Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Et Baratte dans tout ça ?

    DSC_3038.JPG

    Après un long périple au coeur d’un labyrinthe de verdure, oxygénées de cascades en cascades, les eaux du Blau arrivant sous les vieilles maisons à colombage du quartier Sully (qui l’ont échappé belle), se préparent à disparaître dans les flots d’un Hers vigoureux et protecteur. Plus haut, non loin de l’ancienne exploitation agricole de la Mouillère, c’est le gouffre de Baratte. Décrit dans ses souvenirs d’enfance par Robert Roncalli, « Baratte est un véritable bassin de natation aux dimensions olympiques ». En amont du gouffre des Demoiselles et du gouffre des Gendarmes, le gouffre de Baratte était « il y a peu », un lieu de rendez-vous très prisé par les jeunes Chalabrois qui passaient là le plus clair de leurs grandes vacances. Plusieurs générations auront appris à nager dans cet endroit mythique, lequel a inspiré un poème à Philippe Cnocquart, souvenirs d'enfance publiés dans le Tome X "Il était une fois Chalabre"

    Baratte 22 août 1943.JPGLes jeunes Chalabrois dans les années 1940.   

    Après un plongeon au-dessus de la pierre ou une « bombe » ciblée plein centre du gouffre, un bain de soleil à Baratte n’avait pas son pareil. Et pour ce qui est des redoutables taons, empêcheurs de bronzer en paix, un bref passage entre des mains expertes leur permettaient de reprendre de l'altitude, invariablement munis d'un petit brin de paille (à un endroit que la licence nous interdit de mentionner ici).

    DSC_3042.JPGLa pierre est toujours là, au beau milieu du gouffre (photos 21 mai 2011).

    Lieu privilégié où la tranquillité et la fraîcheur étaient de mises, le gouffre de Baratte est aujourd’hui déserté, les petits baigneurs préférant certainement les eaux du lac de Puivert, de Montbel, ou le bleu profond des piscines. Les temps changent, et à présent, seuls quelques nostalgiques viennent de temps à autre se rafraîchir à Baratte, perturbant à peine la tranquillité des truites et barbeaux, des cordonniers, voire même de quelque ragondin solitaire. 

    DSC_3045.JPG

    Lien permanent Catégories : Echos
  • Richard Udzihg n’est plus

    La triste nouvelle nous est parvenue depuis le pays d’Aubagne et de l’Etoile où il résidait, Richard Udzihg a été enlevé à l’affection des siens à l’âge de 55 ans. Citoyen de la ville de Saint-Savournin (13), Richard et sa petite famille venaient régulièrement en vacances à Chalabre, depuis une quinzaine d’années. Ils avaient acquis un pied à terre rue du Capitaine Danjou et participaient aux activités festives d’été, telles que la fête des Voisins dans le parc des Cèdres, ou la fête du Cazal. Employé de la société des eaux, Richard Udzihg avait une prédilection pour les sports mécaniques, qui l’avait amené dans sa prime jeunesse à confirmer ses talents de pilote, spécialiste des courses de côtes. C’est d’ailleurs à ce titre, avec beaucoup d’humour et au pied levé, qu’il avait participé le samedi 24 juillet 1999, au « Grand Prix cycliste du Cazal », répondant à l’invitation des « Festejaïres », à la recherche ce jour-là d’un pilote un peu particulier (photo ci-dessous).

    Un de Baumugne. (Richard) JPG.jpgRichard Udzihg (à droite) s'était intégré avec plaisir dans l'équipe des farfelus du Cazal.

    La cérémonie d’adieu a été célébrée à Saint-Savournin en avril dernier, Richard Udzihg avait souhaité être incinéré. En ces douloureuses circonstances, très sincères condoléances à Régine son épouse, à ses enfants, Jessica, Noémie et Michäel, à toutes les personnes que ce deuil afflige.

  • Réflexions à propos du gaz de schiste

    Louis Calvet, artisan plombier-chauffagiste à la retraite, souhaite faire part de ses réflexions à propos d’un thème bien présent dans l’actualité des énergies nouvelles :

    « Ce qui attire l’attention, et qui devrait interpeller tout individu de bon sens, conduit à la question suivante : Où sont-ils donc allés chercher la lumineuse idée du gaz de schiste ? Dont la mise en oeuvre pourrait venir gonfler les effets secondaires et négatifs de l’énergie atomique (lesquels selon les spécialistes, ne sont pas vraiment maîtrisés).

