Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Une journée sur les quais

    Cet article avait été publié dans l’édition de l’Indépendant du vendredi 6 août 1999. Depuis, le quai de transfert s’est déplacé de quelques hectomètres, muni d’un règlement en bonne et due forme. Lequel ne laisse aucune chance à l’étourdi bricoleur qui n’a pas actualisé les bons horaires d’ouverture. « Jadis »,  une remorque chargée jusqu’aux ridelles se voyait invariablement délestée de son fardeau dès l’arrivée à quai. Certains jours d’aujourd’hui, il n’est pas rare de voir cette même remorque effectuer d’étranges navettes, entraînée par un pilote manifestement chagrin. Les temps changent, mais ce petit retour en arrière offre surtout l’occasion d’adresser à l’ami Denis, devenu aujourd’hui le messager de la première heure, tous nos souhaits de prompt rétablissement.

    denis mamet,dominique sancho,quai de transfertDenis et Dominique se relaient au service de la communauté (photo archives août 1999).  

     

    Ils s’appellent Denis, Dominique, Jacques, Alain ou Pedro et ont un signe distinctif qui ne saute pas forcément aux yeux, ces jeunes gens travaillent chacun à leur tour pour la préservation de notre patrimoine naturel. Ils sont ou ont été les agents d’entretien chargés de la surveillance du quai de transfert route de Mirepoix, aménagé et mis en service en 1991. Ce centre de collecte et d’élimination des déchets qui jouxte l’ancienne gare de Chalabre a ainsi permis de supprimer l’ensemble des décharges sauvages sur les communes de Rivel, Ste Colombe sur l’Hers, Puivert et Sonnac.

    Comme ses compagnons ont pu le faire auparavant, Denis Mamet assure à son tour une permanence des plus assidue du lundi au samedi, afin de faciliter les opérations de tri sélectif que nos concitoyens sont invités à réaliser, et ce dans le but de faciliter le recyclage de nos déchets. De temps à autre, Denis reçoit un coup de main très apprécié de la part de son copain Dominique, un ancien dans la maison. Qu’il nous soit permis d’adresser un clin d’œil amical à ces deux compères, qui s’emploient avec ardeur et dévouement tout au long d’une journée sur les quais.

  • Adeline Cros s’échappe au pied du Castillet

    A. Cros Perpinyane 2011.jpgAdeline Cros est remontée sur la plus haute marche du podium.

    Après Leucate et Blagnac, la représentante des coureurs vétérans du pays chalabrais se déplaçait tout dernièrement en terres catalanes pour prendre le départ de la « Perpinyane », course pédestre organisée par le Lions Club de Perpignan et sa présidente Patricia Vedrenne.

    adeline cros,christiane fantin,catherine dupuyArrivée juste dans les temps pour inscrire son lièvre sur le 10 km, et son ami Jean-Pierre Silvestre sur le semi-marathon, Adeline Cros se calait aux avant-postes, Place de la Victoire, parmi les 658 candidats aux lauriers. Le starter libèrera tout ce petit monde à 8h 30 et malgré un soleil déjà chaud, Adeline Cros fera mieux que suivre le mouvement, en direction de Cabestany et le clos Banet, en passant par les jardins arboricoles de St Jacques. Pour une arrivée sur le parvis du Palais des Congrès, à quelques mètres d’un Castillet simplement majestueux. Au bout de l’effort accompli, et malgré un léger vent de travers, Adeline boucle la distance en 43’ 38’’, 87e place au scratch et 1ère dans la catégorie V2. Egalement classé dans la catégorie V2, le lièvre, à l'image de son congénère de la fable, passera la ligne un peu plus tard, en 46’ 21’’ (123e au scratch et 11e V2), tandis que sur le semi, Jean-Pierre Silvestre gêné par la chaleur terminera 292e sur 441 en 1h 58’.

    adeline cros,christiane fantin,catherine dupuyJean-Pierre Silvestre (dossard 1463), facile lors du premier passage au pied du Castillet (photos Marc Cros).

    Un trio satisfait de sa matinée et qui en a profité pour féliciter les Audois du RCC, des Foulées du Sou, et  le voisin Thomas Jover, sociétaire de l’AC Limoux, 47e en 39’ 53’’ et 1er cadet. Rendez-vous à présent le 19 juin prochain à Peyriac-Minervois, pour les 13e Foulées de la Tour St Martin, organisées par l’équipe de l’ami Eric Bras.  

  • Urbain Ilhat n’est plus

    urbain ilhat,caserne jean cabanierLe regretté Urbain Ilhat (en haut à gauche), avec ses coéquipiers du centre de secours.

