Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De la chose publique - Page 9

  • Les pylônes baissent pavillon aux Genêts

    les genêts,cabinet setur,entreprise robertVisite de chantier pour les élus, aux côtés du cabinet Setur, et de l’entreprise Robert.

    Le quartier des Genêts, route de Lavelanet, accueillait dernièrement une réunion de chantier, en présence de Jean-Jacques Aulombard, maire, Bruno Carbonnel, adjoint, le cabinet Setur, et l’entreprise Robert, représentée par Jean-Paul Marquet. Ce rendez-vous inscrit dans le projet de développement durable et d’économie d’énergie, initié par la municipalité, va permettre la rénovation de l’éclairage public, et la sécurisation du réseau. Il s’agit là de la 2e phase des travaux de renforcement et d’enfouissement des réseaux « Orange et Edf », sur un lotissement érigé à la fin des années 1960. Une action qui favorise l'embellissement du quartier, pour le plus grand plaisir des riverains.

    Engagée en juin dernier, l’opération se poursuit normalement et devrait prendre fin dans le courant du mois d’août, avant la touche finale et le retrait des piliers jalonnant l’accès vers les vingt-cinq maisons de la cité. Les fils inesthétiques une fois enterrés, seuls subsisteront de superbes lampadaires, sentinelles immobiles tout droit sorties de l’univers de Jacques Tati.

    les genêts,cabinet setur,entreprise robert

  • Tout savoir sur le compteur Linky

    Le collectif regroupé sous le sigle « LicTP » (Liens et initiatives citoyennes en Terre privilégiée), propose une réunion d’informations et de débat citoyen, aujourd'hui samedi 11 juin à 18 h au théâtre municipal, sur le thème du compteur Linky.

    Avec la participation du Collectif « Touche pas à mon compteur-09 » (Info.linky@gmx.fr ou 05 61 65 23 43), ce rendez-vous permettra d’aborder toutes les problématiques des compteurs dits intelligents (sécurité, surveillance, augmentation des factures, santé,…). Venez vous informer, la rencontre est gratuite.

  • Montjardin : Le démenti des élus

    Après publication du compte-rendu de l’assemblée générale de l’association le Cri du vent (voir journal et blog l’Indépendant du 6 juin dernier), le conseil municipal de Montjardin souhaite démentir certaines informations et communique : « Contrairement à ce qu’affirme le président du Cri du vent, le conseil municipal n’est pas revenu sur sa position, concernant le projet éolien sur la commune de Montjardin. Il y est toujours favorable, avec sa délibération du 5 août 2014 ».  

  • Une nouvelle perspective pour le pont du Blau

    frédéric paillard,mairie de chalabreLa pose des panneaux confectionnés par Frédéric Paillard.

    Dans le cadre du plan d’embellissement du village engagé par la municipalité, un espace de verdure est en train de naître dans le prolongement du pont qui permet de franchir le Blau. Une initiative qui coïncide avec l’arrivée du printemps, et grâce à laquelle un parterre de fleurs va bientôt colorer un des plus vieux quartiers de Chalabre.

    Il avait hébergé deux containers récupérateurs de verre, puis deux bacs en ciment et un panneau d’informations trop souvent sensible aux écarts de température pour être efficace, ce petit coin du village va également cesser d’être le pré carré des chiens en mal de latrines.

    frédéric paillard,mairie de chalabre

    L’équipe des employés communaux aura d’abord déployé un « hérisson », avant qu’un beau diadème d’osier tressé par Frédéric Paillard, le maître-vannier de la Bâtisse, ne soit fixé. L’avant-dernière étape aura consisté en l’ajout d’une quantité conséquente de terre, dans laquelle divers végétaux auront tout loisir de pousser.

    La valorisation des espaces urbains par l'implantation de vanneries vivantes et géantes va bon train, à l’image des quatre corbeilles qui depuis peu ornent l’entrée de Chalabre, lorsque l’on vient de Limoux.

  • Révision du PLU : Concertation avec la population

    Ecosys.jpgLe bureau d’études Ecosys a présenté un diagnostic qui raconte la commune sous tous ses aspects.

    La mairie et le bureau d’étude Ecosys de Saint-Nazaire (66), conviaient tout dernièrement la population à une réunion publique place Charles-Amouroux. Le but de cette rencontre était de cerner les enjeux de la révision du Plan local d'urbanisme (PLU), institué par la loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains (loi SRU) du 13 décembre 2000, et remplaçant le Plan d’occupation des sols (POS). En présence de Jean-Jacques Aulombard, maire, et d’une assemblée de Chalabrois, Jean-Marie et Michaël Petiau, agronome, urbaniste et géographe (Ecosys), ont présenté le Projet d’aménagement et de développement durable (PADD), définissant les grands axes de la politique d’aménagement de Chalabre pour les dix ans à venir.

    Carte PADD.jpg

    Un état des lieux du territoire a été dressé, présentant ses atouts et ses contraintes en matière d'habitat, de démographie, de déplacements, d'économie, de commerce, d'équipements. Le volet environnemental a aussi été évoqué, préservation des espaces naturels et agricoles, et protection des ressources, notamment l’eau.

