Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecologie - Page 9

  • Le parc éolien de Corbières ne verra pas le jour

    Suite à l'étude faisant apparaître un grand nombre de rapaces vivant sur le site concerné, la Compagnie du Vent renonce au projet.

    zde corbièresLa Compagnie du Vent abandonne le projet de ZDE (photos Yves Saddier).

    Lundi 17 juin, le théâtre municipal accueillait une réunion publique organisée à l'initiative de la Compagnie du Vent, porteuse d'un projet de parc éolien sur la commune de Corbières (359 ha-40% du territoire communal-et une puissance maximale de 31 MW). En présence d'une assemblée au sein de laquelle les opposants renouvelaient ostensiblement leur position, les intervenants ont rappelé les diverses étapes inscrites dans la démarche de création de cette zone de développement éolien (ZDE), initiée en 2009. Avant de faire part du résultat de l'expertise avifaune effectuée sur le secteur de Corbières et Matous, laquelle souligne la grande richesse du cortège des rapaces forestiers nicheurs (aigle botté, milan royal, vautour fauve).

    Cie du Vent.jpg

    Face au rapport d'experts, concluant à la présence de très forts enjeux naturels, la Cie du Vent se voit contrainte de réduire le parc initialement envisagé. Sur les quinze mâts prévus, seuls onze pourraient être érigés. Or les quatre éoliennes à supprimer, car situées en crête et donc plus impactantes, seraient également les plus productives.

    Les alternatives d'implantation étant limitées de par le relief accidenté sur les hauts de la vallée de Lambronne, et devant les nombreuses mesures compensatoires à prévoir pour pallier les impacts sur les rapaces, la Cie du Vent annonçait sa décision de ne pas poursuivre le développement du projet éolien de Corbières.

    Elle soulignait en conclusion, comment transparence et concertation auront pu prédominer, avec notamment la mise à disposition des expertises naturalistes aux services de l'Etat et à la LPO, insistant sur sa contribution à la connaissance scientifique d'un secteur jusqu'ici peu étudié. Avant de remercier l'ensemble des personnes ayant contribué au développement ou s'étant exprimé sur ce projet tout au long de ces dernières années.

  • Il pleut qu'on s'en dégoûte !

    Canards.jpg

    Le mois de juin qui commence a parfaitement pris le relais d'un mois de mai 2013 plutôt pluvieux. L'occasion pour les trois cours d'eau qui arrosent la cité du Kercorb, de faire leur toilette de printemps et de tutoyer la cote d'alerte. Du Pont du Blau au Pont-Neuf, jusqu'au canal croisant la rue du Pont de l'Hers, les passants pressés ralentissent le pas et observent de gros flots charriant billes de bois, que les canards prennent plaisir à esquiver (photos Ginès Lorca).

    Canal Lucien.jpg

  • Pollution dans le Blau

    Hydrocarbure Blau 26 avril 2013.jpgLes reflets visibles en surface laissent deviner la nature de la substance.

    Vendredi 26 avril en milieu de matinée, les eaux du Blau à hauteur du cours Sully, présentaient une variante de couleurs inhabituelles, laissant penser à la présence d'hydrocarbure. Une pollution visible à l'oeil nu depuis le haut du pont du Blau, mais également perceptible sur le plan olfactif. Signes évidents d'une anomalie en cours, que la colonie de palmipèdes habituellement présente dans ce quartier du vieux Chalabre avait certainement décelé, avant de déserter les lieux. Les services municipaux prévenus, ont procédé aux examens nécessaires afin de déterminer la cause de ces désagréments.

  • Construire ensemble l’alternative du futur

    lictp,nature et progrèsAvec la collaboration de Nature et Progrès de Limoux, un groupement d’achats (Groupe Achat Labre) est en train de se constituer pour essayer de regrouper des achats dans différents domaines (réappropriation citoyenne de l’alimentation, productions dans le respect de l’Homme et de la Terre : viandes, légumes et plants, fruits). " Groupe Achat Labre " est composé de producteurs locaux et de consommateurs, et la population peut s’informer et participer aux activités proposées.