    Mardi 31 mai étaient célébrées les obsèques religieuses d’Urbain Ilhat, décédé à l’âge de 82 ans. Natif du Cazals de Bayle (Ariège) où il avait vu le jour le 25 mai 1929, Urbain Ilhat grandira dans les plaines du Razès, avant de rejoindre Chalabre où il fait la connaissance de Marcelle Manens, qu’il épouse au cours de l’année 1951. Ils fondent un foyer en Kercorb, et élèvent leurs deux filles, Aline et Mathilde, dans le même temps, Urbain travaille à la manufacture de chaussures Antoine Canat. Son investissement régulier au service des autres l’amène à intégrer le corps des sapeurs-pompiers de Chalabre, il deviendra très vite un élément déterminant et apprécié au sein du centre de secours Jean Cabanier.

    Le cortège précédé des porte-drapeaux de l’Amicale des anciens sapeurs-pompiers de l’Aude et du centre Jean Cabanier, s’est recueilli sous la nef de l’église St Pierre, où un hommage lui a été adressé lors de la bénédiction assurée par Soeur Hélène et Soeur Odette. Au terme de la cérémonie et après le traditionnel salut à l’un des leurs au son émouvant de la sirène, Urbain Ilhat a repris le chemin du Cazals de Bayle où il repose.      

     En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à Marcelle son épouse, à Aline et Mathilde ses filles, à ses petits-enfants, à toutes les personnes que ce deuil afflige. 

  • Football : Le bilan mitigé du FCC

    fc chalabre footballUne nouvelle saison au four et au moulin a pris fin pour le président Raymond Dumay et son équipe.

    Samedi 28 mai se déroulait au club-house du stade intercommunal, l’assemblée générale annuelle du Football-Club Chalabrois. Joueurs et sympathisants avaient répondu nombreux à l’invitation du président Raymond Dumay, qui ouvrait la séance par des paroles de bienvenue et de remerciements. En l’absence de Stani Lara, excusé pour raisons de santé, le bureau dirigeant siégeait en totalité, avec à ses côtés Christian Guilhamat maire de Chalabre, et Jean-Jacques Aulombard, conseiller général.

    L’ordre du jour abordé dans le désordre voyait le trésorier Michel Alegre évoquer l’état des finances du club, avec un résultat de comptes extrêmement serré. A l’évidence, la marge de manoeuvre est très mince, l’argentier du FCC faisant planer la menace d’une cessation de paiement. Une question issue de l’assistance à l’adresse des élus présents, revenait sur la construction du futur club-house, à l’état de projet depuis décembre 2008, et qui va le rester encore un peu.

    fc chalabre football

    Sur le plan purement sportif, chaque responsable d’équipe dressait un bilan du parcours réalisé dans les compétitions de district. Tour à tour, Jacques Rosich (moins de 11 ans), Philippe Gérard (moins de 13 ans), Olivier Cazas (moins de 17 ans), Sébastien Duporge (FCC Réserve), Philip Brown et Fabrice Canal (FCC I) sont revenus sur les performances accomplies par leurs protégés. Les deux premières sections n’ont donné que des satisfactions, sérieux et constance allant de pair pour des résultats tout à fait satisfaisants, même si aucun titre n’est venu cette année enrichir le palmarès du vieux club chalabrois. A noter l’excellente quatrième place des Moins de 13 ans, engagés dans le championnat Elite, et la sélection de leur gardien Benjamin Estrabaud pour le pré concours d’entrée au centre de formation de Castelmaurou (Haute-Garonne). Olivier Cazas revenait ensuite sur une saison qu’il va ranger au tréfonds de sa mémoire d’éducateur, conclue sur un forfait général après plusieurs défections au sein d’un groupe d’adolescents en pleine croissance.

    Comme toujours, les réservistes auront joué à plein leur rôle de pourvoyeur de munitions pour l’équipe première, au détriment du résultat en championnat de 3e division. Problème récurrent auquel est venu s’ajouter une pointe parfois aigue de dilettantisme, qui voit le FCC II terminer en avant-dernière position. L’équipe fanion enfin, qui misait sur une montée en promotion honneur, sera longtemps restée sur le bon tempo, avant un quart de finale de coupe Favre perdu face à Limoux, déclencheur d’un passage à vide fatal, avec quatre défaites à suivre, face à des adversaires directs pour l’accession. Bilan des opérations, une place au pied du podium de la première division, et l’obligation de remettre le métier sur l’ouvrage dès le mois d’août prochain.

    fc chalabre footballUne rentrée qui se fera sans Philip Brown (photo), coach visiblement triste d’annoncer son départ « d’un club qui aura permis à sa petite famille de réussir son intégration, loin des brumes londoniennes et maternelles ». Une intervention émouvante et chaudement appréciée par l’assistance, invitée à partager le verre de l’amitié, dans l’attente d’une nouvelle rencontre au cours de laquelle les perspectives pour 2011-2012 seront avancées.

  • La mémoire de Roger Raynaud honorée

    roger raynaud,ravageurEn juillet dernier, Roger Raynaud avait participé au Jubilé de l’ami Francis Amouroux. 

