Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • C’était hier : Entraînement intense pour les juniors de l’USK XV

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du samedi 11 novembre 2000.

    us kercorb xvChristian Laffont a supervisé ce stage, aux côtés de Frédéric Zonzon Lacanal (photos archives Novembre 2000).

    Les juniors de l’US Kercorb n’en finissent pas de guetter le bulletin officiel du comité Midi-Pyrénées, à l’affût de l’information qui donnerait la date de leur entrée en lice. Depuis septembre en effet, et leurs premiers contacts avec le ballon ovale, les protégés de Stéphane Baby, Thierry Cnocquart et Thierry Ferrier rongent leur frein, en attendant le coup d’envoi de la compétition. Cette longue attente n’entame en rien leur envie de jouer bien au contraire, pour preuve le stage effectué durant les vacances de Toussaint sous la houlette de Christian Laffont. Cet ancien titulaire du club chalabrois dans les années 1965, devenu Berrichon pour raisons professionnelles, est spontanément venu apporter sa pierre à l’édifice que l’équipe du président Julien Bonnéry a entrepris de bâtir.

    Pour autant qu’ils se souviennent, les anciens de l’USC devenue aujourd’hui USK n’ont jamais connu de formation junior au club. C’est chose faite depuis l’automne 2000 et les futurs titulaires de l’équipe fanion sont prêts à relever le défi, ils viennent de le démontrer en participant avec une assiduité sans faille, à cette semaine placée sous le signe de l’ovale. Par l’intermédiaire de son éducateur délégué, l’US Berry est donc venue prêter main forte à l’US Kercorb, une initiative appréciée par tous et qui vient en complément de l’excellent travail effectué depuis septembre par Titou, Steph et Titi. A la conclusion, une rencontre amicale était programmée samedi face aux représentants du R.P.O (Rassemblement du Pays d’Olmes). Les commentaires glanés au hasard de la main courante en disait long sur les possibilités d’une équipe en devenir.

    us kercorb xv

  • Quatorze

    En cette journée du souvenir, qui ne permettra pas aux Chalabroises et aux Chalabrois de se joindre à l'hommage officiel rendu aux Poilus, JIEL propose un poème pour ne pas oublier.

    jiel

    Une croix et un poppy déposés au monument aux Morts par la communauté anglophone

    Dimanche 8 novembre 2020

    Quatorze

    Dans cette nuit d’été au ciel de lumière

    Le vacarme des canons a brisé leurs tympans

    Les hurlements bestiaux venus des ténèbres

    Ont changé ces hommes en fantômes rampants

     

    Les rats effrayés ont regagné leur tanière

    Les poilus sont comme eux gris et puants

    Recouverts de poudre de sang de poussière

    A peine savent-ils encore qu’ils sont vivants

     

    Dans ces dernières minutes avant le chaos

    Ils serrent sur leur coeur une photo froissée

    Ou le papier usé de mots d’amour si beaux

    D’une mère adorée ou d’une bien-aimée

     

    A la première lueur de ce jour dérisoire

    Ils bondiront hors de leur refuge misérable

    Pour aller chercher les larmes de gloire

    D’une course éperdue d’un destin pitoyable

     

    Le silence est revenu l’obscurité s’éteint

    Les yeux de mes camarades d’infortune

    Racontent leur vie prédisent leur fin

    Les regards d’effroi leur dernière torture

     

    Ils oublient désormais la misère des jours

    Les blessures du corps les fêlures de l’âme

    La peur de la mort dans les tripes toujours

    Demain pour certains pour les autres le drame

     

    Le soleil va bientôt pointer sur la nature absente

    Serrés comme un seul dans des odeurs confuses

    De merde et de vinasse dans une agitation lente

    La baïonnette au canon quand déjà les balles fusent

     

    Le sifflet retentit les hommes devenus fauves

    Au prix de mille efforts se lancent dans la terreur

    Et courent sans penser et tombent sans cause

    Dans une folie collective de mort et d’horreur

    JIEL

  • Lettre de Poilu

    pierre castres

    Le texte mis en ligne avait paru dans le Tome XII, édité en septembre 2015 par l’association Il était une fois Chalabre, à l’occasion du Centenaire de la guerre 1914-1918. Il s’agit de la dernière lettre que Pierre Castres adresse à sa famille, depuis Monastir, en Serbie. Le bulletin de décès le déclarera « Mort pour la France » à la date du 20 mars 1917.

    pierre castres

    pierre castres« Lundi 19 mars 1917 (après la soupe du soir).

    Ma chère Claire

              chers tous.

    Je croyais recevoir de tes nouvelles ce soir. Je n’ai pas eu ce plaisir. Jean a été plus favorisé. Il a eu une carte de Jeanne du 2 mars. Il est venu m’en faire part et me demander si de mon côté j’avais eu de vos nouvelles. Nous avons causé un bon moment ensemble, puis le lampion (ordonnance) est venu le chercher pour aller à la soupe. Il m’a prié de vous donner le bonjour de sa part. Il va très bien et attend avec impatience le jour de la paix. On nous a lu ce matin au rapport que les troupes françaises avaient fait une avancée assez appréciable sur le front français. Il nous tarde à tous d’avoir de plus amples détails sur les opérations en cours. De notre côté il arrive tout le temps des prisonniers Bulgares pris par les français du côté de Monastir. Parmi les Bulgares il y a quelques Boches et même des Turcs. Ils sont crottés et paraissent fatigués, il y a paraît-t-il 2 mois qu’ils sont en première ligne. Nous avons vu leur pain qui est presque aussi noir que celui des boches. Ils paraissent en avoir assez de la guerre et se plaignent des Allemands qui leur ont pris tout ce qu’ils avaient dans leur pays pour ravitailler les soldats allemands et à eux ils leur font serrer la ceinture. Tous les officiers sont généralement des Boches, ainsi que les artilleurs. Le canon tape dur et je crois que nous réussissons à faire du bon travail. Je ne crois pas que nous attendions longtemps à aller entendre la musique d’un peu plus près. J’espère que cela se passera en famille. Il paraît qu’ils se rendent assez facilement.

