Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 7

  • En souvenir de Raymonde Castres

    Raymonde Old shop.jpgRaymonde Castres, aux côtés de Claire sa mère, sur le pas de porte d'un magasin dont le rideau sera bientôt relevé.

    Ce dimanche 4 août offrira l’occasion de se souvenir avec émotion de Raymonde Castres, figure locale, décédée le 10 décembre 2011, et unanimement appréciée par tous les Chalabrois et Chalabroises. Née à Chalabre le 11 novembre 1914, Raymonde Castres a tenu pendant plus de soixante ans, le pas de porte familial Tabac-Presse, côtoyant dans sa boutique tout au long de sa vie, de très nombreuses générations, tout en dispensant générosité et gentillesse.

    Résidente de la maison de retraite de Chalabre durant les dernières années de sa vie, Raymonde Castres a tenu à faire don de son bien immobilier au «Monde de la Santé», à travers l’EHPAD des Hauts de Bon-Accueil. C’est ainsi que son ancienne demeure sur le cours Henri d'Aguesseau, accueillera bientôt et dans un premier temps, le SSIAD (Service de soins infirmiers à domicile), puis, ultérieurement, un logement destiné au médecin de la future Maison de santé pluridisciplinaire.

    Ce premier dimanche d'août sera l’occasion de procéder au souhait de Raymonde Castres, en vendant, dans le cadre du vide-grenier organisé par l'association Bon'Action, de nombreux objets de la généreuse donatrice, sachant que l’ensemble des fonds sont destinés à «l’Association des cheveux d’argent», association des résidents de l’EHPAD.

  • C'était hier : L'honneur des cimaises pour l'atelier dessin

    L'article mis en ligne ci-dessous avait été publié dans le journal l'Indépendant, édition du samedi 2 août 2003. 

    Atelier Dessin Août 2003.JPGUne partie des membres de l'atelier dessin, à l'heure du vernissage. De gauche à droite, Nicole Courdil, Lise Guilhamat, Francis Amouroux, Jacqueline Granger, Geneviève Lehoux (photo archive, Juillet 2003).

    C'est une belle et grande première pour les membres de l'atelier dessin qui ont choisi d'exposer le fruit de leur inspiration dans les salons de la mairie. Les nombreux visiteurs se succédant depuis le samedi 26 juillet au pied des cimaises, ont ainsi le privilège de découvrir les talents insoupçonnés d'un groupe né en septembre dernier. Réunis chaque jeudi dans les locaux du centre socio-culturel des Cèdres, les jeunes élèves auront fait aux côtés de Lise Guilhamat, l'apprentissage d'un art difficile mais passionnant pour présenter aujourd'hui de remarquables résultats.

    Le vernissage de l'exposition s'est déroulé en présence de nombreux invités, accueillis par des artistes discrètement sensibles aux regards portés sur leurs productions. A l'évidence, les passions naissantes de septembre s'expriment déjà avec beaucoup de talent, comme si nos disciples de Cézanne avaient brûlé les étapes dans la délicate initiation au dessin et à la peinture. Natures mortes, portraits, paysages, copies, peintures mystiques, autant de thèmes et de toiles qui sont encore visibles jusqu'au dimanche 3 aôut, salle du conseil municipal, à la mairie, Cours Sully.

  • La crèche "Vanille et Chocolat" ouvre ses portes

    Vanille Portes ouvertes 26 juillet 2013.jpgLe nouveau bureau (de gauche à droite) : Alexandra Delpech (secrétaire-adjointe), Jean-François Toustou (trésorier-adjoint), Myriam Torres (présidente), Serge Gazza (trésorier), Pedro Minella (secrétaire).

    Vendredi 26 juillet et à quelques jours d'une fermeture annuelle pour congés d'été, la crèche halte-garderie "Vanille et Chocolat" proposait une journée portes ouvertes. A l'invitation de Martine Raynaud directrice de cette structure associative, et du nouveau conseil d'administration élu en mai dernier, les parents venus nombreux, auront eu l'opportunité de se poser plus longtemps qu'à l'habitude, aux côtés de leurs enfants, maîtres des lieux.

    crèche halte-garderie vanille et chocolatDans une ambiance champêtre et au gré d'ateliers proposés aux petits pensionnaires, le nouveau bureau réuni autour de Myriam Torres sa présidente, a fait le point des diverses démarches entreprises afin de préserver l'avenir de la crèche. Il faut rappeler que lors de l'assemblée générale tenue au printemps dernier, Yves Ettori, président sortant, n'avait pas caché son inquiétude quant à l'avenir d'une structure alors menacée par la cessation de paiement (voir article du 7 juin 2013).

    crèche halte-garderie vanille et chocolatPour l'heure, le statut associatif de Vanille et Chocolat n'est plus remis en cause, la nouvelle équipe multipliant les contacts auprès des collectivités, afin de maintenir un service d'accueil qui donne entière satisfaction depuis 1995, année de sa création.

