Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Le charivari de Fluris est annoncé

    Fluris 97.JPGLe fantôme de Fluris va planer sur les boulevards de la bastide.

    Le jeudi 13 décembre sera célébré le 315e anniversaire de la mort du sieur Jacques Fleury, occis en Kercorb et dans l’obscurité de la nuit du 13 au 14 décembre 1697. Bidons, boîtes de conserves, poêles usagés (pour les plus vaillants), chacun est invité à fureter de la cave au grenier. Afin que le pavé chalabrois puisse étinceler de mille feux, pour un hommage plus que tricentenaire. Rendez-vous à 18h30 sous la halle aux grains, et comme disait le regretté Robert : « Asclaïres, s’abstenir ! ». 

    fluris 2012,jacques fleury(Photo archives, Fluris 1996)

  • Cross : Le titre départemental pour Olivia Campbell

    En ce mois de décembre et à l'heure où la saison des cross-country bat son plein, les lices de la Cité de Carcassonne auront vainement attendu leur lot de cavaleurs en chaussures à pointes. 2012, année fatale pour une tradition qui avait un cachet inimitable, instant choisi pour arrêter les chronomètres, voire inverser le sens des aiguilles. C'était en décembre 2002 et les sportifs du collège Antoine-Pons emmenés par leur professeur de sport Monique Rault, était venus tester leur souffle au pied de l'ancienne demeure de Dame Carcass. L'article mis en ligne ci-après avait été publié dans l'édition de l'Indépendant du samedi 14 décembre 2002.

    Olivia Campbell 2002.JPGLe sourire d’Olivia Campbell a éclairé une journée sans soleil (photo archives Décembre 2002).

    Pour une première, ce fut vraiment une première et les fondeurs du collège Antoine-Pons se souviendront certainement de ce dimanche de décembre au pied de la Cité, là même où se déroulaient les championnats de l’Aude UNSS de cross-country. Cette compétition couplée avec le cross international de la Cité, c’était là l’innovation, aura permis à la cadette Olivia Campbell de décrocher le titre de championne de l’Aude  malgré des conditions climatiques très défavorables. La pluie et la boue ayant transformé le circuit en patinoire, il fallait avoir du caractère et surtout des pointes bien vissées pour relever le challenge, ce que les sportifs chalabrois ont réussi de façon très courageuse.

    Les benjamines se classent 5e par équipe, grâce à Davina Azzi (17e), Nancy Lespinasse (23e), Delphine Roussel (30e), Jennifer Saunders (31e), Judicaelle Séris (34e) et Claire Lefèvre (35e). Les benjamins s’adjugent la 4e place avec Emmanuel Dernoncourt (28e), Damien Roussel (29e), Elie Franot (30e), Vincent Doublet (35e), Yannick Bernard (41e) et Rémi Chasseloup (42e).

    Ce sera un podium pour les minimes garçons qui montent sur la 3e marche avec Quentin Seyve (7e), Jean-François Silva (17e), Jérémy Porret (24e), Pierre-Quentin Lannes (25e), Yannick Martin (26e) et Kévin Lespinasse (27e). Pour les minimes filles enfin, la « qualif » sera au bout de l’effort avec l’arrivée dans l’ordre de Mélanie Sauvage (12e), Elsa Arnould (15e), Leila Doublet (16e) et Mattie Smith (20e). Une course à laquelle leur partenaire Leslie Sauvage n’aura pu participer, victime d’une chute peu après le départ, elle sera contrainte à l’abandon (entorse au poignet). Nos souhaits de prompt rétablissement à Leslie, félicitations à toutes et à tous, car à l’évidence, les potaches d’Antoine-Pons sont aussi des sportifs accomplis aux côtés de Monique Rault leur professeur d’éducation physique.  

    collège antoine-pons,olivia campbellLes minimes ont décroché leur "qualif" pour la finale académique, programmée à Lattes (Hérault). De gauche à droite, Jérémy Porret, Jean-François Silva, Yannick Martin, Quentin Seyve, Pierre-Quentin Lannes et Kévin Lespinasse (photo archives Décembre 2002).        

