Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Michel Martinez nous a quittés

    michel martinezJeudi 26 novembre, un dernier hommage était rendu à Michel Martinez, décédé lundi 23 novembre à l’âge de 73 ans, en son domicile rue Côte du château. Originaire de Ribaute dans les Corbières, où il était né en 1947, il n’a que 6 ans lorsque son père décède. Aux côtés de Thérèse, sa maman, et de sa petite sœur Maguy âgée de six mois, il découvre le Chalabrais à Sonnac-sur-l’Hers où la famille s’installe. Quelques années plus tard, Thérèse rencontre Antoine et refait sa vie, elle trouve dans le même temps un emploi à l’usine Canat.

    A l’âge de 15 ans, Michel retourne dans les Corbières et à Montlaur où il exerce le métier de maçon. C’est là qu’il fait la connaissance de Nicole, jeune fille d’origine normande en vacances et chargée de la garde d’enfants. Leur union est célébrée le 5 août 1967 à Almenêches (Orne), et le jeune couple vient s’installer à Chalabre.

    Michel effectuera son service militaire à la base aérienne d’Orange, tandis que Nicole et sa sœur Maguy sont employées à la manufacture de chaussures Canat. Après les naissances de Christine (1968) et Nathalie (1970), la famille part s’installer à Mirepoix (Ariège) où elle réside jusqu’en 1973, date d’un nouveau départ. Michel intègre alors l’effectif des usines Renault à Paris, avant de se découvrir une passion pour le vélo, qu’il pratiquera en club.

    En 1977, le cercle de famille s’agrandit avec la venue au monde de Sandrine et Isabelle, adorables jumelles qui font le bonheur de leurs parents et de leurs grandes soeurs. Michel Martinez emmènera son contrat avec la firme au losange jusqu’à la retraite, avant un retour en pays chalabrais, effectué au cours de l’année 2010.

    D’un naturel social, généreux et très actif, Michel et son épouse Nicole, s’investiront dès leur arrivée à Chalabre, aux côtés des bénévoles des Restos du cœur. L’association qui œuvre à la restauration de la chapelle du Calvaire bénéficiera également de leur soutien, ce qui n’empêche pas Michel de se consacrer pleinement à ses statuts de papa poule et de papy gâteau, auprès de ses dix petits-enfants et de son arrière petit-fils. Il laisse le souvenir d’une personne animée par un caractère très protecteur à l’égard de toute sa famille, qui « aura vécu utile », en dépit de graves ennuis de santé. Enlevé à l’affection des siens après plusieurs opérations douloureuses, Michel Martinez laisse un grand vide et une immense tristesse autour de lui.

    En ces douloureuses circonstances, très sincères condoléances à Nicole son épouse, à Christine, Nathalie, Sandrine et Isabelle ses filles, à sa sœur Maguy, à Tony, Thomas, Mathieu, Thierry, Pauline, Joy, Camille, Swann, Gwenn et Antoine, ses petits-enfants, à Thibault son arrière-petit-fils, à toutes les personnes que cette disparition afflige.

    michel martinez

    Avec les copains de Chalabre, lors d'une fête locale à Puivert

    De gauche à droite. Debout : Francis Fernandez (Ninou), Michel Martinez, François Baylac (Pipette), Christian Sicre. Accroupis : Jean Ferrier, André Conquet, Daniel Valença

    (Photo archives, début des années 1960)

    michel martinez

    En octobre 2009, avec les copains de la Communale

    De gauche à droite  Michel Martinez, Alain Conquet, François Baylac, Jean Ferrier

  • C'était hier : Football : Le FCC maintient la cadence et soumet le FC Malepère

    L'article mis en ligne avait été publié dans l'Indépendant, édition du mardi 30 novembre 2010.

    fc chalabre football,fc malepèreGaël Planas et le FCC I restent au contact de Bram et St Papoul (Photos archives Automne 2010).

    Dimanche 28 novembre, le team fanion du Kercorb troisième de la poule A de 1ère division, accueillait le onze de la Malepère, classé en 7e position. Dès le coup d’envoi sifflé par Patrick Courthieu, le FCC investit le camp « rouge et noir » et un premier coup-franc vient s’écraser sur le montant gauche du gardien de Lavalette. Dans la foulée, une nouvelle frappe frôle cette fois le côté droit, avant que le jeu ne semble s’équilibrer. Véritables feux follets, Fabien Conte et Sylvain Dumons multiplient les initiatives en attaque tandis qu’un fanion de juge de touche virevolte à tout va. A la demi-heure de jeu et au terme d’un mouvement limpide initié sur la gauche par Fabien Conte, Sylvain Dumons va conclure l’action au fond des filets et signer un but dans un premier temps accordé. Avant que l’homme en jaune ne revienne sur sa décision après consultation de son juge de touche. La pause intervient sur un score nul et vierge mais la reprise sera fatale aux visiteurs. Dès la 2e minute de jeu, un raid sur l’aile droite permet au défenseur latéral Philippe Lara de centrer sur Gaël Planas qui met très judicieusement le ballon en retrait pour Sylvain Dumons, lequel voit cette fois son but validé (1-0). Après plusieurs occasions franches manquées, le FCC doublera la mise à la 26e minute, par Gerry Smith qui hérite d’un ballon centré par Fabien Conte (2-0). Le FC Malepère va ainsi continuer à subir, jusqu’au trille final.      

