deuil afflige.  

  • Les cyclos ont remonté la vallée de la Dordogne

    .hiver 2008 cepes 2009 264.jpgLe club des CCC a apprécié l'accueil à la Ferme fleurie de La Roque Gageac.

    Le Cyclo Club du Chalabrais, le président Jean Quério et leurs amis nîmois décidaient tout dernièrement de partir sur les traces de l'Homme, au coeur du Périgord noir où un peloton de seize éléments prenait ses quartiers à la Ferme fleurie de La Roque Gageac. L'accueil très cordial de Martine et Alain et de leur chien Ulysse laissait augurer d'un séjour agréable, articulé autour d'un planning qui allait être appliqué à la lettre : vélo, beaucoup, tourisme, assez, gastronomie, un peu.

    A la faveur de recettes élaborées par Fanny et Sébastien, tourain à l'ail, salade périgourdine, pour ne citer que les plats à servir sans attendre, les représentants du Kercorb étaient parés pour partir à la découverte d'un territoire au patrimoine fascinant.

    Et au rythme des bateliers et de leurs gabares remontant les boucles de la Dordogne et de la Vézère, les membres du CCC ont effectué une belle incursion dans le temps, entourés de grottes naturelles habitées dès la préhistoire, de forts troglodytiques, de châteaux et de manoirs. Plusieurs ascensions vers les hauteurs de Domme permettront de sympathiser avec Jacquou le Croquant, lui-même voisin du glacier local. Une pause au château des Milandes, demeure autrefois habitée par la meneuse de revue Joséphine Baker et sa grande famille, offrira à Alban et Théo Borie la chance de fraterniser avec un faucon lanier, en marge d'un spectacle de rapaces proposé dans un jardin à la française (photos ci-dessous).Alban Milandes.jpg

    Chacun aura apprécié les richesses d'un pays qui fleure toujours aussi bon la truffe et la châtaigne, depuis les falaises à donner le vertige de La Roque Gageac jusqu'aux jardins d'Eyrignac et Marqueyssac, en passant par le village du Bournat, qui retrace la vie autrefois. Laroquais tout comme ses hôtes, Francis aura retrouvé là tous ses souvenirs de la communale, dans une salle de classe munie de son poêle et voisine des ateliers du tourneur sur bois, du boulanger, du forgeron ou du photographe. Que du bon, avec un bémol toutefois, puisque le retour quotidien à la Ferme fleurie aura régulièrement mis certaines consciences à rude épreuve, comment concilier en effet un plat de pommes sarladaises et un petit peu de foie gras, avec un programme d'entraînement supposé vous faire boucler les 100 km de Millau en 9h 59' 13''? 

    Menus gastronomiques donc, rehaussés si besoin était par la très belle voie de Martine, avec le soutien du premier de ses fans, Alain, tour à tour impresario, magnétiseur, sourcier, et surtout maître es jardinier, n'ayant rien à envier à un certain Alain Baraton.   

    Théo Milandes.jpgAu final, un séjour éclectique et génial, pour un peloton en totale immersion au pays des premiers hommes. Après avoir pris congé de l'ancêtre qui dort là-bas du côté des Eyzies, les CCC ont refait leur paquetage ce samedi 17 octobre, direction les Corbières pour un pèlerinage de clôture, avec gîte et couvert réservés à Camplong. Avant l'assemblée générale annuelle fixée le samedi 24 octobre à 18h, salle de la mairie.