  • Sainte-Luce : Les « arrossegaïres » privés de château

    C'était en 1997, et les Chalabrois, qui n'ont que très rarement manqué l'occasion de réveiller la mémoire de Fluris, s'étaient fédérés en un comité impromptu, afin de préparer la célébration du Tricentenaire de la mort de Jacques Fleury (photo ci-dessous). L'idée d'une marche symbolique et pacifique vers le château de Mauléon avait même été évoquée. Seule manquait une autorisation des descendants de la Famille De Bruyères, afin que les "arrossegaïres" puissent emmener leurs traîneaux jusqu'au pied du donjon du castel. Sous le titre proposé ci-dessus, l'article qui suit avait paru dans l'Indépendant du samedi 6 décembre 1997.

    fluris 2012,jacques fleuryDe gauche à droite : Roger Rosich, Paul Lagarde, José Navarro, Edouard Garcia, Sophie Jacques de Dixmude, Thierry Roncalli, Annie Plauzolles, Aline Guilhemat, Jean-Paul Subreville, Francis Amouroux, Jean Plauzolles, Robert Roncalli, Edmond Arnou (Archives, Octobre 1997)

    Une tradition dans la tradition veut que le parcours emprunté par les « arrossegaïres » (tireurs de traîneaux), fasse un détour symbolique au pied des tours du château de Mauléon. Histoire de rappeler que ce diable de Fluris aurait eu maille à partir avec les descendants des Comtes de Bruyères, seigneurs des lieux. Une coutume abandonnée depuis plusieurs lustres certes, mais que le collectif pour le Tricentenaire avait espéré rétablir en cette année 1997. Seul manquait l’aval de Mme Anne de Villette, héritière de la maison Mauléon-Narbonne, auprès de laquelle une demande d’autorisation fut formulée au mois de novembre dernier. Vaine requête si l’on en croit le pli adressé par retour de courrier et dont voici le bref contenu dans son intégralité :

    « Je suis très sensible à la teneur de votre lettre et à la permission qu’elle réclame pour fêter le tricentenaire de Fluris, le 13 décembre prochain. L’écho paru dans les journaux locaux depuis une quinzaine d’années à ce sujet, n’a fait état que de désolation et regret devant les débordements de ce charivari qui semble donc ne plus refléter uniquement son aspect folklorique.

    En conséquence, j’ai le regret de ne pouvoir donner une réponse favorable à votre demande. De plus cette année, vu les circonstances, cette manifestation risquerait d’occasionner des désordres incontrôlables. Vous, pour me l’avoir demandée, et moi, pour vous l’avoir accordée, nous serions les premiers à le regretter. En vous remerciant de votre compréhension, je vous prie de croire à mes sincères salutations … Signé : Mauléon Narbonne Villette ».            

    Quoiqu’il en soit de la personnalité de Fluris et des motifs de sa mort violente, une chose parait certaine : les milliers d’enfants de Chalabre qui depuis près de trois siècles "se retrouvent dans ce tonitruant et pacifique cortège" de décembre, doivent avoir beaucoup de peine à se retrouver dépeints en un si noir tableau.

    Fluris 1996.JPGLes « arrossegaïres » devant la mairie : la bruyante commémoration va pouvoir démarrer (Archives Fluris 1996).

  • Louis Carbonne n’est plus

    louis carbonne dit rapho,astra calvé« Rapho » était revenu au pays en 1995.

    Mercredi 21 novembre dernier, était célébrée une cérémonie à la mémoire de « Rapho » Carbonne, domicilié rue du Barry-Saint, et décédé lundi à l’âge de 75 ans. Natif de Chalabre où il avait vu le jour le 14 mars 1937 dans le quartier de la Bâtisse, Louis, de son prénom pour l’état-civil, avait grandi sous le ciel du Kercorb. Sa passion pour le ballon ovale lui avait permit de faire briller les couleurs de l’USC, et de partager l’épopée qui avait vu l’équipe chalabroise passer au jeu à XIII de 1948 à 1956, à la suite d’un différend avec le Comité du Languedoc. Appelé du contingent, il traversera ensuite la Méditerranée et se retrouvera au cœur des événements d’Algérie trente-six mois durant, avant un retour à la vie civile auprès de Raphaël et Alice ses parents.

    Après un passage à l’usine Canat, il va rejoindre à la faveur de ses relations rugbystiques, la capitale du Berry (Bourges), puis la Gironde (Libourne). Avant de s’établir à Asnières-sur-Seine où il signera un bail de « trente ans dans la margarine », comme il se plaisait à le souligner. En 1995, ses droits à la retraite lui permettent de mettre fin à son exil dans la capitale, et le pays chalabrais verra alors revenir une de ses figures incontournables.