    Les énergies nouvelles ? Elles sont connues depuis l’Antiquité. Il serait peut-être bon de remettre en service nos usines à gaz dont toutes les villes de France étaient jadis équipées, et qui survenaient aux besoins des villageois et autres industries.    

    Cupidité collective, appât du gain ? Voilà quelques décennies, ces usines furent fermées une à une, entraînant la fin de l’exploitation des bassins miniers producteurs de houille dont on faisait le gaz. Cela au profit du gaz naturel provenant du gisement de Lacq, aujourd’hui épuisé et remplacé par le gaz naturel d’exportation. Faut-il rappeler que la fermeture des usines à gaz a entraîné l’abandon de l’exploitation de nos mines de charbon, avec la suppression de milliers d’emplois. Ainsi touchés, le pays de Jaurès, Le Creusot, St Etienne, Decazeville, Alès, en bref, du Gard au Nord, en passant par la Lorraine, déjà concurrencés par le charbon, soi-disant moins cher, provenant de Mauritanie (profit encore).

    Sans être « ringard », la réouverture de nos usines au gaz de houille, par le biais de nouvelles technologies dont nos ingénieurs ont le secret, pourrait être une alternative fiable, face à ces absurdités schisteuses. La France aurait probablement tout intérêt à se pencher sérieusement sur ce sujet, et pourrait par la même occasion donner un petit coup de pouce à l’emploi.

    En précisant que cette méthode n’est pas plus polluante que le gaz de schiste ou plus dangereuse que les centrales atomiques ou autres moulins à vent ».

  • Pierre-Marie Moutte est arrivé à la brigade

    Pierre-Marie Moutte.jpgPierre-Marie Moutte a pris ses fonctions le 1er mai dernier.

    Les effectifs de la brigade de gendarmerie de Chalabre placés sous le commandement du maréchal des logis Michel Canilhac viennent d’être récemment renouvelés. Après le départ vers la Drôme du maréchal des logis chef Thierry Waterblez, intervenu en avril dernier, le groupement du Kercorb a enregistré l’arrivée de Pierre-Marie Moutte, maréchal des logis chef, affecté à la brigade de Chalabre depuis le 1er mai.

    Cette prise officielle de fonction s’inscrit dans un parcours professionnel déjà riche, commencé le 1er octobre 1996, date à laquelle il intègre l’école des sous-officiers de gendarmerie de Châtellerault (86), juste après avoir effectué son service militaire. A l’issue de sa formation initiale, il choisira la 2e légion de gendarmerie mobile et sera affecté à l’escadron gendarmerie mobile 21/2 de Mont de Marsan (40) à compter du 26 septembre 1997. Il est affecté à la brigade de Loriol-sur-Drôme (26) le 1er décembre 2003, c’est là qu’il passe avec succès l’examen d’officier de police judiciaire (2006), avant d’obtenir le grade de maréchal des logis chef, le 1er octobre 2009.

    Originaire de Dôle (Jura) où il est né à le 27 avril 1972, Pierre-Marie Moutte est marié à Julie Pibouleau (2002), Audoise native de Villedubert, tous deux parents de deux enfants nés à Carcassonne, et qu’ils élèvent dans l’attente d’un nouvel et heureux événement.

    Tout aussi sportif que son prédécesseur, Pierre-Marie Moutte a pratiqué divers sports, comme le hand et le volley-ball, la course à pied, le judo, le tennis. Il est également membre d’une association de motards encadrant des courses cyclistes au niveau local et régional (association MASC 11). Tous nos voeux de bienvenue et de parfaite intégration en pays de Kercorb l’accompagnent, ainsi que sa petite famille. 

  • Sur la trace des Cathares

    rdpa,christophe coulloux,rixandeChristophe Coulloux et le RDPA (Réseau de découverte des Pyrénées audoises) proposent un  raid nature multi-activités aujourd'hui samedi 21 mai à Puivert. Objectifs poursuivis, prendre du plaisir dans les différentes activités du raid, partager un moment d'amitié avec son compagnon de route, découvrir les vestiges du passé en s'immergeant dans une nature et un site cathare intacts, faire partager à son entourage la beauté du site grâce aux animations proposées, partager un moment de convivialité avec les autres participants lors du repas du soir.
    Un départ en masse est prévu à 13h devant l'entrée du château de Puivert, l'arrivée du raid se fera au camping de Puivert. L'accueil est prévu à partir de 11h au camping du lac (circuit d'environ 36 km). Pour tout renseignement, contacter le 04 68 20 77 92 ou le 06 76 34 20 93.

