Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

collège antoine-pons

  • C'était hier : Les platanes du collège ne bourgeonneront plus

    L'article mis en ligne avait été publié dans l'Indépendant, édition du vendredi 1er janvier 2010.

    collège antoine-ponsQuatre grands témoins ont disparu du paysage (photo archives Novembre 2009).

    Témoins discrets et majestueux depuis des décennies, ils avaient participé au 30e anniversaire de la création du collège Antoine Pons, célébré le 17 mai 2008. Les quatre grands platanes qui ornaient l'entrée de l'établissement côté église Saint-Pierre, ont été définitivement mis à terre quelques jours avant que l'année 2009 ne se termine. Une décision motivée par un premier incident sans gravité, qui avait vu en novembre dernier un de ces grands arbres dévisser sur sa base et venir s'affaisser au pied de la toute nouvelle cantine scolaire. Là même où les enfants se rassemblent avant d'aller prendre leur déjeuner. En cause, les fortes pluies tombées sur le Kercorb qui avaient rendu un sol très meuble dans lequel le végétal était de plus faiblement enraciné.

    collège antoine-pons

    Afin d'éviter une nouvelle mésaventure aux conséquences plus graves, la décision était rapidement prise de supprimer les trois autres platanes, pourvoyeurs d'une ombre bienfaitrice certes, mais devenus trop dangereux. Une matinée aura suffi aux spécialistes, pour faire disparaître du paysage quatre représentants du symbole de la régénération, selon la mythologie grecque.  

  • C’était hier : Les jeunes handballeurs au Palais des sports de Toulouse

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du samedi 18 décembre 1999.

    collège antoine-ponsLes jeunes de l’association sportive du collège ont investi le Palais des sports (photos archives, décembre 1999).

    L’association sportive du collège Antoine-Pons organisait vendredi dernier, une sortie au Palais des sports de Toulouse, afin d’assister à une rencontre de handball comptant pour le championnat de France de 1ère division. Les Spacer’s toulousains opposés aux Parisiens de l’U.S. Créteil ont offert un superbe spectacle à nos handballeurs locaux, littéralement emballés par le jeu des partenaires de Lartigue et Plantin. Score final 27 à 21 pour les protégés du duo Alain Raynal-Claude Onesta, qui se sont livrés en fin de rencontre à une très appréciée séance de dédicaces.

    collège antoine-pons

    Au coup de sirène annonçant la fin de la rencontre, les jeunes Chalabrois ont bondi sur le parquet du Palais des sports en quête d’autographes, finissant ainsi la soirée aux côtés de Gonzalez, Marcos, Prisacaru ou Feshchenko, internationaux cubains, roumain et biélorusse. Grâce à l’initiative de leurs professeurs d’EPS Monique et Patrick Rault, les pensionnaires de l’association sportive chalabroise, sont une nouvelle fois revenus enchantés de leur voyage sur les bords de la Garonne. Ce qui vient confirmer, si besoin était, que le handball reste une discipline solidement ancrée dans la tradition sportive du collège Antoine-Pons.

    collège antoine-pons

    Sarah, Manuela, Muriel et Delphine, inconditionnelles des Spacer's

    collège antoine-pons

    Aux côtés de nos collégiens, Sébastien Lartigue...

    collège antoine-pons

    ... et François Woum Woum

  • C’était hier : L'an 1000 au collège Antoine-Pons

    L’article ci-dessous avait été publié dans l’Indépendant, édition du mardi 2 novembre 1999.

    collège antoine-ponsEisalabra, c’était il y a 1000 ans… Jérôme Fransioli (à droite) et son équipe de bâtisseurs (photos archives octobre 1999).

    Il suffisait de passer ce jour-là aux abords de l’église Saint-Pierre pour imaginer le tournage d’un remake de la Passion Béatrice. Au cœur de cette mise en scène, les potaches du collège Antoine-Pons, en route vers l’an 1000 et le quotidien des habitants d’Eisalabra, petite cité qui n’avait pas alors le statut de chef-lieu de canton.

    Décors, costumes d’époque, rien ne manquait en cette journée qui aura été la première étape du projet pédagogique initié par l’équipe enseignante de l’établissement chalabrois, en partenariat avec l'école Louis-Pergaud. Un projet grâce auquel les collégiens vont partir dans les prochains jours à la découverte du patrimoine et de l’originalité d’une ville franche telle que la bastide de Chalabre. Visite des vieux quartiers, réalisation de photos et croquis, recherche documentaire dans les archives communales et au CDI, évolution de l’environnement. A l’évidence, un programme passionnant pour de jeunes étudiants qui devront, au final, imaginer et écrire une énigme policière ayant défrayé la chronique de Chalabre au Moyen Age.

