Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • C'était hier : Le FCC II champion de l'Aude de 3e division

    L'article mis en ligne ci-après avait été publié dans l'édition de l'Indépendant du mercredi 9 juin 1993. En guise de clin d'oeil aux anciens du FCC, et à un FCC version 2012-2013, qui a finalement sauvé sa place en championnat de première division.

    fc chalabre football,saison 1992-1993Une des rares versions du FCC II, champion de l'Aude saison 1992-1993. De gauche à droite. Debout : Christophe Berkane, Bernard Boulbès, Franck Sauvage, Cétin Ylmaz, Jean-Philippe Discala, Christian Moralès. Accroupis : Santiago Martinez, Guy Dumay, Jérôme Delpech, Raymond Dumay, Jean Gomez, Louis Alcaïdé (photo archives, Mars 1993).

    30 mai à 18 h, l'arbitre siffle la fin de la rencontre opposant Lézignan à Naurouze-Labastide et met ainsi un point final au championnat de 3e division, toutes poules confondues, à savoir Poule A (leader Chalabre), Poule B (leader Lézignan) et Poule C (leader Naurouze-Labastide). Au terme d'une finale triangulaire opposant ces trois leaders, les résultats sont les suivants : Chalabre-Naurouze-Labastide 1 à 1 (buteur, Frédéric Massat). Lézignan-Chalabre 1 à 4 (buteurs, Bernard Boulbès, José Martinez, Santiago Martinez, Michel Maugard). Naurouze-Labastide-Lézignan 2 à 2. Avec un match nul à domicile et une victoire en Corbières, le FCC remporte le titre de champion de l'Aude de 3e division au terme d'un parcours haletant dont le bilan est amplement positif : pour 18 rencontres, les joueurs de Jean-Philippe Discala enregistrent 14 victoires, 2 nuls, 2 défaites et ont inscrit 71 buts pour 15 encaissés. Par-delà ces résultats secs, un rapide retour en arrière s'impose.

    Avril 92, le onze réserviste est à bout de souffle ; privé de trop de ses membres, il devra déclarer forfait général auprès du District de l'Aude. Une situation inédite dans l'histoire du club cher au président Roger Dumay, et une très grande désillusion pour Gérard Muelas, coach meurtri et usé par quatre années d'un bénévolat sans faille. Faute de combattants ...

    Chalabre II va se trouver ainsi relégué en division inférieure pour la 2e année consécutive, avec un effectif réduit tel une peau de chagrin. Mais il est bien connu que le malheur des uns, fait souvent le bonheur des autres : Mai 92, tournoi annuel de football vétérans à Limoux, 3 mn de jeu et Jean-Philippe Discala plaque tournante de l'équipe fanion du FCC, est victime d'une double fracture tibia-péroné. Exit Jeannot, avec un plâtre embarrassant pour qui veut rester au tout premier plan. A la faveur d'une longue convalescence, le "stoppeur volant" va gamberger souvent, pour finalement se lancer un nouveau défi : redonner une identité à cette équipe réserve qui n'en finit pas de s'éteindre.

    30 mai 1993, la boucle est bouclée et de quelle manière ! Challenge réussi avec mention puisque l'objectif annoncé en début de saison était la montée en 2e division.

    L'appétit est venu en mangeant et c'est au bout du compte, un titre qui est venu récompenser l'optimisme et surtout le métier de Jean-Philippe Discala, à qui les dirigeants du F.C.C ont prêté leur concours et leur confiance.

    Ils ont ramené le titre en Kercorb, chaleureuses félicitations aux éléments ayant oeuvré tout au long de la saison : Patrick Rouzaud, Louis Alcaïdé, Franck Sauvage, Jean Gomez, Jean-Philippe Discala, Frédéric Massat, Cétin Ylmaz, Messid Akraou, David Géa, Jérôme Delpech, Michel Maugard, Guy Dumay, Santiago Martinez, Raymond Dumay, José Martinez, Tony Colomer, Sébastien Ruiz, Fabrice Canal, Nicolas Discala, Alain Marzura, Bernard Boulbès, François Torres, Christophe Berkane, Christian Moralès.

    Ceux qui sont champions te saluent, et te remercient Jeannot !

  • Bienvenue au gendarme Gaëtan Giorgi

    brigade territoriale autonome de chalabreGaëtan Giorgi (à gauche), aux côtés de l'adjudant Michel Canilhac.