  • L’anniversaire du 8 mai a été célébré dans l’intimité

    8 mai 002.jpgChristian Guilhamat a fleuri le monument à la mémoire des enfants de Chalabre tombés au combat.

    La cérémonie marquant le 66e anniversaire de la capitulation sans conditions de l’Allemagne nazie célébrée dimanche 8 mai, aura été empreinte d’une certaine indifférence, eu égard au très faible écho recueilli par les invitations officielles. Fort heureusement, la prestation impeccable des musiciens de Batucada, avec notamment une interprétation sans faille des sonneries, aura permis à ce rendez-vous de la mémoire de conserver toute sa solennité.

    8 mai,batucadaIl était 11h à l’horloge de Notre-Dame, lorsque le cortège s’élançait depuis le portail de la mairie, précédé par les porte-drapeaux Louis Arcizet, Gilbert Barthez, François Grauby et Lazare Hernandez, suivis par les élus de la municipalité, le conseiller général Jean-Jacques Aulombard, les anciens combattants et une poignée de Chalabrois.

    Après une minute de recueillement et un dépôt de gerbe devant la maison natale du docteur Joseph Raynaud, tué le 7 juillet 1944 avec ses compagnons du maquis gersois de Meilhan, le cortège rejoignait le monument aux Morts. Un dépôt de gerbe effectué par Christian Guilhamat maire précédait la lecture du message du secrétaire d’état aux Anciens combattants. Les solistes mirapiciens exécutaient brillamment les sonneries, parachevant le vibrant hommage rendu aux victimes de tous les combats. La cérémonie se poursuivait avec un retour vers le centre de la bastide pour un tour de ville en musique, conclu par une aubade et l’apéritif partagé dans la maison commune. 

    8 mai,batucada  

  • Du Blau au Chalabreil

    « Avoir 20 ans sous l’occupation ».

    mp charpente,mickäel padet,sto louis vivesRéquisitionné pour le STO, Louis Vives a par la suite effectué des recherches sur les derniers témoins du camp de Rivel.

    La chaîne France 2 diffusera aujourd'hui jeudi à 22h 30 un film ayant pour thème le STO (service du travail obligatoire). Une équipe de France 2 a récemment rendu visite à Louis Vives, instituteur en retraite domicilié au hameau de St André à Villefort, auteur notamment d’un important travail de recherches sur le camp d’internement de Rivel. Requis en 1943, Louis Vives fut envoyé en Autriche, puis sur la frontière austro-hongroise, dans le cadre du STO.  Les journalistes présents à Villefort ont pu travailler sur les documents conservés par Louis Vives, impliqué malgré lui dans une douloureuse expérience. Le film diffusé ce soir apporte un éclairage nouveau sur cette déportation, période peu connue du grand public et des jeunes générations.  

    Visite d’un chantier à ossature bois.

    Mickäel Padet, gérant de l’entreprise chalabroise « MP Charpente », propose de visiter le chantier qu’il a entrepris sur l’ancien site de l’usine Garrouste au Cazal. Cette rencontre programmée aujourd’hui jeudi 19 mai à 18h, sera l’occasion de voir une construction ossature bois en cours de montage et d’en discuter avec un professionnel. Mickäel Padet et Sébastien Irola, animateur de la charte forestière (CFC), répondront aux questions relatives à cette technique. mp charpente,mickäel padet,sto louis vivesSeront également détaillés les autres aspects intéressants de ce chantier : charpente traditionnelle, eau-chaude solaire, chauffage au bois, etc. A terme, cette construction fera l’objet d’une labellisation « Bâtiment Basse Consommation » (BBC). En fin de visite, un apéritif sera gracieusement offert par l’initiateur d’un projet auquel Aude Conte est étroitement associée. Pour plus de renseignements, contacter Mickäel Padet au 06.07.57.25.85 ou Sébastien Irola au 04.68.69.99.49.