Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fêtes - Page 8

  • C’était hier : Les majorettes du Pays d’Olmes ont animé les cours

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du jeudi 8 juin 2006.

    majorettes du pays d'olmes,ascension chalabreUne clôture en beauté avec les majorettes du Pays d’Olmes (Photos archives, Mai 2006).

    Elles avaient l’honneur de mettre un point final aux fêtes de l’Ascension, les majorettes du Pays d’Olmes présentaient dimanche 28 mai leur tout nouveau programme sur le cours Sully, artère stratégique des festivités 2006. La brillante prestation offerte aux nombreux spectateurs réunis à l’ombre des platanes aura servi d’avant-première, avant le grand rendez-vous, programmé les 10 et 11 juin. Les jeunes Ariégeoises seront alors en compétition dans le cadre du 15e festival des majorettes de Cormeilles-en-Parisis, un déplacement en Ile-de-France que toutes ces jeunes gymnastes préparent depuis de longues semaines.

    Si les Chalabrois et leurs invités ont eu droit à un spectacle de très grande qualité, ils ont également eu le plaisir de voir évoluer de gracieuses petites Chalabroises dans leurs impeccables costumes bleu et blanc. Un grand bravo à toutes pour plus d’une heure non-stop de mouvements enchaînés sur un tempo effréné. Avec des félicitations également pour la présidente du comité des fêtes Sarah Opel et son équipe, qui ont réussi à mettre sur pied un programme festif des plus réussis.

    majorettes du pays d'olmes,ascension chalabre

    majorettes du pays d'olmes,ascension chalabre

    majorettes du pays d'olmes,ascension chalabre

    majorettes du pays d'olmes,ascension chalabre

    majorettes du pays d'olmes,ascension chalabre

    majorettes du pays d'olmes,ascension chalabre

  • Villefort : Aline Vives a fêté ses cent ans

    aline vivesUn beau bouquet de fleurs pour Aline, entourée de sa famille.

    Une ambiance festive régnait jeudi 27 mai dans les salons de l’hôpital local, en l’honneur d’Aline Vives, pensionnaire des Hauts de Bon-Accueil et alerte centenaire invitée en ce dernier jeudi de mai, à souffler des bougies d’anniversaire. Une date et une fête pour Aline Vives, née le 27 mai 1921 à Villefort, dans une famille de maraîchers, dont la vocation sera perpétuée par son frère Louis Jean, jardinier dont chacun garde le souvenir en Kercorb.

    aline vivesMariée en 1945 avec Louis Vives, elle aura partagé son existence avec celle d’un jeune instituteur, nommé à l’école de Joucou, puis à Gaja-et-Villedieu et enfin Rivel. Les jeunes filles scolarisées durant ces années-là ont certainement gardé le souvenir des cours de couture que « Madame Vives » leur prodiguait pendant leur scolarité. A la retraite, Aline et Louis rejoindront Villefort et le hameau de Saint-André, où Aline a pu profiter de sa passion pour le jardinage et des plaisirs familiaux, avec ses quatre petits enfants et ses neuf arrière petits enfants.

    Samedi, aux côtés de sa petite famille, Aline Vives a fêté son centenaire sur les Hauts-de-Bon-accueil à Chalabre, où elle réside actuellement. Entourée de fleurs et de félicitations, Aline Vives a grandement apprécié cette journée unique, l’occasion de lui souhaiter un très heureux anniversaire, avec admiration et respect.

  • Fête des Mères

    cineEn ce dernier dimanche de mai, Cine repense à cette journée spéciale que la tradition perpétue depuis 1906, et qui a pu conférer au collier de pâtes, une valeur inestimable.

    Fête des Mères

    « Qu'il est loin le temps des seuls cadeaux préparés en secret, dans la salle de classe. Parfois bien naïfs certes ! Mais si beaux à nos yeux d'enfants ! On y passait quelques heures à les fabriquer, avec plein d'ardeur et de bonheur. Et toujours pressés de les emporter, en catimini, cachés dans nos cartables. Il y avait tellement d'émotions retenues, que parfois, trop pressés, certains tendaient leur présent dès l'arrivée à la maison.

