Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Georges Lagrange nous a quittés

    georges lagrange

    L’église Saint-Pierre rassemblait mardi 6 avril, de nombreux parents et amis venus rendre un dernier hommage à Georges Lagrange, domicilié au quartier des Genêts, et décédé le samedi 3 avril à l’âge de 90 ans. Originaire du Pays de Sault et d’Espezel où il était né le 14 décembre 1930, son souvenir reste lié au Moulin du Roc, proche de la rivière Rebenty, un moulin à eau qu’il avait continué à faire tourner au décès de François son père. Après son service militaire, accompli à Rivesaltes, il avait repris les rênes du moulin et aidé sa mère Albertine dans l’exploitation de l’affaire familiale. Présent durant toutes ses jeunes années au cœur d’une vallée exigeante et rude, Georges apprendra les fondements de l’existence et fera siens les principes qui l’auront guidés tout au long de sa vie. A travers ce beau métier de meunier, aussi exigeant qu’harassant, il sera amené à côtoyer nombre d’habitants des villages et hameaux du Pays de Sault, du Grand et du Petit plateau, qu’il arpentait avec son cheval puis son camion pour livrer la farine. Avec ce sens aigu du relationnel et de l'affectif qui lui a permis d'être apprécié et aimé par ceux qui le côtoyaient. Encore à ce jour, le Moulin du Roc reste dans les mémoires des aînés comme un lieu de vie familial, de partage et de convivialité, y compris durant la difficile période de la guerre.

    « D’al mouli del Roc » aux Rives d’Espezel et au plateau de Sault, il n’y a qu’un pas, que Georges franchira pour faire la connaissance de Rose Darban, une jeune fille native de Belcaire, avec laquelle il partagera l’existence. D’abord à Léran dans l’Ariège, puis à Chalabre où la famille grandit et s’installe, rue Côte du château. L’artisan rompu aux travaux sur les engrenages en bois et les pierres meulières actionnées par l’eau du Rébenty, découvre alors le travail en usine dans les établissements de chaussures Canat.

    D’un atelier à l’autre, il accèdera aux responsabilités pour devenir contremaître à la finition, jusqu’aux heures sombres traversées par l’entreprise, puis l’heure de la retraite. Dans l’intervalle, il participe à l’expansion du quartier des Genêts, dont il était la mémoire vivante. Ainsi les souvenirs vers le Grand Gravier et les allées et venues de remorques chargées de galets figuraient en bonne place dans les évocations d’hier. Présent sur le terrain, Georges Lagrange est tout aussi actif lors des réunions auxquelles il participe, en tant que trésorier du syndic et conseiller syndical du lotissement des Genêts.

    Il est un père de famille aimant et attentif à l’avenir de ses cinq enfants, aux côtés de Rose qui sera subitement enlevée à l’affection de ses proches le 4 octobre 2005. Il assumera ce deuil cruel avec la discrétion qui le caractérise, entouré de ses enfants, de ses amis et voisins, envers lesquels il continue à assurer sa gentillesse et son empathie. Jardinier hors pair, qui savait ce que terre nourricière voulait dire, il était à ses heures, un fervent supporter du quinze local.

    Au terme de la bénédiction célébrée par les membres de la Communauté du Kercorb, Georges Lagrange a été inhumé au cimetière de Chalabre où il repose désormais aux côtés de Rose.

    En ces douloureuses circonstances, très sincères condoléances à ses enfants, Serge, Didier, Josiane, Thierry et Patrick, à ses petits-enfants, ses arrière petits-enfants, ainsi qu'à toutes les personnes affectées par ce deuil.

  • C’était hier : Les anciens de la 1ère Armée française en assemblée

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mercredi 11 avril 2001.

    rhin et danubeLes « Rhin et Danube » et leur vice-président René Subreville restent fidèles au souvenir du Maréchal de Lattre de Tassigny (photos archives, Avril 1999).

    Comme ils le font depuis le 26 mars 1946, les anciens de la section Rhin et Danube se sont retrouvés à l’occasion de leur assemblée générale, dans les salons de la mairie, Cours Sully. Après son allocution de bienvenue, le président Georges Pendariès proposait d’observer une minute de recueillement à la mémoire des camarades disparus, de M. Jean Boussioux leur vice-président, décédé à Sonnac-sur-l’Hers en décembre dernier.