    Le samedi 23 mars, quelques membres du groupe étaient sur le marché, afin d'expliquer le projet et inciter les personnes à se joindre au « premier marché » de produits locaux qui se tiendra le samedi 30 mars, à partir de 10 h. Ce type d'activité se déroulera chaque dernier samedi du mois.

    Auparavant, le jeudi 28 mars au théâtre (20 h 30), la projection du film « Les moissons du futur » de Marie-Monique Robin traitant de l’agroécologie, sera suivi d’un débat en présence d’agriculteurs et de toutes personnes présentes qui soutiennent les agricultures locales et écologiques. Cette conférence publique sera animée par Georges Mounier, enquêteur à Nature et Progrès. La participation à la conférence est libre. Un verre de l’amitié offert par la mairie, clôturera le débat.

    Ces animations s'insèrent dans le cadre de la 8e édition de la Semaine pour les alternatives aux pesticides dans l'Aude, programmée du 20 au 30 mars. Les personnes souhaitant apporter leur soutien aux agricultures locales et écologiques peuvent contacter la LICTP (Association lien et initiatives citoyennes en Terre privilégiée) au 06 89 30 86 65, ou Nature & Progrès Aude (04 68 20 94 75 np11.ccbio@gmail.com).

  • "Il n'y aura pas d'éoliennes à Montjardin"

    Sous ce titre, l'association "Le Cri du Vent" communique :

    cri du vent,éoliennes montjardin" Après avoir découvert l’article de l'Indépendant du samedi 9 février dernier (http://www.lindependant.fr/2013/02/09/un-parc-de-neuf-eoliennes-en-cours-d-examen,1726002.php), notre surprise a été grande … C’est un tissu de mensonges et de poudre aux yeux … Tout d’abord, nous nous étonnons en lisant, que la communauté de communes du Chalabrais soutiendrait le projet de neuf éoliennes sur la commune de Montjardin. En effet, ce n’est pas de son ressort, puisque la compétence « énergie » ne lui a pas été accordée par les délégués des quatorze communes qui la constituent. De plus, les promoteurs sont bien optimistes en évoquant la production du parc de ces monstrueuses machines (150m de haut ), puisque l’on sait aujourd’hui que le rendement évoqué n’est que virtuel … les éoliennes ne fournissant qu’un cinquième de leur capacité (quand elles tournent), et l’énergie produite n’arrive pas en fin de course à cause de la déperdition par effet Joule … Ils oublient aussi de préciser que la soi disant manne qui arriverait dans les caisses de la communauté est en fait payée par tous les consommateurs ... le prix de l’électricité va augmenter dans les années à venir de plus de 30 %, du fait du coût des énergies renouvelables… Et encore, comment peuvent-ils annoncer aussi cyniquement du travail pour les entreprises locales sans évoquer la perte de la valeur du patrimoine paysager qui sera totalement détruit pour ces constructions : amputations de nos forêts pour créer des pistes d’accès aux sites, bétonnage des crêtes, et par conséquent perte de la valeur immobilière des habitations, handicap que provoque l’implantation des éoliennes pour tous les prestataires de services développant des activités touristiques. Les propos bassement mercantiles de la société Raz énergie séduisent le maire de Montjardin, mais pas les adhérents de notre association qui restent vigilants pour que le bon sens l’emporte sur le désir de profit de quelques petits messieurs menteurs et manipulateurs. Comment se fait-il qu’un seul maire, celui de Montjardin, puisse prendre une décision qui va nuire à l’ensemble des communes de l’intercommunalité, alors que sur le secteur du Chalabrais et du Mirapicien, 23 communes, ont voté contre le Schéma Régional Éolien ? " 

    Cri du vent Février 2013.jpgLes maires et adjoints du Chalabrais et Mirapicien, lors de la manifestation anti éoliennes de Montjardin, le samedi 29 septembre dernier.

  • Les étrons libres prolifèrent

    DSC00669.jpgLe pavé chalabrois n'est pas à la fête.