    En prélude à la finale du Top 14, les vétérans rugbymen du pays chalabrais se retrouveront aujourd'hui samedi 4 juin afin de rendre hommage au regretté Roger Raynaud, disparu le 16 septembre dernier à l’âge de 86 ans. A l’initiative des « Badalucs », une demande avait été formulée auprès de la Communauté des communes du Chalabrais, afin que le stade et la piste d'athlétisme du champ Legrand, mis en service à la fin de l’année 2006, portent le nom de Roger Raynaud.

    Après avis favorable de la CCC, les coprésidents de l’association fédérés autour de Thierry Cnocquart invitent tous ceux que la fibre rugbystique anime, à se retrouver cet après-midi à partir de 15h 30 aux abords du quartier Hôtel-Dieu St Jacques. L’inauguration officielle et la pose d’une plaque commémorative auront lieu en présence de la famille et des amis du « Ravageur », puis un mini tournoi de jeu au flag sera disputé sur la pelouse du tout nouveau "Stade Roger Raynaud". Le verre de l’amitié sera partagé à l’issue des échanges, avant un repas prévu place Charles Amouroux, où le rugby sera encore et toujours à la fête, et sur grand écran.   

  • Patrick, le dernier rémouleur

    L'article ci-dessous avait paru dans l'Indépendant du 8 août 2002. Quelques jours auparavant, l'association Evo Metal avait organisé son festival annuel sur les cours Colbert et d'Aguesseau. L'ambiance était garantie avec la participation de groupes musicaux de talent, et de quelques passeurs du savoir-faire d'antan. A l'image de Patrick, et de Léon, son fidèle compagnon, qui depuis a rejoint le paradis des chiens.

    Rémouleur.JPGPatrick fait le nécessaire pour que tout aille pour le mieux.

    C’était samedi et pendant qu’une pluie fine s’obstinait à se répandre sur le Festival Evo Metal (photo ci-dessous), Patrick n’avait pas à se soucier de mouiller sa pierre pour aiguiser les lames, sous le regard admiratif de Léon, son chien. C’est que Patrick exerce le métier de rémouleur, un de ces métiers oubliés dont on retrouve déjà les traces aux environs des années 1300.

    evo metal, patrick rémouleur

    Equipé d’un matériel sophistiqué qui a forcément évolué au fil du temps, notre « esmouleur » appartient à une corporation qui détient le privilège de rajeunir le fil des rasoirs, des ciseaux, des couteaux du ménage. A le voir ainsi rendre toute leur efficacité aux cisailles, sécateurs et autre hache d’agriculteur, Patrick nous fait toucher du doigt la réalité quotidienne de nos ancêtres. Entre deux lames et une tape amicale sur le museau de Léon, Patrick nous explique comment ses prédécesseurs étaient tenus de posséder un passeport pour se déplacer sur le territoire français, conséquence d’une loi votée en 1807. Son métier vivra jusqu’au milieu du XXe siècle mais par la suite, la qualité des aciers et leur traitement rendront l’affûtage de plus en plus rare, ce qui fait peut-être de Patrick, l’un des derniers rémouleurs.

    Evo Metal.jpg

    Lorsqu’il ne rend pas une visite amicale à ses potes de l’association Evo Metal (imperturbables malgré la pluie), Patrick pose sa meule de grès tous les lundis sous les couverts de Mirepoix où vous pouvez lui confier vos lames, comme au bon vieux temps. 

  • Du Blau au Chalabreil

    Rose Silvestre n’est plus.

    Lundi 16 mai avaient lieu les obsèques religieuses de Rose Silvestre, décédée à l’âge de 92 ans, à l’hôpital local de Chalabre. Née à Puivert le 14 août 1918, Rose Silvestre avait employé sa vie active dans les milieux agricoles de la plaine puivertaine et avait ensuite rejoint la manufacture de chaussures Canat, aux côtés de Pierre son mari. Domiciliés avenue Rhin et Danube, tous deux y coulaient une paisible retraite, partagée entre l’entretien du jardin potager et la visite régulière de leurs petits-enfants. Après le décès de son époux, survenu en juillet dernier, Rose avait intégré la structure des Hauts de Bon-Accueil. La cérémonie célébrée en l’église St Pierre a réuni une assistance recueillie venue lui adresser un dernier hommage, avant son inhumation aux côtés de Pierre son époux. En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à Jean-Pierre son fils, à ses petits-enfants et arrière petits-enfants, à toutes les personnes que ce deuil afflige.  

    Avec la MLI.

    Un conseiller de la mission locale (MLI) est à votre disposition tous les 3e mercredi du mois, dans les locaux de la Communauté de Communes du Chalabrais. Il s'adresse aux 16-25 ans souhaitant bénéficier d'un accompagnement à l'emploi ou d'une orientation sur une formation. Rendez-vous le 15 juin 2011 prochain.