    fc chalabre football,fc malepère

    Le FCC II entraîné par Sébastien Duporge

    En ouverture, le FCC II accueillait Pexiora, leader de la poule A de 3e division. Après avoir longtemps mené à la marque grâce à un but de Sébastien Roméro, les joueurs de Sébastien Duporge vont se faire coiffer sur le poteau. Les visiteurs signeront deux buts coup sur coup en toute fin de rencontre, score final, 1 à 2. Plongés dans le grand bain de la compétition senior, Lucas Martinez et Dorian Barra ont réussi le test de passage. Dimanche matin, les Moins de 17 ans accueillaient la formation du Cougaing. Pris en contre à deux reprises, les joueurs entraînés par Olivier Cazas s'inclinent sur la marque de 0 à 2.  

    fc chalabre football,fc malepère

    Samedi, les Moins de 13 ans (photo) accueillaient l’Entente de la Montagne Noire. Animés par un esprit collectif qui a ravi les nombreux spectateurs présents, les protégés de Philippe Gérard l’emportent sur le score de 16 à 0. Les buteurs du jour sont Redouane Van de Kerkhove (7), Oliver Brown (4), Julien Ferrier (4) et Ben Evenden. Un peu plus tôt à Bram, les Moins de 9 ans emmenés par Jacques Rosich ont effectué un tournoi triangulaire avec Montréal. Battus par deux fois (2-6 et 0-5), les petits Chalabrois restent motivés et poursuivent l’apprentissage de la compétition.

    fc chalabre football,fc malepère

    Le but de Ben Evenden

    fc chalabre football,fc malepère

    Olivier Cazas et les Moins de 17 ans étaient au repos

  • A vos marque-pages, prêts ?, …

    bibliothèque chalabreNoëlle Danjou, responsable de la bibliothèque municipale informe que le public sera à nouveau accueilli au n° 4 de la rue des Boulangers, à partir du lundi 30 novembre à 9 heures. Dans les conditions garanties par le protocole sanitaire, avec lavage des mains au gel hydro alcoolique, et respect des distanciations. La bibliothèque sera ouverte uniquement le matin, des plages horaires étant réservées aux scolaires (elle sera alors fermée au public).

    Les portes seront ouvertes lundi, mercredi et vendredi de 9 heures à 12 heures, mardi et jeudi de 10 heures à 12 heures.

  • Visages entrevus

    La Tistette et le Tistet Boîte 4.jpg

    Antoinette et Joseph Huillet

    Cette photo qui peut être datée autour des années 1940-1950, s'accompagne des informations transmises par Gilbert Huillet, fidèle lecteur de ce blog, et qui donne des détails relatifs à l'identité des personnes immortalisées par Maurice Mazon, dans son studio du quartier du Pont du Blau :

    « Erreur sur les personnes, ce sont Joseph Huillet (Paillou aussi) et son épouse Antoinette. Joseph était le frère de mon grand père François. Il était ouvrier coutelier chez son oncle Jouret de la quincaillerie, Madame Jouret, maman de Jojo était une Huillet. Il a toujours habité dans la maison Jouret (Daniel Tournois s'en souviendra car de la même rue, comme Jeannot le Marseillais). Puis ouvrier chez Canat à la fermeture de l'entreprise. Joseph était un ancien prisonnier de guerre et il portait le drapeau des anciens combattants à chaque défilé. Antoinette était native de Villefort, son nom de jeune fille Rivals. Je passe chaque année fleurir leur tombe après l'entrée du cimetière du haut dans l'allée principale sur la droite. .../...».

    Ci-dessous le texte initial, mais erroné, qui accompagnait la photo, rectifié ci-dessus donc, grâce aux précisions apportées par Gilbert Huillet, que nous remercions pour ce complément d'information juste et précis.  

    « Leurs visages sont fixés sur du papier photo passé au révélateur dans le labo de Maurice Mazon, le souvenir de la Tisteto et du Tistet reviendront à la mémoire des Chalabroises et des Chalabrois.

    Ils étaient les parents de Michel Mathieu (célèbre chasseur de bécasses et de sangliers), et de Marcelle Mathieu (Mère de Lucienne Cauneille). Parmi les nombreux noms « d’escaïch » (surnoms), qui avaient cours à Chalabre comme partout ailleurs, cet affable sobriquet renvoie également vers le gouffre de la Tisteto, sur le Chalabreil, ainsi que vers la rue d’En Plumet, où ils résidaient ».

  • Polar et intrigue dans le pays du Chalabrais

    meurtres à chalabre,hervé cuinet,gilles billautAvec la brigade criminelle, dans le lit du Chalabreil.

    « Meurtres à Chalabre » est un roman policier, roman d’énigmes, écrit par Gilles Billaut et Hervé Cuinet, deux amis de très longue date participant activement à l’atelier d’écriture partagé de Thise, près de Besançon (Doubs).

    meurtres à chalabre,hervé cuinet,gilles billautPour l’occasion, le hameau du Cazal sert de lien entre Franche-Comté et Kercorb, et emmène les adeptes du genre policier dans les pas d’un profiler, lui-même sur la piste d’un assassin rôdant aux abords du quai du Pont-Vieux.

    « Devenus addicts des phrases qui courent sur des feuilles blanches », Gilles Billaut et Hervé Cuinet tiennent à préciser que « toute coïncidence ou ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existées n’est pas fortuite, mais volontaire ! ». Le lecteur est invité à découvrir l’intrigue -les intrigues- au fil d’une enquête criminelle fertile en rebondissements.

    Le livre est disponible au prix de 10 €, auprès de la bibliothèque municipale, de la mairie et de la maison de la Presse.