Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jacques fleury

  • Le charivari de Fluris est annoncé

    Fluris 97.JPGLe fantôme de Fluris va planer sur les boulevards de la bastide.

    Le jeudi 13 décembre sera célébré le 315e anniversaire de la mort du sieur Jacques Fleury, occis en Kercorb et dans l’obscurité de la nuit du 13 au 14 décembre 1697. Bidons, boîtes de conserves, poêles usagés (pour les plus vaillants), chacun est invité à fureter de la cave au grenier. Afin que le pavé chalabrois puisse étinceler de mille feux, pour un hommage plus que tricentenaire. Rendez-vous à 18h30 sous la halle aux grains, et comme disait le regretté Robert : « Asclaïres, s’abstenir ! ». 

    fluris 2012,jacques fleury(Photo archives, Fluris 1996)

  • Sainte-Luce : Les « arrossegaïres » privés de château

    C'était en 1997, et les Chalabrois, qui n'ont que très rarement manqué l'occasion de réveiller la mémoire de Fluris, s'étaient fédérés en un comité impromptu, afin de préparer la célébration du Tricentenaire de la mort de Jacques Fleury (photo ci-dessous). L'idée d'une marche symbolique et pacifique vers le château de Mauléon avait même été évoquée. Seule manquait une autorisation des descendants de la Famille De Bruyères, afin que les "arrossegaïres" puissent emmener leurs traîneaux jusqu'au pied du donjon du castel. Sous le titre proposé ci-dessus, l'article qui suit avait paru dans l'Indépendant du samedi 6 décembre 1997.

    fluris 2012,jacques fleuryDe gauche à droite : Roger Rosich, Paul Lagarde, José Navarro, Edouard Garcia, Sophie Jacques de Dixmude, Thierry Roncalli, Annie Plauzolles, Aline Guilhemat, Jean-Paul Subreville, Francis Amouroux, Jean Plauzolles, Robert Roncalli, Edmond Arnou (Archives, Octobre 1997)

    Une tradition dans la tradition veut que le parcours emprunté par les « arrossegaïres » (tireurs de traîneaux), fasse un détour symbolique au pied des tours du château de Mauléon. Histoire de rappeler que ce diable de Fluris aurait eu maille à partir avec les descendants des Comtes de Bruyères, seigneurs des lieux. Une coutume abandonnée depuis plusieurs lustres certes, mais que le collectif pour le Tricentenaire avait espéré rétablir en cette année 1997. Seul manquait l’aval de Mme Anne de Villette, héritière de la maison Mauléon-Narbonne, auprès de laquelle une demande d’autorisation fut formulée au mois de novembre dernier. Vaine requête si l’on en croit le pli adressé par retour de courrier et dont voici le bref contenu dans son intégralité :

    « Je suis très sensible à la teneur de votre lettre et à la permission qu’elle réclame pour fêter le tricentenaire de Fluris, le 13 décembre prochain. L’écho paru dans les journaux locaux depuis une quinzaine d’années à ce sujet, n’a fait état que de désolation et regret devant les débordements de ce charivari qui semble donc ne plus refléter uniquement son aspect folklorique.

    En conséquence, j’ai le regret de ne pouvoir donner une réponse favorable à votre demande. De plus cette année, vu les circonstances, cette manifestation risquerait d’occasionner des désordres incontrôlables. Vous, pour me l’avoir demandée, et moi, pour vous l’avoir accordée, nous serions les premiers à le regretter. En vous remerciant de votre compréhension, je vous prie de croire à mes sincères salutations … Signé : Mauléon Narbonne Villette ».            

    Quoiqu’il en soit de la personnalité de Fluris et des motifs de sa mort violente, une chose parait certaine : les milliers d’enfants de Chalabre qui depuis près de trois siècles "se retrouvent dans ce tonitruant et pacifique cortège" de décembre, doivent avoir beaucoup de peine à se retrouver dépeints en un si noir tableau.

    Fluris 1996.JPGLes « arrossegaïres » devant la mairie : la bruyante commémoration va pouvoir démarrer (Archives Fluris 1996).

  • Fluris : La jeune garde a repris le flambeau

    La tradition du charivari se maintient, mais sans susciter la ferveur du passé.

    1892186879.jpgLa magie de Fluris opère encore et toujours.

    Sous la vieille halle chalabroise, des ombres très furtives espéraient décrocher un rendez-vous avec la tradition. Ombres timides et silencieuses qui se fondent derrière les piliers bicentenaires pour mieux guetter un signal, un bruit métallique qui ne vient pas. Et soudain, un traîneau, puis deux, puis trois, font leur entrée sur le pavé dans un vacarme étincelant. Alors seulement les enfants s’avancent, les visages s’éclairent, le charivari promis va bien avoir lieu et avec eux, puisque leurs bruyants traîneaux sont là, cachés à deux pas dans une impasse. A 18h 30 sonnantes en ce jour du 13 décembre, dédié à Ste Luce, le petit cortège s’enfonce dans la nuit, et les petits « arrossegaïres » que les récits des plus grands ont toujours fait rêver, se voient enfin offrir le privilège de « faire Fluris » : « Vei fan les ans que tueron Fluris ! » Mais au fait, les grands, ils sont où ?