    La brigade territoriale autonome de Chalabre (BTA), commandée par l'adjudant Michel Canilhac, connaît un mouvement régulier de ses effectifs, et vient d'obtenir le renfort d'un nouvel élément, en la personne du gendarme Gaëtan Giorgi. Cette affectation a pris effet le jeudi 16 mai dernier, pour une nouvelle recrue originaire de la commune d'Axat, née dans la capitale catalane à quelques jours de Noël 1993. Avant son incorporation le 11 février à l'école de gendarmerie de Tulle (Corrèze), Gaëtan Giorgi aura décroché un baccalauréat Science technique de la santé et du social (ST2S), avant d'effectuer une année en faculté de sport (STAPS). Ce sportif accompli ne cache pas sa passion pour le rugby, une discipline qu'il pratique au sein de l'USQE, le club des Trois-Quilles. Accueilli par l'adjudant Michel Canilhac, le gendarme Gaëtan Giorgi devrait s'adapter très rapidement à sa nouvelle vie en pays chalabrais, nos meilleurs vœux de bienvenue l'accompagnent.

    Avec deux adjudants, un maréchal-des-logis-chef, deux gendarmes et deux gendarmes-adjoints volontaires, la BTA de Chalabre vient de modifier les horaires d'ouverture de la brigade. Dans le cadre de la lutte contre les cambriolages et pour disposer d'un maximum de gendarmes sur le terrain, les horaires d'accueil du public ont été modifiés comme suit : les bureaux sont désormais ouverts les lundi, mercredi et samedi, de 8 h à 12 h. En dehors de ces horaires, et en cas d'urgence, vous pouvez appuyer sur le bouton « appel » de l'interphone, et vous serez mis en relation avec un personnel qui vous recevra.

  • Cérémonie à la mémoire des internés du camp de Rivel

    camp de rivel,arac,ardiepAndrée Zdrojower et Serge Pagès retraceront l’historique du camp d’internement de Rivel.

    Le rendez-vous annuel organisé à l’initiative de Andrée Zdrojower pour l’Ardiep (association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques) et Serge Pagès pour l’Arac (association républicaine des anciens combattants), aura lieu aujourd'hui lundi 3 juin, sur le site de l’ancien camp de Rivel.camp de rivel,arac,ardiep

    Dès les premiers mois du conflit qui, de 1939 à 1945, allait mettre le monde à feu et à sang, s'ouvrirent dans l'hexagone, ces "enclos" que certains ont qualifié de "camps du silence" ou encore de "centres de séjour surveillés", où furent parqués les "indésirables", combattants des Brigades Internationales, réfugiés en France, à la fin de la guerre d'Espagne, Allemands et Autrichiens socio-démocrates fuyant le régime nazi, puis juifs de toutes les nationalités. Dans ces centres d'internement furent entassés des miliers d'hommes, de femmes et d'enfants dont beaucoup allaient connaître la faim et la misère, puis la déportation et la mort.

    Certains sont restés célèbres, Le Vernet, Gurs, Rivesaltes, Les Milles, Drancy. Le camp de Rivel est rarement cité, mais il figure sur la carte du livre de Serge Klarsfeld, "Vichy-Auschwitz". En août 1942, le jour de la « rafle du Vel d’hiv », les internés du camp de Rivel seront transférés à Bram, les uns étant ensuite dirigés vers Rivesaltes, les autres subissant la déportation vers Auschwitz, via le camp de Drancy.

    Cette cérémonie du souvenir se déroulera à partir de 10h 50 au pied de la stèle bâtie en 1996 et restaurée en 2012. Jean-Pierre Salvat, maire de Rivel, accueillera les représentants des associations d’anciens combattants et leurs porte-drapeaux, les élus, ainsi que les élèves du collège Antoine-Pons de Chalabre. L’assemblée se rendra ensuite au monument aux Morts de Rivel (photo ci-dessous, Archives 16 mai 2009).

    camp de rivel,arac,ardiep

  • Le jour le plus long d'Auguste Cathala

    26 Mai 2013 Auguste Cathala Assistance bis.jpgL'hommage de la chorale Eissalabra, avec le Chant des Partisans.

    La mémoire d’Auguste Cathala, assassiné par l’occupant nazi le 23 mai 1944 à la ferme du Roudié, a été honorée dimanche 26 mai au pied de la stèle érigée à l’initiative des anciens FTPF. Une cérémonie émouvante qui a rassemblé autour de la grande famille d’Auguste Cathala, élus, Montjardinois, Chalabrois et les porte-drapeaux, Casildo Sanchez (Président d'honneur de l'Amicale des Guerrilleros Espagnols-FFI), François Grauby (Rhin et Danube), Louis Arcizet ( Déportés du travail), Jules Lacroix (Fnaca Pays-de-Sault), René Authier (Fnaca Chalabre). A leurs côtés, le maire Jacques Laffont, Jean-Jacques Aulombard conseiller général, Gérard Couteau président de la Fnaca canton de Chalabre, Christian Rouzaud président de la Fnaca du Pays-de-Sault, l'adjudant de gendarmerie Michel Canilhac et le gendarme Gaëtan Giorgi. René Chort président départemental de l’ANACR, était excusé.

