Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

benoît baby

  • C’était hier : Une première cape bien méritée pour Benoît Baby

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du vendredi 9 février 2001.

    benoît babyBrillant sportif, Benoît Baby (à gauche) a plusieurs cordes à son arc (Photo archives, Février 1996, section de tir à l’arc du foyer d’éducation populaire au gymnase).

    Après le stage de sélection effectué en janvier dernier au Creps de Toulouse, notre jeune rugbyman Benoît Baby a décroché le sésame lui permettant d’intégrer l’effectif de l’équipe de France des Moins de 18 ans. Assurément une belle promotion pour Benoît qui sera le samedi 17 février prochain à Dax, où il instrumentera au poste de centre face à la formation du Pays de Galles. Cette rencontre « à domicile » précédera deux déplacements outre-Manche, le 10 avril à Exeter (G.B) et le 21 avril en Irlande. Invité à porter le maillot frappé du coq tricolore, Benoît Baby perpétue dans le même temps une belle tradition familiale. En effet, Pierre son grand-père fut un élément clef de l’USC des années 1940, tout comme le fut son père Jean-Claude, brillant arrière de l’USC des années 1970, et son frère Stéphane, actuel défenseur de classe de l’US Kercorb.

    benoît baby

    De gauche à droite. Accroupis : Pierre Baby, René Escande, François Calvet, Jean-Joseph Romero, René Maugard, Joseph Murillo, François Lopez. Debout : Raymond Gabanou, Jean Mazon, Antoine Escande, Tanette Hernandez, Paul Bigou, René Salinas, Marcel Lagarde, Pépé Villena (Photo Maurice Mazon).

    benoît baby

    De gauche à droite. Debout : Francis Amouroux, Richard Conte, Alain Arnaud, Michel Bedin, André Lafage, Francis Romero, Michel Francès, Christian Bedin, ? Garcia, Jacques Fonta, Guy Ilhat, Raymond Fort, Jacques Montagné. Accroupis : Henri Rouby, Jean-Claude Baby, Philippe Taruffi, Thierry Noy, Francis Vila, José Sanchez, Patrick Séris, Pascal Pizon, Jean-Noël Carbonnel.

  • C'était hier : Rugby : Initiales B.B.

    L'article mis en ligne aujourd'hui, avait été publié dans l'Indépendant, édition du jeudi 24 mars 2005, après un match de rugby du Tournoi des VI Nations, que les Chalabrois avaient suivi avec un intérêt tout particulier. A l'affiche de ce samedi 12 mars 2005, Irlande-France, et une première sélection en équipe de France de rugby, pour Benoît Baby. Sur la pelouse de Lansdowne Road à Dublin, Benoît s'était mesuré au très "Irish fighting-spirit" (Photo archives, Avril 2001, 1ère sélection Equipe de France Moins de 18 ans).

    benoît baby,xv de franceInitiales B.B, comme Benoît Baby, qui en dix jours sera passé par tous les stades de l’émotion, appelé sur le banc des remplaçants du XV de France, titularisé dans le XV de départ, libéré après une course de cinquante mètres, fâché sur une mêlée ouverte, cité à comparaître, sanctionné pour quatre longues semaines.

    « Dura lex sed lex », la loi est dure mais c’est la loi, et Benoît paie un instant d’égarement répréhensible, mais pour lequel il ne mérite pas d’être accablé. Et comme le plaisir de donner vaut mieux que celui de recevoir, Benoît aura comblé ses plus fidèles supporters, en leur offrant 80 minutes de bonheur total sur la pelouse de Lansdowne Road.

    Initiales B.B, comme Brian et comme Benoît, face à face dans le grand bain du Tournoi des VI Nations, invités à faire plus ample connaissance à quelques jours de la Saint Patrick. Un « tête à tête » sévère et sans concession, que Benoît n’oubliera pas, parce que c’était le premier et parce que son vis-à-vis s’appelait Brian, artiste et fair-play. Alors bien sûr l’horizon de Benoît s’est un peu voilé dans le smog londonien, où siègent les instances du rugby européen. Mais ici, dans la cité chalabroise, personne ne doute que Benoît reviendra, plus attentif encore, pour définitivement exorciser cette mêlée ouverte de la 47° minute d’Irlande-France, un certain samedi de mars 2005 à Dublin. 