    Guidés dans les recherches par leurs professeurs, ils bénéficient déjà des précieux concours de Mme Marie-Louise Saddier, philosophe et historienne issue d’une très vieille famille chalabroise, et de M. Robert Roncalli, mine d’anecdotes et mémoire vivante du Kercorb.

    A travers l’évocation de personnages et d’événements ayant marqué la vie chalabroise, nos collégiens s’efforceront de recréer l’atmosphère et le cadre susceptibles d’inspirer l’intrigue de leur récit. Rédigés aux alentours du troisième trimestre, les ouvrages seront alors soumis à un comité de lecture chargé de retenir les meilleurs textes, lesquels devraient figurer en bonne place dans le Tome V publié par l’association Il était une fois Chalabre.

    Comme il est permis de le supposer, nos potaches viont très vite laiser libre cours à leur imagination. Rendez-vous en l’an 2000 pour leur version des « Mystères de Chalabre ».

    collège antoine-pons

    collège antoine-pons

    collège antoine-pons

    collège antoine-pons

  • C'était le temps du « certif »

    En ce mois de juillet 1966, les lauréats du C.E.P.E (Certificat d'études primaires élémentaires) s'apprêtent à quitter le C.E.G de Chalabre, diplôme en poche. L'établissement dirigé alors par M. Marc Jean-Pierre, ne portait pas encore le nom de collège Antoine-Pons, et la création d'une classe de 4e n'était toujours pas d'actualité.

    Délivré depuis 1874 aux élèves des écoles publiques et privées par une commission cantonale que présidait l'inspecteur d'académie, le « certif » était l'unique et premier examen auquel les potaches chalabrois étaient soumis. En effet, après la classe de 5e, c'était le grand départ vers l'inconnu, et souvent  vers l'internat, à Mirepoix, Quillan ou le lycée de l'Esplanade à Limoux.

    En 1966, nos brillants élèves (100% de réussite cette année là) méritaient certainement de poser devant l'objectif de Maurice Mazon.   

    CEPE juillet 1966.jpgDebout de gauche à droite : Lydie Jorda, Jacqueline Muros, Monique Bourgois, Eliane Saurat, Michelle Costa, Marie-Lise Gleizes, Daniel Gaubert, Marie-Claude Pech, Serge Nègre, Hélène Marcos, Michel Brembilla, Visitation Lorca, Daniel Delpech, Marie Baro, Denis Rives, René Boussioux, Alain Dalème. Accroupis : Gérard Calbo, Georges Sansano, Alain Saurel, Guy Silvestre, Alain Castelnaud.

  • Le collège Antoine-Pons affiche son éco-citoyenneté

    collège antoine-ponsLe cours d’eau du Chalabreil a apprécié la visite des collégiens.

    Les berges de la rivière Chalabreil ont connu une fréquentation inhabituelle mercredi 19 juin, à l’heure où un groupe d’élèves éco-responsables du collège Antoine-Pons, prolongeait son initiative au service de l'environnement. Cette action intervenait après une matinée durant laquelle les élèves de 6e, 5e et 4e, répartis par équipe, ont été sensibilisés au changement climatique et à la protection du milieu ambiant. Les ateliers animés par Patrice Salerno, président de l’association Atout-fruit, aux côtés de Karine Fridman professeure documentaliste et Nicolas Discala, créateur pour l’occasion d'un hôtel à insectes et d’un nichoir, ont d’abord porté sur le thème des plantations et de la saisonnalité des aliments.

    collège antoine-pons

    Un pique-nique collectif partagé sur la voie verte à proximité de l'ancienne gare, a ensuite permis à chacun de respecter la consigne zéro déchet, avant la perception de sacs poubelles de couleur. Les élèves rejoints par quelques adultes ont investi le lit du Chalabreil, prenant le relais des biquettes de Cédric, maternées par un sympathique Patou des Pyrénées. Depuis son embouchure jusqu’au gouffre de la première « piche », nos éco-citoyens ont prélevé nombre de détritus divers, la part belle revenant sans conteste aux mégots.

    collège antoine-pons

    Cette démarche née de la volonté d’un groupe d’élèves préoccupés par leur avenir, a obtenu le soutien de la mairie, du collège, et mérite d’être saluée.

  • Le mercredi 19 juin, les collégiens militent pour l’éco-citoyenneté

    collège antoine-pons,eco-citoyenneté,maho grall terpanIls espèrent vous avoir à leurs côtés le mercredi 19 juin.

    Leur initiative fait écho à la prise de position manifestée par Greta Thunberg, jeune militante suédoise à l’origine de la grève étudiante pour le climat, récompensée voici quelques jours, du Prix Ambassadeur de la conscience, décerné par Amnesty International.