    Car il y a bien quelque chose qui cloche en ce deuxième lundi de décembre 2010. Ils étaient plus de trois cent en 1997, ils ne sont plus qu’une intrépide vingtaine aujourd’hui. Que sont devenus les fervents défenseurs d’une tradition aussi belle que tricentenaire ? En 1987, Patrick Lasseube concluait ainsi le sujet de mémoire de sa maîtrise d’audio-visuel basée sur Fluris : « Le bruit supporté par les acteurs du charivari est accepté par la population. Loin de s’enfermer dans leur maison en s’isolant de tout ce vacarme, les Chalabrois sont aux fenêtres. Ils crient eux aussi, ils applaudissent au passage de la troupe endiablée.Comprendre le charivari annuel de Fluris, c’est avant tout connaître les moyens et les aptitudes d’une communauté à préserver son existence, à assurer sa discipline intérieure ».

    Mais cette année personne n’est sorti à la fenêtre, personne n’a applaudi au passage de la bruyante et jeune troupe. Qu’importe. Flapis mais heureux les jeunes héritiers d’un « brave chirbilhi » ont sagement regagné leur lit. Dans leur petite tête résonnait un dernier « Vei fan les ans que tueron Fluris ! ».

    Tiny Arros.JPGUne petite Léa n'aura pas manqué l'occasion de participer à son premier charivari de "Fluris".

  • Jacques Fleury dit "Fluris", est de retour

    Fluris 97.JPG

    Un bruit sourd et angoissant va monter crescendo dans les rues de la cité (photo archives, 13 décembre 1997).

    En ce lundi 13 décembre, jour de Ste Luce, les rues de Chalabre vont s’animer à l’occasion de la 313° célébration de la mort violente de Jacques Fleury, victime d’une mauvaise rencontre au soir du 13 décembre 1697. Inscrit dans la mémoire collective sous le nom de « Fluris », l’homme alimente une polémique vieille de trois siècles, que chaque mois de décembre ressuscite. Monsieur Fluris, qu’alliez-vous faire dans la rue Porte d’Aval ?

    Car plus de trois cents ans ont passés, et personne ne sait vraiment qui était Jacques Fleury. Prêtre, braconnier, collecteur d’impôt, une chose est certaine, l’homme aurait séduit une jolie veuve de bonne famille. Cette infamie lui aurait-elle été fatale ? Depuis lors, des générations de Chalabrois se retrouvent en « un tonitruant et pacifique cortège », pour reprendre l'image de Roger Boutellier, qui pour exiger une réhabilitation posthume, qui pour ajouter une bûche supplémentaire dans le feu qui brûle en enfer.

    Fluris 1999.JPG

    (photo archives, Fluris Décembre 1999).

    Comme l’indiquent les affichettes qui ont pu fleurir sur les murs du village, les « arrossegaïres » ont rendez-vous ce soir à 18h 30 sous la halle. Pour faire du bruit, beaucoup de bruit, seulement  du bruit, car « Vei fan les ans que tueron Fluris ! » Et comme dit l’ami Robert, « asclaïres, s’abstenir ».  

  • Ils ont fait Fluris !

    Fluris 2009 .jpgUne tradition vieille de 312 ans a été perpétuée. 

    Le charivari annuel organisé à la mémoire du Sieur Jacques Fleury, collecteur d'impôt fauché par la camarde le 13 décembre 1697 dans la nuit chalabroise, s'est déroulé comme prévu en ce froid dimanche de Ste Luce. Le tout dans une ambiance très bonne enfant, il faut dire que la moyenne d'âge des tireurs de traîneaux n'était guère élevée, les adultes préférant se tenir à distance, comme s'ils avaient voulu déléguer à leurs cadets l'entière gestion de l'événement.

    A 18h précises et autour d'une halle enveloppée dans la pénombre, là-même où notre collecteur à la chambre à sel devait tristement pratiquer le coupable forfait qui lui coûterait la vie, les petits « arrossegaïres » ont entamé un tour d'honneur endiablé. Au premier « Vei fan les ans que tueron Fluris ! », les traîneaux ont commencé à virevolter sur un pavé aussi étincelant que la nuit était ténébreuse. Un trio de meneurs composé de Clément, Thomas et Pierre allait très vite passer aux commandes, emmenant vers les cours Colbert, Sully et d'Aguesseau leurs compagnons de charivari. Arrivés à hauteur de l'ancienne épicerie La Ruche, que les plus de soixante-dix ans ont bien connu, la jeune troupe recevait un renfort de choix en la personne de Maurice. Comme aux plus beaux jours de ses jeunes années, ce dernier haranguait le cortège, faisant monter un nouveau et tonitruant « Vei fan les ans que tueron Fluris ! ».

    Fluris Blog II.jpg« Arrossegaïre » un jour, « Arrossegaïre » toujours.

    La bruyante commémoration allait continuer de plus belle, jusqu'à ce que la fatigue n'ait raison des petits organismes. L'heure était venue de rejoindre la table familiale où une bonne soupe, salée mais sans plus, allait ranimer des organismes mis à rude épreuve par une tradition qui semble avoir quelques beaux jours devant elle.