    Juste avant de céder la parole à MM. Roger Combes et Jacques Roques, secrétaire et trésorier de la section, le président Georges Pendariès concluait son intervention en saluant la franche amitié qui anime les anciens de la 1ère Armée, fidèles à la mémoire de leurs frères d’armes et de leur chef, le Maréchal de Lattre de Tassigny. Le rapport d’activités et le bilan financier étaient adoptés à l’unanimité avant que le bureau démissionnaire ne soit réélu, chacun saluant la candidature de Mme Colette Boussioux à la vice-présidence.

    Le bureau pour 2001     Président d’honneur Marius Olive, président Georges Pendariès, vice-présidents Colette Boussioux, Edmond Eychard, René Subreville, secrétaire Roger Combes, adjointe Ginette Maugard, trésorier Jacques Roques, adjoint Henri Sabatier. Commissaires aux comptes Georges Calcet, René Subreville, porte-drapeau, Pierre Sancho, Sylvain Saurel.

    Les anciens de la 1ère Armée française ont à présent rendez-vous le 26 avril à Quillan où se tiendra le congrès départemental, puis le 8 mai à Chalabre pour commémorer la victoire des Alliés.

    rhin et danube

    Avril 1999, les Anciens de la 1ère Armée française

    Inauguration de la stèle à la mémoire du Maréchal de Lattre de Tassigny

  • C’était hier : Les sapeurs-pompiers à la fête

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du jeudi 11 avril 1996.

    centre de secours jean cabanierAlain Cayrol, Christian Clarac et Patrice Rodriguez, les anciens à l’honneur (Photo archives, Avril 1996).

    Sirène muette, « bip » silencieusement rangés dans les poches, le centre de secours Jean-Cabanier était tout de même en ébullition en ce dimanche pascal, date choisie par les soldats du feu pour se retrouver en famille et oublier un peu les contraintes qui occupent bien souvent leur ordinaire. Un très agréable moment qui a donné aux sapeurs chalabrois l’opportunité d’honorer leur adjudant-chef Alain Cayrol et son adjoint le sergent-chef Patrice Rodriguez, lesquels ont reçu des mains de deux anciens, la médaille d’argent du mérite départemental pour la reconnaissance de 15 années au service d’autrui. Des félicitations également pour Jean-Marie Lafitte, formé chez les « Cadets » grâce aux judicieux conseils du néo retraité Christian Clarac, et qui vient d’obtenir avec succès l’examen pour l’obtention du grade d’adjudant.

    Accompagnés de leurs épouses et de leurs enfants, les sapeurs-pompiers ont ensuite rejoint l’hôtel de France où les attendait Guitou, qui s’est une nouvelle fois révélé impérial derrière les fourneaux. En nous réjouissant de l’excellente ambiance qui règne au sein de nos sapeurs bénévoles, nous adresserons nos félicitations les plus vives aux nouveaux promus.

    centre de secours jean cabanier

    Au mois de mars précédent, Christian Clarac avait fait valoir ses droits à la retraite 

  • C’était hier : Du Blau au Chalabreil

    Les échos mis en ligne avaient été publiés dans l’Indépendant, édition du jeudi 11 avril 1996.

    Les Résistants se souviennent.

    L’association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques en Afrique du Nord (Ardiep 1940-1944), organise le samedi 13 avril à Rivel, une cérémonie souvenir avec inauguration d’une plaque commémorative sur le site de l’ancien camp où avaient été internés à partir de 1940, les opposants au régime de Vichy et à l’occupation de la France par les nazis, avant leur déportation en Afrique du Nord. La cérémonie débutera à 11 heures au Moulin de l’Evêque.

    stèle de rivel,poussins fcc,cyclo-vtt club du chalabrais

    Les Poussins du FCC à Marseille.

    Grande effervescence du côté des vestiaires de l’école de foot chalabroise qui prépare dans la fièvre, un déplacement vers la cité phocéenne à l’occasion de la demi-finale de la coupe de France de football qui opposera le samedi 13 avril prochain, l’Olympique de Marseille à l’AJ Auxerre. Le départ est prévu samedi matin.

    stèle de rivel,poussins fcc,cyclo-vtt club du chalabrais

    Augustin Fontaneau et José Planas avec les Poussins du Cougaing et du FCC à La Digne d'Aval

    Les Cyclos vont visiter le Lauragais.

