Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Carnaval : triste fin pour un triste sire

    Juges.jpgLes magistrats n’ont pas marché dans la combine de « Badaluc le 43e ».

    Il faut imaginer « Badaluc XLIII » filant à la vitesse de la lumière et pour l’éternité, dans les couloirs d’un monde sidéral, après une visite en Kercorb qui aura tourné au fiasco en ce premier dimanche de mai. Surprise, incompréhension, révolte même, ont en effet submergé les carnavaliers du cru, à l’heure où ils assistaient, gorge nouée, au départ de « Badaluc » le 43e du nom, apôtre de la fête et, depuis plusieurs lustres, prince attitré du carnaval de la cité de « Eissalabra ». Certes le spectacle fut beau à en pleurer, à l’heure où l’illustre invité, saluant d’une main sur la piste d’envol de l’aérodrome Charles Amouroux, mettait les gaz de l’autre. Hélas, loin d’offrir le spectacle de haute voltige escompté par tous, le supposé prince des airs, le prétendu roi de la samba aérienne, l’hypothétique toréador des cumulo-nimbus s’est lamentablement esquivé, laissant ses hôtes sur leur faim.

    DSC_2733 bis.jpg

    Il avait pourtant réussi la veille, à conquérir son monde, en se posant avec une aisance insolente, sans soulever un seul grain de poussière, devant les enfants émerveillés et admiratifs. Les musiciens de l’OPVC et leurs amis, bardés d’un sac bien plein de partitions avaient offert l’aubade, donnant le coup d’envoi de la fête. Et la liesse s’était aussitôt emparée des rues de la riante cité du Kercorb, avec le renfort d’une multitude de masques paradant autour de notre providentiel spationaute et de son cosmique aéronef, jusqu’à fort tard dans la nuit étoilée. Hélas, et comme dit précédemment, le lendemain serait moins brillant pour notre héros ou du moins celui qui était présenté comme tel par un trio de notables au-dessus de tout soupçon.

    Une fois de plus, la capitale du Kercorb, habituée à accueillir en son sein tout ce que le territoire recèle de personnages providentiels, se sera retrouvée roulée dans une farine immaculée. Jurant que l’on ne l’y reprendrait plus, elle désignait un tribunal de bric et de broc qui n’avait plus qu’à valider la sentence réclamée à grands cris par les enfants des « Kercorbates », floués, courroucés, mais bientôt débarrassés. En dépit des effets de manche de « Mestre Refresco Barrals », le sinistre « Badaluc » était condamné à graviter "ad vitam aeternam", au-dessus de nos têtes. L’honneur de tous était bel et bien sauf. Badaluc XLIII est mort, vive Badaluc XLIV !

    Un album-photo "Carnaval 2011" a été mis en ligne.DSC_2851.JPG

  • C’était le 10 mai 1981

    fc chalabre football,division honneur régionaleLe siège Café Tournois fêtait ses champions (photos archives Daniel Tournois, 10 Mai 1981).

    Tandis qu’une effervescence tout électorale envahissait le cours Sully, le Football Club Chalabrois était, ce jour là, à Narbonne pour une dernière rencontre à l’extérieur, face à son homologue de la MJC. Un match capital pour le team fanion du Kercorb, leader du championnat à deux journées de la fin, après une victoire mouvementée obtenue sur la plaine de Mayrevielle face à l’Olympique Carcassonnais. Impeccable sur sa ligne, Jean-Claude Bazzo repoussera toutes les tentatives narbonnaises, le XI du président Roger Dumay ne marquera pas mais ne cèdera rien, et lorsque l’homme en noir met un terme à cette rencontre, les partenaires du capitaine Jacques Perallon laissent éclater leur joie. Ce résultat nul (0-0) obtenu en terres septimaniennes, leur assurait le titre de champion de l’Aude de Promotion Honneur, un titre tout neuf puisque le FCC fut en ce 10 mai 1981, la première équipe à inscrire son nom sur les tablettes de la PH.

    fc chalabre football,division honneur régionaleLe retour au siège du café de la Liberté donna lieu à une superbe fête, les « p’tits gars » du président Roger Dumay étaient sacrés champions et obtenaient l’insigne honneur d’évoluer en division honneur régionale (DHR). Accueilli comme il se doit par Simone et François Tournois, maîtres des lieux, le FCC avait fêté un événement que joueurs et dirigeants espéraient bien offrir un jour au pays de Kercorb. Un superbe souvenir, plus que jamais présent dans la mémoire de toutes celles et tous ceux qui le 18 avril 2001 avaient accompagné Roger Dumay vers sa dernière demeure.