    Sur le plan pratique, les parents sont informés que la crèche sera fermée du lundi 5 août au mardi 3 septembre. Les horaires restent inchangés, de 7 h 30 à 18 h 30 et du lundi au vendredi. Le bureau souhaite d'excellentes vacances aux adhérents, aux familles, ainsi qu'à l'équipe pédagogique.

    crèche halte-garderie vanille et chocolatLe nouveau bureau aux côtés de l'équipe pédagogique.

  • La longue marche vers l'exil de Francisco, paysan andalou

    Francisco García Barrera.jpg"J'ai vu des gens sur le chemin, qui viennent vers la maison avec des fusils". Ces paroles d'une mère, prononcées au soir du 18 juillet 1936, vont sceller le destin de Francisco García Barrera, jeune paysan andalou, secrétaire de la C.N.T (Confédération nationale du travail). La veille, une petite radio locale du Maroc espagnol, avait émis ces quelques mots : "Sur toute l'Espagne, le ciel est sans nuages ...!" Une phrase de code qui donnait aux militaires espagnols et à leurs auxiliaires de la phalange, le mot d'ordre de soulèvement général.

    Francisco va alors rejoindre ces hommes, aperçus venant vers la maison avec des fusils, aux côtés desquels il va défendre la "Niña Bonita", nom donné à une IIe République en danger. "Je réveillai ma mère, elle ne dormait pas. Je lui demandai de me donner le fusil. Je lui dis que je partais pour quelques jours. Elle m'embrassa, me suppliant de ne pas partir, tout en m'accompagnant sur le chemin. Peut-être pensait-elle qu'elle ne me reverrait plus. Elle ne se trompait pas".

    Depuis Utrera, vallée du Guadalquivir, où commence son combat face aux généraux factieux et à leurs troupes, le jeune Francisco verra s'éloigner l'immensité de la campagne sévillane où il a grandi. Les combats perdus et les blessures, emmèneront le lieutenant de la Brigade 93, vers des espaces toujours plus restreints. Le 13 février 1939, il franchit la frontière française par le col des Ares et Prats-de-Mollo, en laissant derrière lui une république étranglée. "En ce dernier jour passé sur le sol espagnol, et avec la frontière à deux-cent mètres de nous, sans personne pour nous empêcher de passer, nous ne pouvions nous résoudre à abandonner le peu qu'il nous restait, mais il n'y avait pas d'autre chemin que celui-là".

    Présent sur les fronts de Màlaga, de Grenade, de Catalogne, le jeune Francisco consignera tous les faits du quotidien d'un soldat paysan, sur un carnet de route qu'il perdra à plusieurs reprises, notamment lorsqu'il traverse l'Ebre à la nage, sous les balles ennemies. Le combat continuera derrière les barbelés des camps du Barcarès, d'Argelès et de Bram, d'où il sera libéré après avoir obtenu un contrat de travail.

    Au terme de ce long saut dans le vide, et à l'heure d'une liberté retrouvée dans un pays qui va devenir le sien, Francisco García Barrera n'aura aucune peine à refaire le chemin à l'envers. Calé devant le clavier d'une machine à écrire offerte par sa fille Irène, il redonnera corps à ces carnets si souvent écrits, réécrits, et perdus. Récits au fil desquels il dresse le tableau des combats qui vont saigner l'Espagne, sans occulter la désorganisation qui règne dans son camp, ainsi que les divisions internes.

    Ce récit historique d'une guerre antifasciste, qui va au-delà du simple recueil de souvenirs personnels, Salvador Claude García, fils de Francisco, a souhaité le publier, car il symbolise le parcours qui fut celui de milliers d'exilés. Un ouvrage intitulé "Recuerdos y dolores de España, 1936-1940 ", dans lequel le lecteur retrouvera les désirs et les espoirs de ces citoyens qui payèrent durement leur attachement aux valeurs de la République. Francisco García Barrera est décédé en avril 1999 à l'âge de 91 ans, il repose à Chalabre, où il résidait depuis l'année 1945.

    Le livre est disponible à Carcassonne (Librairie Breithaupt, maison de la presse), à Limoux (centre culturel Leclerc), à Chalabre (maison de la presse Chez José). Vous pouvez aussi vous le procurer en contactant Salvador Claude Garcia laguinette@gmail,com

    Lien permanent Catégories : Livre