Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rencontres - Page 3

  • Rencontre à huis-clos pour les anciens de la DHR

    2020 La Piche 26 septembre 006.JPGDispensés de certificats médicaux, le contrôle des licences ne leur a posé aucun problème.

    Après plusieurs rendez-vous manqués, un onze du FCC est parvenu à renouer le contact en ce dernier samedi de septembre, dans sa retraite de La Piche. Il faut dire que cette équipe là ne s’était pas retrouvée dans un vestiaire depuis plusieurs mois, peut-être même des années. Et c’est donc sans sac ni crampons mais avec un réel plaisir, qu’elle a retrouvé un endroit riche en souvenirs, lui-même submergé voilà quelques mois, par un ruisseau du Chalabreil surprenant d’impétuosité.
    A peu de distance de la surface de préparation pour le prestigieux concours, oublié, du jeune footballeur, Janine Dumay a ouvert sa porte aux « p’tits gars » de la glorieuse épopée des années 1980. Tous n’étaient pas là, mais l’esprit d’équipe forgé voilà bientôt quatre décennies n’ayant pris aucune ride, la parenthèse refermée à la fin du siècle dernier s’est ouverte sur un soir de mai 81. Quand les joueurs du président Roger Dumay décrochaient le titre de champion de promotion honneur, au terme d’une rencontre en terres septimaniennes, célébré en leur siège du Café Tournois.
    Autour d’une table ouverte comme elle le fut toujours, les ex sociétaires du FCC réunis ont évoqué un peu du chemin depuis parcouru, depuis que le ballon rond est sournoisement sorti de leur quotidien. Avec un peu moins de fourmis dans les jambes, mais avec toujours la même passion, ils sont repartis à Canet, Pinet, Roujan, Carcassonne, Béziers, accompagnés comme souvent et cette fois encore par Madame Dumay.

    2020 La Piche 26 septembre 014.JPG

    Il fallait se résoudre à se quitter, mais avant, et en l’absence d’un capitaine emblématique excusé, l’ex canonnier au pied gauche percutant n’oubliait pas de donner les consignes pour une prochaine rencontre, programmée autour de la Pentecôte 2021.

  • Avec Atout fruit : La saison des cueillettes est lancée !

    atout fruit,GAEC AmbroisieAprès les azeroles, ce mercredi 30 septembre sera consacré à la récolte de pommes variétés anciennes au sein du verger collection du GAEC Ambroisie. Rendez-vous à 14 heures au lieu-dit La Crémade, 11230 Val de Lambronne (Gueytes-et-Labastide). Une occasion de découvrir ce verger suivi par Atout Fruit et de goûter les pommes d'automne.
    Une journée de transformation est prévue le vendredi 2 octobre aux Jardins de la Haute-Vallée à Couiza où l'atelier jus de pommes et l'atelier conserves pour la confection de confitures d'azeroles seront occupés simultanément. Ces deux ateliers nécessitent des bras, l'ambiance est sympa et chacun repartira avec du jus et des confitures. Les horaires, de 8 heures à 17 heures (environ), prévoir un pique-nique pour le midi. Contact auprès de Christine au 06 56 80 23 66 (Covoiturage possible).
    « A l'occasion de cette journée, nous pouvons réaliser votre jus de pommes. Pour cela, apportez vos fruits soit aujourd’hui mercredi 30 septembre à Gueytes-et-Labastide de 14 heures à 17 heures, ou vendredi 2 octobre aux Jardins de la Haute Vallée à Couiza à 8 heures. Votre jus sera à retirer à Chalabre, le mercredi ou sur rendez-vous (tarif : 1,20 € / litre). Chacun est invité à indiquer sa quantité de fruits. Contact auprès de Christine au 06 56 80 23 66.

  • Vendanges masquées au Clos Roubichoux

    2020 Vendanges Roubichoux 001.JPGLes cueilleurs fin prêts pour une matinée partagée en compagnie des baies de chardonnay.

