Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

montjardin

  • Montjardin : Le mardi 23 mai 1944, à la ferme du Roudié

    2021 Augsute Cathala 001 bis.JPGLes proches d’Auguste Cathala ont fleuri la stèle du souvenir.

    Le destin tragique d’Auguste Cathala, assassiné par l’occupant nazi à la ferme du Roudié, a été évoqué dimanche, au pied de la stèle érigée à l’entrée du village par les FTPF (Francs-tireurs et partisans français). Cette journée du souvenir a été commémorée en présence de la famille d’Auguste Cathala, de Francis Routelous et Jacques Boulbès, maire et adjoint de Montjardin. Une cérémonie intime qui a permis de raviver la mémoire et de rappeler la chronologie des événements qui allaient précipiter le destin du fils aîné de Marius et de Marie Cathala, âgé de 19 ans. Harcelé par ceux qui seront bientôt ses bourreaux et qui le poussent sur le chemin devant les conduire jusqu’aux résistants, Auguste Cathala sait qu’il faut gagner du temps. Il choisira d’abord d’ignorer le chemin le plus court, puis, arrivé dans une clairière, il signale sa présence. Ainsi alertés, les membres du maquis « Faïta », établis dans la ferme du Roudié, échapperont aux griffes de la 5e compagnie du capitaine Nordstern.

    Les témoignages et les photographies retrouvées, ne laissent aucun doute quand à la manière dont les « hordes nazies », firent payer à Auguste Cathala un comportement qui permettait aux soldats de l’ombre, d’échapper à un piège tendu avec la complicité des miliciens chalabrois. La veille, dans la ferme familiale des « Vinsous », Auguste Cathala avait partagé le repas familial avec Paul Alcantara, André Riffaut, Lolo Mazon, et l’imminence d’un débarquement avait été évoquée. Le 25 mai, Auguste Cathala était inhumé dans le petit cimetière de Montjardin, et à la nuit tombée, sa sépulture recevra la visite d’un groupe de maquisards venus déposer un bouquet de fleurs orné d’un ruban tricolore.

    Soixante et dix-sept années ont passé mais ce cruel souvenir qui symbolise la générosité jusqu’au don de soi reste intact dans les mémoires. « Les meilleurs émergent de partout. Ils ne relèvent ni d’une caste, ni d’une tradition, ni d’une émission de diplômes. Ils émanent d’un acte de leur conscience et de leur énergie » (juillet 1946 André Rousseaux). 

    2021 Augsute Cathala 002.JPG

    2021 Augsute Cathala 003.JPG

    auguste cathala,montjardin

    Photo Maurice Mazon

  • C'était hier : Les voisins vont faire la fête

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du samedi 17 février 1996.

    totem,montjardinLe patron s’appelle Olivier (Photos archives 17 février 1996).

    Ce samedi 17 février à partir de 18 heures, le petit village voisin de Montjardin va vivre une grande première avec l’ouverture officielle du premier lieu public qu’aient connu les Montjardinois. La mémoire de ces derniers est unanime, l’expérience n’avait jamais été tentée auparavant et l’heureuse initiative est à mettre au compte de l’ami Olivier Serrus, pour lequel nous formulons tous nos meilleurs vœux de réussite. Le pub Le Totem ouvrira donc ses portes samedi prochain en fin d’après-midi, rendez-vous est pris.

    totem,montjardin

    Quelques semaines plus tard, le Totem accueillerait une soirée costumée 

  • Marcel Franc nous a quittés

    marcel franc,montjardinLundi 14 septembre, Montjardin rendait un dernier hommage à Marcel Franc, domicilié rue du Chalabreil et décédé à l’âge de 77 ans. Né le 7 février 1943 à la ferme de Gary, sur les hauts de la commune de Saint-Benoît, il avait grandi dans la propriété familiale, effectuant sa scolarité à l’école communale de Saint-Benoît, distante de quatre kilomètres. Un parcours quotidien qu’il effectuera à pied, cartable sur l’épaule, jusqu’au certificat d’études, avant de rejoindre ses parents sur l’exploitation. Appelé sous les drapeaux, il rejoint l’Allemagne et Berlin, jusqu’à son retour au pied du col du Millet et Montjardin, où il rencontre Monique Canal. Tous deux fondent un foyer et quatre enfants naîtront de leur union, qui grandiront à leurs côtés, tandis que Marcel travaille à l’usine Canat, avant de rejoindre les métiers à tisser de Sainte-Colombe-sur-l’Hers, puis ceux de Lavelanet. Il dans le même temps très engagé dans les travaux de ferme.

    Avec la mise en vente de la propriété de Jean Boulbès, Marcel Franc saisira l’opportunité qui lui est offerte de s’investir à son compte dans le milieu agricole, ne comptant pas les heures consacrées à une activité qui le porte. En août 1996, Marcel Franc sera éprouvé avec les siens par la tragique disparition de son fils Eric, âgé de 22 ans. En dépit d’ennuis de santé intervenus en 2016, Marcel Franc poursuivra ses activités, juché sur son tracteur ou son quad, attentif auprès de son bétail, jusqu’au bout.

    Passionné par la chasse et la nature, Marcel Franc a été accompagné jusqu’à sa dernière demeure par une nombreuse assistance recueillie en l’église Saint-Gaudéric. En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à Annie, Marc et Elodie ses enfants, à ses petits-enfants et arrière petits-enfants, à toutes les personnes que ce deuil afflige.

    marcel franc,montjardin

    Avec les amis chasseurs, le 10 novembre 1984

  • Montjardin : Francis Routelous reconduit dans ses fonctions

    montjardin,francis routelousLe nouveau conseil s’apprête à ouvrir la première séance.

    A l’issue du scrutin du 15 mars et après l’élection dans son ensemble de la liste conduite par Francis Routelous, maire sortant, les sept conseillers désignés par les urnes se sont retrouvés le samedi 23 mai afin de procéder à l’installation du nouveau conseil municipal. Candidat à sa succession, Francis Routelous s’est vu renouveler la confiance pour un deuxième mandat qu’il effectuera aux côtés de son 1er adjoint Jacques Boulbès, et des conseillers Bérangère Babé, Bertrand Bargain, Michèle Cathala, Sylvie Cathala et Sébastien Ripon.

    montjardin,francis routelousAu cours de cette première et officielle réunion de travail, ont également été désignés les délégués à la CCPA (Francis Routelous, suppléant Jacques Boulbès), au Réseau 11 (Francis Routelous, suppléant Sébastien Ripon), au Syaden (Francis Routelous, suppléant Bertrand Bargain). L’ordre du jour limité en raison des recommandations préfectorales, a toutefois permis au nouveau conseil d’évoquer brièvement les lourdes conséquences des inondations du 22 janvier dernier, ainsi que certains projets tels que la prolongation de la voirie et l’amélioration de l’éclairage public au lotissement de La Strade.

    Francis Routelous a succédé à Jacques Laffont en 2014 (photo archives 21 mai 2017, Cérémonie à la mémoire d'Auguste Cathala).