Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • C'était hier

    C'est la décrue au quartier du Moulin.

    collège antoine-ponsJuste un peu plus tumultueux que de nos jours, les cours d'eau chalabrois faisaient régulièrement monter l'adrénaline chez les riverains, et notamment ceux du quartier du Moulin. Comme en témoigne cette photo de Maurice Mazon, que l'on peut dater des années 1960, et sur laquelle il est possible de reconnaître "Manou" Saurel et Roger Laffont, sapeurs-pompiers sur la brèche depuis plusieurs heures.  

    Les collégiens s'initient au hand-ball.

    collège antoine-ponsC'était une journée de 1964, les handballeurs du GOD (groupe d'observation dirigé), supervisés par leur entraîneur et professeur d'éducation physique, se préparent à entrer en jeu. Debout de gauche à droite : Jean Tarbouriech, Francis Romero, Serge Nègre, Daniel Delpech. Accroupis : Alain Saurel, Michel Brembilla, Gérard Calbo, Daniel Gaubert.

  • L'auguste solitaire stoppé en pleine course

    Sanglier Frédéric Noy.jpgLe coup de fusil de Frédéric Noy a fait mouche.

    Il s'était cru à l'abri, là-haut sur les coteaux du hameau de Camplimoux, tapi derrière le rideau de hallebardes qui tombaient sur le Kercorb depuis le lever du jour. Ce sanglier pensait juste que les chasseurs de l'équipe du "Piqu'Avant" de Sonnac-sur-l'Hers, découragés par la pluie, avaient rangé leurs escopettes. Une erreur d'analyse fatale, pour ce solitaire, "estourbi" en un éclair par le fusil de Frédéric Noy. Stoppé en pleine course, et après une dernière roulade, il sera rejoint par la meute de chiens qui lui avait accordé un bref mais fourbe répit.

    Après avoir grandement contribué au succès de leurs maîtres, les fox-terriers, bleus de gascogne et autres beagles, ont sagement escorté l'équipage jusqu'au quartier général établi sur les bords de l'Hers. C'est là que le malheureux "singularis porcus" sera suspendu à une balance de Roberval, laquelle affichera le poids impressionnant de 131 kg. Comme énoncé dans le contrat, les mâtins seront invités à profiter de quelques bouts de viande de choix, avant d'aller faire sécher leur robe au coin du feu.

  • Un raid nature, grandeur nature

    Milsim 2013.gifLes participants font une pause à la cabane du Maquis de Picaussel (Photos Mikael Pascal).

    Le week-end du 1er novembre, la région de Puivert accueillait pour la 3e année consécutive, le raid aventure nommé « Trophée Craig Harisson ». Cet événement organisé par le forum Extremilsim et l’association LRMA (Languedoc-Roussillon Milsim Airsoft) est basé sur la discipline sportive connue sous le nom « d’airsoft », qui, pour pimenter le jeu, est agrémenté de "role-play", afin de rendre l’expérience la plus immersive possible. Ce sont donc six binômes de snipers et une trentaine de plastrons, qui se sont retrouvés sur les communes de Puivert, Belvis, et Espezel, afin de dérouler un scénario préparé par l’organisation.

    trophée craig harissonAu programme, recherche d’informations, infiltration de village, et tir sur cible pour départager les vainqueurs, le tout sur 5500 ha de terrain fortement vallonné, de jours comme de nuit. Le coup de sifflet final à retenti le dimanche 3 novembre aux environs de 10 h et à mis fin à plus de 45 h de jeu. Sur les six binômes engagés, seuls trois ont réussi à aller jusqu’au bout, ce qui prouve la difficulté d’un tel challenge.

    A la fin de la phase de jeu, tous les participants se sont retrouvés au restaurant « Le Pamir », pour discuter de leur expérience dans un esprit de convivialité. Sébastien Silvestre, Chalabrois de cœur, en a profité pour remercier les municipalités de Puivert, Belvis et Espezel, pour la mise à disposition du terrain, le restaurant Le Pamir, tous les organisateurs, mais également la totalité des joueurs présents sur l’évènement. Il concluait cette édition 2013 en donnant rendez-vous aux joueurs en 2014, pour de nouvelles aventures dans les contreforts des petites Pyrénées. 

    L'organisation tient à remercier ses fidèles partenaires, les magasins S & S Tactical (distributeur Defcon5) et Tap Rack Bang ayant offert les lots pour les vainqueurs, la société Cyalume ayant fourni des accessoires de jeu, et les mairies de Puivert, Belvis et Espeze, ainsi que l'ONF.

  • Aux enfants de Chalabre

    Le lundi 11 novembre dernier, était commémoré le 95e anniversaire de la signature de l'Armistice de 1918, au pied du monument aux Morts. Un monument érigé à la mémoire des victimes de guerre, qui semble dressé là depuis toujours, tant les conflits meurtriers n'ont cessé de jalonner l'Histoire et d'habiter notre mémoire collective.

    C'est à la date du 30 avril 1919, qu'un appel à souscription avait été lancé par les Vétérans des Armées de Terre et de Mer, et leur président, le commandant Antonin Olive. Ci-dessous, le document qui avait été adressé aux citoyens chalabrois, auprès desquels la 1922e section avait lancé un appel à souscription.       

