Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

maurice mazon

  • Un jour, deux images

    Les randonneurs qui empruntent le chemin menant vers les pics de Soularac et de Saint-Barthélémy passent immanquablement devant la croix de Moulzoune, érigée à la hauteur de l’étang artificiel du même nom. Un lieu de souvenir, en mémoire de Pauline Bertrand, disparue à la fin des années 1800, devant lequel un trio de marcheurs chalabrois fait une pause. Après être partis depuis la ferme du Ramier, et avant de progresser jusqu’à l’ancienne mine de talc, Maurice Mazon, Rose Garros et Pierre Mèche reprennent des forces.

    maurice mazon,rose garros,pierre mèche,croix de moulzoune

    Photo Maurice Mazon, Années 1950

    Ci-dessous,

    La stèle en septembre 2016

    maurice mazon,rose garros,pierre mèche,croix de moulzoune

  • Un jour, une image

    Il fait beau sur le pont du Blau, et à en juger par la valise posée au premier plan, ces jeunes gens semblent se préparer au départ. Il semble aussi qu'ils soient animés par une passion commune, la musique. S'il est difficile de donner un nom à chacun, il est possible de reconnaître René Berland (1er plan à gauche), à ses côtés peut-être Pierre-Louis Fabre (chemise blanche), René Vernet (2e plan, chemise blanche, cravate rayée), à ses côtés Louis Rodillon (chemise blanche, cravate sombre). Pour leurs camarades, il faut espérer que les visages puissent réveiller les souvenirs.

    Berland 001.jpg

    Photo Maurice Mazon

  • Le regard de Mazon

    maurice mazon

    Maurice Mazon, autoportrait

    Depuis le 30 juillet 2021, la rubrique intitulée « Le regard de Mazon », renvoie vers une période qui sommeille dans un recoin de la mémoire des plus de cinquante ans. Ces visages et ces instants de vie d’hier, reclus pendant des décennies dans des boîtes de négatifs archivés par le « Papa d’Lolo », sont rendus aujourd’hui à la lumière, grâce aux bons soins de l’ami François Gabarre. Dépositaire de ces archives photographiques, datant pour la plupart des années 1950, ce dernier s’évertue à remettre luminance et chrominance de la pellicule dans l’ordre, avant de mettre en ligne des clichés passés au révélateur de la numérisation.

    Afin de partager les photos signées du photographe du Pont du Blau, disparu en 1970, il suffit de cliquer en haut et à droite du bandeau bleu ci-dessus.

    maurice mazon

    Quand le Kercorb offrait l'hospitalité à la République Espagnole 

  • Au coeur du studio

    Il est 2 heures et demie à la pendule du salon, et tout est en place dans le studio improvisé où Maurice Mazon reçoit les postulants venus se prêter à un tête-à-tête avec l'objectif. Pour un portrait, une photo de famille ou une photo d'identité, il suffit de s'engouffrer dans le grand couloir obscur de la Maison Manaut, et après avoir grimpé d'un étage, une porte s'ouvre. L'accueil est assuré par Cora et Gina, deux chiennes tout aussi magnifiques qu'impressionnantes. L'immersion dans les coulisses du studio du photographe du Pont du Blau peut commencer.

    maurice mazon

    Photo Maurice Mazon

    Années 1950