    Autour de Chloé, Karine, Maëlle, Maho, Maïa, Mélanie, un groupe d’élèves éco-responsables du collège Antoine-Pons, a décidé d’organiser une journée éco-citoyenne, le mercredi 19 juin.

    A la question « Pourquoi cette démarche ? », les élèves porteurs du projet déclarent : « Nous souhaitons sensibiliser le monde autour de nous à l’écologie et au changement climatique, surtout pour préparer notre avenir, pour peut-être sauver notre futur et celui de notre descendance, et aussi pour proposer une autre façon de vivre, tout aussi efficace et beaucoup plus écologique et sociale ».

    Ces élèves (de la 6e à la 4e), « une bonne dizaine de filles et un garçon qui s’investit beaucoup aussi », veulent surtout fédérer leurs camarades de cours, afin de se réunir autour d’un même sujet, qui leur tient à cœur. Cette action qui a obtenu le soutien de la mairie, du collège, avec Karine Fridman leur professeure documentaliste, de l’association Atout-fruit et son président Patrice Salerno, de Nicolas Discala créateur d’un hôtel à insecte et d’un nichoir, sera divisée en trois temps et lieux distincts.

    Au collège, la matinée sera banalisée pour les élèves de 6e, 5e et 4e, afin de les sensibiliser au changement climatique et à la protection de l'environnement. Répartis par équipe, ils passeront par différents ateliers (plantations, constitution d'un hôtel à insectes, saisonnalité des aliments).

    collège antoine-pons,eco-citoyenneté,maho grall terpan

    Les personnes qui le souhaitent, sont invitées à rejoindre les élèves pour les deux activités suivantes : à 12 h 30, un pique-nique collectif et zéro déchet est prévu sur la voie verte, à proximité de l'ancienne gare (théâtre Georges-Méliès, si mauvais temps, amenez un plat ou une boisson à partager, ainsi que vos couverts, verre et assiette). A 14 h, nettoyage des berges du Chalabreil : «  Munissez vous de bottes et de gants ! Toutes les bonnes volontés, de 3 à 103 ans sont les bienvenues ! Vous êtes attendus nombreux ».

    collège antoine-pons,eco-citoyenneté,maho grall terpan

    Cette illustration est une création de Maho Grall Terpan

  • Du Blau au Chalabreil

    Rugby : L’USCKBP à l’épreuve du RC Mèze.

    Dimanche 14 avril à Caunes-Minervois, l’USCKBP disputera face au RC Mèze Méditerranée, un quart de finale du championnat de 3e série de Ligue Occitanie. Après avoir pris le meilleur sur les Bigourdans de l’UA Laloubère (18-7) lors du tour précédent, le quinze drivé par Jean-François Pichéric et Alexandre Ferrié sera cette fois opposé aux Mézois, lesquels se sont qualifiés face aux Audois de Peyriac-Bages (30-20).

    Les deux formations en lice ont bouclé les phases qualificatives en tête de leur poule, il est donc permis d’espérer une confrontation de qualité, pour l’obtention d’une place en demi finale. Le coup d’envoi de cette affiche inédite sera donné à 14 h sur la pelouse du stade Maurice Jourtau. Les autres affiches proposeront les challenges suivants : Grisolles et Clermont-L’Hérault, le TAC et Sud Canigou, Villeneuve-les-Maguelone et Bassoues.

    usckbp rugby,collège antoine-pons

    L'école de l'USC XV au début des années 1960 à Espéraza

    De gauche à droite, debout : François Cully, Christian Laffont, Jean-Pierre Silvestre, Jean-Pierre Brembilla, Jean-Pierre Huillet. Accroupis : Jean-Claude Sanchez, Yves Gaubert, Robert Théron, Jean-Georges Boyer (photo collection Simone Raynaud).

    Une matinée portes ouvertes au collège.

    Mercredi 17 avril de 14 h à 16 h, le collège Antoine-Pons propose une demi-journée Portes Ouvertes. A 14 h, accueil autour d’un café assuré par Jean-Rémy Vanderdonckt, principal, et l’équipe éducative, 14 h 30, répartition en petits groupes pour la visite des ateliers pédagogiques. L’occasion de découvrir un collège dynamique et à dimension humaine, où chaque élève bénéficie d’un suivi personnalisé.

    En 1965, les élèves du G.O.D. (groupe d’observation dispersé et futur collège), semblent donner le meilleur d’eux-mêmes afin d’assurer l’accueil d’éventuels visiteurs.

    usckbp rugby,collège antoine-pons

    De gauche à droite, Thierry Abat, Jean-Louis Delpech, Georges Marjanski.

    usckbp rugby,collège antoine-pons

    De gauche à droite, Michel Brembilla, Daniel Delpech, Daniel Gaubert, Jean-Paul Subreville.