    1980-1981 fut une saison inoubliable au cours de laquelle les seniors du FCC avaient évolué avec un effectif de 19 éléments, auxquels nous adressons un salut amical et sportif, en prélude à de très probables retrouvailles :

    Jean-Claude Bazzo, Didier Cambon, Serge Clavel, Alain Crovetti, Gérard Crovetti, Jean-Philippe Discala, Guy Dumay, Raymond Dumay, Jacques Garcia, Philippe Gérard, André Julien (†), Michel Maugard, Thierry Parrenin, Jacques Perallon (cap.), José Planas, Guy Sanchez, Christian Sanchez, Christian Zabouraeff, Christian Moralès.  

    fc chalabre football,division honneur régionaleCela fera trente ans demain, juste comme si c'était hier (photo archives 17 Mai 1981, dernière rencontre à domicile, face à l'US Axat).

  • Du Blau au Chalabreil

    Commémoration du 8 mai.

    La cérémonie commémorant le 66e anniversaire de la capitulation de l'Allemagne nazie, sera célébrée aujourd'hui dimanche 8 mai à partir de 11h. La municipalité et le comité de coordination des anciens combattants invitent les Chalabroises et les Chalabrois à partager avec eux cette journée du souvenir, le rassemblement est prévu devant la mairie, Cours Sully. Avant de rejoindre le monument aux Morts, le cortège observera une minute de silence devant la maison du Docteur Joseph Raynaud. La partie musicale sera assurée par les solistes de Batucada, éléments de l'harmonie mirapicienne qui ouvriront le défilé et effectueront les sonneries. Après un dépôt de gerbe à la mémoire des victimes de tous les conflits, et l’intervention de Christian Guilhamat maire, l'assistance rejoindra la maison commune pour partager le traditionnel vin d'honneur. 

    8 mai 1952.JPGEn mai 1952, l’harmonie-fanfare du Kercorb assurait les défilés commémoratifs (Dans les rangs de laquelle on reconnaîtra MM. Amat, Amouroux, Bigou, Canal, Heintz, Sabatier, Sibra, Vernet,...)

    Le bassin a été remis en eau.

    Depuis quelques jours déjà, le bassin en pierre du Cours Henri d'Aguesseau a retrouvé sa vocation rafraîchissante d'antan. Et cela grâce à des travaux réalisés au printemps par les employés communaux, qui ont permis de rendre étanche un bassin dans les eaux duquel venaient se refléter il y a peu de temps encore, le museau des vaches d'Aurélie. Une opération qui permet aussi et surtout de remettre en valeur l'oeuvre en granit rose réalisée par Ariel Moscovici, qui orne un monument du patrimoine chalabrois. 

    Equivita V.jpgCette initiative devrait faire plus d'un heureux.   

     Football : Le FCC chez le leader Bram.

    L'avant-dernière journée de championnat de 1ère division emmènera les footballeurs du président Raymond Dumay à Bram. Cet après-midi à 15h, face au leader invaincu de l'ASB, le onze emmené par le duo Brown-Canal et classé en quatrième position au général, tentera de faire un coup au stade des Pyrénées (arbitrage assuré par Patrick Azarian). Dans le même temps, Sébastien Duporge et les réservistes du FCC II se rendront à Belvèze afin d'y rencontrer les doublures de l'Entente Razès-Lasserre de Prouilhe (coup d'envoi à 13h).   

  • Le conseil municipal reporte le vote du budget primitif 2011

    Yves Ettori.jpgLes taux d’imposition ont été au centre des débats. 

     

    Vendredi 29 avril se tenait une réunion du conseil municipal, sous la direction de Christian Guilhamat maire, entouré de onze conseillers et du personnel du secrétariat de la mairie. Avant d’évoquer les points forts inscrits à l’ordre du jour (vote du compte administratif 2010, vote du budget primitif 2011 et vote des taux), l’assemblée élue abordait le chapitre des questions diverses. Il était décidé à l’unanimité, d’engager un géomètre afin de définir l’assiette de la voie communale n°2 de Chalabre à Montbel, de solliciter une délégation de maîtrise d’ouvrage pour un ralentisseur à l’entrée de la rue du Capitaine Danjou, et un rétrécissement de la chaussée, rue du Pont-de-l’Hers. La signature d’une convention avec le Département, pour le passage des randonneurs était également acceptée.

    Le compte administratif 2010 était ensuite détaillé par Christian Guilhamat, avec des résultats faisant état d’un solde positif de 205.197, 84 €, pour 260.000€ d’investissements réalisés. Les chiffres cédaient très vite la place aux remarques, et aux divergences, de toute évidence, deux conceptions de la gestion des deniers publics étaient en train de partager l’équipe municipale. Un premier intermède animé qui n’empêchait pas le vote à l’unanimité du compte administratif 2010.