    Deuxième sortie mensuelle pour les cyclos du président Jean Quério, qui entameront dimanche 14 avril, une randonnée vers le pays du Lauragais. Départ devant le siège café de la Paix pour un agréable périple de 130 km qui les emmènera par les collines du Razès vers le monastère de Prouilhe, direction Villeneuve-la-Comptal avant une halte prévue sur les bords du lac de la Ganguise, où se fera la jonction avec les randonneurs du circuit n° 2. Le retour s’effectuera par l’Ariège, les cyclos désirant participer à cette balade sont priés de s’inscrire avant le jeudi 11 avril. Il est également rappelé que les inscriptions pour les Flèches de Lagrasse seront closes ce dimanche 14 avril.

    stèle de rivel,poussins fcc,cyclo-vtt club du chalabrais

    Le Cyclo Club du Chalabrais en 1996

    De gauche à droite, debout : Claude Chauveton, Eric Fayet, Didier Allias, Aline Guilhemat, Robert Béret, Robert Duchan, Jean Quério, Jean Marquier, André Cokinos, Hervé Franot, Jean Navarro. Accroupis : Robert Guilhemat, Denis Mamet, César Martinez, Gilbert Huillet, Guido Calvène, Henri Cazas, Roger Théron, Christian Moralès.

  • Leslie Ficcaglia, une artiste sur le cours Colbert

    leslie ficcaglia

    La question n’est pas de savoir qui de Leslie ou de Jean Filou est le plus connu, mais plutôt de savoir pourquoi tous deux ont élu domicile en Kercorb. En fait, il faut revenir à l’année 2006, lorsque Leslie M. Ficcaglia découvre d’abord Ste Colombe-sur-l’Hers, avant d’acheter un bien sur Chalabre, au mois de décembre de l’année suivante. Loin de son New Jersey natal, Leslie avoue qu’elle pense quelquefois à Port-Elizabeth et à sa ferme en bord de rivière. Mais ce qu’elle languit surtout, ce sont ses deux enfants et ses deux petits-enfants. Une absence qu’elle arrive à combler un peu aux côtés de Jean Filou, son compagnon de tous les instants.

    Aujourd’hui retraitée, Leslie a délaissé son métier de psychologue, exercé dans les établissements scolaires et dans les hôpitaux, en même temps qu’elle s’occupait d’un grand jardin où élevage et cultures faisaient bon ménage. Désormais, appareil photo autour du cou, elle explore la campagne et crée des tableaux à partir de ses propres photographies, vues locales mais aussi portraits, réalisés sur commande. Sa spécialité étant le « portrait dans un cadre naturel », avec un faible pour les portraits d’enfants, et tous ces lieux que l’on peut côtoyer sans pour autant les voir.

    leslie ficcaglia

    Bien loin de son studio surplombant la Manumuskin River, elle reste membre de l'American Society of Portrait Artists et se souvient de l’enfant qui emportait avec elle un carnet de croquis, pour saisir toutes les occasions de dessiner les personnes et les objets qu'elle rencontrait. Le choix de ses sujets reflète à la fois sa formation en psychologie et son intérêt marqué pour l'environnement. Leslie Ficcaglia s'intéresse depuis longtemps à l'écotourisme comme moyen de protection des ressources, et a été à ce titre, membre du conseil d'aménagement du canton de Maurice River pendant près de vingt ans, et vice-présidente du conseil d'aménagement du comté de Cumberland. A ce titre, Leslie Ficcaglia œuvre en faveur des rivières et des animaux rares qui évoluent dans cet environnement. Et pour la petite histoire, outre la marche et la lecture, Leslie cultive son jardin sur les bords de l'Hers. Il faut savoir pour être complets, que la biographie de Leslie figure dans le Who's Who américain. Pour plus de renseignements lficcaglia@igc.org ou mauriceriver.igc.org

    leslie ficcaglia

    Jean Filou, très jaloux des créations de Leslie 

  • Là-haut sur la colline…

    « L’année 1959 peut-être considérée comme le début de l’histoire du collège de Chalabre …/… C’est en effet la réforme de l’enseignement de 1959, obligeant de fait tous les enfants à entrer en 6e, qui amena la création du G.O.D (Groupement d’observation dispersé) de Chalabre, dont la vocation était de devenir C.E.G (Collège d’Enseignement Général) par la création ultérieure des classes de 4e et 3e » (Yannick Callat, Extraits Tome IX d’Il était une fois Chalabre).

    Les photos ci-dessous concernent l’année scolaire 1961-1962, le futur collège Antoine-Pons en est donc à ses débuts, et les classes de MM. Edouard Garcia et Esquirol sont de sortie. Les 6e et 5e étaient alors composées de classes doubles, et les élèves sont aujourd’hui sur la colline du Calvaire, pour la leçon de choses ou du moins ce qui était alors l’ancêtre de la classe de S.V.T (Science et Vie de la Terre).

    collège antoine-pons,chalabre

    De gauche à droite, Annie Abat, Eliette Ferrié, Anita Alegre, Mireille Catrier.