    En ce dimanche 27 septembre et face à un horizon blanc comme neige, les rangées du Clos Roubichoux ont reçu la visite de quarante coupeuses et coupeurs, réunis afin d’assurer la vendange du chardonnay. Loin de refroidir les ardeurs d’une colle bénéficiant des conseils de Pierre Benet, « vigneron sachant lire entre les vignes », le vent sec venu du massif de Tabe aura réglé le tempo des sécateurs.

    clos roubichoux,compagnons saint andré de roubichoux

    Singulière à plus d’un titre et placée sous le couvert d’un masque, la 18e fête du hameau de Roubichoux, s’est déroulée en l’absence regrettée de la jument Caoline, et de Jean-Claude Peinado son maître, retenu pour raisons familiales. Par ailleurs, les 1000 pieds de cépage chardonnay plantés à flanc de coteau ayant beaucoup souffert de la canicule de juillet et août, une vendange faible était pressentie, loin des 1400 kg récoltés en 2019.

    clos roubichoux,compagnons saint andré de roubichoux

    Qu’importe, les sécateurs une fois rangés, la Confrérie des Compagnons de Saint-André-de-Roubichoux a pu célébrer son 37e Chapitre, agrémenté d’une dégustation de la cuvée 2018-2019. Et à l’heure du traditionnel repas de fête assuré par la Grande Brigade des Compagnons, nos journaliers ont repris des forces, tandis que la vigne paysagère rendue à sa tranquillité se préparait à entrer en dormance.

    clos roubichoux,compagnons saint andré de roubichoux

    clos roubichoux,compagnons saint andré de roubichoux

    clos roubichoux,compagnons saint andré de roubichoux

    clos roubichoux,compagnons saint andré de roubichoux

    clos roubichoux,compagnons saint andré de roubichoux

    clos roubichoux,compagnons saint andré de roubichoux

    clos roubichoux,compagnons saint andré de roubichoux

    clos roubichoux,compagnons saint andré de roubichoux

    clos roubichoux,compagnons saint andré de roubichoux

  • Statue équestre sur le cours Sully : « Quand le rêve est un présent coloré »

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panzaUne création composée pendant le confinement, portée par un kilomètre de soudure.

    Il manquait un peu de ce soleil qui brûle les chaumes de la Castille, aucun souffle de vent non plus, qui à défaut de pousser les ailes d’un moulin, aurait pu faire onduler la toile d’un bleu électrique dressée à l’angle des cours Colbert et Sully.

    Vendredi 18 septembre, « a las cinco de la tarde », le chevalier Don Quichotte et Sancho Panza, son fidèle écuyer, chevauchant par-delà les frontières et défiant toutes les lois du confinement, se présentaient au cœur du village, en quête d’hospitalité.

    Accueilli par Jean-Jacques Aulombard, premier édile, Alain Poincheval, peintre sculpteur, accompagné de Christophe Dechaine-Vallade, orfèvre et soudeur de génie, Yannec Tomada, sculpteur et fondeur de bronzes d’art, l’équipage monté sur Rossinante et Rucio, retrouvait une lumière qui lui manquait depuis le 10 mai 2020.

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panzaAlain Poincheval s’autorisait alors une entorse au protocole en éludant les présentations, et posait d’emblée une question qui ne se posait peut-être pas : « Pourquoi Don Quichotte et Sancho Panza ? ». L’occasion pour Alain Suzonpoinchevalegre d’évoquer un imaginaire dans lequel « le chevalier du rêve et de l’utopie chevauche sur ses terres d’Espagne, et Sancho Panza trottine sur sa bête de somme ... /... Tandis que dans ma tête les moulins à vent déploient leurs ailes et la magie, je prends le pari d’offrir cette image à Chalabre, un autre rêve abouti de mon passé ».

    Avec le précieux concours des amis Christophe et Yannec, Alain voyait la magie prendre corps, l’union s’illuminer, les dès étaient jetés. « Le confinement a fait le reste, les nuits étaient chaudes, longues, traversées des bruits des bidons et ferrailles, qui trouvent une autre destinée,… ça fait du bruit la destinée, une destinée de l’avant à l’après, dans le même temps où les visages et le livre des mémoires étaient coulés dans la ville des cloches, à Villedieu-les-Poêles ». L'artiste poursuivait en saluant l’esprit de Cervantès, qui avait permis de forger une amitié, avant de s’adresser au « manchot de Lépante » : « Merci à toi Cervantès. Le temps d’un confinement peut aussi nous élever vers un monde imaginaire aux pays des rêves et des utopies ».

    Au pied d’une œuvre offerte à la Ville de Chalabre, « en mémoire d’une vie habitée des pourpres, des ors, et des bleus sous les soleils d’Espagne », Alain Suzonpoinchevalegre remerciait chaleureusement Jean-Jacques Aulombard de l’avoir suivi dans « cette folle entreprise ».