    Dans le point suivant inscrit à l’ordre du jour et concernant le budget primitif 2011, les taux d’imposition vont faire office de détonateur, déclenchant une série d’échanges argumentés. D’où il résulte qu’en l’état actuel des finances de la commune, une majorité de conseillers s’est clairement déterminée en faveur de la baisse des taux pour le calcul de la taxe foncière et de la taxe d’habitation. Un vent de fronde va se lever d’autant que la modification de ces taux, réclamée à plusieurs reprises, n’a toujours pas été actée dans le nouveau budget primitif, dont le vote doit intervenir avant le 30 avril 2011, soit le lendemain.

    vote budget primitif,mairie chalabre

    Article à l’appui, extrait de la « bible » du budget communal, Christian Guilhamat se verra reprocher d’avoir joué avec les dates, ce dont il se défendra énergiquement, tout en ne se faisant guère d’illusions, quant à l’issue du vote à venir. Un vote qui au final n’interviendra pas, l’assemblée demandant au premier magistrat de proposer une nouvelle copie du budget primitif, revue et corrigée. Copie qui était présentée jeudi 5 mai à 20h 30, à la mairie, cours Sully.            Compte-rendu suit

  • C'était hier : les cyclos en balade

    cyclo-vtt club du chalabraisLe départ vers Mazères est imminent, pour les cyclos du président François Lopez (photo archives mai 1984).

    De gauche à droite, Robert Gleizes, Fernand Pousse, Mariano Gimenez, Robert Pesqué, Christian Franot, Gilbert Navarro, César Martinez, Raymond Bousquié, Manou Saurel, Roger Caux (trésorier), Hervé Franot, Jean Navarro, Luc Diaz, François Lopez (président), Jean Marquier, Christian Moralès, Robert Guilhemat (secrétaire). Cette photo qui date de mai 1984 avait été prise juste avant que le peloton des cyclotouristes du pays chalabrais ne prennent le départ de sa sortie mensuelle. Comme toujours, seul le président connaissait l'endroit exact où devait être partagé le casse-croûte de midi. Précédant l'intendance d'une ou deux heures d'avance, nos fringants cyclistes s'élançaient depuis le siège Café de la Paix, alors tenu par l'ami José Sanchez.

    L'article qui suit porte sur une autre sortie, plus récente. Il avait paru dans L’Indépendant du samedi 3 avril 1993. Le club cyclotouriste du Chalabrais était alors présidé par Roger Théron, François Lopez son fondateur en était le président d’honneur.

    C’était dimanche dernier, il était 6 h au cadran solaire, et les « Cyclos du Chalabrais » avaient la ferme intention de remettre les pendules à l’heure. Pourtant une belle gelée blanche viendra très vite tempérer leurs ardeurs et ce n’est qu’après un court, mais très apprécié passage dans la tiédeur de l’isoloir, qu’ils vont s’élancer vers la vallée de la Vixiège.

    La décontraction régnant au départ n’est que feinte, en réalité, ce vent de force 8 que l’on annonçait sur les contreforts ariégeois en préoccupait plus d’un. Denis, en tête à la hauteur du Ménéchal, se demandait déjà s’il n’aurait pas mieux fait de se sacrifier afin de garder l’urne. Mais au sortir de Sonnac-sur-l’Hers, le peloton aura tôt fait de comprendre que ses craintes étaient sans fondement : c’est une brise légère et rafraîchissante qui emmènera nos « accros » du pédalier jusqu’à Monthaut dans l’Ariège où la super intendante Aline les avait précédés.

    A cet instant privilégié de la sortie, difficile de passer sous silence la qualité toujours renouvelée du « buffet campagnard » proposé aux troupes chères à Roger (merci Lucette, les cyclos de votre président de mari en profitent pour vous souhaiter un prompt rétablissement).

    Le retour vers le Kercorb via Mazères et sa fête du chien, ne sera qu’une simple formalité. En dépit d’une erreur de parcours et d’une chute bénigne, l’effectif de départ rejoindra au complet le siège café de la Paix. Prochaine sortie le 18 avril, à cette occasion, les « cyclos » devraient arborer un tout nouveau look. A suivre.   

  • Claude Morat n’est plus

    Claude Morat.JPGLe regretté Claude Morat aux côtés de son épouse.

    Mercredi 27 avril étaient célébrée en l’église St Pierre, la cérémonie des obsèques religieuses de Claude Morat, brutalement enlevé à l’affection des siens à l’âge de 69 ans. Originaire du pays catalan, de Canet-en-Roussillon où il était né le 8 décembre 1941, le petit Claude Morat découvre le pays chalabrais en 1952, lorsque son père achète Falgas et crée la société de « Maison de repos du château de Falgas », acte fondateur du futur centre Christina. 