    Mais c'était le dimanche qu'on laissait éclater notre joie au plaisir de l'offrande qu'on lui tendait, disant « Bonne fête Maman ! ». 

    On n'oubliait pas de lui réciter la jolie poésie, que l'on avait apprise par cœur des jours durant, et qui finissait malgré tout… en une cavalcade de jolis balbutiements. Ah! Qu'ils étaient doux et chauds Maman tes baisers fondant sur nos joues ! N'était ce pas merveilleux ?!

    Et nul besoin de louis d'or et autres euros, pour ramasser quelques beaux bouquets dans les prés alentours, que l'on offrait avec tout l'élan de notre être, gonflé  d'amour pour Elle. Comment oublier ce passé empreint de tant de sérénité et d'innocence enfantine ? Comment ne pas avoir la nostalgie du passé quand cette fête est principalement une fête pour les commerces ? Combien d'enfants ont encore aujourd'hui les poches vides pour leurs Mamans ? 

    La seule fête réside dans le partage au fil des jours, du plus grand, du plus beau et du plus précieux sentiment : l'Amour maternel. Il faut dire à tous les enfants, petits… et grands aussi, profitez de votre Maman si belle et éternelle à vos yeux. Vivez avec elle de ces petits riens, si précieux plus tard, et qui ne sont que bonheur !... Profitez de celle qui vous a donné le jour, ne l'oubliez jamais dans vos pensées. Car elle a toujours vécu pour vous, en s'oubliant parfois, pour vous donner le meilleur d'elle même. Serrez la souvent contre vous, et osez lui avouer bêtement votre amour. Vous y goûterez des instants de plénitude. 

    Et quand ses cheveux blancs, sous ses traits fanés la rendront plus belle encore, osez le compliment qui la fera rosir de plaisir. Et quand ses mains seront ridées après tant de labeur, ne les lâchez jamais ! Car elle n'a jamais lâché les vôtres. Et quand son regard vacillera, à se perdre parfois loin de vous, faites toujours briller ses yeux de joie… et non pas de larmes. Et quand elle fera tout pour vous cacher ses lèvres tremblantes, faites la rire et sourire au possible. Et quand son corps deviendra las et lourd, sous les années passées, offrez lui la force de vos bras en lui disant encore et toujours des mots d'espoir. Faites la vivre au mieux !... Et créez vous des souvenirs. Savourez tous ces instants de vie, dont on a conscience plus tard, du cadeau qui nous était fait de prononcer encore et toujours le plus beau et le plus doux des mots : « MAMAN ».

    cine

    Quand toutes ces fêtes s'égrènent, alors qu'ils ne sont plus là. Quand mes doigts pleurent, ce que mon cœur saigne… du rouge sang dans l'encre noire… A Celle qui fut mienne, et naïvement… avec mon cœur d'enfant :

    Bonne fête ma chère Maman

    Tu n'es plus ici, tu n'es plus là 

    Je te serre fort dans mes bras 

    Par delà la vie, au delà du temps. 

     

    Bonne fête ma douce Maman 

    Je revis ces jours d'autrefois

    Qui réunissaient autour de toi 

    Ta ribambelle de petits et grands. 

     

    Bonne fête ma petite Maman

    Qu'il est loin le temps des langes

    Quand nos mains emplies de louanges

    Levaient vers toi de naïfs présents.

     

    Bonne fête ma tendre Maman

    Alors tes yeux pleins de larmes 

    Inondaient de douceur et de charme 

    Ton beau sourire qui rayonnait tant.

     

    Bonne fête mon amour de Maman

    Tous ces regards qui t'enveloppaient

    N'imaginaient la vie et sa destinée

    Ni la souffrance au vent du néant. 

     

    Bonne fête mon éternelle Maman 

    Que nos cœurs pleins d'amour 

    Et tous nos baisers de velours 

    Soient pour toi étoiles au firmament.

     

    Bonne fête inoubliable Maman 

    Ton image jamais ne me quittera 

    Ton beau visage est ancré en moi 

    Car à jamais figé dans le temps ».