    auguste cathala,le roudié,les vinsousUn dépôt de gerbe était effectué par les soeurs d’Auguste Cathala, avant que la chorale Eissalabra emmenée par Edouard Garcia, n'offre à l'assistance le Chant des Partisans et la Marseillaise. Jacques Laffont retraçait cette journée et l’interminable calvaire subi par un jeune homme de dix-neuf ans, dont le sacrifice allait permettre aux éléments du maquis Faïta, de filer entre les griffes de l'occupant, pour prolonger leur mission de résistance. L'effectif allemand qui participait à cette opération était très important (de 300 à 500 hommes), et avait investi le secteur par Gary, Montjardin, le chemin de Pico-l'Ordy et Cazalens. En prenant le chemin le plus long depuis la ferme des Vinsous, l'aîné des dix enfants de la famille Cathala, espérait que la sentinelle postée sur la crête, serait en mesure d'apercevoir la colonne allemande. Comprenant qu’il a été dupé, l’occupant nazi accompagné par la milice locale, s’acharnera sur Auguste Cathala avec une indescriptible sauvagerie. Au soir de ce 23 mai, son corps atrocement mutilé sera retrouvé dans les décombres de la ferme du Roudié incendiée. Soixante-neuf années après, le souvenir du sacrifice d’Auguste Cathala et de ses camarades de lutte ne s’efface pas des mémoires.

    auguste cathala,le roudié,les vinsous

  • Il pleut qu'on s'en dégoûte !

    Canards.jpg

    Le mois de juin qui commence a parfaitement pris le relais d'un mois de mai 2013 plutôt pluvieux. L'occasion pour les trois cours d'eau qui arrosent la cité du Kercorb, de faire leur toilette de printemps et de tutoyer la cote d'alerte. Du Pont du Blau au Pont-Neuf, jusqu'au canal croisant la rue du Pont de l'Hers, les passants pressés ralentissent le pas et observent de gros flots charriant billes de bois, que les canards prennent plaisir à esquiver (photos Ginès Lorca).

    Canal Lucien.jpg

  • C'était hier : Retrouvailles entre champions

    L'article mis en ligne ci-dessous avait été publié le dimanche 1er juin 2003. Il rendait compte d'une journée au cours de laquelle footballeurs et rugbymen avaient fraternisé, à la faveur des fêtes de l'Ascension. L'auteur du cliché illustrant cet article, présente par avance ses excuses à ceux qui ne se retrouveront pas sur la photo. La pellicule était bien à sa place, mais n'avait pas la longueur adéquate.

    fc chalabre football,us kercorb rugbyLe grand rendez-vous festif des fêtes de l'Ascension s'est déroulé ce samedi 31 mai sur la pelouse du stade Lolo Mazon. Les deux rencontres au programme ont permis aux champions de promotion honneur, version 1981, de reprendre contact avec le ballon rond face aux vétérans de la formation de Lunel, emmenée par Eric Martin. Héraultais d'adoption, le coach lunellois fut, lui aussi, champion avec le FCC en 1969, auteur d'un but décisif face à Saint-Papoul, au stade Jean de Mauléon.

    Autant dire que les retrouvailles étaient placées sous le signe de l'amitié et du souvenir, et malgré une forme quelque peu émoussée, les "p'tits gars" du regretté président Roger Dumay, ont démontré que leur passion restait intacte. Avant les évolutions des anciens de la DHR, le FCC I, version 2003, champion de première division, avait donné le coup d'envoi des festivités, face aux représentants de l'US Kercorb XV, drivés par leur coach, Joël Vitaux.

    Une rencontre opposant deux équipes ayant le point commun d'avoir bouclé leur saison par une finale, victorieuse pour les footballeurs, face au Trapel, les rugbymen échouant d'une courte tête face aux Tarnais de Montans.

    Face au choix crucial posé avant le coup d'envoi quant à la forme du cuir, le toss donnera la priorité au ballon rond. Le match qui suivra sera plein et très agréable à suivre, à l'évidence les quinzistes peuvent sereinement envisager de faire carrière chez les "manchots".

    Au terme du temps règlementaire, tous les acteurs de cette riche journée ont joué les prolongations sous la halle, où Mister John et ses cuivres, relayés par l'inénarrable trio des "Fascagats", ont mis le feu.