    Monument I.JPG Monument II.JPGMonument III.JPGMonument IV.JPG

     

  • L'Armistice commémoré

    11 nov.2013 Carré militaire.jpgLes enfants ont rendu hommage à leurs aînés.

    Le 95e anniversaire de la fin du premier conflit mondial a été célébré lundi 11 novembre à l’occasion d’une cérémonie qui a rassemblé les anciens combattants de Rhin et Danube et de la Fnaca, Christian Guilhamat maire, Jean-Jacques Aulombard conseiller général, les élus, et une délégation du centre de secours Jean Cabanier, conduite par l’adjudant-chef Stéphane Ferrier. La brigade territoriale autonome était représentée par l’adjudant Michel Canilhac et le gendarme Gaëtan Giorgi. Le cortège, précédé par les porte-drapeaux Louis Arcizet (Prisonniers de guerre), René Authier (Fnaca) et François Grauby (Rhin et Danube), s'est rendu jusqu'au monument aux Morts, emmené par les accords du quintet de la formation mirapicienne Batucada.

    11 nov.2013 Assistance.jpgEn présence de nombreux Chalabrois, désireux de témoigner leur attachement à cette journée du souvenir, un hommage solennel a permis de saluer la mémoire des 1.400.000 soldats «Morts pour la France», et de rendre un hommage tout particulier aux 64 enfants de Chalabre tombés sur de lointains champs de bataille. Après discours et sonneries, le cortège s'est rendu sous les grand cèdres bicentenaires où se dressent les onze croix du carré militaire. Pour une rencontre hors du temps, qui a permis aux enfants de déposer une rose rouge sur les tombes des soldats Sylvain Siran, Paul et Jean Aragou, François Tourtrol, Sylvain Faure, Paulin Barrière, Antoine Villeneuve, Paul Laffitte, Raymond Rigaud, Antoine Sérié, et Christophe Martin, tué en mars 1945 lors du franchissement du Rhin à Obenheim.

    11 novembre à chalabre

    11 novembre à chalabre

    11 novembre à chalabre

    11 nov.2013 Appel des noms.jpg

    Un album-photos 11 novembre 2013 a été mis en ligne.

  • Les collégiens sensibilisés aux dangers de la route

    Simulateur Testo-choc.jpgLes collégiens ont expérimenté le simulateur «testo-choc» .

    Le collège de Chalabre accueillait le vendredi 8 novembre, les intervenants de la sécurité routière, de la gendarmerie et de la prévention Maif, pour une journée de sensibilisation aux dangers de la route. Au programme des collégiens, différents ateliers permettant de se familiariser avec la législation et le code des assurances. Mis en situation à l'aide du «testo-choc», ils auront pris conscience de la violence d’un impact lors d’un accident de la route, avant de se voir invités à la conduite d’un deux-roues, par le biais d'un simulateur de conduite (photo ci-dessous). Cette matinée prévoyait également divers exposés sur les sanctions et les risques liés à l’alcool, et à l’usage de stupéfiants.

    Simulateur conduite Deux-roues.jpg

    Les élèves des classes de 3e du collège Antoine-Pons ont suivi avec beaucoup d’attention les informations et les conseils donnés par les spécialistes de la sécurité routière. Il faut espérer que l’apport de cette journée, organisée sous l’égide de l’Inspection académique et de la préfecture de l’Aude, permettra d’éviter les drames que le département a connus au cours du dernier été, particulièrement tragique pour notre jeunesse.

  • Future Communauté de communes des Pyrénees-Audoises : Un nouvel espace, opaque ou transparent ?

    Sous ce titre, Jean-Jacques Aulombard conseiller général du canton de Chalabre communique :

    "L'article publié dans L'Indépendant, édition du 10 novembre, relatif à la future Communauté de communes des Pyrénées Audoises, appelle de ma part les observations suivantes : Cette collectivité entrera en vigueur le 1er janvier 2014 et le président de cette communauté sera désigné après les élections municipales de mars 2014, par les 89 délégués représentant les 64 communes de cette nouvelle communauté. L'objectif de ce nouvel espace est bien de favoriser le développement du territoire, et de tout mettre en oeuvre pour que tous les citoyens, et particulièrement ceux qui souffrent, puissent trouver un emploi afin de vivre correctement. Aussi, il me semble aujourd'hui que la priorité est de rassembler, d'unir toutes les volontés et d'agir en transparence.

    Or je suis surpris de lire que certains se positionnent déjà pour un poste, que d'autres soutiennent des candidatures. Je me permets de les rappeler à la raison. C'est en effet déconsidérer les 89 futurs délégués dont les 64 futurs maires, que de leur imposer cinq mois avant, le choix d'un nom. Messieurs, laissez-leur la liberté de choisir la présidente ou le président de cette nouvelle communauté de communes, le moment venu : ce ne sont plus des élèves qui obéissent à leur maître d'école.

    A ceux qui pressentent déjà des candidats potentiels, je voudrais leur dire que je pressens la fin d'un système... celui du petit calcul politique... Les citoyens attendent autre chose de leurs représentants politiques".