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    La radio Pyrénées FM était présente sur l'événement, avec Marc Mollier et Marie Duc (ci-dessus)

    accompagnés de Patrice Salerno pour l'interview...

    ... et Jean Clergue (ci-dessous), pour un entretien avec Laurence Bourgeois et Jean-Marc Barrier 

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    Le jour d'avant, ci-après, en images

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    Un à un, les éléments de la statue équestre rejoignent  le lieu de rendez-vous

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    Le clin d'œil de Jérôme Escande aux Crinières du Kercorb

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    Vacances abrégées pour Pascal Mellado, mais pour la bonne cause  

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    Le cours Sully enveloppé dans un flou nocturne

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    Sol y sombra

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    Des bras, des pieds, des pattes, des jambes, des mains, des sabots,... 

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    Les touches finales de Christophe Dechaine-Vallade

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    Une dernière main pour Yannec Tomada, avant la pose du livre des mémoires

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    Vendredi 18 septembre 2020, le soleil éclaire le Cours Sully...

    ... et les visages de Yannec Tomada, Alain Poincheval et Christophe Dechaine-Vallade

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada,don quichotte,sancho panza

    (photo Christian Garcia)

    Plus d'images de la cérémonie inaugurale, dans l'article du samedi 19 septembre 2020

  • Page spéciale dans le journal L’Indépendant

    thierry grilletL’édition de l’Indépendant publiée ce dimanche 20 septembre, propose une halte au cœur de la cité chalabroise. Sous l’oeil et la plume du journaliste Thierry Grillet, le lecteur est invité à redécouvrir Chalabre. Avec notamment un zoom sur la Brasserie du Quercorb, installée depuis octobre 2018 dans ce qui fut une remise de l’hôtel de France, puis un garage mécanique réputé, au service de la célèbre marque au losange.

    Retour également sur le Festival Chalabre en Sérénade, et sur l'inauguration d'une statue équestre qui veille désormais devant la vieille Porte d'Abail.

    thierry grillet

    Photo archives 30 juillet 2018

  • Argos a posé ses valises à Chalabre

    En fait de valises, il faut parler de sacoches, dans lesquelles notre âne répondant au nom d’Argos, emmène le matériel garantissant une entière autonomie de sept jours au binôme qu’il forme avec Ambroise Camps, son maître et compagnon de voyage. Faisant halte à Chalabre en ce samedi 18 septembre, l’équipage en provenance de Trémoulet, près de Saint-Amadou (Ariège), aurait dû en réalité rallier Montbel et son lac, pour une nouvelle nuit de repos. Mais entre Lagarde et Camon, une bifurcation sera mal négociée, et ce qui devait arriver allait arriver. Aux alentours de 16 heures, le duo débarquait au cœur de la bastide chalabroise.

    ambroise camps,argos

    Argos préfère les pommes aux fritons

    Stationné sous la halle pour le goûter, Argos le bien (le mal ?) nommé, faisait mine d’être honteux et confus car il y avait bien eu erreur d’aiguillage. Simple posture en réalité, car notre âne, âgé de neuf ans, et à qui on ne la fait plus, savait qu’étaient attendus en Kercorb et ce même jour, Don Quichotte, monté sur sa Rossinante, mais aussi et surtout Sancho Panza, caracolant sur Rucio.

    La rencontre aura bien lieu, sans effusion mais avec une tendresse retenue, parce que la distanciation sociale n’épargne personne, et parce qu’il y avait bien du monde sur le cours Sully, pour un vendredi après-midi. Après une pause nocturne au camping municipal, l’équipage reprendra aujourd’hui samedi, les chemins qui mènent vers le Pog de Montségur, terminus de la balade. Avant un retour au box programmé depuis Montferrier.

    ambroise camps,argos

    En route pour Montségur

  • Ils chevauchent par-delà les frontières

    alain poincheval,christophe dechaine-vallade,yannec tomada

    Retour en images sur l'inauguration d'une œuvre équestre, au carrefour des cours Colbert et Sully.

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 001.JPG

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 002.JPG

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 003.JPG

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 004.JPG

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 006.JPG

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 007.JPG

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 008.JPG

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 010.JPG

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 009.JPG

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 011.JPG

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 013.JPG

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 014.JPG

    Don Quichotte de Chalabre 18 septembre 015.JPG

    Alain Poincheval et Christophe Dechaine-Vallade

    Absent sur la photo, Yannec Tomada