    Avec le salut des drapeaux portés par le comité des anciens combattants, « Rapho » a reçu un ultime hommage et ses cendres reposent à présent dans le caveau de famille. En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à sa fille Valérie, à Joël son gendre, à Raphaëlle, Willy et Matéo ses petits-enfants, à toutes les personnes que ce deuil afflige.

    louis carbonne dit rapho,astra calvé"Rapho" avec les copains de l'USC XIII, saison 1955-1956 (6e debout, en partant de la gauche).

  • C'était hier : Les Foulées du Kercorb ont confiance en l'avenir

    Sous ce titre, l'article mis en ligne ci-après avait été publié le dimanche 8 décembre 2002. Il rendait compte de l'assemblée générale de l'association des Foulées du Kercorb, créditée d'un bilan sportif prometteur.

    foulées du kercorb,ronde des châtaignes et du vin primeur,foulées limouxinesCamille Amat (au centre), a accepté de devenir la marraine des Foulées (photo archives Novembre 2002, de gauche à droite : Patrick Rault, Davina et Antoine Azzi, Thierry Cnocquart, Monique Rault, Camille Amat, Quentin Seyve, Jean Martinez, Francis Amouroux, Laurent Garcia, Claude Cnocquart, Anne et Antoine Fantin, Christian Moralès, Jean Plauzolles).

    Les coureurs de fond chalabrois tenaient dernièrement leur assemblée générale annuelle au centre socio-culturel des Cèdres. Le président Christian Moralès saluait la présence de Camille Amat, brillante artiste, qui a gentiment accepté de voir une de ses créations servir de support au logo des Foulées du Kercorb. Egalement remerciés pour leur présence, Antoine et Anne Fantin, président et trésorière de la JS Lézignan, club auquel adhère le champion Claude Cnocquart.

    A l’heure du bilan moral, il apparaît que 2002 aura été un bon millésime pour les Foulées, ses membres participant à plus de vingt-cinq rendez-vous sportifs, courses sur route et cross-country confondus. Le club a évolué dans l’Aude, l’Ariège, le Roussillon, en Catalogne espagnole, à Paris ou encore à Millau. De nombreux podiums sont venus récompenser nos mordus du macadam, les plus assidus étant Claude Cnocquart en junior et Laurent Garcia en espoir.

    foulées du kercorb,ronde des châtaignes et du vin primeur,foulées limouxinesMai 2002 devant les Halles de la cité blanquetière, Thierry Noy, Jean-Pierre Silvestre, Antoine Azzi et Francis Amouroux récupèrent après leur participation à une nouvelle édition des Foulées Limouxines.

    L’occasion était donnée d’évoquer un manque d’encadrement pour la formation de jeunes athlètes qui ne demandent qu’à progresser dans les meilleures conditions. A ce titre l’expérience du président Fantin aura offert à l’assemblée une approche très concrète du problème. Egalement abordé, le projet de la Fédération Française d’Athlétisme qui souhaite voir un club se créer partout où il y a un collège. Une excellente idée que les sportifs du collège Antoine-Pons emmenés par leur professeur d’EPS Monique Rault, mettent en pratique depuis quelque temps déjà. En effet les fondeurs de l’AS collège et des Foulées se retrouvent régulièrement sur les circuits sportifs, derniers rendez-vous en date le 7 octobre dernier à Malves et le 1er décembre, sur le 25e cross international de la Cité. 

    Avant de présenter la démission de son équipe, le président émettait le vœu de voir naître un jour dans le Chalabrais, un petit anneau d’entraînement qui favoriserait le développement de la discipline. Les Foulées du Kercorb vont maintenant préparer 2003, en petite foulées, pour une saison riche en challenges qu’elles aborderont avec l’équipe suivante : président Christian Moralès, vice-président Jean-Paul Cnocquart, secrétaire Jean Martinez, adjoint Patrick Rault, trésorier Jean Plauzolles, adjointe Monique Rault.   

    foulées du kercorb,ronde des châtaignes et du vin primeur,foulées limouxinesLes collégiens d'Antoine-Pons au départ de la IXe Ronde des Châtaignes et du Vin primeur à Malves (photo archives Octobre 2002, de gauche à droite, Mélanie Sauvage, Olivia Campbell, Mattie Smith, Jean-François Silva, Leslie Sauvage, Davina Azzi, Joris Sauvage, au second plan à droite, Monique Rault leur professeur d'EPS).