    Accroupie Simone Gimenez, avec le bâton José Planas

    collège antoine-pons,chalabre

    Sous réserves

    En bas à gauche Pierre Fourcassa, bras levé Jean-Georges Boyer

    En haut à droite Alain Bigou, Jean Lorca, José Planas

    collège antoine-pons,chalabre

    Année 1961-1962     Classe de 5e et 6e     MM. Garcia et Esquirol

    De gauche à droite, 1er rang assis : Jean-Noël Claverie, Simone Gimenez, Joachín Serrano, Jean-Georges Boyer, Jean-Pierre Glavieux, Alain Bigou, Jean Lorca, André Barbe, Pierre Fourcassa, Jacques Rey, Michel Raynaud. 2e rang : Francine Denat, Josiane Sariège, Olga Lazaro, Danièle Loze, Marie-Claire Costa, Michèle Vasquez ou ? Ferrier, Danièle Courdil, Anita Alegre, Eliette Ferrier, Mireille Catrier, ? Chaubet. 3e rang : René Nadal, ? Cassignol, Gaston Bauzou, André Ayral, Robert Galaup, un Lavelanétien, René Rives, Christian Sicre, André Malfette.

  • C’était hier : Ronde du Quercorb : De précieuses victoires

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mercredi 10 avril 1996.

    fc chalabre footballabre footballLa « Une » s’est donné un peu d’air en passant le Seuil de Naurouze (Photos archives, Octobre 1995). De gauche à droite, debout : Mathieu Mouton-Brady, Sébastien Duporge, Jean Martinez, Fabrice Canal, François Torrès, Fabrice Jean, Frédéric Massat. Accroupis : Nicolas Discala, Stéphane Alcoser, ?, Eric Puerto, Sébastien Ruiz, Janik Jouret.

    Les Chalabrois passionnés de ballon rond espéraient beaucoup de cette journée de rattrapage qui a vu le team fanion du Quercorb remporter une belle et très précieuse victoire sur le terrain de l’Entente Naurouze-Labastide. Grâce à deux buts inscrits en première période, les joueurs du président Francis Canal non seulement renouent avec le succès, mais éloignent sensiblement la menace de relégation.

    Cette rencontre entre mal classés a tenu toutes ses promesses, la victoire étant impérative pour les deux formations. Le FCC ouvrira la marque à la demi-heure après une combinaison entre avants chalabrois conclue par un superbe tir dans le cadre de Fabrice Canal (28e). Quelques minutes plus tard, une passe en retrait vers le gardien du Seuil coûte un coup-franc indirect aux gars de Naurouze. Santiago Martinez adresse une passe à Jean Martinez qui d’un tir puissant propulse le cuir hors de portée du keeper de l’Entente (38e mn), 2 à 0 à la pause pour Chalabre.

    A la reprise, le FCC va essuyer de nombreuses attaques qui n’aboutiront pas, la défense chalabroise bien regroupée devant le gardien Fabrice Jean sera intraitable jusqu’au trille final. Les représentants du Quercorb font la bonne opération du jour, en attendant la prochaine échéance, dimanche 14 avril face à Pezens.

    Dans le même temps, deux rencontres étaient à l’affiche sur le stade Lolo-Mazon. En ouverture le FCC III accueillait le Razès Olympique pour un match qui n’allait durer que cinq petites minutes. En effet, les visiteurs s’étaient présentés à sept au coup d’envoi, perdaient d’entrée de jeu un des leurs sur blessure et M. Jean-Marc Rey, arbitre de la rencontre, se voyait contraint d’arrêter la partie, comme le règlement le prévoit.

    A 15 h les réservistes de Jean Discala engageaient la partie face aux joueurs de l’US Axat également diminués par l’absence de deux équipiers. Résultat final 7 à 1 pour les Chalabrois qui ont tout de même éprouvé bien des difficultés face à des Axatois nullement résignés et vaillants de bout en bout. Les buteurs du jour sont Gilbert Prades, Sébastien Duporge, José Martinez, Mourad Bakali, Philippe Lara, Vincent Desjardins et Santiago Albino.

    Samedi à Saint-Papoul, les Poussins 2e année avaient ouvert la voie en ramenant une victoire grâce à un doublé de Maxime Sanchez et un but de Jérémy Briet. Le week-end pascal aura été faste pour les couleurs du FCC qui se reprend à espérer à quelques journées de la fin des championnats.