    Au cours du débat qui s’est engagé, Jean-Jacques Aulombard a salué la décision d’engager la modification du PLU, prise sous le deuxième mandat de Christian Guilhamat (fin 2012). Une initiative qui permet à la municipalité de conserver la maîtrise des projets en cours, puisqu’à la date du 1er janvier 2016, les PLU seront sous la compétence de l’intercommunalité, pour devenir des PLUI.

    Jean-Marie Petiau.jpg

    Jean-Marie Petiau, directeur du bureau d'études Ecosys.

  • Retour à la maison commune pour les archives

    Les documents anciens du Kercorb ont trouvé une place à la hauteur de leur valeur historique, dans une pièce spécialement aménagée.

    archives départementales de l'aude,archives communales chalabrePhilippe Courrieu aux côtés de Jean-Jacques Aulombard et des membres de « Il était une fois Chalabre ».

    Le mardi 18 avril 1995, les archives communales de la Ville de Chalabre étaient inaugurées par Jacques Montagné maire, Marie-Louise Saddier adjointe à la culture, et les conseillers municipaux (photo ci-dessous, archives Avril 1995).

    archives départementales de l'aude,archives communales chalabre

    Egalement présente ce jour-là aux côtés de nombreux présidents d’associations, Sylvie Caucanas, directrice des Archives départementales de l'Aude (CAD), devait insister sur l’obligation d’une sauvegarde vigilante, eu égard à la valeur exceptionnelle de certains documents. Elle avançait notamment « la nécessité de n’ouvrir ces richesses que sous contrôle et accompagnement ».

    Et c’est certainement parce que ces conditions n’étaient plus réunies, que le vendredi 24 avril dernier (vingt ans après), feu vert était donné sans autre forme de procès, pour que la mémoire de la « Prima Kercorbis civitas » soit transférée vers le CAD de l'Aude à Carcassonne. Cette décision avait alors ému nos concitoyens, et notamment les membres de l’association « Il était fois Chalabre », qui trouvent dans ces documents, la matière nécessaire à la réalisation de leurs ouvrages.

    Au terme d’un entretien entre Jean-Jacques Aulombard, maire, une délégation de « Il était fois Chalabre », et grâce au précieux concours de Philippe Courrieu, archiviste du CAD, la capitale du Kercorb récupérait tout récemment ses précieux documents. Après la mise à disposition par la mairie d’une pièce plus adaptée avec rayonnages, les volumes ayant bénéficié d’un classement thématique, répartis dans vingt-cinq caisses, sont remontés jusqu’au deuxième étage de la maison commune. Une opération menée avec le renfort très apprécié des membres de « Il était fois Chalabre », et des employés communaux.

    Il revenait à Aurélie Subreville de rédiger l’arrêté portant règlement de consultation des documents, permise gratuitement à tout citoyen, après présentation d’une pièce d’identité valide, le lundi et le jeudi de 10 h à 12 h et de 14 h à 16 h.

  • « Pour la perception de Chalabre, ça sent le Sapin »

    Sous ce titre, Jean-Jacques Aulombard maire de Chalabre communique :

    « Le 1er décembre 2015, un arrêté pris par le ministère des Finances acte la fermeture de la perception de Chalabre au 1er janvier 2016. Le mois de décembre est le mois des cadeaux et chacun décore son arbre de noël. M. Sapin, ministre des Finances, lui, a décidé de supprimer la perception au nom du sacro-saint principe des réductions des dépenses publiques : La population de l’ancien canton de Chalabre appréciera cette mesure délicate, et nul ne doute que nos personnes âgées vont dès à présent se former intensément à l’informatique pour être en lien avec la e .administration des finances publiques.

    Les élus demandent à l’Etat de céder les locaux de la perception à la Commune de Chalabre pour l’euro symbolique : c’est le prix de la désertion. Je ne doute pas un seul instant que le père Noël exaucera ce vœu.

    La population de Chalabre, les quinze maires des communes du Kercorb, l’EHPAD, appréciaient le service rendu par les agents du Trésor : compétents, toujours à l’écoute des citoyens et des élus, ils étaient le lien entre un monde rural enclavé et une administration complexe.

    Il faut évoluer avec son temps dit-on ; mais est-ce à la population rurale de s’adapter à l’administration ?… n’est-ce pas plutôt l’administration qui devrait faire preuve de discernement et mettre en place une organisation garantissant une réelle proximité avec ces territoires défavorisés ?

    Nous remercions sincèrement les agents et les percepteurs de la trésorerie de Chalabre, qui furent toujours à notre côté et nous tenons à leur souhaiter bonne chance dans leur nouvelle affectation. Nous leur souhaitons, malgré tout, de passer d’excellentes fêtes de fin d’année ».

    fermeture perception chalabreEn octobre dernier, habitants et élus du pays du Chalabrais s'étaient mobilisés (Photos archives, 12 octobre 2015).

    fermeture perception chalabre

    fermeture perception chalabre

    Les représentants du syndicat Solidaires Finances publiques avaient appelé à manifester et étaient présents en Kercorb afin de soutenir leurs collègues.