    Espérons que ce sera le dernier coup et que la paix nous arrivera bientôt.

    Je vais bien et n’ai pas du tout le cafard.

    Bonne santé et bon espoir.

    Le bonjour à la famille François ainsi qu’à tous les amis. Il nous tarde de savoir si les copains Faure et Fournès se sont bien sortis de l’échauffourée.

    Bons baisers à toute la famille.

    Je vous embrasse à tous de tout mon cœur.

                         Ton petit Pierre ».

    pierre castres

  • La bibliothèque ouvre un site en ligne

    bibliothèque chalabre,noëlle danjouA la suite des décisions gouvernementales et après la fermeture au public de la bibliothèque municipale, un service de portage à domicile et de retrait au numéro 4 rue des Boulangers a été mis en place. De plus, Noëlle Danjou responsable de ce lieu de culture et de partage, propose de consulter un catalogue de livres qui s’étoffe chaque fois plus chaque jour. Le retrait sur place se fait sur rendez-vous, au 04 68 69 49 06 ou par mail : bmchalabre@orange.fr

    Le catalogue en ligne est accessible via le lien ci-après : https://chalabre.bibli.fr/

    Bonne lecture à toutes et tous !

  • C’était hier : Sonnac-sur-l'Hers : Daniel Arata à la rencontre du monde rural

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du vendredi 10 novembre 1995.

    sonnac-sur-l’hers,daniel arataDaniel Arata a rendu visite aux élus locaux (Photo archives, Octobre 1995).

    Vendredi 29 octobre dernier, les membres du conseil municipal de Sonnac-sur-l’Hers se retrouvaient à la mairie où ils ont accueilli Daniel Arata, député de la 3e circonscription de l’Aude. Après les souhaits de bienvenue prononcés par Daniel Lefebvre, premier magistrat de la commune, les questions de politique générale et locale ont été abordées dans un climat serein et propice à toute discussion objective. Une visite qui s’inscrit dans la nouvelle mission dont le député Daniel Arata est chargé depuis le 16 octobre dernier auprès du secrétariat d’état en charge du développement rural, et qui a pour but de rapporter des propositions quant à une meilleure mobilisation des fonds en faveur de l’emploi, dans les zones les plus fragiles.

    La petite commune de Sonnac-sur-l’Hers par la voix de ses représentants élus, n’a pas manqué d’évoquer les difficultés rencontrées par les forces vives du monde rural. Daniel Arata pour sa part s’est attaché à expliquer l’essentiel de sa mission, en insistant particulièrement sur la chance que représente justement le monde rural pour le pays tout entier. Une séance de travail clôturée par un vin d’honneur et la promesse de se retrouver dans six mois, pour un premier bilan établi dans la perspective de la loi d’orientation de l’aménagement du territoire.

  • C’était hier : Dédicace en librairie

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du vendredi 10 novembre 1995.

    rhin et danube chalabre,guy davidAprès avoir dédicacé son ouvrage, Guy David était l’invité de la municipalité (Photo archives, Novembre 1995).

    Vendredi en fin d’après-midi, la librairie du Cours d’Aguesseau accueillait le colonel Guy David, venu dédicacer son dernier ouvrage intitulé «  Il y a cinquante ans », dans lequel il ressuscite quelques vieux souvenirs personnels tirés de la période étrange et tragique de l’Occupation. Répondant à l’amicale invitation de Gilles Bourquin, dépositaire de notre titre en Kercorb, Guy David s’est prêté à une séance de dédicace pour le plus grand plaisir de nombreux Chalabrois qui ont ainsi découvert un recueil de récits et de nouvelles, écrit par celui qui devint en 1944, le responsable des Forces Françaises de l’Intérieur de l’Aude (FFI).

    Dans aucun de ses treize récits, Guy David n’a cherché à écrire l’histoire de la Résistance dans l’Aude, « d’autres que moi l’ont déjà fait et bien fait », en particulier son vieil ami Lucien Maury. Ces quelques récits sont avant tout « un hommage chaleureux envers les camarades tués au combat, fusillés à la fleur de l’âge, ou morts de misère et de désespoir dans les camps de déportation ».

    Accompagné par les anciens de Rhin et Danube et de leur président André Conte, le colonel Guy David s’est ensuite rendu Cours Sully où il a été accueilli en mairie par Jacques Montagné et les membres du conseil municipal.

    rhin et danube chalabre,guy david

    Guy David (mains croisées au 1er rang), à l'occasion d'une rencontre réunissant au château de Mauléon, les responsables de la Résistance

    Photo archives Maurice Mazon, Septembre 1944

    (dans l'encadrement de la porte, Jacinto Castella, devant lui, le colonel Lucien Maury)

  • Carnet noir

    Marzura Madame blog.JPG

    Un dernier hommage sera rendu à Madame Antoinette Marzura, décédée samedi 7 novembre à l’âge de 85 ans. La cérémonie religieuse sera célébrée mardi 10 novembre à 15 heures en la chapelle Sainte-Cécile de Rivel, suivie de l’inhumation à 16 heures au cimetière de Sainte-Colombe-sur-l’Hers. En raison des recommandations sanitaires, la famille remercie par avance les personnes qui auraient souhaité prendre part à la cérémonie.