    Après avoir fait ses classes à l’école primaire de Chalabre, sous la houlette notamment de M. Hygounet, il rejoindra le lycée agricole de Marmillat à Clermont-Ferrand, puis Toulouse où il se perfectionne dans le domaine de l’électrotechnique. Spécialisation dans le droit fil d’une vocation familiale, et qu’il aura l’occasion de mettre en pratique en 1960, au sein du contingent, durant les événements d’Algérie.

    A la mort de son père, survenue en 1969, Claude Morat rachète la propriété des bords de l’Hers, fonde une exploitation  agricole qu’il ne cessera de faire prospérer, et aux destinées de laquelle il veillait encore, avant son hospitalisation d’urgence survenue peu de jours avant les fêtes pascales. En 1972 et avec le précieux soutien de son épouse Yolande, ils proposent un concept alors nouveau, le gîte à la ferme, précurseur de la chambre d’hôtes. Ils assument dans le même temps la charge d’un important cheptel de bovins, et managent un élevage de pur-sang arabes, ce qui les amènera à voyager souvent vers différents continents.

    Véritable force de la nature, doté d’un caractère serviable (ses amis d’enfance évoquent ses interventions régulières en faveur des plus petits), Claude Morat possédait un tempérament trempé et déterminé. Généreux de cœur, simple et tourné vers les autres, il affectionnait particulièrement les tablées entourées d’amis, de son équipe de chasseurs, tous régulièrement conviés à sa chère et traditionnelle « cargolade catalane ».

    En 1994, il passera le relais des chambres d’hôtes à son fils Rémy, qui vient de s’installer en agro-tourisme. Passionné de pêche en mer, Claude Morat possédait ses brevets de pilote d’avion de tourisme, passés avec succès à l’aéroport catalan de la Llabanère, où il fera la rencontre d’une jolie Aveyronnaise prénommée Yolande. Eloigné des rivages catalans, il affectionnait la chasse, la forêt, et un domaine agricole dont il avait forgé l’âme.

     En ces douloureuses circonstances, très sincères condoléances à Yolande son épouse, à Rémy son fils, à sa fille Ambre et Alain son beau-fils, à Floris et Fiona ses petits-enfants, à toutes les personnes que ce deuil afflige.  

  • Football : le FCC renoue avec le succès face au onze de la Haute-Vallée

    FCC-Haute-Vallée.jpgLes « bleus » ont mis un terme à un mois d’avril médiocre.

    Samedi 30 avril en match avancé du championnat de 1ère division, les clubs voisins du FC Chalabre et du FC Haute-Vallée se retrouvaient sur la pelouse du stade Lolo Mazon. A l’heure même où sa majesté Carnaval arrivait par la Porte d’Aval afin de gagner la confiance des Chalabrois, les joueurs du président Raymond Dumay engageaient l’opération réhabilitation auprès de leurs supporters. Vaincu lors des trois dernières rencontres, le FCC a finalement redressé la tête pour s’imposer sur le score de 2 à 0 (mi-temps 1-0).

    Aurélien.jpg

     

    Dans cette rencontre sans grand enjeu, les « jaune et noir » de Quillan dirigés depuis le banc par Jérôme Tricoire proposeront du jeu sans vraiment inquiéter le gardien Fabrice Rosich. La tâche de l’arbitre Christophe Vanicatte sera facilitée par le bon esprit dans lequel ce derby se disputait et il faudra attendre la fin de du premier temps pour l’ouverture du score. Un ballon perdu par les visiteurs sera récupéré côté droit par le capitaine Sylvain Dumons, qui trompera le gardien d’un tir décoché à l’entrée de la surface. La deuxième période verra les deux équipes faire tourner leur effectif, avant que Fabien Conte revenu en jeu n’inscrive le deuxième but de la partie. Les vingt dernières minutes ne donneront rien et ce onzième succès permet au FCC de garder sa quatrième place, à un point du podium. Deux rencontres restent au programme, les dimanches 8 mai à Bram, et 15 mai à Chalabre, face à Souilhe.

    En ouverture, le FCC II emmené par Sébastien Duporge a signé un beau succès sur le score de 5 à 1, face aux réservistes quillanais. Avec des buts de Jérémy Roncalli, Sébastien Roméro, Lucas Martinez (2) et Théo Rosich. Il reste également deux journées en championnat de 3e division, le FCC II se rendra à Belvèze (8 mai) et clôturera à domicile le 15 mai face à Lasbordes.

    Lien permanent Catégories : Sport