    Le panneau est en place depuis quelques jours dans la rue des Bains-douches, aussi artistique qu'explicite, et il semble indiquer que les déjections canines exaspèrent certains Chalabrois, qui le font savoir à leur manière. Il est vrai que pour le chaland qui emprunte les petites rues de la bastide, un des objectifs prioritaires consiste à enchaîner crochets intérieurs et extérieurs, afin de préserver la propreté de ses semelles. Par le passé, certaines rues, au nombre d'une ou deux, détenaient le triste privilège d'être assidûment visitées par la gent canine, il suffisait alors de leur préférer une autre artère, moins polluée. Aujourd'hui, ce qu'il faut bien qualifier de champ de mines, a tendance à s'élargir, à la faveur d'un incivisme galopant.

    C'est ainsi que dans le bulletin municipal de février, Christian Guilhamat maire de Chalabre, invite une fois encore certains propriétaires de chiens, qui laissent divaguer leurs "protégés", à faire preuve de civisme, pour le bien de la communauté. Est-il besoin de rappeler qu'il existe un code rural, lequel autorise le premier magistrat à prendre des sanctions à l'encontre des récidivistes, indifférents aux désagréments que leur comportement occasionne. Un panneau vaut parfois mieux qu'un long discours, problème, celui-ci a été peut-être placé un peu trop haut. Et le quidam au regard attiré, pourrait ne plus voir où il pose le pied, quand bien même ce serait le gauche. 

  • Le « Cri du Vent » mobilisé contre l'éolien industriel

    L'association a fédéré les opposants aux schémas régionaux prévoyant l'implantation de plusieurs centaines d'éoliennes. 

    cri du ventElus en tête, le cortège s’apprête à entrer dans Chalabre.

    Près de 200 manifestants répondaient tout dernièrement à l’appel de l’association «Cri du vent», organisatrice d’un rassemblement pacifique, au départ de la zone artisanale de la Gare à Chalabre. L’objectif étant de faire barrage au projet des schémas régionaux éoliens du Languedoc-Roussillon et de Midi Pyrénées, lesquels prévoient l’implantation de plusieurs centaines d’éoliennes de 150m de hauteur dans le Kercorb, la Haute-Vallée de l’Aude, le Pays d’Olmes et le Mirapicien.

    Une marche pacifique     Au terme d’un itinéraire empruntant la route de Mirepoix, les boulevards de la capitale du Kercorb puis la route de Limoux, les manifestants munis de panneaux aux slogans explicites, sont entrés dans Montjardin (photo ci-dessous) , commune ayant déposé avec son homologue de Corbières, une demande de création de zone de développement éolien (ZDE).

    cri du vent

    A la faveur d’une halte devant la mairie, Jean Luc Benet, président de l’association « Cri du Vent », lançait un nouvel appel à la vigilance et à l’action, afin que « ce pays authentique et protégé, ne devienne une gigantesque vitrine de l’éolien industriel ».

    Huit communes contre le schéma     Il faut rappeler que pour le canton de Chalabre, huit communes ont délibéré afin d’être exclues du schéma, quatre ne se sont pas encore prononcées, reste Montjardin et Corbières, qui devraient accueillir un total de 24 machines sur leur territoire, « menaçant ainsi le patrimoine de toute une communauté ».

    En prenant comme référence Allemagne et Espagne, Jean Huillet, maire de Camon (Ariège) et président de la toute nouvelle association PTSPPC (Préservation du tourisme et des sites du pays des Pyrénées Cathares), dénonçait les conséquences d’un développement incontrôlé de l’éolien, ainsi que l’effet désastreux des éoliennes géantes sur l’environnement (ornithologie notamment).

    Oui aux énergies renouvelables     Il encourageait à des actions en faveur des énergies renouvelables telles que la filière bois, le photovoltaïque, la biomasse, l’hydroélectrique, avant de conclure par une simple question : « Une commune peut-elle imposer à ses voisines qui l’ont refusé, un parc éolien ? ».

    Avant la dislocation du cortège, les manifestants promettaient de se retrouver hier dimanche 14 octobre à la gare de Mirepoix (Ariège), où l’association PTSPPC organisait une exposition de photos présentant le riche patrimoine historique et paysager à préserver.