  • Les affiches sportives du jour

    Ballon rond et ballon ovale vont à nouveau rebondir en ce premier dimanche de février. Cet après-midi au stade intercommunal Lolo Mazon, les footballeurs du FCC accueilleront la formation de Pezens, dans le cadre des huitièmes de finale de la coupe Georges Favre. Les visiteurs évoluent en promotion honneur, soit une division au-dessus des représentants chalabrois, lesquels voudront inverser les pronostics inspirés par la logique. Le coup d'envoi de cette rencontre éliminatoire sera sifflé à 14h 30 par Pierre Luc Fiole.

    Dans le même temps, les rugbymen de la vallée de l'Hers seront au stade de "Buffebiau" à Castelginest, où ils essaieront de réaliser la passe de quatre, en vue d'une "qualif" pour les phases finales. Il s'agira de la quatrième journée de la phase retour du championnat de 2e série de Midi-Pyrénées, elle sera dirigée par Thierry Sanchez.

    Le coup d’envoi d’une nouvelle édition du Tournoi des Six Nations donné hier soir, offre l’occasion d’adresser un salut amical à Benoît Baby, qui fêtait il y a exactement dix ans, sa première sélection au sein de l’équipe de France des moins de 18 ans. Les deux courts articles qui suivent avaient été publiés dans le journal l’Indépendant des 9 et 20 février 2001.   

    Une première cape pour Benoît Baby

    Après le stage de sélection effectué en janvier dernier au Creps de Toulouse, notre jeune rugbyman Benoît Baby a décroché le sésame lui permettant d’intégrer l’effectif de l’équipe de France des moins de 18 ans. Assurément une belle promotion pour Benoît qui sera le samedi 17 février prochain à Dax où il instrumentera au poste de centre, face à la formation du pays de Galles. Cette rencontre « à domicile » précèdera deux déplacements Outre-Manche, le 10 avril à Exeter (Angleterre) et le 21 avril en Irlande. Invité à porter le maillot frappé du coq tricolore, Benoît Baby porte le rugby au coeur, à l’image de Pierre son grand-père, élément clef de l’USC des années 1940, de son père Jean-Claude, brillant arrière de l’USC des années 1970, et de son frère Stéphane, actuel élément de l’U.S. Kercorb.

    B.Baby Arc.JPGBrillant sportif, Benoît Baby a plusieurs cordes à son arc (photo archives, Février 1996).

    Benoît était à l’épreuve des Gallois

    Tandis que Philippe Carbonneau et les "bleus" du XV de France en décousaient avec les Irlandais de Keith Wood, Benoît Baby était au pays de Pierre Albaladéjo afin de disputer une rencontre internationale face au Pays de Galles. Intégré dans l’équipe de France des moins de 18 ans, Benoît honorait là une sélection au poste de centre où il a vaillamment défendu ses chances, confirmant ainsi la confiance de ses entraîneurs. Sur la pelouse de Dax, Benoît et ses partenaires l’ont finalement emporté sur le score de 26 à 10. Rendez-vous le mardi 10 avril à Exeter où Benoît et les Bleus défieront sur leurs terres, les jeunes troupes de sa gracieuse majesté. 

     

  • Benoît Baby au Stade de France

    En cette fin de saison sportive, le coeur du supporter quinziste du Kercorb se retrouve piégé par les rebonds d'une balle ovale que Catalans et Clermontois se disputeront ce soir au stade de France. L'habitude aidant, certains qui avançaient les Toulousains espéraient aussi qu'un Chalabrois se retrouve en finale du Top 14. Le voisin de la ville rose éliminé, nouveau dilemme pour les aficionados puisque le maillot sang et or pavoise aussi sur les façades de nos boulevards. Ce soir le pays chalabrais fair-play jusqu'au bout des crampons restera neutre et attendra du beau jeu, rien que du beau jeu. L'essentiel au final étant que le bouclier de Brennus revienne faire la fête au Cazal le 17 juillet prochain. Allez Benoît !Benoît B 1996.JPG

    En 1996, Benoît travaillait déjà son coup de pied à l'école de football du FCC (entraîneur Philippe Cassagnaud)